[Lettres De Sang 16] Abomino

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Lettres De Sang 16] Abomino

Message par Emperor le Dim 2 Avr 2017 - 22:49


Abomino




"Vous vous rappelez ces histoires où le mec avec un pentagramme et un peu d’eau bénite se dit qu’il pourra tranquillement dominer le démon ? Ça ne fonctionne jamais."

- Paroles attribuées à l’unité connue sous l’indicatif TRAP-01. Verbatim transmis à l’Ecclésiarchie pour potentielle déviance spirituelle -


----------------------------------


La neige tombait sans discontinuer. La nuit était profonde et calme. Dans l'obscurité, on n'entendait que le bruissement des flocons qui s'accumulaient en couches épaisses, effaçant lentement les silhouettes difformes des morts et des carcasses. Une grande bataille avait eu lieu, et après elle personne n'était venu, seulement une nuit qui semblait ne plus vouloir s'achever.

Quelque part dans cette nuit polaire, une faible lumière apparut, flottant comme une lanterne portée à bout de bras.



Un cri se fit entendre, un entremêlement de fréquences contre-nature qui eut pour effet secondaire d’engendrer une soudaine montée migraineuse chez les deux hommes, la principale répercussion étant une envie irrationnelle de prendre leurs jambes à leur cou. La neige qui s'accrochait à leurs treillis amidonnés et à leur armement spécialisé tomba en un rideau étrangement fluide, comme soumis à un champ électrostatique plutôt qu’à la simple gravité. Leur réponse ne se fit pas attendre. Le binôme stoppa sa progression en tiroir pour adopter un arrêt tactique. Deux énormes couleuvrines furent simultanément braquées vers ce qu’ils estimaient être la direction d’où provenait le feulement, les lumitorches montées sous les canons peignant la nuit de leurs faisceaux surpuissants, à la recherche de ce qui avait pu émettre un tel son.

— Corporaptor Primus ?

— Si seulement.

Ils se regardèrent du coin de l’œil. La luminosité périmétrique des cônes d’illumination était tout juste suffisante pour laisser entrapercevoir le début d’inquiétude qui commençait à transparaitre sur leurs visages, chacun faisant alors semblant de ne pas le remarquer chez l’autre. C’était une habitude.

Cessez de vocaliser.

Le technoprêtre qui leur avait été assigné à tous deux pour cette chasse était aussi intransigeant que dérangeant. Augmenté avec une volonté évidente de singer l'humanité qu'il avait pourtant choisi d'abandonner, il était en tout point similaire à un être humain. Et pourtant, la moindre de ses minuscules imperfections le rendait monstrueux.

Phénotype Diabolus identifié, finit-il par concéder.

Ses lèves bougèrent avec une infime latence par rapport à ses paroles, énoncées avec des cordes vocales de synthèse. La désynchronisation était presque imperceptible mais engendra tout de même une moue de dégoût de la part des deux trappeurs. Parfaitement habitués aux adeptes facilement identifiables en tant que tels, de ceux qui possédaient une apparence métallique et des membres-outils en nombre, ils avaient pourtant du mal à accepter celui-ci, qui donnait plus l'impression d'être un homme ne parvenant pas à paraître normal plutôt qu’une machine ne réussissant pas à se faire passer pour un humain. Dérangeant.

— Quoi, un classe V ? On n’a pas signé pour ça. Le contrat était clair, classe III max…

— On n’y arrivera pas. Il nous faut du renfort.

Ne vous préoccupez pas de cela, dit le technoprêtre en tapotant avec tendresse le dessus d’une caisse antigrav de taille respectable. Appairée à lui par une longe électromagnétique, elle se maintenait en permanence à une cinquantaine de centimètres de sa personne, laissant dans son sillage une bande de neige fondue. Suivez-moi, voxa-t-il laconiquement tout en s’engageant dans une direction presque inverse à celle que les deux hommes étaient en train de couvrir. Ils en furent vexés, mais pas plus étonnés que ça. Les créatures qu’ils avaient l’habitude de traquer trompaient aisément les sens de l’homme. L’une des raisons pour lesquelles le Mechanicus était essentiel à la conduite de leur mission.

— Attendez, est-ce qu’on ne se dirige pas…

En effet. Abomino se complaît dans les viscères et la souffrance, fut-elle passée. Celui-là nous attend au Charnier.


----------------------------------


Par moments, ils ne pouvaient faire un pas sans craqueler un crâne, briser une cage thoracique, glisser sur un amas d’organes ou déraper sur des sécrétions en tous genres. Heureusement, la couche de neige qui tapissait le paysage leur évitait de subir le pire, visuellement et olfactivement.

La bataille de la veille avait été terrible. C’était celle qui avait conclu le triste épisode d’un monde qui avait été à deux doigts d’embrasser le changement. La motte castrale Primus, puissant bastion et berceau régional du pouvoir Impérial, était encore en feu, malgré la neige qui tombait sans discontinuer. Au loin, la cathédrale du Corpus Imperator finissait également de se consumer, ses monumentaux contreforts avaient coulé comme de la cire à mesure que l'entropie désacralisait le glorieux marbre en un hurlement minéral dont les premiers échos avaient soufflé toutes les vitres à deux kilomètres à la ronde.

S’il n’y avait eu l’infaillibilité de son chronographe interne, le technoprêtre aurait comme ses acolytes non augmentés perdu le compte des jours depuis que la menace latente puis insidieuse des débuts s'était brutalement concrétisée en ce genre de phénomène irrationnel, absurdement violent, sans finesse aucune. Si elles avaient bien attisé la curiosité du Biologis, les soudaines et massives migrations de la faune locale qui avaient précédé le phénomène ne les avaient pas alertés pour autant. C'était avant qu'ils ne découvrent dans l’ignorant animal l’instinctive conscience de la démonologie. Des apostats - bien physiques eux - avaient été également impliqués. Un feu roulant avait presque intégralement annihilé les contre-batteries des Fraters de la Sainte Motte. Les forces armées du secteur, bien que judicieusement prépositionnées selon le motif défensif Talleyrand, avaient dû battre en retraite. L’événement avait été le déclencheur d'une hystérie de moyenne intensité parmi la population.

Malgré tout, la singularité mystique avait reflué, et avec elle, la victoire était apparue. Les flots d’abominations s’étaient taris, et celles qui avaient réussi à s’ancrer dans cette réalité s’étaient progressivement affaiblies, offrant une opportunité décisive pour les défenseurs. Les forces conventionnelles de l’ennemi, quasiment privées de soutien démoniaque, avaient dû être écrasées lors d’un dernier affrontement décisif. Qui avait eu lieu ici.

Alors que le jour était sur le point de se lever, le trio balayait des yeux le paysage torturé et les constructions de l'homme qui, il y a quelques jours encore, étaient soumises à l'improbable maelstrom. Bien qu’atténuée à leurs sens par le tapis de poudreuse et la faible luminosité ambiante, la destruction était encore incroyable.

Ils continuèrent leur traversée du champ de bataille avec prudence, faisant confiance aux sens améliorés du martien pour les mener vers une proie qu’ils n’avaient pas l’habitude de traiter. Des dizaines d’équipes comme la leur étaient en ce moment même en train de traquer les derniers représentants démoniaques vomis par l’Anomalie, triste engeance qui s’accrochait encore à cette dimension dans le but de nuire un peu plus longtemps à l’Humanité. Ils étaient les plus puissants de ceux que l’Aether leur avait envoyé, et même s’ils n’étaient maintenant plus que l’ombre de ce qu’ils avaient été, ils n’en représentaient pas moins des menaces considérables.



Le technoprêtre profita de sa position centrale dans le trio pour jauger une nouvelle fois les deux hommes, un œil fixé sur chacun, à la manière d’un caméléon. Leur pouls était légèrement trop élevé, leurs glandes sudoripares un peu trop mises à contribution, mais pour le reste, ils paraissaient corrects. Ni tremblements, ni pâleur excessive, ni aucun des dix-sept autres symptômes primaires qui lui auraient fait reconsidérer la mission. Compte tenu de ce à quoi ils avaient à faire, c’était un exploit.

Après les avoir soumis pendant encore quelques secondes à ses multiples spectres d’analyse, il en conclut qu’ils étaient de véritables professionnels, conformément à ce que la Missionaria Purgatus lui avait assuré. Dépêchés d’urgence de la lune forestière au sortir de la victoire, ils n’avaient été que sommairement briefés sur ce qui était advenu ici. La version qui leur avait été rapportée était qu’une attaque xéno massive avait sérieusement mis à mal les forces de défense planétaire et le contingent de l’Ecclésiarchie. Finalement vainqueurs, les défenseurs éreintés par des semaines de combat nécessitaient aujourd’hui l’expertise bien particulière des mercenaires des lunes voisines pour aider à la traque et à l’élimination des quelques groupes ennemis qui sévissaient encore ici et là.

Si l’on en croyait les rumeurs, ces deux là avaient même aidé à traiter une pré-infestation tyrannides. Mais les démons étaient une toute autre histoire. Les prévenir au dernier moment de la nature exacte de leur proie avait été jugé par les Cogniticiens comme étant la meilleure méthode, celle qui leur assurerait une réponse psychologique optimum de la part des équipes de chasse. Le triomphe de l’intelligence sur le bon sens. Même si après tout, un démon privé du Warp depuis autant de temps n’était pas si différent des apex prédateurs qu’ils avaient l’habitude de pourchasser à travers tout le secteur… Quoi qu’il en soit, ils n’avaient pas protesté plus que cela à l’annonce de Diabolus. Ils devaient être dotés d’une solide armature morale, ou bien alors être totalement inconscients. Était-ce donc ça, ce taux d’adrénaline légèrement trop élevé - mais sans plus - qu’il avait décelé chez eux ? Considéraient-ils ce contrat comme un simple défi professionnel ?

Le plus râblé des deux, celui qu’il connaissait sous la dénomination de TRAP-02, se retourna vers lui en le hélant discrètement sur le canal audio, son souffle expectorant une nuée de vapeur dans le froid mordant. Un halo rouge vint se superposer à l’ovale jaune-orangé qui lui faisait office de visage. Le technoprêtre abandonna sa vision thermique pour revenir au spectre visuel classique. Il vit tout de suite ce qui n’allait pas.


----------------------------------


En traversant la plaine parsemée de cadavres enneigés, ils s’étaient rapprochés de la cathédrale. Elle n’était désormais plus qu’à quelques centaines de mètres, ce qui à la lueur des quelques flammèches qui la parcouraient encore permettait d’en apprécier toute la dévastation. Les trappeurs se signèrent de l’aquila.

Le Saint ouvrage n’était plus qu’un agglomérat de pierre fondue, ses flèches naguère fières et puissantes ne dépassaient plus que sous forme de monticules de scories d’une vingtaine de mètres de hauts. Des arcades représentant chacune un millier de tonnes de basalte sanctifié et importé spécialement des carrières de la Bien-Aimée Torrus s’étaient ratatinées en fusionnant entre elles. Le cœur de l’ouvrage devait être ce dôme compressé aux parois fumantes et incrustées d’éléments qui n’avaient certainement rien à faire là. L’optique améliorée du technoprêtre y décela des os et des bouts d’armures. L’un de ces derniers était clairement en céramite.

On aurait dit que toute la cathédrale s’était recroquevillée sur elle-même, comme un parchemin après quelques secondes passées au cœur d’un foyer. Et pourtant, un élément architectural était sorti intact de la fournaise psychique. Une gargouille. Elle ornementait le sommet de la plus haute des flèches de la cathédrale, du moins ce qu’il en restait, entière malgré la dévastation qui avait consumé le reste de l’édifice. Improbable. Pour l’adepte du culte Mechanicus qu’il était, seule comptait la vérification empirique. Il bombarda donc la sculpture de signaux auspex.

Se sentant déjouée, ou tout simplement dérangée par les ping infrasons qui la percutaient, la gargouille tourna sa face inhumaine dans sa direction et le gratifia d’un rictus calcaire. On pouvait lire dans ses pupilles abyssales une évidente volonté de nuire.

Cible repérée. Auxiliaires, sachez que la Missionaria m’a assuré que la réussite de cette mission vous donnera droit à un lopin de terres sur les domaines d’Angelus III. Trois ares chacun !

Le contrat moyen leur octroyait environ cinq mètres carré. En énonçant une telle offre à ce moment crucial, il espérait que l’appât du gain ferait office de puissant vecteur de motivation et améliorerait les performances générales des trappeurs. Et s’ils en oubliaient que le niveau de récompense était souvent corrélé à la dangerosité du contrat, c’était encore mieux. Il vit à leur réaction que ça n’était pas tout à fait le cas.

Dans un cri monstrueux qui délogea une nouvelle fois la neige de leurs corps d’une bien étrange façon, la gargouille s’élança de son promontoire en une parabole bestiale qui pour autant témoignait d’une économie de mouvements n’appartenant définitivement pas au règne animal. Elle fendit l’air glacial avant de s’écraser au sol dans un impact qui vaporisa les cristaux de neige sur plusieurs mètres. La vapeur en résultant masqua le début de sa charge, qui s’avéra être étrangement placide.

— Viens, canaille ! se motiva TRAP-01 alors qu’il soupesait son arme lourde avec l’assurance du guerrier. Ces p’tits bijoux peuvent te trouer le cuir adamatin d’un carnotaurus alpha. Un coup au but et à nous la vie de château !

Évidemment, ils le manquèrent. Mais ce n’était pas important, car après tout ils remplissaient leur rôle. Celui de gagner du temps.

Avec un empressement contrôlé, le technoprêtre entonna le rite d’ouverture du caisson antigrav. Un vrombissement se fit entendre, quelque peu étouffé par le revêtement en plastacier. Dans un cri binaire extatique et un nuage de gaz réfrigérant, la paroi avant de la caisse s’ouvrit et libéra son contenu.

Une nuée de six chérubins en sortit de quelques battements d’ailes léthargiques. Ils passèrent rapidement en vol stationnaire et tournèrent leurs visages joufflus vers le technoprêtre, leurs yeux morts et leurs traqueurs oculaires semblant quémander un ordre. Armés qu’ils étaient d’un ensemble hétéroclite de poignards tronçonneurs et de dagues consacrées, ils offraient une vision martiale un brin comique, mais saisissante.

Avant de mourir, le Haut Ecclésiarche m’a relayé le contrôle de vos unités. Au nom de l’Empereur Omnimessie, vengez-le, et purgez Son domaine de l’engeance démoniaque ! les encouragea-t-il en pointant du doigt l’abomination qui approchait et qui continuait d’esquiver sans mal les tirs pourtant soutenus des trappeurs.

Les angelots se ruèrent sur le démon dans une cacophonie de caquètements hystériques et de hurlement des chaînes tronçonneuses poussées à vitesse maximale. En un instant, ils furent sur lui, le harcelant comme une nuée de frelons, arrachant des pans de chair nécrosée et de matière minérale à chaque coup qui arrivait à porter. Lent en apparence, le démon effectuait quand la situation l’imposait de brusques mouvements qui lui permettaient de surprendre ses adversaires et d’éviter in extremis la plupart des attaques. Ce rythme saccadé était étrange, mais efficace. Les poupons de culture suivaient eux le protocole Perdita. Infliger un maximum de dégâts à la cible, sans aucune notion de préservation. Ils commencèrent donc à tomber, fauchés par de surprenants soubresauts et même pour certains carrément gobés par la gargouille mouvante.

Les mercenaires observaient la scène avec anxiété. Ils avaient cessé le feu pour éviter d’endommager leurs petits alliés, qui vu d’ici paraissaient bien frêles en comparaison de leur adversaire, dont la taille devait se situer entre le space marine et l’ogryn. Pour TRAP-01, les choses prenaient une tournure désagréable…

— Ils n’y arriveront pas. dit-il avec une inquiétante justesse. On n’a pas le choix, j’appelle Quatre Clous.

— Attends ! Tu es fou ? S’il juge la situation inintéressante, on le payera de nos vies !

— On mourra de toute façon si l’on ne fait pas appel à lui.

TRAP-01 voxa rapidement une suite de caractères que l’esprit mathématique du technoprêtre analysa inconsciemment. Cela ressemblait fort à une clef engrammatique et à des coordonnées satellites. Quelques secondes plus tard, une voix qui n’avait encore jamais été entendue dans le canal de communication se fit entendre.

— Confirmé. L’Atout est en route.

TRAP-02 en fut contrarié. Et fit ce qu’il avait l’habitude de faire dans ce genre de cas. Vitupérer avec la plus extrême hystérie.


----------------------------------


TRAP-02 ne vit pas le dernier chérubin mourir, et se fit surprendre comme un bleu. Mue par l’une de ses soudaines pulsions de violence, la gargouille couvrit la distance qui les séparait en un instant. Elle débarrassa le trappeur de son arme dans un mouvement foudroyant, et d’une serre puissante le saisit par la taille. L’homme hurla alors que ses côtes cédaient face à l’intolérable pression, son bourreau l‘élevant sans efforts à hauteur de son faciès écœurant. Il cherchait encore à se saisir de son poignard lorsqu’une monstrueuse morsure le priva de la majorité du contenu de son abdomen. Les hurlements stoppèrent net. Le démon mastiqua le tout bruyamment puis jeta le corps évidé sur le côté.

TRAP-02, vous avez été en deçà des paramètres moyens de votre unité. Vous écopez d’un blâme post-mortem. Notification au commandement en cours…

Ivre de rage, TRAP-01 déclencha un véritable déluge de feu qui fit reculer la monstruosité. Les quelques minutes qui suivirent ne furent que survie précaire pour l’homme et la machine, le technoprêtre déployant des trésors d’ingénierie pour échapper aux assauts illogiques du démon.

Où est votre Atout ? demanda-t-il alors qu’il cinglait une nouvelle fois la bête de ses multiples mécadentrites et greffons défensifs. Son enveloppe de syntéchair avait été entamée à bien des endroits, laissant apparaître le gris métallique de sa structure interne. Des bouquets d’étincelles en émergeaient, et les flocons qui s’y logeaient faisaient court-circuiter ses systèmes mis à nu.

Le ciel lui répondit, en leur tombant sur la tête dans un rugissement intolérable. Ils n’eurent le temps d’apercevoir qu’une trainée de flammes, rapidement étouffée alors qu’une chose d’une taille considérable s’écrasait dans une imposante congère de neige, qui l’engloutit totalement. Le démon sembla se désintéresser d’eux et se dirigea vers le site du crash, son épiderme parcouru d’ondulations frénétiques.

La congère trembla à sa base pendant quelques secondes, puis explosa. Un énorme transhumain tonsuré au front garnis de clous en émergea. Le technoprêtre n’avait jamais eu à faire à un tel spécimen. Celui-là en arborait quatre ! Il était recouvert de givre et de neige, si bien qu’on n’aurait su dire à quel chapitre il appartenait.

Le space marine ne prit pas même une seconde pour jauger la situation. Il n’en avait vraisemblablement nul besoin. Il s’élança au pas de charge, dégainant dans le même temps une lame énergétique de maître. Le démon répondit à ce défi avec un plaisir non dissimulé.

Que…

— C’est autre chose que vos chérubins, hein ? Voilà ce qu’il nous fallait, sept cent kilos de diplomatie !

L’Adeptus Astartes a contracté une dette d’honneur envers votre peuplade ?

— Hé bien oui. Les anciens en avaient dans le pantalon.

Ses yeux pétillaient de satisfaction alors qu’il regardait cette cathédrale d’acier et de céramite charger à une vitesse impossible, profitant du spectacle de cette dernière des trois interventions que le chapitre leur avait accordé il y a des décennies.

— Mais vous savez ce qu’il y a de drôle dans cette histoire ? Si la bestiole ne fait pas l’affaire, Quatre Clous le prendra pour un affront, qu’il épongera dans mon sang. J’ai un arrière-grand-oncle qui y est passé comme ça. Espérons que celui-ci lui donne un peu de fil à retordre.


/3000 mots/




avatar

Emperor
Primarque
Primarque

Messages : 4282

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres De Sang 16] Abomino

Message par Emperor le Lun 10 Avr 2017 - 12:46


vzh a écrit:Un style inimitable. J'aime bien cette vision décalée, ironique de l'univers W40K aux accents Voltairien!  Le petit moins pour moi : je préfère que l'ironie soit cantonnée au narrateur et que les personnages ne s'y mettent pas aussi  

Moi aussi je préfère l'humour au détriment des protagonistes, ou alors lorsqu'il est narré mentalement par le personnage plutôt qu'asséné sous forme de punchlines. L'une des raisons pour lesquelles je préfère terminer mes histoires avec un seul personnage. Pas eu le temps d'affiner ma recette ce coup-ci ! Merci pour le retour.




avatar

Emperor
Primarque
Primarque

Messages : 4282

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres De Sang 16] Abomino

Message par - Ghost of Arkio - le Mar 25 Avr 2017 - 17:18

La formule de caphias cain! Smile toujours aussi maîtrisé mais cette fois belle prose ! beaux décors et background et pour moi bon équilibre entre ironie et réalisme fluff.

pour jauger une nouvelle fois les deux hommes, un œil fixé sur chacun, à la manière d’un caméléon.
^^ ..

Mais dites donc, 3 astartes qui doivent traîner en orbite pendant des années en mode samu,
c'est pas banal! Very Happy
avatar

- Ghost of Arkio -
Modérateur
Modérateur

Messages : 10750

http://wh40k-fr.lexicanum.com/wiki/Accueil

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres De Sang 16] Abomino

Message par Emperor le Mar 25 Avr 2017 - 19:40


Mais dites donc, 3 astartes qui doivent traîner en orbite pendant des années en mode samu,
c'est pas banal!

La limite de mots m'a empêché de développer et de pousser la chose un peu plus loin (ça devait être le clou du spectacle). => Pas pu expliquer qu'il y a un Astartes d'astreinte pendant x mois/années, puis ça tourne. Avec les mercenaires qui essayent de préserver coûte que coûte leur dernière invocation du génie. Donc grosse procédure "Imperiumesque" pour être autorisé à le rameuter : envoi d'un pict de la menace, digi-formulaire de dangerosité à remplir,... Les copains se font dépop pendant que ça fournit les éléments au commandement en orbite, chargé de valider la demande et d'autoriser le déchainement du sanglioche. Avec dialogue du genre pour conclure :
- Au fait, qui est de permanence en ce moment ?
- Normalement ça devrait être Quatre Clous.
- Oh bordel...

M'enfin.

Merci pour le retour!




avatar

Emperor
Primarque
Primarque

Messages : 4282

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres De Sang 16] Abomino

Message par Vlad le Mer 26 Avr 2017 - 17:59

Toujours ce style que j'aime autant !

Pas grand-chose de dire de plus que Ghost, j'ai adoré du début à la fin !


avatar

Vlad
Primarque
Primarque

Messages : 3459
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres De Sang 16] Abomino

Message par Emperor le Jeu 4 Mai 2017 - 16:56


Merci ! Content que ça t'ai plu ^^




avatar

Emperor
Primarque
Primarque

Messages : 4282

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres De Sang 16] Abomino

Message par Rhydysann le Dim 7 Mai 2017 - 15:07

Clairement mon coup de cœur de cette LDS, c'est vraiment très bien écrit et je m'attendais pas du tout à ce qu'un SM débarque.


avatar

Rhydysann
Premier Capitaine
Premier Capitaine

Messages : 1560
Age : 19
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres De Sang 16] Abomino

Message par arckik le Dim 7 Mai 2017 - 18:45

C'est bien écrit, c'est drôle, c'est divertissant... Bref, ça se lit comme du p'ti pain (quoique probablement mieux que du petit pain ; je ne connais pas bien ce support d'écriture). Entre l'ambiance riche en détails et les réflexions cocasses des personnages, on ne peut que souhaiter avancer plus dans la lecture, sourire aux lèvres. Une vision décalée de notre cher 40k, et sans fausse note qui plus est ! 'Va falloir que je relise tes publis' avec attention, je crois que j'ai beaucoup à y apprendre... (franch'ment, il est hyper-égocentrique ce arckik)
Comment vous départager tous, c'est ça, la vraie question... ^^
avatar

arckik
Space Marine
Space Marine

Messages : 241
Age : 19
Localisation : Devant mon pc - Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres De Sang 16] Abomino

Message par Emperor le Dim 7 Mai 2017 - 22:20


et je m'attendais pas du tout à ce qu'un SM débarque.

Cool si la surprise du SM a pu être préservée. L'appellation 4 clous n'aura donc pas spoilé tout le monde ^^

'Va falloir que je relise tes publis' avec attention

D'ailleurs n'hésite pas à réagir si tu les lis et que tu trouves des trucs bizarres ou à améliorer. C'est toujours intéressant à entendre (et à prendre en compte pour les prochains trucs).


Merci pour vos vos deux retours en tout cas !




avatar

Emperor
Primarque
Primarque

Messages : 4282

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres De Sang 16] Abomino

Message par Zekka le Dim 7 Mai 2017 - 22:46

Effectivement, histoire saugrenue mais burlesque à souhait avec quelques plans "cinématographiques" (la gargouille qui provoque une bourrasque en se posant, notamment)
En bref, une LdS "Emperor-approved" :p
avatar

Zekka
Premier Capitaine
Premier Capitaine

Messages : 1034
Age : 26
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres De Sang 16] Abomino

Message par Emperor le Lun 8 Mai 2017 - 12:10


avec quelques plans "cinématographiques" (la gargouille qui provoque une bourrasque en se posant, notamment)

Y'a un peu de ça. Pour cette nouvelle, j'ai en partie puisé l'inspiration dans mes réminiscences de l'excellentissime cinématique d'intro d'Hellgate London, qui m'avait pas mal marqué en son temps.





avatar

Emperor
Primarque
Primarque

Messages : 4282

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres De Sang 16] Abomino

Message par Zekka le Lun 8 Mai 2017 - 13:02

Effectivement on voit bien les inspirations x)
avatar

Zekka
Premier Capitaine
Premier Capitaine

Messages : 1034
Age : 26
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lettres De Sang 16] Abomino

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum