[Lettre de Sang 12] - Le prédateur de la jungle...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Lettre de Sang 12] - Le prédateur de la jungle...

Message par Zekka le Mar 2 Juin 2015 - 22:12

"Ruisselant d’eau, l'individu émerge. Il fait chaud et l’air étouffant a tôt fait d’évaporer le précieux liquide. La végétation, dense, semble se liguer avec l’aridité locale. En s’ouvrant un chemin au travers de la flore, d'innombrables feuilles viennent brosser sa silhouette, y éradiquant les dernières gouttelettes encore agglutinées. Malgré cela, il en subsiste encore quelques-unes. Autant de survivantes qui n’ont plus que quelques minutes d’existence, en tout cas sous cette forme. Difficile de ne pas faire l’analogie avec la situation actuelle. Ce qui ne l'empêche pas de sourire."

Il se sentait chez lui.
Verek, caporal du 727ème Régiment de Catachan, les « Crocs Verts », marchait à la tête d’un peloton complet de ses hommes, chargés de capturer une vieille forteresse, abandonnée des autochtones pour une énième peur de fantômes ou malédiction, et de la tenir en prévision d’une contre-attaque de l’armée l’ayant précédemment conquise.
Le commissaire Jones y était d’ailleurs allé de son petit trait de rigueur martiale :
« La peur sans fondement ne donne que des couards sans courage »
Le Caporal n’avait alors rien dit, mais il doutait que ces mots aident les locaux à les aider en cas de soucis. Car les Catachans savaient mieux que quiconque que la population locale était la ressource de première nécessité en cas d’invasion, puisqu’elle connait mieux les lieux et leurs dangers.
La forteresse étant dotée de défenses aériennes, il avait été jugé adéquat d’atterrir au village local le plus proche, à quelques heures de marche.
Ses hommes et lui progressaient donc tranquillement, accompagnés de la faune locale, plus bruyante que dangereuse de prime abord. Verek avait en permanence la main posée sur le pommeau de son diable, une épée forgée pour approcher l’apparence de son couteau qu’il portait sur l’autre hanche, le tout possiblement auréolé d’énergie en cas d’ennemi trop tenace. Le reste de sa tenue était typique de son monde : pantalon camouflage forestier réglementaire, torse nu sous un gilet sans manche kaki et un bandana noir du plus bel effet. Quelques cicatrices laissées par des proies plus farouches que la moyenne striaient sa peau halée.
Il tourna la tête pour s’assurer que ses hommes suivaient bien, et fut à nouveau fier d’eux. Ils semblaient décontractés, certains discutant, d’autre sifflotant, mais un bon soldat repérait de suite les mains non loin des armes et les vifs coups d’œil alentours : tous parés au combat. Seul le commissaire dépareillait, tant par son manteau de cuir noir que par sa pâleur cadavérique. De plus, l’humidité ambiante et la chaleur le faisait littéralement fondre dans son cuir, mais sa rigueur lui refusait de l’enlever. Sa main ne cessait de se serrer et se desserrer à côté du holster de son pistolet à plasma. Tout le peloton avait parié sur le nombre de tir qu’il ferait avant que l’atmosphère chauffée et poisseuse n’ai raison de sa chambre ionique.
Comme tout bon Catachan, Verek avait l’habitude de se fier aux bruits animaliers qui avaient la fabuleuse tendance à cesser près d’un danger inattendu.  Mais cette jungle était silencieuse, comme si un linceul de silence était tombé et avait pris toute la faune dans ses filets…attendez…était-il devenu sourd …Verek ordonna alors immédiatement un balayage auspex, se demandant comment une faune entière pouvait se taire aussi vite. Mais le radar ne signalait aucun écho hormis le peloton. Verek eut de suite un mauvais pressentiment, qui se propagea rapidement aux soldats, ceux-ci cessant leurs distractions, et se tenant davantage à l’affut. La suite de la marche se passa donc dans un climat de tension palpable, le Caporal cherchant ce qui avait bien pu arriver et en tira la conclusion que, quoique ce soit, ça sentait mauvais, très mauvais.
Mais le Caporal dut rapidement sortir de ses rêveries : la forteresse était en vue.
De prime abord, et de là où ils étaient, elle semblait intacte. Mais le silence l’avait prise aussi : pas un seul bruit, pas une seule alarme, pas un seul cri de ralliement, rien que leurs bruits de pas s’approchant de la bâtisse. Une fois au pied du mur, Verek put confirmer ses soupçons : la garnison ne semblait pas les avoir remarquées. Mais quand ils entrèrent dans la forteresse, ils en comprirent la raison : elle était vide. Le Caporal, aidé du Commissaire et sa voix tonitruante malgré l’état de son propriétaire, organisa une inspection du bâtiment, tous les groupes ne rapportant aucune présence, quelques traces de brûlures sur les murs mais sans plus. Ses hommes, à propos des brûlures, avaient été unanimes : trace de fusil laser, récente, trop récente à leurs goûts. Alors qu’il réfléchissait à la suite, Verek et ses hommes près de lui furent surpris de constater qu’il manquait un des groupes d’inspection. Le Commissaire leur désigna alors la partie qui leur avait été allouée et ils y allèrent, tous, parce que le Caporal commençait vraiment à se demander s’il n’aurait pas dû croire les locaux.
Quand ils arrivèrent dans ce qui devait avoir été la cour intérieure d’entrainement, ils repérèrent de suite un étrange obélisque, en son centre, semblant absorber toute lumière, mais duquel émanait une aura verte qui fit frissonner de nombreux hommes. Verek repéra aussi non loin de cette chose, un fusil laser, ou ce qui en restait. Il s’accroupit et prit le morceau de fusil. Il l’inspecta alors que le Commissaire ordonnait l’établissement d’une zone de défense, convaincu d’avoir trouvé un artefact ennemi, et que celui-ci viendrait le reprendre. Les hommes obéirent tandis que le Caporal était troublé par ce morceau de fusil : il n’y avait aucune arête vive au niveau de ce qui avait disparu, comme si le fusil avait été moulé ainsi, ce qui était impossible. Puis il leva lentement les yeux et vit des tas de gravats au pied de l’obélisque, dont il s’approcha avec une extrême prudence. Le peloton s’était correctement disposé autour de la cour, scrutant la jungle à l’extérieur, toujours silencieuse. Verek réalisa d’ailleurs que même le vent ne soufflait pas, il n’y avait pas un seul mouvement hors de la forteresse.
Une fois au pied de l’obélisque, le caporal se sentit comme étrangement mal, son humeur s’assombrissant sans que lui-même ne puisse se l’expliquer. Il tomba ensuite à genoux plus vite qu’il ne l’avait prévu, surpris d’être subitement aussi fatigué, et observa les gravats, les éparpillant un peu. Il remarqua alors que l’obélisque semblait avoir surgi du sol, les gravats étant resté à ses pieds, il n’avait pas pu être largué depuis les airs ou l’espace, au vu de l’état de la forteresse. Verek se sentait nauséeux et s’éloigna du monument, sa nausée passant alors étrangement vite. Il ordonna à tous de n’approcher l’obélisque sous aucun prétexte. Il demanda ensuite au radio d’envoyer un message de demande de renfort au QG, mais celui-ci l’informa que sa radio avait commencé à être silencieuse dès qu’ils étaient entré dans la forteresse. Jones proposa alors d’accompagner le radio hors de la forteresse juste assez pour capter et lancer le message. Ils partirent sur un hochement de tête du caporal.
Celui-ci alla ensuite s’enquérir du moral de ses hommes : ils partageaient tous ses pressentiments concernant cette mission. Certains semblaient même fatigués ou aussi las que lui depuis qu’ils étaient entrés dans la forteresse. Verek en avait pour son compte mais alors qu’il allait ordonner le repli général, des hurlements sortirent tout le monde de leurs pensées, et des éclats de lumière furent aperçus dehors. Le Caporal jura et fonça à l’entrée, hurlant le branle-bas de combat, mais, quand il arriva là où le Commissaire Jones et le radio semblaient avoir pris position, il ne trouva personne. Il scruta les environs et ne vit pas âme qui vive. Certains de ses hommes arrivèrent après lui et visèrent d’instinct la forêt mais ne trouvèrent que des feuilles. Il était surpris par quelque chose mais ne trouvant pas quoi, Verek observa la scène et trouva un morceau du cuir du Commissaire, dans le même « état » que le morceau de fusil trouvé à l’intérieur, et une des antennes de la radio, mais aucune trace du reste. C’est alors qu’un des soldats mis le doigt sur ce qui dérangeait le caporal depuis son arrivée : où sont les corps ennemis. En effet, ils avaient tous aperçu le flash annonciateur de tirs à plasma, donc Jones avait tiré, mais sur quoi ? Ils regardèrent tous les environs, mais pas la moindre trace de brûlure plasma, pas de sang, pas de corps, rien. Ils rentrèrent alors dans la forteresse juste à temps pour voir l’obélisque se mettre à palpiter, son aura envoyant des flashs verts tout autour de lui, mais des corps surgissaient de ces flashs, des corps qui n’avaient d’humains que l’apparence. Les intrus devaient mesurer dans les 2 mètres et semblaient constitués de métal, maniant de grandes lances au fer crépitant d’énergie verte. Verek avait souvent vu le Mechanicum à l’œuvre et ne reconnaissait pas leur travail ici. Ses hommes tirèrent les mêmes conclusions et visèrent les nouveaux arrivants. L’instant d’après, l’atmosphère fut saturée de tirs laser et autres projectiles plus ou moins tangible. Le caporal fut content de voir les corps ennemi tomber, du moins au début, car ceux-ci se relevèrent rapidement, leur peau ondulant alors qu’ils semblaient se réparer d’eux-mêmes, les plus amochés disparaissant purement et simplement dans un flash. Il jura et décida d’un autre plan. Il repéra ce qui devait servir de chef à ces choses et fonça vers lui, dégainant son couteau et son diable. Il se fraya un passage vers lui à grands orions de son épée énergétique, qui semblait mieux fonctionner que les tirs, les corps se relevant moins souvent. Le caporal fit alors face au seigneur de ces créatures, celles-ci s’apprêtant à le frapper, puis s’arrêtèrent et s’intéressèrent à ses hommes. Verek n’eut pas le loisir de se soucier d’un tel prodige car le seigneur, lui, ne s’intéressait qu’à lui et dégaina une épée qui semblait on ne peut plus simple, mais au vu de leurs corps, le caporal doutait qu’elle soit si basique. La foudre provoquée par la rencontre de leurs armes le lui confirma en un instant : s’il était touché, s’en était fini. Il remarqua que, malgré sa force nettement supérieure à un Terran, il était encore moins fort que son adversaire. Celui-ci ne profitait d’ailleurs pas de cela, se contentant de coups sans initiative, comme pré-calculés. Verek obtint donc rapidement une ouverture dont il profita pour entailler profondément le torse du seigneur. Il aperçut un bref instant une lumière verte du même genre que celle de l’obélisque, avant que son corps ne se reforme : celui-ci semblait encore plus avancé que les autres. Le combat continua ainsi, et lentement, inexorablement, Verek sentait ses forces s’envoler, alors qu’autour de lui, le chaos régnait, ses hommes essayant tant bien que mal de l’aider, mais les corps mécaniques les stoppaient net. Le caporal tenta encore un énième coup au but, y mettant toutes ses forces de Catachan, mais cette fois-ci, son épée sembla traverser l’air. Il voyait qu’elle tranchait le corps du seigneur, mais sans rien lui faire, comme s’il frappait un hologramme. Emporté par sa propre force, il fut déséquilibré, et ne vit même pas venir le coup du seigneur qui le faucha en deux, d’une hanche à l’autre. Dans sa surprise, et avant que son organisme ne se rende compte de son anémie, il eut le temps de voir ses hommes connaitre le même sort, les soldats mécaniques ignorant les flammes, les lasers et autres couteaux, tranchant les corps comme on fauche les blés, il en vit même un disparaitre dans un éclair vert tiré par la lance d’un des soldats mécaniques, ne laissant qu’un morceau de gilet derrière lui.
Verek leva alors les yeux au ciel, à l’ombre de ce maudit obélisque, il recommanda son âme et celles de ses hommes à l’Empereur avant que, d’un coup vertical, le seigneur ne décolle sa tête du reste.
Le caporal ne vit donc jamais l’ombre sortir de la forteresse et foncer à travers jungle.
Illian, ranger mirage d’Ulthwé, arriva près du portail de la Toile qu’il avait emprunté à l’aller, s’accordant ce moment pour regarder derrière lui, remerciant volontiers les mong-kheigh d’avoir confirmé les prophéties par leur mort, puis il passa le portail, activant la destruction de celui-ci, préférant condamner ce petit accès que prendre le risque qu’il soit trouvé et maitrisé par leur ennemi de toujours ,laissant la jungle à son linceul froid et métallique…

1987 mots

(peu de réels dialogues j'en conviens, mais je trouvait cela plus adapté au format du nombre de mots réduit)
Insérer un catachan ici necrons prophet

Zekka
Sergent Space Marine
Sergent Space Marine

Messages : 670
Age : 24
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettre de Sang 12] - Le prédateur de la jungle...

Message par - Talos - le Mar 2 Juin 2015 - 23:51

Très sympa d'avoir mis en scène des Catachans et des Nécrons, c'est original Wink

Quelques répétitions et une ponctuation variable, mais rien qui n'empêche de comprendre le texte.
Quelques dialogues auraient été souhaitables en effet, surtout lors de la patrouille et l'investissement de la base...
Il est sympa ce chef Nécron, de laisser le temps à Verek de faire sa prière LOL

J'ai beaucoup aimé tes descriptions des Catachans et du Commissaire (un duo que j'adore !) ainsi que de leurs équipements Smile
De même, c'est bien vu de ta part d'avoir insisté sur le fait que les bonshommes sont plus résistants et forts que les humains "standards".

Bravo à toi, j'ai trouvé ton récit très sympa et le cadre original, je m'attendais pas au coup de la forteresse okay


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Découvrez mes tutos sur Youtube
Et partagez vos peintures ici ! Very Happy


"Mourrez comme vous avez vécu, fils de la VIIIème Légion. Drapés de nuit." Konrad Curze.
"Vous êtes une race de proies, rien de plus, rien de moins." Asdrubael Vect.

     

- Talos -
Premier Capitaine
Premier Capitaine

Messages : 1551
Age : 27
Localisation : Covenant of Blood

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettre de Sang 12] - Le prédateur de la jungle...

Message par Zekka le Mer 3 Juin 2015 - 5:25

Merci à toi ^^
Pour les répétitions, j'essayais de varier mais c'était un peu tendu selon moi ^^'
Pour les Catachans, j'ai juste lu l'introduction et c'est apparu comme un flash x) certains voient des HL, moi je vois des Catachans x')
Pour le chef nécron, il s'était juste permis un petit coup d'oeil au massacre alentour donc bon lol!
Pour le choix de l'ennemi, ça m'est venu d'un coup x) j'ai longtemps pensé aux tyranides (avec un lictor jouant au Prédator) mais finalement, le hasard à voulu que je repense à l'obélisque de la fin Nécron de DoW Dark Crusade qui éliminait jusqu'aux bactéries x)
Pour le commissaire, j'y est pensé direct x) vu le manteau qu'ils se tapent en quasi-permanence ,j'imaginais parfaitement celui-ci fondre dans sa peau tannée x)
Et pour les description (force supérieure incluse) ça me paraissait évident, autant pour mieux imaginer la scène, que parce que ça fait selon moi parti du fluff ^^

Zekka
Sergent Space Marine
Sergent Space Marine

Messages : 670
Age : 24
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettre de Sang 12] - Le prédateur de la jungle...

Message par Nero le Dim 7 Juin 2015 - 11:18

Texte sympathique ma foi =) , cependant j'aurai aéré davantage ton texte histoire que ce soit moins "block-compact". Après, j'ai bien aimé aussi le fait que tu dresse les catachans en des hommes pas comme les autres, un peu au dessus du lot okay


AVE DOMINUS NOX

Nero
Scout
Scout

Messages : 116
Localisation : Amas de Thramas

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettre de Sang 12] - Le prédateur de la jungle...

Message par Caddon Varn le Dim 7 Juin 2015 - 17:31

J'ai vraiment beaucoup aimé ce texte, surtout l'ambiance bizarre caractéristique des nécrons qui est vraiment bien retranscrite ici. Bravo !


"Pourquoi devrais-je craindre le démon? Il n'a aucun pouvoir sur moi."
                                                                                      -Frère-Capitaine Castavor Drak des Grey Knights

 :inquisition:
Mon chapitre perso : Golden Arrows

Caddon Varn
Vétéran Space Marine
Vétéran Space Marine

Messages : 604
Age : 16
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettre de Sang 12] - Le prédateur de la jungle...

Message par Anton Narvaez le Lun 15 Juin 2015 - 13:39

Texte réussi.

Gros Bémol par contre : Aère ton texte pour qu'il soit plus lisible. C'est vraiment pas évident de lire des gros blocs sur un écran, et j'ai peur que dans ton cas, ça dissuade certain de lire ton texte.

Très original les Nécrons dans la jungle. On ne s'attend pas forcément à ça.
Texte très descriptif mais néanmoins intéressant. Pas mal de petits passages épiques enrichissent ton texte. Verek est un perso auquel on adhère instantanément.

Et puis l'Eldar à la fin, j'adore ça. Ça me rappelle vaguement quelque chose...

Anton Narvaez
Space Marine
Space Marine

Messages : 480
Age : 26
Localisation : Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettre de Sang 12] - Le prédateur de la jungle...

Message par Zekka le Lun 15 Juin 2015 - 16:24

Merci à vous ^^
Pour l'aération du texte, je trouvais que ça correspondait bien avec la solidité des nécrons de faire des pavés épais *paf*
Non, sans blague, je ne m'en suis rendu compte qu'après et j'ai horreur de revenir sur un texte pondu d'un trait, donc bon, tant pis ^^
Je ferais mieux la prochaine fois
Et pour les Nécrons, j'ai en effet voulu surprendre car un monde nécropole endormi peux très bien être devenu un monde de jungles ^^ ,ou de glace (n'est-ce pas Damnos ?)
Et l'Eldar, j'y ai pensé à la toute fin, en repensant à leur veille sur tout monde nécropole, je me suis dit qu'il était obligatoire que j'en mette un ^^

Zekka
Sergent Space Marine
Sergent Space Marine

Messages : 670
Age : 24
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettre de Sang 12] - Le prédateur de la jungle...

Message par Emperor le Dim 5 Juil 2015 - 11:54


Ah ! Les Catachan je les attendais aussi avec cette intro, donc déjà merci à toi d'avoir contribué à mon petit plaisir !

Le texte est bien écrit et vraiment fluide, même si peut-être un peu trop linéaire pour moi dans le style.
Sans vouloir enfoncer le clou, comme les camarades du dessus je trouve le gros pavé difficilement lisible à cause de la faible interligne du forum.

Sinon, les nécrons et catachan sont bien décrits, fluff-approved et tout, nickel. Smile

Ah si, peut-être un léger bémol pour :
"...et un bandana noir du plus bel effet"

Ne souffrez pas que le catachan coquet vive !





Emperor
Primarque
Primarque

Messages : 3699

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettre de Sang 12] - Le prédateur de la jungle...

Message par Zekka le Dim 5 Juil 2015 - 14:25

Emperor a écrit:
Ah ! Les Catachan je les attendais aussi avec cette intro, donc déjà merci à toi d'avoir contribué à mon petit plaisir !
De rien voyons ^^ comme dit plus haut certains, en lisant l'intro, voient des HL, moi j'ai vu des Catachans ^^


Sans vouloir enfoncer le clou, comme les camarades du dessus je trouve le gros pavé difficilement lisible à cause de la faible interligne du forum.
Comme tu dis, les camarades du dessus l'ont tellement enfoncé que ça pourrait me servir de "clou de service" SM donc bon x)
Mais effectivement j'ai mal joué sur ce plan là


Sinon, les nécrons et catachan sont bien décrits, fluff-approved et tout, nickel. Smile
Merci ^^ c'était selon moi du domaine des "requis" du récit


Ah si, peut-être un léger bémol pour :
"...et un bandana noir du plus bel effet"

Ne souffrez pas que le catachan coquet vive !
On ne critique pas, j'aurais pu le faire rose....comment ça, ça contredit le fluff ?

Zekka
Sergent Space Marine
Sergent Space Marine

Messages : 670
Age : 24
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettre de Sang 12] - Le prédateur de la jungle...

Message par - Ghost of Arkio - le Dim 5 Juil 2015 - 15:58

Oui, également on recommande souvent d'aérer les textes pour faciliter la lecture.

J'ai bien aimé ton scénario, avec un petit coté Hinzerhaus, le décor "villes et villages" de films d'horreur, la distribution d'indices au fur et à mesure, et (important dans un LdS) la chute à la fin.

Après du point de vue lecteur (je sais que c'est toujours + facile) tu devrais faire attention à certaines expressions et tournures, détails. Bref une petite relecture à froid pour liser les plis.

- le catachan devil: le croc de catachan tu veux dire? ce n'est pas une épée, mais plutôt un équivalent du "crève-coeur" des tanith. Un gros couteau quoi. Donc "il tira son couteau et son diable", j'ai pensé à une confusion.

- terrans: à l'échelle galactique et pour des catachans, ce serait comme de dire "parisien". Autant dire homme.

- chargés de capturer une vieille forteresse, abandonnée des autochtones pour une énième peur de fantômes
Donc pas capturer mais occuper.

le tout possiblement auréolé d’énergie en cas d’ennemi trop tenace.
Possiblement: Une épée énergétique, sans auréole divine. ^^

Certains semblaient même fatigués ou aussi las que lui depuis qu’ils étaient entrés dans la forteresse.
Necron monolith = borne wifi géante! rire1

Le caporal fit alors face au seigneur de ces créatures, celles-ci s’apprêtant à le frapper, puis s’arrêtèrent et s’intéressèrent à ses hommes.
Au début de la phrase, j'ai cru que le catachan était déjà en position de duel avec le seigneur. Puis au milieu, que les créatures allaient frapper le seigneur nécron.
ex.:
"Le caporal fit alors face au seigneur de ces créatures. Ces dernières avaient cessé de s'en prendre à lui pour se retourner contre ses hommes."

Après, je serais un officier catachan, je les laisserais pas siffloter et blablater avec l'intuition d'une embuscade, et si je trouvais un monolith xenos en plein milieu de ma cour, je serais bien plus furax et estomaqué dans mes réactions ! Mais c'est p.e. parce que dans ma vision du fluff, les régiments catachan ne sont pas des régiments de caserne (même avec de la jungle autour)


Dernière édition par - Ghost of Arkio - le Dim 5 Juil 2015 - 16:18, édité 1 fois

- Ghost of Arkio -
Modérateur
Modérateur

Messages : 9535

http://wh40k-fr.lexicanum.com/wiki/Accueil

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettre de Sang 12] - Le prédateur de la jungle...

Message par Zekka le Dim 5 Juil 2015 - 16:10

- Ghost of Arkio - a écrit:
- le catachan devil: le croc de catachan tu veux dire? ce n'est pas une épée, mais plutôt un équivalent du "crève-coeur" des tanith. Un gros couteau quoi. Donc "il tira son couteau et son diable", j'ai pensé à une confusion.
Oui, du coup, c'est en effet une petite confusion ^^'


- chargés de capturer une vieille forteresse, abandonnée des autochtones pour une énième peur de fantômes
Donc pas capturer mais occuper.
Non non capturer, car à ce moment du récit, ils ignorent que la garnison ennemie a disparu, et l'ennemi ne fait pas parti des autochtones ,détail sur lequel j'aurais peut-être dû insister du coup ^^'


le tout possiblement auréolé d’énergie en cas d’ennemi trop tenace.
Possiblement: Une épée énergétique, sans auréole divine. ^^
Oui, j'aurais mis épouvant bannir un démon" si cette épée avait été divine , mais je voyais mal un catachan s'intéresser au divin ^^


Certains semblaient même fatigués ou aussi las que lui depuis qu’ils étaient entrés dans la forteresse.
Necron monolith = borne wifi géante! rire1
Ou pompeur d'énergie vitale ^^


Le caporal fit alors face au seigneur de ces créatures, celles-ci s’apprêtant à le frapper, puis s’arrêtèrent et s’intéressèrent à ses hommes.
Au début de la phrase, j'ai cru que le catachan était déjà en position de duel avec le seigneur. Puis au milieu, que les créatures allaient frapper le seigneur nécron.
ex.:
"Le caporal fit alors face au seigneur de ces créatures. Ces dernières avaient cessé de s'en prendre à lui pour se retourner contre ses hommes."
Mauvaise tournure, ma faute


Zekka
Sergent Space Marine
Sergent Space Marine

Messages : 670
Age : 24
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettre de Sang 12] - Le prédateur de la jungle...

Message par Vlad le Dim 5 Juil 2015 - 22:39

Un bon petit texte avec un scénario bien mené mais je pense qu'il aurait gagné à être plus aéré, même si la fluidité de ton écriture atténue le côté monobloc (tu passais vite fait en mode édition, fait deux/trois sauts de ligne, et le tour était joué ^^).

Bonne idée que l'affrontement Catachan/Necrons, les Nécrons n'étant pas ceux que l'on croise le plus dans les LdS, et surtout respect de leur fluff.



Vlad
Maitre de chapitre
Maitre de chapitre

Messages : 2938
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettre de Sang 12] - Le prédateur de la jungle...

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 7:44


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum