Traduction des Extraits disponible sur le site de Black Library.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Traduction des Extraits disponible sur le site de Black Library.

Message par Uriel Ventris le Sam 20 Aoû 2011 - 17:42

Sur ce sujet je ferais des traductions partiels des extraits disponible pour les œuvres BL UK que j'ai déjà présenté dans la section suivante : http://www.black-librarium.com/t292-focus-sur-les-titres-black-library-anciens-et-encore-inedits-en-france

Je ferais que des traductions partiels car c'est beaucoup de travail...Peut-être que dans le futur j'effectuerais des traductions complètes de ces extraits.

Kill Team



IT’S THREE MORE days of training in the firing range, on the combat mats and in the mock-up of the tau battle dome before the Colonel informs us that contact has been made with the alien vessel. We assemble in the briefing auditorium, where the Colonel issues us with clothes chests with our disguises. We lug them back to the rooms and prepare for the shuttle. In my trunk are four brown robes, typical of an Administratum flunky. I understand the choice when I put it on and pull the hood up – it hides my face in complete shadow, obscuring the tapestry of scars that covers my face and head. I’ll be Brother Kage then, I tell myself with a bitter smile. Probably the only scribe who can’t read or write in the Imperium.
There are amused looks from the others as we assemble in the docking bay. Oriel is dressed in a very grandiose and over the top dress uniform, hung with gold cording and medals. The red jacket is almost painfully bright, crossed by a garish yellow sash. Just the sort of pompous and totally meaningless display of opulence you might expect from one of the Imperium’s ruling elite. The Colonel wears a severe black suit, with a long-tailed coat draped over one arm. Tanya wears a long dress of deep blue, tight at the waist and high at the neck, her hair cropped really short. Oriel explained that she’s posing as a member of the Sisters Famulous, a branch of the Ecclesiarchy that provides housekeepers and chatelaines to the Imperial nobility. Trost, Strelli and Quidlon wear less extravagant versions of Oriel’s uniform, while Moerck is dressed in plain white leggings and a white shirt with a soft leather jerkin over the top, looking every bit the gentleman. Oriel walks over to us and gives us each the once over.
‘Will you all relax and try not to look like soldiers?’ he says with an annoyed scowl.
‘This isn’t going to work if you keep standing at ease like that and quick march everywhere. Remember, you’re civilians!’
We look at each other, and I see that it’s true. I try to purposefully slouch a bit more, as do the others. I cross my arms and hide my hands in the sleeves of my robes, as I’ve seen various Departmento Munitorum scribes and their like do over the years. It’s kind of uncomfortable really, and I walk back and forth a bit, trying to get it to feel natural. I feel horribly vulnerable without my arms free and the hood obscuring most of my arc of vision.
‘Take shorter strides, Kage, you are not on a cross-country march!’ the Colonel calls out to me, from where he’s stood at the ramp to the shuttle. I look over at him and he nods, gesturing for me to try it out. I pace the length of the shuttle bay, some two hundred metres each way, keeping my steps half what I’m used to, and I feel like I’m tottering about like a small child. I bend my back a bit more, leaning my chin down into my chest
and try it again and it feels a bit more natural, my gait more like the image I have in my head of Clericus Amadiel, the Colonel’s scribe on the last mission.
When Oriel is satisfied that we don’t stand out like a squad of highly trained soldiers pretending to be diplomats, we get all of our kit on board the shuttle and settle in for the ride. The mood is tense and nervous. None of us have any weapons. If the tau take a disliking to us, there’s not a thing we can do to stop them killing us out of hand. I can understand why, though: if this is a peaceful delegation, it’ll raise a few eyebrows if we turn up with a small arsenal. That’s if the tau have eyebrows, I suddenly think to myself, making myself smile. We’ve not seen a single picture of them. They could be big bags of gas or tentacled squidgy blobs for all I know. I guess from the fake battle dome that they can’t be too different from us, physically I mean. I let my mind wander with thoughts like these, preferring to put any thought of the upcoming mission out of my mind.

C'est après plus de trois jours d'entrainement sur le champ de tir, les tapis de combat et dans le dôme avec une maquette de la bataille contre les Tau que le Colonel nous informe que le contact avec le vaisseau alien a été fait. Nous nous rassemblons dans l'Auditorium de briefing où le Colonel nous distribue des coffres à vêtements contenant nos déguisements. Nous les trimbalons jusqu'à nos chambres et nous préparons pour la navette. Dans ma malle il y a quatre robes marrons, typiques des larbins de l'Administratum. Je comprend le choix lorsque je m'habille et met la capuche, celle-ci cache complètement mon visage, obscurcissant les cicatrices recouvrant mon visage et ma tête. Je serais Frère Kage ,dis-je, avec un sourire amer. Probablement le seul Scribe de l'Imperium incapable de lire et écrire.
Il y a des regards amusés de la part des autres alors que nous nous rassemblons dans la baie d'amarrage. Oriel est vêtu d'un grandiose et exubérant uniforme, orné de médailles en or. La veste est d'un rouge presque douloureusement lumineux, traversée d'un foulard d'un jaune criard. Juste le genre d'étalage pompeux et totalement dénué de sens que l'on peut attendre de l'élite dirigeante de l'Imperium. Le Colonel porte un costume noir avec un long manteau à queue posé sur un bras. Tanya porte une longue robe d'un bleu profond, serrée à la taille et haute au niveau du cou, ses cheveux coupés très courts. Oriel expliqua qu'elle se faisait passer pour une membre des Sister Famulous, une branche de la Ecclésiarchie qui offre aux femmes de ménage et aux châtelaines la noblesse impériale. Trost, Strelli et Quidlon portaient des versions moins extravagante de l'uniforme d'Oriel, tandis que Moerck est habillé avec un legging blanc et une chemise blanche avec un justaucorps en cuir souple par dessus, ressemblant dans les moindres détails à un gentleman. Oriel se dirige vers nous.
"Allez-vous vous détendre et essayer de ne pas ressembler à des soldats?" Dit-il agacé avec un froncement de sourcils.
"Ça ne va pas marcher si vous vous tenez au repos et marcher rapidement un peu partout. Je vous rappelle que vous êtes des civils!"
Nous nous regardons les uns les autres, et je vois que c'est vrai. Je croise mes bras et cache mes mains dans les manches de ma robe, comme j'avais vu faire les scribes du Departmento Munitorum et leurs semblables au fil des années. C'est en quelque sorte vraiment inconfortable, je marche un peu pour essayer d'avoir une allure naturelle. Je me sens horriblement vulnérable avec mes bras dans cette position et la capuche cache une bonne partie de ma vision.
"Faites de plus petites foulées, Kage, vous n'êtes pas dans une course de cross-country!" M'interpelle le Colonel depuis la rampe d'accès à la navette où il se tenait. Je regarde vers lui et hoche de la tête. J'arpente la longueur de la baie, quelques 200 mètres de chaque côté, gardant mes pas à la moitié de ce que j'étais habitué, et je sens que je suis chancelant comme un petit enfant. Je plie mon dos un peu plus, penche mon menton vers le bas, j'essaye de nouveau et sens que cela fait un peu plus naturel, ma démarche ressemble de plus en plus à l'image que je me faisais de celle de Clericus Amadiel, le scribe du Colonel lors de la dernière mission.
Quand Oriel fut satisfait de voir que l'ont ne ressemblaient plus à des soldats sur-entraînés se faisant passer pour des diplomates, on obtiens notre kit à bord de la navette et on s'installe pour le voyage. L'ambiance est tendue et nerveuse. Aucun d'entres nous a une arme. Si les Tau nous prennent en grippe on ne pourra rien faire pour les empêcher de nous tuer. Cependant je peux comprendre, si c'est une délégation pacifique cela va faire soulever des sourcils si on possède un petit arsenal. Enfin si les Tau ont des sourcils, me dis-je soudainement, ce qui me fait sourire. Nous n'avons pas vu une seule photo d'eux. Ils pourraient très bien être de grands sacs de gaz ou des forme moelleuse avec des tentacules pour autant que je sache. Je suppose que depuis la fausse bataille dans le dôme ils ne doivent pas être physiquement différent de nous. Je laisse mon esprit vagabonder avec des pensées comme celle-ci, préférant éviter toutes les pensées concernant la prochaine mission.



Voilà!

C'est fait un peu à la va vite mais c'est je pense plutôt compréhensible. Je n'ai pas effectuer de relecture donc surement beaucoup de fautes. Mais je n'avais pas trop le temps.


ultramar In Mortis est Gloriam!ultramar

Uriel Ventris
Premier Capitaine
Premier Capitaine

Messages : 1376
Age : 30
Localisation : Newcastle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traduction des Extraits disponible sur le site de Black Library.

Message par Corax le Sam 20 Aoû 2011 - 17:54

C'est super bien fait quand même, un bel extrait de cette histoire.

Corax
Maître de Guerre
Maître de Guerre

Messages : 6647
Age : 38
Localisation : Délivrance / Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traduction des Extraits disponible sur le site de Black Library.

Message par Abaddon le Sam 20 Aoû 2011 - 18:28

Effectivement, très bel extrait !!


“Je suis l'Archi-ennemi, le Destructeur de Mondes. C'est par ma main que le faux Empereur sera déchu."

Abaddon
Primarque
Primarque

Messages : 4418
Age : 52
Localisation : Oeil de la Terreur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traduction des Extraits disponible sur le site de Black Library.

Message par Roboutte Guilliman le Sam 20 Aoû 2011 - 18:44

C'est les meilleurs romans de Gav Thorpe.. Je pense d'ailleurs qu'ils ont beaucoup influencé pour le personnage de Cyaphas Caïn.. un peu d'humour dans le sombre millénaire


Give a monkey a brain... And He'll swear that he's the center of the Universe

Roboutte Guilliman
Maître de Guerre
Maître de Guerre

Messages : 4523
Age : 50
Localisation : Suisse, Montpellier, Savoie.. Le multiverse quoi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traduction des Extraits disponible sur le site de Black Library.

Message par Lorgar le Lun 22 Aoû 2011 - 23:01

Bon boulot Uriel, merci beaucoup, je ne connaissais pas ce roman. Je me trompe en disant qu'il s'agit du colonel Schaeffer et de la 13 légion pénale ? --> c'est à ça que la couverture du livre me fait penser.


"Je suis l'Urizen, j'apporte le verbe et ma parole est sacrée ! Buvez mon savoir jusqu'à la lie, abreuvez vous de mes paroles et embrasez ma foi car je suis la voix de l'empereur"

lorgar

Lorgar
Vétéran Space Marine
Vétéran Space Marine

Messages : 603
Age : 26
Localisation : Lyon

http://reclusiam.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traduction des Extraits disponible sur le site de Black Library.

Message par Uriel Ventris le Mar 23 Aoû 2011 - 18:30

C'est bien la 13ème avec le Lieutenant Kage et le fameux Colonel!


Je viens de me rendre compte que j'ai commencé par le tome 2 Smile
Je mettrais le premier ce week end!


Edit: Le résumé du premier tome n'est pas dispo Sad


ultramar In Mortis est Gloriam!ultramar

Uriel Ventris
Premier Capitaine
Premier Capitaine

Messages : 1376
Age : 30
Localisation : Newcastle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traduction des Extraits disponible sur le site de Black Library.

Message par Uriel Ventris le Sam 27 Aoû 2011 - 17:41

Voilà la traduction du tome 3 des "Last Chancers"




It’s a dream. A nightmare, in fact. I can tell, because I know I went to sleep on my bunk as normal, wrapped in a thin grey blanket, and there’s no other way I could have ended up plummeting down a chasm into a roaring inferno. But it’s not really a nightmare, because I’m calm about the whole thing. I should have been terrified as I plunged down into the fiery depths, falling through smoke, my skin burning from my flesh, the flesh blowing away from my bones as ash.
It’s a warp-dream, horribly real in every sensation, more lifelike than life itself. Everything is sharper, clearer, more bright and focussed. Through eyeballs that have long since exploded into steam, I can see the cracks and crannies of the chasm wall, and small red eyes peering back at me through the fumes. The wind that screams into my cindered ears is sharp and loud. The flames that lick up from below, bursting forth from a river of boiling magma, are searing hot.
So why is there no pain? Why am I not afraid?
I don’t feel as if I’m dying, just changing. I was once a clumsy, pain-ridden, but now I am unfettered by its restrictions and my soul is allowed to burst free. Wings erupt from my back, and suddenly I’m soaring on the thermals, swooping and diving amongst the rising flames.
I laugh, though there is no sound. I delight in the freedom, the ease of movement as I climb upwards through the smoke and then kick my legs back and dive headfirst towards the inferno. The heat washes over me like a soft caress; the blistering heat is like the warm touch of a lover awakening me.
And then something shudders within me. Something casts me free in the same way that I freed my own body. It takes my wings with it and soars up out of sight, leaving me falling towards the flames.
The terror starts then. It wells up from the pit of my stomach and a scream is wrenched from my lips. My horror bursts forth in a wordless screech as the heat blisters my entire being.
Unimaginable pain infuses me; every fibre of my soul suffers vibrant agony. Perhaps this is damnation. Maybe this is the Abyssal Chaos that I am doomed to be thrown into once my mortal life is ended. To know joy, liberty, and then have it taken away as I am damned for my sins – that is true torture.

C'est un rêve. Un cauchemar, en fait. Je peux le dire, parce que je sais que je suis allé me coucher sur ma couchette comme d'habitude, enveloppé dans une mince couverture grise, il est donc d'aucune façon possible que je me sois retrouvé à tomber en chute libre dans un gouffre vers un brasier rugissant. Mais ce n'est pas vraiment un cauchemar, parce que je suis plutôt calme malgré ce qu'il se passe. Je devrais être terrifié de plonger dans les profondeurs ardents, tombant à travers de la fumée, ma peau brûlant, mes chairs s'envolant de mes os comme des cendres.
C'est un rêve Warp, horriblement réel dans chaque sensation, plus réaliste que la vie elle-même. Tout est plus net, plus clair, plus lumineux et concentré. À travers les globes oculaires qui ont depuis longtemps explosé en vapeur. Je peux voir les fentes et les fissures sur le mur du gouffre et de petits yeux rouges regardant vers moi à travers les fumées. Le vent qui hurle dans mes oreilles est vif et bruyant. Les flammes qui brûlent d'en bas, jaillissant d'une rivière de magma bouillant, sont très chaudes.
Alors pourquoi n'y a-t-il pas de douleur?Pourquoi ne suis-je pas effrayé?
Je ne me sens pas en train de mourir, juste changer. J'avais été une fois maladroit, en proie à la douleur, mais maintenant je suis libre de ces restrictions et mon âme est autorisé à exploser librement. Des ailes jaillissent dans mon dos, et soudain je plane sur les courants ascendants, plongeant parmi les flammes grandissantes.
Je ris, mais il n'y a pas de bruit. Je prends plaisir à la liberté, la facilité de mouvement quand je grimpe vers le haut à travers la fumée puis met mes jambes en arrière et plonge la tête la première vers le brasier. La chaleur passe sur moi comme une douce caresse, la chaleur étouffante est comme la touche chaleureuse d'une amante me réveillant.
Et puis quelque chose frémit en moi. Quelque chose me jette libre de la même manière que je me suis libéré de mon propre corps. Il prend mes ailes avec lui et s'envole vers le haut hors de vue, me laissant tomber vers les flammes.
La terreur commence alors. Elle jaillit du fond de mon estomac et un cri est arraché de mes lèvres. Mon horreur éclate dans un cri muet alors que la chaleur boursoufle tout mon être.
Une douleur inimaginable s'infuse en moi, chaque fibre de mon âme souffre d'une vive agonie. Peut-être est-ce là la damnation. Peut-être est-ce le chaos abyssale dans lequel je suis condamné à être jeté une fois ma vie de mortel terminée. Pour connaître la joie, la liberté et puis se les voir enlever alors que je suis damné pour mes péchés, ceci est une vraie torture.


Enjoy!


Dernière édition par Uriel Ventris le Sam 27 Aoû 2011 - 17:54, édité 1 fois


ultramar In Mortis est Gloriam!ultramar

Uriel Ventris
Premier Capitaine
Premier Capitaine

Messages : 1376
Age : 30
Localisation : Newcastle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traduction des Extraits disponible sur le site de Black Library.

Message par Corax le Sam 27 Aoû 2011 - 17:46

Merci pour cette belle traduction. Bon boulot.

Corax
Maître de Guerre
Maître de Guerre

Messages : 6647
Age : 38
Localisation : Délivrance / Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traduction des Extraits disponible sur le site de Black Library.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:32


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum