[Lettres de sang 16] Moisson.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Lettres de sang 16] Moisson.

Message par arckik le Ven 31 Mar 2017 - 23:40

Remarques pré-lecture:
Certes, les musiques qui sont censées correspondre aux paragraphes sont bien trop longues. Mais, parce que j’trouve que les paroles correspondent bien (n’hésitez pas à retrouver les paroles en détail sur des sites comme AZLyrics, pask c’est zoli)…
Pour chacune des premières sections (séparée des autres par un trait) :
- Nothing but the Dead and Dying Back in My Little Town. (My Little Town. Simon and Garfunkel.)
- But a Pilgrim must follow in search of a shrine as he enters the cathedral. (The Turn of a Friendly Card. Alan Parsons Project.)
- There’s a patch of snow on the ground. (A Hazy Shade of Winter. Simon and Garfunkel.)

Et, désolé, il n’y a toujours pas de dialogue dans ce texte. Sur ce, sans plus de spoilers, j’espère que vous apprécierez lire ma popotte autant que j’ai aimé la faire mijoter. Smile Bonne lecture !

___________________________


Journal.

Je suis la seule du clan à être revenue sur les lieux, et ce fût ma première fois. Oui, ma première fois : ce fût la première fois que je voyais un tel charnier. J’avais d’abord perdu mes camarades, puis mon mentor. Maintenant, c’était ma famille que je perdais. Ils avaient tout éradiqué. Tout.

Ces monstres n’ont aucune pitié. Ils tuent sans distinguer, les civils comme les militaires. Pourtant, mon village n’a jamais eu aucun intérêt stratégique ! Il n’a, ou plutôt il n’avait même pas de caserne, ni de fabrique ou de dépôt d’armes ou de vivres ! Attaquer aussi sauvagement un village inoffensif, quel intérêt ? Pourquoi ?  C’est injuste ! Ils n’ont pas le droit !

Au village, on n’avait même pas de milice, et tous ceux qui pouvaient porter une arme avaient été envoyés sur le front Nord. Ils sont tombés de nuit sur le village endormi comme des loups sur le mouton isolé. D’après les enregistrements, ils sont arrivés trente secondes seulement après le déclenchement de l’alarme. Le rugissement strident des haut-parleurs a provoqué la cohue. Certains ont eu le temps de courir jusqu’à l’abri construit à flanc de montagne. D’autres se sont retrouvés à moitié carbonisés alors même qu’ils arrivaient devant les marches de l’escalier. De toute façon, ça n’a servi à rien ; aucun n’a survécu.

Les croissants de métal sont arrivés, et ont téléporté leurs cargaisons d’engins de morts. Les toitures ont rapidement brûlé sous la chaleur des rayons teslas. Les occupants qui ne mourraient pas écrasés sous les débris incandescents ont suffoqué, piégés par la fumée dans leurs propres habitations, destinées à être leurs cercueils.  

Puis, environ trois minutes après l’arrivée des nécrons, tombant à leur tour du ciel, ceux qui portent la colère de l’Empereur sont arrivés, comme une pluie de météores embrasés. C’est sur la place centrale que les combats ont été les plus brutaux, en face de la chapelle. Des corps à corps sans merci, des flammes partout, et la fontaine qui n’était plus qu’une colonne de vapeur vacillante dans la nuit noire.  Ils étaient arrivés. Enfin. Mais ils étaient arrivés trop tard.

C’était pour eux qu’on s’était battus. C’est pour leur permettre d’organiser la défense au sol que mon escadron avait été envoyé contre les chasseurs ennemis,  dans une mission suicidaire destinée uniquement à gagner du temps pour permettre aux renforts d’arriver. Mais ils sont toujours trop nombreux, et leurs armes surclassent les nôtres par bien des points de vue. Un par un, ils ont descendu Pat, puis Flo, puis Fab. Puis ils ont touché le turbo gauche de mon propre appareil. La Vendetta s’est écrasée dans la neige. Miraculeusement, j’ai survécu. Mais pas Sam, qui avait supervisé toute ma formation de pilote jusqu’à ce jour. Sam. Pauvre Sam. Il a tellement souffert. Il ne le méritait pas. Pas lui. Assise sur le haut du cockpit défoncé, j’ai vu son visage crispé se détendre en un semblant de sourire, et la fumée s’élever par-delà la montagne. J’ai vu les Anges de la Mort récolter ceux qui la semaient. J’ai vu les flammes redoubler.

Sam est mort pour rien : nos « sauveurs » sont arrivés trop tard. Ils ont beau être meilleurs combattants que nous, ils ne valent surement pas plus : ils n’ont sauvé personne ! Leurs belles armures et leurs parades n’y changent rien. Eux aussi, ils ont échoué.

Aujourd’hui, malgré tous les beaux discours, je crois que j’ai enfin compris : dans une guerre, il n’y a pas de gagnant. Ce n’est pas la vengeance qui va sauver les morts. C’est ce que j’ai appris quand on m’a trouvée au pied de mon épave cette nuit-là, quand la patrouille est rentrée dans un hangar vidé des quatre cinquièmes de ses vaisseaux, et quand, la nuit d’après, avec les consignes rituelles, dans une navette Arvus plus froide que la glace qui recouvre les lacs, je suis revenue.

___________________________


La neige tombait sans discontinuer. La nuit était profonde et calme. Dans l'obscurité, on n'entendait que le bruissement des flocons qui s'accumulaient en couches épaisses, effaçant lentement les silhouettes difformes des morts et des carcasses. Une grande bataille avait eu lieu, et après elle personne n'était venu, seulement une nuit qui semblait ne plus vouloir s'achever.

Quelque part dans cette nuit polaire, une faible lumière apparut, flottant comme une lanterne portée à bout de bras.

___________________________


Silence.

Un pâle faisceau semblait désespérément tenter de rompre le manteau noir qui s’était abattu sur les lieux. D’abord rivé sur le sol, il s’était redirigé vers le vide, alors qu’une navette se posait dans les congères, faisant s’élever une nuée poudreuse. Dans un dernier soubresaut, le ronronnement des moteurs avait laissé place au silence, tout comme les flammes rouges avaient laissé place à une obscurité qui ne finirait plus. Après une minute qui sembla durer une éternité, le faisceau fût coupé, et la porte arrière de la navette s’ouvrit dans un nouveau rai de lumière, pour laisser sortir une silhouette frêle, difficile à distinguer au travers des flocons. Une fois que la pilote eût fait ses premiers pas dans la neige fraiche, la porte se referma, replongeant momentanément les environs dans l’obscurité.
Puis, un nouveau faisceau, encore plus faible que le précédent, émana du casque de la jeune femme, alors qu’elle progressait lentement et péniblement. Au milieu de ce néant, elle semblait se diriger sans hésitation. Elle ne semblait rien, mais osait s’espérer implacable. Elle voulait affronter les évènements, le froid, la peur, et la nuit.

La lumière de sa lampe éclairait tour à tour les corps calcinés puis les débris métalliques qui dépassaient de la couche de neige, et qu’elle tâchait d’éviter avec précaution. A chaque fois qu’elle butait sur un cadavre, elle déglutissait, et se retenait de libérer ses rations. Après une centaine de mètre, elle arriva enfin devant son but. Elle se tenait devant la chapelle du village, ou, du moins, ce qu’il en restait. Le toit de la chapelle était éventré, laissant le chœur et l’autel à la merci de la neige et du vent, mais, comme par miracle, le clocher avait tenu.

La rescapée, un instant figée devant l’édifice, se décida enfin à retirer son casque et ouvrir la porte d’entrée qui avait miraculeusement survécu, pour pénétrer, non sans efforts, dans la chapelle. A l’intérieur, les cadavres étaient masqués par l’ombre des murs. Gwen, car c’était son nom, sentit, à sa plus grande surprise, une odeur qui s’élevait dans les décombres de la nef. C’était l’odeur des morts, mêlée à celle de l’encens. Face à elle, abritées au pied de l’autel de marbre couvert de neige, trois chandelles étaient allumées à même le sol, révélant les marches tâchées de sang. Les yeux humides de larmes de la pilote reflétaient la flamme douce qui faisait lentement couler la cire, alors qu’elle s’agenouillait sur les dalles de pierres enneigées.

Elle observa de nouveau les contours obscurcis de la chapelle. La voûte qui auparavant éclatait d’une blancheur immaculée était noircie par les fumées qui l’avaient emplie le temps d’un unique et bref affrontement, et les vitraux qui jetaient tous les jours les portraits colorés des Saints  sur le sol de marbre. C’est alors que, intriguée, elle remarqua une ombre imposante qui s’étendait derrière dans le chœur de la chapelle. Sortie de sa prière par la curiosité et une once d’angoisse, elle se releva lentement, et, marchant en silence, s’approcha pas à pas de la forme massive qui semblait s’appuyer contre les restes écorchés d’un pilier.

C’était un colosse en armure verte, dont l’épaulière gauche, d’un noir d’ébène tranchant parmi le vert émeraude, arborait le dessin d’une formidable tête de dragon. Son casque, ornementé de flammes stylisées, était renversé à ses côtés, et Gwen, tentant de dévisager le Salamander qui reposait là, prit peur à la vue du visage du marine, du même noir que son épaulière. Elle vît alors la mare de sang écarlate dans lequel le fils de l’Empereur baignait, et ne pût s’empêcher de détourner le regard. Ayant tourné la tête de dégoût, elle regardait maintenant la statue de l’ange qu’elle avait prié toute son enfance. Cette statue qui l’avait rassurée dans ses moments de doutes quand elle revenait au village pendant les rares pauses de ses études, et qui l’avait vue passer toutes ses cérémonies d’intégration dans l’armée...

Le froid rappela la jeune pilote à sa situation. Grelottante malgré les multiples couches d’épais vêtements que son uniforme hivernal comportait, elle se redirigea vers la sortie de la chapelle, évitant soigneusement de recroiser l’image du sol souillé par la neige rougie. Passant le pas de la porte, elle remit son casque, et, partant vers la gauche, elle longea le mur jusqu’à sa jonction avec une petite tour ronde, dont tout un pan de mur s’était effondré, mais qui tenait encore tant bien que mal. Pénétrant par la brèche que les combats avaient créée, Gwen atteignit le centre de la tour, où une corde roussie pendait depuis ce qui semblait être le plafond. Séchant d’un revers de manche ses larmes, Gwen posa son sac par terre, et regarda un instant les nuages de buée que son souffle dégageait. Puis, ayant retrouvé un semblant de sérénité, elle inspira un grand coup, saisit la corde de ses deux mains, et tira de toutes ses forces.

___________________________


Finalement, l’aube s’est levée, et avec elle les nuages qui recouvraient la vallée enneigée. Les derniers échos du glas ont résonné une dernière fois entre les cols, et Gwen est sortie du clocher en ruine. Ayant marqué un temps d’arrêt au sortir de la pénombre, la pilote, gardant son casque sous le bras, cligna des yeux, éblouie par la lumière du jour naissant.


Parmi les ombres qui s’étiolaient, une se détachait particulièrement. Il semblait comme une tache d’émeraude penchée dans la neige tel un paysan pendant la récolte.
Gwen l’aperçut. Elle remarqua l’épaulière blanche du Marine, ainsi que les trois losanges pourpres qui ornementaient cette dernière et indiquaient son rang. Elle vît aussi l’étrange appareil bardé d’aiguilles sordides qu’il portait sur son bras gauche. Ne sachant pas pourquoi le surhomme ne faisait pas attention à sa présence, elle repartit silencieusement vers sa navette.

___________________________


« Leurs belles armures et leurs parades n’y changent rien. Eux aussi, ils ont perdu. »


___________________________

Total (récit uniquement) : 1704 mots.

Pour citer l’œuvre célèbre, parce que c'est trop tentant : pour qui (donc) sonne le glas ?
Appel aux commentaires / fleurs / cailloux surtout.

Private Joke pour Rhydysann ?:
Pas de problème de coiffure, de miroir ou d'oreille arrachée cette fois-ci je suppose ? - en espérant qu'on survive à celle-là - Wink

(PS : Et non, pas d'appel aux multiples parenthèses et post-scriptums cette fois-ci... pour le meilleur ? Pas sur... on verra bien si ça finit en édit'.)
avatar

arckik
Space Marine
Space Marine

Messages : 241
Age : 19
Localisation : Devant mon pc - Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres de sang 16] Moisson.

Message par vulkan le Sam 1 Avr 2017 - 9:36

plusun

Ta nouvelle est vraiment superbe et agréable à lire. Et pour une fois c'est bien de voir les salamanders sous un jour moins reluisant.

Petite question. Les envahisseurs qui ont tout détruits c'est bien des Nécrons ?
avatar

vulkan
Space Marine
Space Marine

Messages : 172
Age : 20
Localisation : Tours

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres de sang 16] Moisson.

Message par arckik le Sam 1 Avr 2017 - 10:33

Eh bien, merci de l'avis. Je crains pourtant d'être retombé dans mon travers de ne vouloir tracer que des tableaux et ne pas implémenter d'action directe dans du 40k...

Petite question. Les envahisseurs qui ont tout détruits c'est bien des Nécrons ?
texte a écrit:environ trois minutes après l’arrivée des nécrons
Pour sur, difficile de faire plus explicite. Smile

Et pour une fois c'est bien de voir les salamanders sous un jour moins reluisant.
Héhé, qui aime bien châtie bien. Et, les premiers Salamanders (ceux, terriens, de 30k avant l'arrivée de Vulkan), étaient réputés pour être plus inhumains encore que les pires des barbares... (Angron, es-tu là ? ^^)
Aujourd'hui, c'est une des légions qui perd le plus de monde en combat (avec les Imperial Fists)
[Mais on s'éloigne du sujet Wink]

Plus qu'à attendre les participations des autres, qui prennent encore leur temps... Wink (mais j'ai un JdR à finir de préparer pour cet aprèm', donc, pas le temps de perfectionner...)
avatar

arckik
Space Marine
Space Marine

Messages : 241
Age : 19
Localisation : Devant mon pc - Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres de sang 16] Moisson.

Message par Emperor le Lun 24 Avr 2017 - 20:41


Texte maîtrisé, morale intéressante (perte du côté extraordinaire des SM lorsqu'ils se confrontent à un ennemi tout aussi incroyable ; et surtout ce ressenti sur un humain normal et jusqu'ici gavé à la über mythologie Astartes), sympa le tocsin des héros. Smile

Même si comme tu le dis toi-même ça manque un peu d'action, on est détaché de la première partie alors que la seconde se déroule sans accroc ou prise de risque. Ça reste un bon texte d'ambiance quand même, qui certes reste "tranquillou", "émotionneux", mais se lit bien. okay




avatar

Emperor
Primarque
Primarque

Messages : 4282

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres de sang 16] Moisson.

Message par - Ghost of Arkio - le Mar 25 Avr 2017 - 15:22

Texte presque poétique et sans action, et que j'ai trouvé bien structuré dans son propos et son déroulement. Un récit à ambiance! sur la vacuité de la guerre. Bravo, faut oser à 40k Smile

Attention à certaines expressions :
- "leurs armes surclassent les nôtres par bien des points de vue" par bien des aspects, de bien des points de vue.
- "les nuages de buée" : buée sur les vitres ; souffle givré par ex.
- "les trois losanges pourpres qui ornementaient " = qui ornaient
avatar

- Ghost of Arkio -
Modérateur
Modérateur

Messages : 10750

http://wh40k-fr.lexicanum.com/wiki/Accueil

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres de sang 16] Moisson.

Message par arckik le Mar 25 Avr 2017 - 19:44

Merci à vous deux ! C'est chouette de pouvoir distinguer aussi directement où progresser, et ça va grandement m'aider (peut-être qu'en LDS17 il y aura moins d'erreurs ? ^^). Smile

- La prochaine fois, je crois qu'j'ai intérêt à intégrer un peu plus d'action... Rah, la philo, ça m'influence trop ^^... ça sera un nouveau défi.
- @ 3 expressions douteuses : bien vu ! Décidément, tu as l'oeil : ça ne m'avait pas choqué à la relecture, mais maintenant que tu le pointes du doigt. Va falloir que je fasse doublement attention... ^^ Pour les nuages de buées particulièrement, j'avais eu quelques soucis, et je ne voyais pas quoi mettre. Pannes d'inspiration problématiques.
- J'avais grand peur que la première partie, façon "résumé" ne soit un peu confuse et trop... je ne sais quoi. A croire que ça n'a pas trop choqué donc, tant mieux. Wink
- Uber-SM : qui aime bien châtie bien. Raz le bol qu'on oublie les héros de la Garde.

Encore un grand merci du retour. Finalement, chaque LDS me force à écrire un peu plus que d'habitude, et permet de progresser. Franchement, je ne peux que célébrer un peu plus le concept. Wink

A vous relire, donc. (Va bien falloir que j'vote pour quelque chose moi. Pas possible en politique, mais là, pas d'excuse... ^^)
avatar

arckik
Space Marine
Space Marine

Messages : 241
Age : 19
Localisation : Devant mon pc - Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres de sang 16] Moisson.

Message par - Ghost of Arkio - le Mar 25 Avr 2017 - 21:58

La relecture, c'est la clé de la victoire; une fausse note peut influencer ton lecteur et la lecture sur le net est si volatile..
M'enfin je fais des remarques à chaque fois car je suis moi-même un gros consommateur de relecture; j'ai du passer 3h à triturer le mien et je suis sûr d'en avoir oublié. Wink
avatar

- Ghost of Arkio -
Modérateur
Modérateur

Messages : 10750

http://wh40k-fr.lexicanum.com/wiki/Accueil

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres de sang 16] Moisson.

Message par Vlad le Mer 26 Avr 2017 - 17:53

Un texte comme je les aime ! Avec cette touche de noirceur que l'on ne voit que trop rarement à 40k.

Le manque d'action ne m'a pas dérangé en tout cas, je trouve même que c'est un bon défi que de ne pas en mettre trop, surtout dans ce format.

Bravo à toi !


avatar

Vlad
Primarque
Primarque

Messages : 3459
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres de sang 16] Moisson.

Message par Rhydysann le Dim 7 Mai 2017 - 14:42

Un bon texte sans action ce n'est pas plus mal de temps en temps. J'ai beaucoup apprécié ton style d'écriture, comment tu décris l'horreur de la guerre et de voir que ta pilote Gwen est toujours en action.
Arckik a écrit:
PRIVATE JOKE POUR RHYDYSANN ?::
Pas de problème de coiffure, de miroir ou d'oreille arrachée cette fois-ci je suppose ? - en espérant qu'on survive à celle-là - Wink
Gwen et Briala n'ont pas les mêmes préoccupations c'est tout. Very Happy Moi aussi en espérant qu'on survive^^


avatar

Rhydysann
Premier Capitaine
Premier Capitaine

Messages : 1560
Age : 19
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres de sang 16] Moisson.

Message par Zekka le Dim 7 Mai 2017 - 21:53

Pas mal pas mal tout ça ^^
Mais mon côté "fluff-nazi" me fait me poser quelques questions:
Comment le SM s'est mis à saigner aussi abondamment pour en mourir ? Les armes Tesla brûlant plus que coupant, je ne pense pas que ce soit ça, les armes à fission alors ? mais l'armure serait méconnaissable voire inexistante ,une arme de CàC énergétique peut-être ?
Et pour l'Apothicaire: il a abandonné les glandes progénoîdes en plein combat pour aller les chercher plus tard ? Ou les frères du mort l'ont abandonné plutôt que le ramener à l'Apothecarion local ?

Bref, à part pour ça, rien à redire ^^
avatar

Zekka
Premier Capitaine
Premier Capitaine

Messages : 1034
Age : 26
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres de sang 16] Moisson.

Message par arckik le Dim 7 Mai 2017 - 22:43

@Ghost :
La relecture, c'est la clé de la victoire; une fausse note peut influencer ton lecteur et la lecture sur le net est si volatile..
M'enfin je fais des remarques à chaque fois car je suis moi-même un gros consommateur de relecture; j'ai du passer 3h à triturer le mien et je suis sûr d'en avoir oublié.
La prochaine fois, je l'aurais ! Wink La relecture parfaite m'attend ! (elle est pas prête de me trouver...)

@Vlad :
Un texte comme je les aime ! Avec cette touche de noirceur que l'on ne voit que trop rarement à 40k.
Le manque d'action ne m'a pas dérangé en tout cas, je trouve même que c'est un bon défi que de ne pas en mettre trop, surtout dans ce format.
40k, c'est épique, c'est futuriste, mais c'est surtout la guerre, nom de nom ! Et la guerre, en vrai, c'est pas cool.
Le prochain défi, ça va être de ré-insérer du fluff dans la prochaine édition ! (ça fait 2 fois que j'oublie que c'est un point central des LDS...) (et puis, j'ai un peu de mal à décrire de l'action réaliste et plausible, je crois. Y a encore du boulot ^^)
Merci de l'encouragement ! Smile

@Rhydysann :
Un bon texte sans action ce n'est pas plus mal de temps en temps. J'ai beaucoup apprécié ton style d'écriture, comment tu décris l'horreur de la guerre et de voir que ta pilote Gwen est toujours en action.
J'ai quand même peur d'avoir été trop passif sur c'coup-là... Enfin, si le style plait, je suis ravi !
(Une fois le vote passé, je recycle une partie du texte en journal de bord... héhé ^^)
(on survivra si Mach' revient d'entre les morts)

@Zekka :
Haha !
Si je suis un gramma-nazi, il y a donc un fluff-nazi ici. Ouf'. ^^
Comment le SM s'est mis à saigner aussi abondamment pour en mourir ? Les armes Tesla brûlant plus que coupant, je ne pense pas que ce soit ça, les armes à fission alors ? mais l'armure serait méconnaissable voire inexistante ,une arme de CàC énergétique peut-être ?
T'y est presque. Un coup d'arme contondante dans le ventre, et un plastron défoncé, ça laisse ce genre de traces. Mais comme je ne suis pas hyper-fan du gore, j'ai fait l'ellipse. Le sang, c'est suffisant.
Et pour l'Apothicaire: il a abandonné les glandes progénoîdes en plein combat pour aller les chercher plus tard ? Ou les frères du mort l'ont abandonné plutôt que le ramener à l'Apothecarion local ?
"Réponse A" : - Il n'a pas pu les récupérer dans l'intensité des combats (comme il arrive fréquemment lors des assauts éclairs et désespérés, finalement), et est donc resté sur les lieux (peut-être accompagné ? Wink) après la bataille pour sa moisson de progénoïdes. D'ailleurs, il n'y a pas d'Apothecarion local. Le centre d'opération SM le plus proche est en orbite...

Encore merci à vous pour ces commentaires rassurants (cette angoisse du arckik...) et encourageants !
Vivement la prochaine édition.
avatar

arckik
Space Marine
Space Marine

Messages : 241
Age : 19
Localisation : Devant mon pc - Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres de sang 16] Moisson.

Message par Zekka le Dim 7 Mai 2017 - 22:54

arckik a écrit:Si je suis un gramma-nazi, il y a donc un fluff-nazi ici.
Disons que je peux être les 2 ^^ mais plus généralement fluff-nazi ^^

T'y est presque. Un coup d'arme contondante dans le ventre, et un plastron défoncé, ça laisse ce genre de traces. Mais comme je ne suis pas hyper-fan du gore, j'ai fait l'ellipse. Le sang, c'est suffisant.
Un coup contondant sacrément violent ^^' parce que généralement un SM ne meurt pas de saignements, ou alors il saigne par tous les pores de sa peau (merci les glande génético-améliorées)^^'

"Réponse A" : - Il n'a pas pu les récupérer dans l'intensité des combats (comme il arrive fréquemment lors des assauts éclairs et désespérés, finalement), et est donc resté sur les lieux (peut-être accompagné ? Wink) après la bataille pour sa moisson de progénoïdes. D'ailleurs, il n'y a pas d'Apothecarion local. Le centre d'opération SM le plus proche est en orbite...
Pour l'Apothecarion ,c'est ce que j'imaginais, mais les mourants pouvaient être ramenés en orbite par un Thunderhawk ,à moins que les Nécrons n'aient déployé de l'armement lourd ?



Dernière édition par Zekka le Jeu 8 Juin 2017 - 22:06, édité 1 fois
avatar

Zekka
Premier Capitaine
Premier Capitaine

Messages : 1034
Age : 26
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres de sang 16] Moisson.

Message par arckik le Dim 7 Mai 2017 - 23:02

Un coup contondant sacrément violent ^^' parce que généralement un SM ne meurt pas de saignements, ou alors il saigne par tous les pores de sa peau (merci les glande génético-améliorées)^^'
On va dire qu'il est mort sur le coup (un Dynast, ça donne des vilaines claques avec la hampe de sa faux).
Le sang est sorti de la plaie, "coulant", mais le marine était déjà condamné.
les mourants pouvaient être ramenés en orbite par un Thunderhawk ,à moins que les Nécrons n'aient déployé de l'armement lourd ?
Disons plutôt que le raid de cette nuit-là n'était pas le seul, et qu'ils n'ont pas eu le temps. Mais un bûcher funéraire sera dressé dans la semaine, en hommage aux victimes. Palaméa, c'est une grosse campagne... (c'est surtout que sinon, je n'ai pas de justification ^^)
avatar

arckik
Space Marine
Space Marine

Messages : 241
Age : 19
Localisation : Devant mon pc - Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres de sang 16] Moisson.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum