Requiem Infernal de Peter Fehervari

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

VOTRE APPRÉCIATION GLOBALE DU ROMAN:

Requiem Infernal de Peter Fehervari I_vote_lcap33%Requiem Infernal de Peter Fehervari I_vote_rcap 33% 
[ 1 ]
Requiem Infernal de Peter Fehervari I_vote_lcap67%Requiem Infernal de Peter Fehervari I_vote_rcap 67% 
[ 2 ]
Requiem Infernal de Peter Fehervari I_vote_lcap0%Requiem Infernal de Peter Fehervari I_vote_rcap 0% 
[ 0 ]
Requiem Infernal de Peter Fehervari I_vote_lcap0%Requiem Infernal de Peter Fehervari I_vote_rcap 0% 
[ 0 ]
Requiem Infernal de Peter Fehervari I_vote_lcap0%Requiem Infernal de Peter Fehervari I_vote_rcap 0% 
[ 0 ]
Requiem Infernal de Peter Fehervari I_vote_lcap0%Requiem Infernal de Peter Fehervari I_vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 3

Requiem Infernal de Peter Fehervari Empty Requiem Infernal de Peter Fehervari

Message par Nico. le Dim 26 Mai 2019 - 1:18

Présentation:





==> Requiem Infernal Semi-Poche

Les Adepta Sororitas de la Last Candle veillent depuis des siècles sur le monde de leur sanctuaire, s'efforçant de déchiffrer les visions tourmentées de leur fondateur. Les étrangers ne sont pas les bienvenus… et pourtant ils arrivent.

Décimés par une rencontre avec une entité meurtrière de xenos, les survivants d'une compagnie d'élite Astra Militarum se sont rendus au Candleworld à la recherche de la guérison, escortés par une femme qui n'est pas une étrangère ic - la Sœur Hospitalière Asenath Hyades, qui a tourné le dos à l'ordre il y a des décennies.

Des forces perverses commencent à s'agiter parmi les flèches dévastées par la tempête de la planète, mais les ombres les plus insidieuses se cachent dans leurs propres âmes.

350 pages • Juin 2019 • ISBN 9781780304878 • Illustration de ???


Requiem Infernal de Peter Fehervari Blpro149


Retour de Solaris sur la sortie VO:

Spoiler:
Histoire et mise en scène : 4/5
On suit donc Asdenath, une ancienne sœur de bataille devenue hospitalière, revenir sur CandleWorld, son monde-couvent dont elle a été bannie. En effet, la compagnie de gardes impériaux dont elle a la garde a subi de lourdes pertes et ses rares survivants de graves blessures. Après une éprouvante traversée en bateau depuis le spatioport de la planète, elle se rend compte que son ordre a décati, que d'étranges événements se produisent et qu'une partie de l'archipel couvent est occupée par des forces mystérieuses...
En même temps on suit Jonah, une sorte de vagabond qui se fait passer pour un prêcheur et qui est en fait à la recherche de sa sœur. Il se rend sur CandleWorld car il pense être enfin en mesure de la retrouver. Pour finir, on a plusieurs persos secondaires au niveau de la garde pas super intéressants.
On suit principalement Asdenath et Jonah qui vont se remémorer leur passé et découvrir ce qui cloche sur cette planète. L'histoire est donc entrecoupée de flash-backs qui nous font comprendre qu'on ne lit pas une simple histoire d'enquête, mais quelque chose de vraiment très complexe. Il faut vraiment s'accrocher car l'intrigue nous prend vraiment au dépourvu.

Spoiler:
Plus l'histoire avance, plus tout devient WTF. En gros, on va se rendre compte qu' Asdenath a une double personnalité et partage son corps avec un autre être malicieux nommé Mercy. Jonah, quant à lui, est en fait en quête de sa sœur depuis trèèès longtemps et a tout une panoplie de capacités étranges. Le personnage est vraiment mystérieux et de nombreux points de son histoire restent flous. En parallèle, on va suivre le régiment de gardes impériaux subir la peste du zombie et se rendre compte que les forces du Chaos préparent une invasion de façon très subtile. Finalement les sœurs de bataille décident d'envoyer une force dans la partie corrompue de leur couvent, ce qui déclenche une grosse invasion démoniaque puis une purge organisée par le chapitre des Angels Resplendants. Durant cette partie, qui est vraiment très bizarre, les différents persos arriveront au bout de leur parcours : Asdenath fera face à sa fouble personnalité, Jonah se rendra compte que sa sœur est morte est qu'il a été mené en bateau par le chef du culte qu'il poursuivait... La fin est vraiment très sombre, la postface nous expliquant que le but était de montrer l'influence du chaos sur les humains et leurs destinées.


Intérêt fluff : 4/5
Le couvent où se déroule l'histoire est assez intéressant car il s'agit d'un archipel d'îles reliées entre elles par des aqueducs entourant une grande île centrale. Les sœurs vénèrent un messie nommé le Prophète des Épînes et pensent que les enseignements de l' Empereur ont été détournés et corrompus, ce qui rend l'Imperium cruel et injuste. Elles passent une bonne partie de leur temps en contemplation et cherchent à comprendre les plans de l'Empereur pour atteindre l'illumination. Elles n'ont pas beaucoup de contact avec le reste de l'Imperium, même si elles envoient leurs troupes combattre et sont vraiment réputées pour être humaines.

On voit aussi un régiment pas banal : les Exordio Void Breachers. Il s'agit de gardes impériaux spécialisés dans l'abordage de vaisseaux et portant des armures carapaces ainsi que des casques pressurisés, si bien qu'ils ressemblent plus à des Scions. La nouvelle n'est malheureusement pas très précise sur leur apparence mais on peur supposer qu'ils ressemblent à des Solar Auxilia.

Du coup, le fluff est plutôt intéressant et on sent que l'auteur a vraiment voulu inventer quelque chose d'original, mais j'y reviendrai à la fin de ma critique.

Écriture : 3,5/5  
Dans l'ensemble, ça se lit bien : les chapitres sont courts, l'intrigue avance, on a envie de savoir ce qui va se passer... Les flash-backs sont utiles à l'intrigue et ne cassent pas le rythme. On a vraiment une histoire d'horreur pure et dure avec pas mal d'idées dérangeantes comme des visions qui font penser a des scènes de l’ Exorciste.
Par contre, des éléments très importants de l'histoire ne sont introduits que dans la deuxième moitie et certains de manière assez rushée. Les persos secondaires, que sont les gardes impériaux, ne sont pas vraiment intéressants et j'ai trouvé que leur point de vue alourdissait le récit.

Appréciation personnelle :   3/5
J'ai trouvé le bouquin intéressant sur de nombreux points mais je n'ai pas vraiment accroché au dernier tiers. J'ai trouvé que l'auteur en faisait parfois trop pour décontenancer le lecteur, si bien qu'on finit par décrocher et trouver le scénario «trop étrange» . Il y aussi pas mal de longueurs et de point de vue que j'ai trouvé inutiles. De plus des éléments de l'histoire assez importants sont laissés volontairement flous. Après, le but est aussi de laisser une part d'auto-interprétation.
Spoiler:
Par exemple on ne sait rien sur le culte qui infeste la planète, comment les Space Marines font pour arriver à temps, qu'est-ce qu'est vraiment Mercy...
Pour conclure, je dirai que le livre pourra parler à ceux qui veulent une histoire original et que Peter Fehervari est un bon auteur avec de très bonne idées, mais que l' exécution de ces dernières est par moment maladroite. Il faut noter qu'il est en train de se construire son propre univers 40k, tel Abnett et ses Mondes de Sabbat, et que des fans se sont amusés à regrouper ses différentes œuvres  et à en faire ressortir les points communs (attention ça peut spoiler) : https://www.reddit.com/r/40kLore/comments/bdjf4a/to_celebrate_release_of_requiem_infernal_new/

Ma note 14,5/20
logo2


Requiem Infernal de Peter Fehervari 846747844195bannirenicoor4GRAND
Nico.

Nico.
Admin
Admin

Messages : 9022
Age : 29
Localisation : Perugia

Revenir en haut Aller en bas

Requiem Infernal de Peter Fehervari Empty Re: Requiem Infernal de Peter Fehervari

Message par Rhydysann le Sam 29 Juin 2019 - 13:04

Une semaine que j'ai lu le bouquin, et contrairement à Solaris j'ai eu beaucoup de mal à faire une critique constructive.
Critique certifié sans spoiler.


- Scénario et mise en scène = 4/5


Le scénario prend place intégralement sur un monde monastère nommé « le monde cierge ». Un monde totalement contrôlé par l’adeptus sororitas(ou sœur de bataille) accueillant les sœurs de bataille fidèle à leur propre saint nommé le « le prophète torturé ».
L’histoire peut être découpée en deux parties. Une bonne partie de 200 pages environ ou les protagonistes de l’histoire rejoignent le couvent des sœurs à bateaux et une partie ce déroulant dans ce dit couvent. Je reviendrai plus tard sur ces deux parties. Et le scénario en général.
Parlons tout d’abord des personnages du roman. Le roman met en place principalement deux personnages principaux et deux personnages secondaires.

La sœur Asenath Hyades, ancienne sœur du couvent du cierge éternel, revenu afin de soigner des soldats spécialistes des assauts dans l’espace nommé les « briseurs ». Sœur au passé tumultueux que le lecteur découvrira tout au long de la lecture de l’œuvre et à l’esprit torturé. Tout l’intérêt du personnage résulte d’ailleurs dans le fait que l’héroïne est sujette à des hallucinations, ou non. L’on suit d’ailleurs sa lente décadence dans la folie, notamment car l’héroïne écrit dans un journal intime son aventure, et livre ces sentiments, que le lecteur lit à chaque début de chapitre. Mais plus l’histoire avance, plus ce journal narre ou raconte des faits sans queue ni tête.
Le second est le mystérieux  faux prêcheur Jonah Dyme, cherchant sa vengeance sur son ennemie de toujours présentée dès les premières lignes du roman. Une sorte d’antihéros étrange qui doit remplir un livre avec son propre sang.

Viens ensuite le héros du régiment des briseurs qui doit faire face à une entité lui refusant de mourir et un commissaire essayant de remettre sur le droit chemin son régiment décimé. Puis il y a une pléthore de personnage secondaire que je ne présenterai pas mais assez détaille pour avoir une réelle petite personnalité.

Revenons donc au scénario en commençant par la partie sur le bateau. Comme dit précédemment la sœur Hyades accompagne le régiment des briseurs dans le couvent des sœurs du cierge afin de soigner les briseurs s’étant pris une sacrée déculotté par des Xenos étrange, surement des eldars noirs. Sauf que tout ne se passe pas comme prévu, des briseurs sont retrouvés morts et non suite à leurs blessures, l’héroine commence à avoir des hallucinations.  Des actes blasphématoires sont retrouvés dans le navire. Bref c’est la panique et aucun héros ne comprend ce qu’il se passe.
C’est assurément la meilleure partie du roman, les dialogues sont savoureux que ce soit entre Dyme ou Hyades, ou cette dernière et le commissaire. La tension est à son comble, l’horreur même si littérairement ne me fasse pas beaucoup d’effet est bien présente. On est loin d’une surenchère stupide de monstre à gogo sans aucun intérêt à trucider à l’épée tronçonneuse. Ici tout est psychologique, lent à se mettre en place. Bref tout est bon à prendre lors de la lecture de cette partie. Si je devais noter unique cette dernière je lui mettrais assurément un bon 19/20, cela fait partie des meilleurs débuts de bouquins que j’ai pu lire.

Malheureusement la seconde l’est bien moins. Même s'il y a un bon début avec la découverte de ce monde cierge et quelques péripéties intéressantes (avec la vieille sœur hospitalière notamment) l’auteur tombe un peu dans de la surenchère horrifique un peu inutile. Ou tout fini à la fin avec des bons gros combats, même si cela reste loin du Bolt Porn je trouve cela dommage. J’aurai largement préféré que l’histoire continue d’exister sans une invasion de toute sorte d’horreur. Puis à mettre trop de péril en avant cela en éclipse certains qui alors en comparaison ont l’air dérisoire, notamment l’ennemie du prêtre Jonah Dyme. Puis pourquoi on ne peut jamais avoir des histoires sans avoir dix milles ennemis comme dans "feux croisés" de Mathew Farrer.
Je ne parle pas de certaines parties pris par l’auteur assez étrange, que ce soit par le développement de sœur Hyades

Spoiler:
C’est quoi cette deuxième personnalité? Elle est possédée par un démon ou quoi? Dommage j’aurais préféré que ce soit juste une folle à lier.

Ou par l’histoire du commissaire

Spoiler:
Un zombie de la peste qui se fait exploser au milieu des autres en reprenant ces esprits c’est moyen quand même.

Puis il existe plein de point d’ombre que l’auteur ne se donne pas la peine d’expliquer alors qu’il le devrait, je pense surtout à cette histoire de « faucheur » qui décime les briseurs et les force à venir s’abriter sur le monde cierge.

Heureusement la fin est assez intéressante, que ce soit celle de Jonah Dyme, l’arrivée de héros inconnu, de certains survivants ou bien encore la découverte de la relique. Mais ce qui est extrêmement déconcertant ce sont les dernières lignes du bouquin qui revienne mettre en doute tout ce que le lecteur a pu lire de l’histoire.

Spoiler:
Avec un auteur qui casse carrément le quatrième mur, qui incite le lecteur à réfléchir sur le chaos mais surtout lui dit d’interpréter l’histoire et les zones d’ombre à sa propre manière (c’est comme cela que je le ressens en tout cas) en se faisant passer pour un des prophètes torturés (Dyme pouvant être potentiellement présenté comme un des prophètes torturés). Tout en nous expliquant indirectement que ce livre est le livre de Dyme. Notamment avec ces derniers mots « Maintenant termine le »


- Style et écriture = 4/5


Là c’est plutôt du bon, très bon même. L’univers est sombre, les péripéties sont assez mystérieuses pour que le lecteur veuille avoir le fin mot de l’histoire, les personnages sont concrètement tous assez cohérent. L’horreur en tout cas dans la première partie du roman est bien présente. Les descriptions sont excellentes aussi,  j’en ai pas beaucoup parlé mais je trouve que l’auteur met vraiment dans l’ambiance le lecteur notamment par les descriptions  du roman. Certaines scènes sont quand même assez mémorables, la discussion des deux héros en haut du phare, la fin de Dyme ou bien encore la fin d’un des briseurs avec les derniers arrivants de l’histoire.

Spoiler:
Le briseur regardant droit dans les yeux le SM attendant de voir sil il passe le test ou non What a Face

Les sœurs de bataille sont loin des cruches que Smallow nous avait données lors de son diptyque moyen mais sont des vraies sœurs de bataille. Les personnages d’ailleurs sont très intéressants et loin des standards habituels de la BL. Déjà car l’un des personnages principaux ne croit pas en l’Empereur Dieu mais n’est pas pour autant un hérétique.


- Intérêt fluffique = 3/5


Au niveau du fluff ce n’est pas de la garde donc je ne vais pas trop m’attarder dessus comme d’habitude. Ce qu’il y a à savoir c’est la création d’un nouveau monde et de son couvent des sœurs. Que ce soit par leur organisation ou leur façon de penser ou d’agir. Sans compter l’ordre actuel de sœur Hyades qui exècre les massacres au nom de l’empereur Dieu et les fanatiques. Beaucoup de fluff sur les sœurs mais aussi un peu sur le régiment des « briseurs », ces soldats de l’espace.

Spoiler:
Il y a aussi un chapitre de SM assez étrange

Il y a comme dit plus haut quelques interrogations fluffique assez étrange qui surement dégoûteront les puritains, donc attention.


- Appréciation personnelle = 4/5


Hum…comme dit plus haut critique compliqué à écrire. Ce livre est un très étrange que ce soit par son scénario ou son aspect général. On est loin de tout ce que j’ai pu actuellement lire chez la BL, et pourtant j’ai quand même pas mal lu de roman de la maison d’édition. C’est un roman très étrange que nous offre ici Peter Fehervari qui ne conviendra surement pas à tous mais devrait néanmoins satisfaire la plupart des lecteurs.

Pour un premier roman de l’auteur que je prends la peine de lire (j’ai aussi fire caster en ma possession mais toujours pas lue, , car je prends trois ans à lire un livre en VO) je suis plutôt comblé. À voir ses futurs romans, tout comme Rachel Harrison auteur à suivre. Pour le meilleur ou le pire. « Le culte de l'Aube-Spirale » devrait sortir en août donc on verra bien si l’auteur va rejoindre le haut du panier de la BL ou rejoindre Hink, Annandale et bien d'autres tout en bas de l’échelle de la BL.

J'ai oublié de préciser que pour ceux qui veulent des combats ce livre n'est pas forcément pour vous.

Noté bon, proche de l’excellent mais il y a trop d’aspects négatifs qui me gêne. Je conseille néanmoins la lecture pour se changer des standards habituels de la BL.


- Note globale = Total des points 15/20


Sinon j'ai commencé à lire Nagash, WHB power!


Requiem Infernal de Peter Fehervari Playgw16
Rhydysann

Rhydysann
Premier Capitaine
Premier Capitaine

Messages : 1705
Age : 20
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Requiem Infernal de Peter Fehervari Empty Re: Requiem Infernal de Peter Fehervari

Message par Solaris le Lun 1 Juil 2019 - 7:19

Bravo Rhyd, bonne critique (et merci pour le compliment Cool. La fin était également un gros point fort du livre, qui est quand même très bon dans l'ensemble. J'avais particulièrement apprécié la quête sans aucun sens de Jonah et le point de vue d' Asdenath sur l'Imperium. D'ailleurs Arkhan, le système du flash-back du même perso, est le lieu d'origine des gardes impériaux de Fire Cast du même auteur.

Solaris
Space Marine
Space Marine

Messages : 262
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Requiem Infernal de Peter Fehervari Empty Re: Requiem Infernal de Peter Fehervari

Message par Nebulion le Lun 12 Aoû 2019 - 22:35

Bonjour tout le monde,

Je l'ai terminé avant-hier et en ai gardé une excellente impression : noté Excellent, même si mon avis a beaucoup évolué tout au long de l'histoire !

Je rejoins Rhydysann sur de nombreux points : le premier tiers du roman est absolument génial, on a un récit à la fois familier dans sa thématique et sa mise en scène, mais très original dans sa narration. L'angoisse et les incertitudes de la personnage principale sont très, très bien rendues. L'auteur parvient à faire douter le lecteur en le déroutant, en prenant même le risque de le perdre, ce qui est très rare chez Black Library. Il y a même un moment où je me suis demandé si certaines fautes de frappe (j'en ai compté une bonne demi-douzaine sur 450+ pages) n'étaient pas volontaires (...mais en fait non) ! ^^

Le deuxième tiers est plus classique et m'a rappelé que l'intrigue ressemblait quand même beaucoup, beaucoup à une partie de Dark Heresy ou autre JdR : le voyage, l'arrivée, l'enquête... C'est l'un des points négatifs du roman à mon sens. En outre, la "double plume" du journal d'Asenath (vous comprendrez quand vous lirez ;-)) est un procédé un peu simpliste.

Spoiler:
Cela dit, ledit procédé est mieux employé dans la dernière partie du livre, lorsque l'auteur ose briser le quatrième mur (ce qui de nouveau déconcerte efficacement le lecteur).

Aux abords de la dernière partie, mon avis était encore mitigé. J'envisageais alors de noter ce roman Bon, sans plus, étant donné le second tiers plus classique et le dénouement/climax qui s'annonçait tout aussi classique... Mais finalement, ce dernier ne m'a pas déçu, bien au contraire ! Les scènes d'action sont épiques et très bien décrites, du genre qui vous arrachent un sourire béat en plein lecture, lorsque vous vous dites "Rhooooo AWESOME / trop la classe, quoi!" (enfin, euh, vous voyez ce que je veux dire).
De même, la fin n'est pas trop prévisible et réserve un ou deux rebondissements qui donnent tout son intérêt au livre.

Je vais m'arrêter ici pour ne pas faire trop long. Désolé d'être resté vague, mais difficile de faire autrement sans divulgâcher. Pour plus de détails, je renvoie de nouveau à la critique de Rhydysann, avec lequel je suis d'accord à 85% ("thriller psychologique" très réussi dans le premiers tiers; personnages principaux et secondaires très bien construits, décrits et animés ; en revanche, je n'ai pas été choqué par le fait que certaines zones d'ombres demeurent à la fin - le contraire m'aurait même déçu, car ça fait partie du style! Very Happy ).

Pour finir, nous avons ici un très bon roman dont la grande force est indéniablement l'originalité (dans le style plus que dans l'intrigue), et un auteur qui, pour une fois, ne prend pas le lecteur par la main, mais ose au contraire le désorienter de temps à autre, en toute finesse. Au sein d'un catalogue comme celui de la Black Library, ça fait vraiment du bien !
Nebulion

Nebulion
Recrue
Recrue

Messages : 6
Age : 29
Localisation : Secteur Calixis

Revenir en haut Aller en bas

Requiem Infernal de Peter Fehervari Empty Re: Requiem Infernal de Peter Fehervari

Message par Emperor le Ven 27 Sep 2019 - 23:13


Bon bah ils l'ont enfin trouvé leur Stephen King à la Black Library ^^

Plutôt bien aimé le roman, même si pas autant que Le culte de l'Aube-spirale et notamment à cause d'une troisième partie beaucoup trop ésotérique pour l'être pragmatique que je suis :p Je rejoins Solaris à ce niveau.

Mais autrement c'est plutôt cool, l'auteur apporte un vrai vent de nouveauté avec sa narration atypique.

Pas grand chose à dire sur le scénar, rien de vraiment notable, hormis peut-être le nœud de l'histoire qui nous explique d'une manière à la fois drôle et fluff-approved pourquoi c'est autant le bordel sur cette planète :
Spoiler:
Le continent principal est en fait une station d'épuration eldar chargée de traiter les effluves éthérées de la Toile xD, donc un vrai gruyère Warp tout plein de turbulences immatérielles

Tout comme dans le livre sur les cultes genestealers, dont l'action a lieu sur la même planète mais bien plus tard, j'ai aimé la dualité des personnages. L'auteur ne tombe à aucun moment dans ce manichéisme pourtant tellement commun chez grand nombre de ses confrères, et c'est juste génial.
Bon les persos principaux sont quand même vaguement profilés gentils/méchants à leur point de départ dans l'histoire, mais c'est pour mieux perdre le lecteur par la suite puisque ça se retrouve bien souvent plus ou moins lourdement contré par une (plus ou moins grande :p) part d'ombre ou par un comportement de façade en inadéquation avec la morale du perso.

Entre le cul béni en mode Docteur Jekyll et Mister Hyde, le gros connard qui alterne avec des phases où on ne peut que le prendre en sympathie, le chaotisé sympa,... On ne s'ennuie pas !

Fehervari aborde le Chaos par son côté joueur et insidieux (il l'explique bien dans son étrange postface à moitié diégétique) sans trop sombrer dans le grobillisme morbide ou la métaphore WTF (sauf dans le dernier tiers) et en faisant en sorte que ce qui pourrait apparaître comme de bêtes ressorts scénaristiques de manipulation, retournement et faux-semblants chez d'autres (coucou Annandale) soit ici suffisamment bien mené pour qu'on se laisse au final prendre au jeu et assez facilement enfumé.

Le petit côté Stephen King auquel je faisais référence se ressent pas forcément dans les quelques scènes sanglantes qui parsèment l’histoire mais plutôt dans l’aspect brumeux de la mise en scène et dans la volonté de l’auteur à décimer sans hésitation une kyrielle de personnages pourtant bien établis - il n’y qu’à voir à la fin ce qu’il reste de la Dramatis Personae Surprised – et dont certains qu’il avait pourtant fait survivre jusque-là avec acharnement !

Personne n’a de joker, et je dirai même plus qu’il n’y a pas ici de personnage-fonction évident. Les changements chez les protagonistes et les développements de l’intrigue se font parfois classiquement mais avec une certaine finesse, et c’est appréciable, ou à d’autres moments en utilisant intelligemment le côté totalement imprévisible et aléatoire du Chaos, ce qui est… fluffiquement acceptable.
D'ailleurs sur ce point, à sa manière de présenter les choses, l'auteur semble s'être inspiré du Générateur d'Improbabilité Infinie de Douglas Adams.

On reste dans les personnages (désolé c’est vraiment le gros point fort du bouquin à mes yeux) puisqu’il faut saluer ici l’effort de création en termes de factions, et notamment avec ce régiment de gardes impériaux original et haut en couleur.

Je n’ai pas eu autant le coup de cœur comme avec les ogryns gardes du corps du colonel dans Le culte de l'Aube-spirale (cette idée <3), mais l’unité présentée reste très intéressante : des GI d’élite spécialisés dans l’abordage spatial, géno-améliorés, faisant tous au moins 2m de haut et équipés de bioniques et d’armures carapaces étanches prévues pour le combat dans le vide.

Fehervari fait vraiment le taf à ce niveau là, il ne se contente pas de nous servir les éternelles bidasses bien normées selon la nomenclature de l’Astra Militarum. Et il le fait intelligemment car normalement des gars comme ça auraient roulé sur son scénario en renvoyant les antagonistes ad patres en 2-2, mais ici il les place dans une situation qui ne les rend au final pas beaucoup plus capables que le garde impérial moyen, mais ils restent toutefois suffisamment singuliers pour nous donner des scènes cool. C'est dosé comme il faut, on voit que les persos sont au service du scénario et non l'inverse.

Au final, noté Bon. Le scénario est classique, pas extraordinaire en soi il faut dire, avec un dernier tiers plus faible, un peu trop halluciné et bordélique. Mais globalement c’est plutôt bien mené au travers de personnages intrigants et pas téléphonés pour un sou, tout en étant servi par un style d’écriture - et de construction de scènes - pas commun, presque osé, avec un petit côté passif-agressif pas déplaisant. Et ça marche.

En plus je comprends mieux l’épilogue du culte de l'Aube-spirale maintenant. Smile

Et à titre personnel j’espère qu’ils nous traduiront un peu plus de ses productions sur les Tau. J'avais bien aimé sa nouvelle sur le sujet dans Croisade et autres récits.



Requiem Infernal de Peter Fehervari 439568inquisitor3
Emperor

Emperor
Primarque
Primarque

Messages : 4433

Revenir en haut Aller en bas

Requiem Infernal de Peter Fehervari Empty Re: Requiem Infernal de Peter Fehervari

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum