[Les Treize Piliers de la Vengeance] - V - Tourmenteur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Les Treize Piliers de la Vengeance] - V - Tourmenteur

Message par - Talos - le Mar 24 Mar 2015 - 18:43

Voici la cinquième nouvelle de mon recueil, un petit voyage au coeur de l'horreur... A vos avis ! Very Happy

Spoiler:


Dramatis Personnae :
- Urien, Haemoncule
- Joran Brantax, Iron Hand


Tourmenteur


Il adorait ce son.

Il était des choses que les millénaires érodaient, réduisaient puis effaçaient. A bien des égards, il considérait le temps comme un élément au même titre que le feu ou l’air. A la différence qu’il n’était pas physique, son existence supplantait et supplanterait toujours n’importe quel fragment constitutionnel de l’espace. Que sont les guerres, les cataclysmes, quand le temps est éternel ?
Il soupesa la question durant un moment qui s’avéra lassant. Finalement, il la rangea dans un coin de sa mémoire, dans la mangrove sanglante de ses pensées. Il y reviendrait plus tard, quand il serait moins occupé et que l’envie lui serait venue. Quand il aurait le temps…

Urien sourit, ce qui produisit un son de craquement alors que la peau tendue de son visage se plissait. Il était resté inexpressif durant des heures, et le cuir recouvrant son crâne s’était asséché par manque de traitement. Un sillon poussiéreux se forma le long de son front alors que son expression devint celle d’un prédateur savourant une proie à sa merci. Au-dessus de sa tête, ses bras greffés conservaient dans leur étreinte ses outils de prédilection et, sans même les regarder, Urien se saisissait des objets dont il avait besoin alors que ses yeux étaient plongés dans ceux, vides, de sa victime.

La bête gisait, à demi-consciente, sur une paillasse d’obsidienne. Enserrée dans des liens indestructibles, elle respirait lourdement alors que son organisme luttait pour sa survie. L’humanoïde de près de deux mètres n’était pas un spécimen des plus intéressants, mais Urien s’était découvert une passion pour le son que produisait son cuir verdâtre lorsqu’il était déchiré. Il avait pratiqué une incision du bas du menton jusqu’au pubis, dans les beuglements injurieux de l’Ork. Ceux-ci s’étaient vite changés en pleurs juvéniles lorsque, de tous ses membres, le tourmenteur avait saisi la crevasse sanglante avant de décoller violemment la peau du corps dans un déchirement humide. Alors que les cris faisaient frémir les fœtus Eldars Noirs sous la voûte de son atelier, Urien avait été sidéré de plaisir par le bruit que son dépeçage avait produit. Imperceptible par la plupart des êtres peuplant la galaxie, et appréciable par très peu d’entre eux, l’extase produite par ce son avait poussé le tourmenteur à réitérer son geste sur tout le corps de l’Ork. A chaque fois, le même bruit mouillé de tissus déchirés blanchissait les yeux d’Urien, dont la salive coulait de ses lèvres décharnées.

Il adorait ce son.

A présent, le primitif animal gisait dans son sang, ses organes puants ouverts sur le monde, ténébreux et cauchemardesque, du tourmenteur. Ce dernier laissa son plaisir récent redescendre à un niveau acceptable, conscient par expérience qu’un excès de jouissance aurait embrumé son esprit et faussé ses expériences. A la différence de beaucoup de ses congénères dépendants, il savait s’arrêter. Il lui avait fallu des siècles pour arriver à un tel contrôle, mais le résultat avait payé. Bon nombre de tourmenteurs avaient vu leur coterie ridiculisée par leurs excès incontrôlés. Alors qu’ils touchaient du doigt le pouvoir absolu qu’ils avaient sur leurs victimes, le manque de canalisation émotionnelle dont ils avaient fait preuve avaient réduit au ridicule ce qui devait être leurs plus grandes expériences. En dépit du statut qui était le leur, certains avaient été bannis par les sculpteurs de chair les plus influents et traînaient désormais derrière eux leur immaturité, comme un voile maudit qui jamais ne les quitterait.

Un râle sortit Urien de sa rêverie. Délaissant l’Ork agonisant, il marcha en boitant vers la paillasse voisine. Sur cette dernière gisait un humain, nu, aux veines noircies par les poisons injectés quelques heures plus tôt. Tel un gastronome dément, le tourmenteur pencha la tête en observant le corps sous toutes ses coutures - littéralement - afin de déceler de possibles effets secondaires indésirables. Le seul œil qu’il restait à cet humain était d’un gris cendreux, et Urien doutait qu’il put voir à nouveau. L’œil gauche était déjà absent lors de sa capture, et avait été remplacé par un bionique primitif. Le bras droit n’était qu’un membre mécanique grossier d’une laideur qui avait même révulsé le tourmenteur. Après examen, il s’était avéré que l’amputation avait été rituelle, et Urien avait eu vent de cas similaires pour ses congénères.

Tendant l’oreille, le tourmenteur s’aperçut que l’humain murmurait quelque chose. Il tenta d’entendre clairement ce qui sortait de sa gorge mais n’y parvint pas. Vite irrité, il saisit un poignard ouvragé et le planta dans l’estomac de sa victime, lui arrachant un hurlement indiquant qu’elle était désormais parfaitement réveillée.

« - Je suis inflexible ! » gémit le Space Marine dans un vomissement sanglant.

- Inflexible ? demanda Urien, l’air amusé. La surprise apparut sur le visage de son sujet d’étude, qui vraisemblablement ne s’attendait pas à entendre sa langue dans cet endroit. Apparemment, son œil unique fonctionnait toujours, puisqu’il le toisa de bas en haut.

« - Vous… Parlez le langage de l’Imperium ! Lança l’humain avec un rictus de dégoût.

«  - Est-ce une si grande surprise ? Après tout je suppose que oui, vous autres bêtes sauvages en savez si peu sur notre race, répondit Urien en souriant. Je me doute que pour un être comme toi, m’entendre parler ta langue est aussi révoltant que surprenant. Imagine alors quelle haine notre race ressent quand elle vous voit saccager un univers qui auparavant était le sien, argumenta-t-il d’un air menaçant.

- Seule la Lumière de l’Empereur est amenée à régner, xénos merdique ! Sa volonté est omnisciente, sa puissance est sans égale ! » Cracha le Space Marine.

Urien éclata de rire, et l’humain constata avec horreur que la peau recouvrant son crâne se craquelait à chaque spasme.

« - As-tu un nom, petite chose rebelle ? » demanda-t-il.

Il observa les muscles de son sujet se contracter alors que son organisme amélioré luttait contre l’hémorragie qui inondait son abdomen. Son œil restant roula dans son orbite et, après un moment, il releva la tête et planta son regard dans le sien, dans une attitude de défi.

- Joran Brantax, 4ème Compagnie des Iron Hands, Légion Astartes du Saint Empereur de l’Humanité. Je suis son bras armé et porte sa Lumière dans toute la galaxie !

- La lumière n’est pas ici, répondit Urien, ceux de ta race que nous avons recueillis par le passé n’ont cessé de psalmodier en l’honneur de votre « Empereur ». Ils en sont pour la plupart rapidement devenus des sujets ennuyeux, dont nous nous sommes débarrassés très vite. Nous avons toujours considéré votre espèce comme imbécile et brutale, en un mot : inutile. »

Les muscles de Joran se bandèrent de nouveau en réaction à cette insulte. Il enrageait, et Urien se plut à constater son impuissance à briser ses liens.

« - Tu dois comprendre, mon-keigh, que même ces primates sont plus intéressants que vous, poursuivit-il en désignant l’Ork meurtri. Ils n’ont pas votre fanatisme, votre aveuglement, ils se battent avec une simplicité qui pourrait presque vous faire peur.

- Nous ne connaissons pas la p… ! » Parvint à lancer Joran avant que l’un des bras du tourmenteur ne vint lui fracasser la mâchoire. Le Space Marine accusa le coup en crachant des dents, surpris par la puissance que renfermaient de si frêles membres.

« - Bien, poursuivons, Joran Brantax. J’ai horreur, HORREUR d’être interrompu ! » hurla Urien depuis une bouche ouverte de façon impossible. Dans la seconde, comme si rien de s’était passé, il reprit d’une voix plus douce que la mort.

« - Les Orks n’ont pas votre entêtement. Ils vivent depuis des millénaires en ne faisant que proliférer alors qu’aucune ère de paix ne les a jamais touchés. Ils vivent pour le combat, rien d’autre. Vous qui vous prétendez supérieurs et dignes de régner, voyez comme ces bêtes vous tiennent tête. Etes-vous évolués parce que vous voyagez dans le Warp ? Vous n’en connaissez pas même les fondements. »

Tout en parlant, Urien était retourné vers l’Ork, et Joran avait constaté avec horreur que le visage de son tortionnaire n’était qu’un tissu de peau rattaché à l’arrière de son crâne. Le corps dépecé du peau-verte avait été secoué de spasmes alors que le tourmenteur plantait des sondes dans chacun de ses organes palpitants.

« - Votre race est une parodie d’évolution destinée à ravager les mondes au nom d’une divinité absurde. Ce qui fait qu’un primate Ork a plus de valeur que toi à mes yeux, c’est la simplicité de sa psyché. Même acculé, même blessé, même ici, sa nature le poussera à combattre. Toi, misérable automate, que te reste-t-il une fois privé de lumière ? »

Joran sentait ses veines bouillonner alors que les drogues qu’il avait reçues auparavant – quand d’ailleurs ? Depuis combien de temps suis-je ici ? – embrumaient son esprit et ramollissaient son corps. Tournant la tête vers ce qui semblait être l’établi de la chose qui lui parlait, il devina que celle-ci l’avait drogué pour qu’il soit plus docile lors de sa dissection.

Cherchant ses mots, à présent persuadé que jamais il ne quitterait son lit sanglant, il fouilla son esprit à la recherche du trésor qui avait guidé l’Humanité depuis ses premiers pas. Cette valeur qui avait bâti des empires, mis à bas des tyrannies, assuré la pérennité de sa race. Pleurant une larme de son dernier œil, il tourna la tête vers le tourmenteur et lui sourit faiblement.

« - L’espoir… » Murmura-t-il.

Urien se retourna lentement. Il s’était senti comme giflé par un tel terme. Reposant délicatement ses instruments, il revint vers le Space Marine dont la respiration s’accéléra. D’une main griffue, il le saisit par le cou et se pencha sur lui, alors qu’un de ses bras atrophiés se saisissait du masque de peau qu’il portait.

« - Non, mon-keigh, à Commorragh il ne te reste rien. » Souffla-t-il alors que de sa nuque naquit un clic libérateur.


*


Le cri fut aussi bref que violent. Loin au-dessus de sa tête, la Gorgone avait senti vibrer les Eldars Noirs en gestation, qui avaient perçu la plainte comme un délicieux baume réparateur.

D’un pas massif, la créature anonyme s’était dirigée vers l’atelier de son maître et l’avait trouvé penché sur une paillasse. Son occupant ne bougeait plus, le corps crispé, mort dans un sursaut d’effroi. Au sol gisait un masque de chair, que l’un des bras du tourmenteur se penchait pour ramasser. Après s’être redressé, il se tourna vers son serviteur qui, derrière son masque de fer, ne put s’empêcher de tressaillir. Sans un mot, Urien leva la tête vers la cuve de gestation la plus proche, constatant les effets encourageants que le cri du Space Marine avait eu sur son occupant. Une mort aussi violente et brève aurait revigoré n’importe quel commorrite, d’autant plus qu’aucune arme ne l’avait provoquée.

Seule la peur.

La Gorgone attendit un moment les ordres de son maître, qui semblait perdu une nouvelle fois dans ses pensées. Finalement, il secoua la tête comme pour s’en extirper. Il avait du travail, et sa cliente n’attendrait pas éternellement. Ramenant son regard sur la Gorgone, le tourmenteur articula de sa voix rauque :

« - Apporte moi un nouveau jouet, celui-ci est cassé. »










-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Découvrez mes tutos sur Youtube
Mes figurines tous univers confondus, c'est par là : Voile Noire
Et partagez vos peintures ici ! Very Happy


"Mourrez comme vous avez vécu, fils de la VIIIème Légion. Drapés de nuit." Konrad Curze.
"Vous êtes une race de proies, rien de plus, rien de moins." Asdrubael Vect.

     
avatar

- Talos -
Premier Capitaine
Premier Capitaine

Messages : 1787
Age : 28
Localisation : Covenant of Blood

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Treize Piliers de la Vengeance] - V - Tourmenteur

Message par Caddon Varn le Mer 25 Mar 2015 - 16:48

Mais qu'est ce qu'ils t'ont fait, les space marines ? Razz
Ta nouvelle est vraiment chouette, une fois encore ! On retrouve le sadisme des EN et la dévotion des space marines, ça c'est chouette ! Et j'ai adoré les dernières paroles du IH...
Par contre, on est encore en période de grande croisade ?


"Pourquoi devrais-je craindre le démon? Il n'a aucun pouvoir sur moi."
                                                                                      -Frère-Capitaine Castavor Drak des Grey Knights

 :inquisition:
Mon chapitre perso : Golden Arrows
avatar

Caddon Varn
Vétéran Space Marine
Vétéran Space Marine

Messages : 604
Age : 17
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Treize Piliers de la Vengeance] - V - Tourmenteur

Message par - Talos - le Mer 25 Mar 2015 - 18:30

Tu demandes ça par rapport à l'amputation volontaire de Joran ?
En fait je n'ai pas indiqué de date exacte, car Urien lui-même n'est pas si muté qu'au M41. Cette nouvelle étant une suite des tomes I et II (même si la trame n'est pas évidente à suivre) et qu'il y était décrit comme "peu" transformé, j'avais effectivement invité le lecteur à remonter un peu le temps...

Mais content que ça t'aie plu, pas évident de retranscrire le sadisme obscur des Tourmenteurs, et m'attaquer à un personnage tel qu'Urien en lui inventant presque un comportement a été un gros défi. Ceci dit c'est le cas de beaucoup de personnages EN car au final il n'y a que peu de textes invitant le lecteur dans leurs pensées...


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Découvrez mes tutos sur Youtube
Mes figurines tous univers confondus, c'est par là : Voile Noire
Et partagez vos peintures ici ! Very Happy


"Mourrez comme vous avez vécu, fils de la VIIIème Légion. Drapés de nuit." Konrad Curze.
"Vous êtes une race de proies, rien de plus, rien de moins." Asdrubael Vect.

     
avatar

- Talos -
Premier Capitaine
Premier Capitaine

Messages : 1787
Age : 28
Localisation : Covenant of Blood

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Treize Piliers de la Vengeance] - V - Tourmenteur

Message par Variel le Mer 25 Mar 2015 - 21:09

J'ai adoré ta nouvelle !!! Urien est vraiment sadique et c'est super !!
Franchement, c'était un vrai plaisir à lire !
C'est bien fait pour le space marine !!!


- Si Variel réchappe vivant de cette folie, il viendra chercher l'enfant une de ces nuits, où que tu te caches.
- Il ne nous trouvera peut-être pas.
L'hilarité de Talos finit par se calmer, mais il continua à sourire.
- Prie pour qu'il ne le fasse pas.

nightlords

Venez voir :
- Les Hawk Angels / - LdS 11 / - Roman 40K : La Désolation de Malerek / - LdS 13 / - Eternal Warriors
avatar

Variel
Capitaine Space Marine
Capitaine Space Marine

Messages : 995
Localisation : Echo of Damnation

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Treize Piliers de la Vengeance] - V - Tourmenteur

Message par - Talos - le Mer 25 Mar 2015 - 22:27

Merci Huron ! Very Happy ça fait plaisir de lire tant d'enthousiasme !


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Découvrez mes tutos sur Youtube
Mes figurines tous univers confondus, c'est par là : Voile Noire
Et partagez vos peintures ici ! Very Happy


"Mourrez comme vous avez vécu, fils de la VIIIème Légion. Drapés de nuit." Konrad Curze.
"Vous êtes une race de proies, rien de plus, rien de moins." Asdrubael Vect.

     
avatar

- Talos -
Premier Capitaine
Premier Capitaine

Messages : 1787
Age : 28
Localisation : Covenant of Blood

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Treize Piliers de la Vengeance] - V - Tourmenteur

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum