Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Vous lisez quoi en ce moment ?

Page 42 sur 42 Précédent  1 ... 22 ... 40, 41, 42

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vous lisez quoi en ce moment ? - Page 42 Empty Re: Vous lisez quoi en ce moment ?

Message par Argel Tal le Dim 27 Sep 2020 - 23:41

Vous lisez quoi en ce moment ? - Page 42 97822411

Bonsoir à tous, je me lance aujourd'hui dans une petite critique d'un roman que j'ai dernièrement lu, à savoir Civilization de Laurent Binet ; auteur français dont j'apprécie l'écriture, et dont je connaissais déjà au moins un précédent ouvrage, à savoir HHhH. C'est fort de cette confiance en les capacités de l'auteur que je me suis lancé dans le récit, et je fus à la fois surpris et passionné par les mots qui défilèrent devant mes yeux.

Ces mots formèrent un incroyable récit, grande fresque de ce qu'aurait pu être l'histoire si la destinée avait emprunté un autre chemin que celui que nous connaissons dans notre réalité. L'Histoire telle que nous la connaissons aurait pu être toute autre si l'Occident avait perdu foi en ses convictions, en ses armes et en ses croyances, ceci afin que du tumulte, des guerres, des épidémies et de la famine affligeant les hommes émerge un empereur, un seigneur de guerre et un être prophétique, venu des confins du monde.

Civilization est, vous l'aurez sûrement rapidement compris, surtout et avant tout une uchronie, un style littéraire que j'apprécie particulièrement et qui met un scène des Histoires parallèles à celle que nous connaissons. Des fresques historiques où la destinée, la chance ou d'autres facteurs incontrôlables viennent modifier une époque, une société voir même le cours de l'Histoire de manière irrémédiable. Les exemples sont légions et permettent de mettre en perspective notre réalité avec celles qui auraient pu exister, nous interrogeant ainsi non seulement sur notre rapport à l'Histoire, mais aussi sur notre rapport au réel et à notre façon de voir les choses, de voir le passé et d'envisager l'avenir.

L'uchronie, si elle est œuvre d'imagination, est surtout oeuvre d'introspection. Le roman nous narre ici dans une première partie la rencontre hasardeuse, aux alentours de l'an Mille, de tribus islandaises, menées par les enfants d'Erik le Rouge, en exil, perdu au confins du monde connu, avec des peuplades inconnus. Ces tribus de barbares du Nord hivernale vont faire la connaissance avec les habitants du nouveaux Monde, des Amérindiens et des aborigènes des Caraïbes notamment.

De cette rencontre entre plusieurs cultures que tout oppose naîtra un culte, des traditions communes mais aussi et surtout des échanges de savoirs qui bouleverseront l'avenir. Les islandais apprennent à ces peuples à dresser des chevaux et travailler le fer, en échange de quoi les nations autochtones apprennent à ces visiteurs venus du lointain à cultiver le tabac et les fruits exotiques.

La suite du roman nous narre l'arrivée de Christophe Colomb dans le nouveau Monde en 1492, un point commun avec notre réalité. Et une nouvelle fois le récit diverge et s'accélère peu à peu, au fur et à mesure des confrontations sanglantes entre Colomb et les autochtones, affrontements dont l'émissaire espagnole ne sort pas vainqueur, car les peuplades indigènes n'ont pas peur des chevaux Espagnoles, pas plus qu'elles ne craignent les épées, les boucliers et les armures des occidentaux.

Colomb est défait et meurt en captivité. Les Tribus du nouveau monde s'unifient, leur point commun étant qu'elles ont trouvé un ennemi héréditaire, les Levantins, nom donné à ces étrangers venus d'Europe. Le premier à pressentir que l'histoire peut basculer en sa faveur, et que le combat civilisationnel engagé depuis peu aboutira bientôt par l'anéantissement de l'un ou l'autre des camps, est Atahualpa, Roi déchu des Incas et fils du Soleil.

Chassé du trône par son propre frère, Atahualpa cherche une échappatoire en compagnie de ses derniers fidèles. Avant de mourir, Colomb a couché toute sa vie sur papier, une sorte de testament sur sa vie d'émissaire et d'explorateur, à mi - chemin entre un témoignage et une profession de foi. Des écrits que l'Inca a parcouru avec le plus grand sérieux, le témoignage d'un étranger à sa culture éveillant son intérêt.

Se faisant traduire les écrits par une jeune princesse caribéenne avec qui Colomb s'était lié d'amitié avant de succomber, l'Inca, dont toute l'attention est désormais tourné vers l'inconnu, comprend la complexité du monde au delà de la mer Océane, la rivalité entre catholiques et protestants, entre chrétiens et maures, entre Allemands, français et espagnols. Il comprend la complexité de la royauté européenne. Mais là où d'autres verrait une difficulté insurmontable, une inextricable lutte de pouvoir entre Levantins pour la domination du vieux continent, Atahualpa y voit une opportunité. Une alliance avec les rois européens serait elle possible pour reprendre son trône ?

Atahualpa saisit cette opportunité, et en compagnie de ses derniers fidèles, s'embarquent pour un voyage jusqu'au bout du monde, vers le Levant, à bord des mêmes vaisseaux qui avaient emmené Colomb en Amérique. L'Histoire change, et avec elle le destin du monde entier, pour les siècles à venir. Une mondialisation inversé est en marche, et seul l'Inca sait où son ambition pourra s'arrêter...

Que trouvera - t - il en Europe ? Sera - t - il accueilli avec respect, crainte ou curiosité ? Parviendra - t - il à sauver son peuple ?

Je n'avancerai pas plus dans le récit, au risque de trop en dévoiler et de décourager par le spoil ceux qui souhaiteraient poursuivre le récit par une lecture personnelle. Je tiens néanmoins à dire que les rebondissements sont nombreux au sein de ce roman, chose normale avec le genre de l'uchronie puisqu'elle est en soit une porte ouverte sur l'inconnu, un inconnu qui permet bien des libertés avec les individus comme avec les trames historiques.

La trame de départ du roman peut surprendre et c'est normal, comment imaginer que cela soit les Incas qui envahirent l'Europe et non pas l'inverse ? Pourtant, passé cette préalable réticence et entré à corps perdu dans le récit, ce dernier se révèle d'une incroyable fluidité et d'une rare inventivité. Le plus grand talent de l'auteur étant pour moi de conjuguer différents styles d'écritures et de mise en scène afin de rendre l'histoire qui nous est conté non seulement possible, mais bien aussi vraisemblable.

L'auteur alterne ainsi les moments du récit à la troisième personne du singulier, afin de rendre compte de la puissance de plus en plus forte de l'Inca, de manière quasi inexorable ; avec des moments écrit à la première personne, afin de faire la part belle à des instants de doute, à des moments plus introspectifs. Les lignes du récit semble à la fois si proche et pourtant si lointaine de notre réalité que le lecteur en vient à se rendre compte que le monde tel que le nous connaissons, avec un occident conquérant et dominateur durant près de cinq siècles aurait pu ne jamais existé. La mondialisation que l'Occident a vécu et dont il en a tiré les fruits aurait pu être tout autre, si l'écart technologiques entre les peuples conquis et les peuples conquérants avaient été comblé par un détour de l'histoire.

Civilization pose plusieurs questions fondamentales : Faut - il avoir peur de l'autre ? Faut - il avoir peur de l'inconnu, ou au contraire apercevoir en ce dernier une opportunité ? La différence entre les cultes et les cultures est - elle toujours source de conflits ? Que se serait - il passé si la chrétienté n'avait pas progressé, mais régressé ? Qu'elle aurait le visage de l'Histoire si le lent déclin de l'Occident avait commencé au XVIème siècle de notre ère ?

Le roman prend soin de répondre à certaines interrogations, et d'en laisser d'autres à l'opinion du lecteur. L'auteur prend ainsi le soin de donner à son lectorat tout les clés de compréhension de son œuvre, sans toutefois lui fournir sur un plateau la recette miracle. Civilization est avant tout un récit se basant sur le ressenti du lecteur, sur les idées cachées entre les lignes, sur les bouleversements qui s'égrènent au fil des pages.

Je le répète, le récit peut surprendre par sa forme comme par son fond, mais il nous révèle aussi ce à quoi nous tenons, la puissance et les avantages matériels et spirituels qui nous appartiennent, comme un leg de notre histoire, et un héritage bâti sur les ossements des peuples anéanti par la soif de pouvoir des monarchies occidentales. 

Le récit nous interroge aussi sur ce que les peuples sont prêts à faire pour conserver leurs acquis et leur place dans l'ordre du monde. À mi - chemin entre le récit épique, le conte philosophique et le traité de relations internationales, Civilization se révèle comme un indispensable pour tout ceux qui aiment l'Histoire et serait amenés à s'interroger sur la place de l'Occident dans le monde.
Argel Tal

Argel Tal
Space Marine
Space Marine

Messages : 419
Age : 21
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Vous lisez quoi en ce moment ? - Page 42 Empty Re: Vous lisez quoi en ce moment ?

Message par Emperor le Mar 13 Oct 2020 - 12:44


Lus dernièrement :


Vous lisez quoi en ce moment ? - Page 42 Croisa11 Vous lisez quoi en ce moment ? - Page 42 Croisa12

Deux livres sur les Croisades qui malgré quelques évidentes redites se complètent plutôt bien puisque présentant les deux points de vue. Bien sûr chaque auteur a sa petite subjectivité civilisationnelle ^^ et parfois la vérité se trouvera entre les deux, même si une bonne partie des événements rapportés est quand même plutôt consensuelle.

L'épopée des Croisades (côté Croisés) n'est qu'un résumé de l'énorme trilogie Histoire des Croisades (du même auteur), mais est déjà assez complet en soi et nous présente par le menu les événements principaux ayant eu lieu durant la période d'environ 200 ans qu'auront durées les croisades. Le style est assez plat mais je l'ai trouvé un peu moins partial que l'autre.

Les Croisades vues par les arabes, le meilleur des deux à mes yeux, très intéressant de par son aspect historiographique inverse de celui qu'on a l'habitude de côtoyer dans les livres d'Histoire occidentaux. C'est vraiment sympa de lire le ressenti des peuplades autochtones face à l'invasion des "barbares recouverts de métal", d'autant plus que le style littéraire - certes très engagé et quasi revanchard - nous met vraiment dedans ! Pour moi un vrai must have pour les férus d'Histoire, tout autant instructif qu'insolite, c'est rare.

Les livres ont bien sûr un gros côté épique. Les sources de l'époque corroborent les exploits de gros bill comme Godefroy de Bouillon ou Richard Cœur de Lion. Le premier arrivait à trancher le cou d’un chameau d’un seul coup d’épée, et le second fit de même avec un homme entier lors du siège de Jérusalem, par exemple.

La figure du roi à l'armure épinglée de flèches tel un porc-épic après plusieurs heures de combat et après avoir épuisé (comprendre avoir vu mourir) plusieurs montures pendant la bataille... Très impressionnant.

Étrange période quand même, où les alliances se font et se défont dans tous les sens (entre les différents corps Croisés, les Byzantins, les Arméniens et la multitude de factions Chiites et Sunnites, sans oublier la secte des assassins, c’est un vrai sac de nœuds ! ; à certaines périodes on voit même des croisés alliés à des arabes combattre d’autres coalitions de croisés et de syriens !), où le rapport de forces fait constamment le yo-yo durant ces 200 ans, où l’on voit que le cours de l’Histoire de cette région aurait très facilement pu basculer à bien des moments, où notamment la mort d’un roi peut complètement renverser - politiquement et militairement - la situation, et où des deux côtés les massacres gratuits côtoient des scènes chevaleresques incroyables, dont voici deux exemples :

Saladin entame le siège d’une cité Croisé et voilà que les assiégés lui envoient des émissaires pour s’en plaindre car… la ville est en train de célébrer les noces d’un noble local. Saladin leur demande de lui désigner l’emplacement du pavillon de la cérémonie afin qu’il puisse prendre des dispositions pour que ses machines de siège ne tirent pas dessus, promesse qu’il tient. En retour, la ville lui fait parvenir de bons petits plats concoctés pour les noces ^^

Une bataille s’éternise entre Croisés et Syriens. Ça a tellement duré longtemps que tous les chevaux des chevaliers Croisés sont morts, à tel point qu’il ne reste plus qu’une vieille rosse pour le roi, tout le reste combattant à pieds. Voyant cela, l’émir syrien fait parvenir au roi, par le biais d’une ambassade, deux purs sang arabes caparaçonnés d’argent, en disant qu’il ne sied pas à un roi de combattre sur une telle monture.



Vous lisez quoi en ce moment ? - Page 42 Coloni10

L’empire colonial français de Richelieu à Napoléon

Super intéressant et couvrant une très large période, même si comme son titre l’indique on s’arrête avant les colonies françaises les plus récentes ; pas d’Algérie ou d’Indochine par exemple, mais un autre livre de la collection traite des colonies de l'ère moderne je crois.

En tout cas ça reste assez complet (dans un style universitaire avec moult références bibliographiques, collection U oblige), en particulier sur les plans politiques et économiques, beaucoup moins dans le domaine militaire par contre, où les campagnes et batailles cardinales ne sont abordées que succinctement.

Par contre j’ai quelque peu déploré que l’auteur mettait davantage l’accent sur les colonies françaises d’Amérique du Nord et des Caraïbes, et beaucoup moins sur celles de l’océan Indien et du Pacifique, quand bien même elles sont moins riches, moins développées mais aussi plus lointaines, et donc moins accessibles. Dommage.

Il y a aussi pas mal de petites incursions dans le domaine de la morale qui, appuyées par de nombreux faits et écrits d’époque, relativisent l’interprétation actuelle qui est faite de cette facette de l’Histoire et en particulier la volonté qu’ont certains d’y appliquer une interprétation pétrie de valeurs d’aujourd’hui. Les interprétations simplistes de la cancel culture se voient ici indirectement déconstruites, comme par exemple pour ce qui concerne le personnage de Colbert.

Le livre fait aussi la part belle à la perfide Albion, grande concurrente coloniale de la France et qui finira par l’outrepasser complètement dans la majorité de ses territoires d’outre-mer… Un peu énervant à la lecture ^^



Vous lisez quoi en ce moment ? - Page 42 Japon10

Histoire du Japon médiéval
Là aussi un livre plutôt typé universitaire avec énormément de notes de bas de page, et davantage anglé sur l’économie et le politique, avec en filigrane ce grand sujet qu’est la lutte des classes, mais au détriment des détails militaires qui ne sont ici que très brièvement décrits.

On y voit l’évolution sur plusieurs siècles de la structure sociétale du Japon, avec son système foncier très particulier et à mille lieues des droits de possession à l’occidentale, avec ses paysans qui à certaines périodes de l’Histoire réussissent à trouver des mécanismes telles que les ligues pour obtenir l’ascendant sur la noblesse ou le Shogunat, avec son influence Chinoise/boudhiste très prononcée et dont le pays mettra des siècles à s’en détacher et à développer une culture qui lui est propre, avec son système de paiement qui a longtemps été basé le koku, une unité de mesure de riz.

L’auteur établit également une comparaison intéressante avec la structure médiévale européenne. Cas unique en extrême orient, le Japon a vu se développer une féodalité qui comporte de nombreuses similitudes (institutions, culture des châteaux, vassalité guerrière, influence foncière et politique du clergé monastique..) avec les sociétés européennes du Moyen-Age, ce qui par certains aspects est assez troublant car cela a eu lieu à peu près au même moment et alors qu’on sait qu’à ces périodes ces peuples n’ont pas été en contact.

Bref, pas mécontent de cette lecture même si ça s'est révélé un peu surprenant : je m'attendais à beaucoup plus de campagnes guerrières, à plus de Nobunaga, qui n'est presque pas abordé ici!, et j'espérais également un peu plus de matière sur la rencontre avec les portugais, la chrétienté et les armes à feu, qui ne fait l'objet que de quelques remarques ici et là...

Mais ça reste quand même très intéressant pour qui s'intéresse à la culture Japonaise et à sa mentalité particulièrement exotique, ce qui se traduit historiquement par tout un tas de lois et de fonctionnements qui ne peuvent se révéler que surprenants pour un esprit formaté à l'occidentale ^^



Vous lisez quoi en ce moment ? - Page 42 439568inquisitor3
Emperor

Emperor
Maître de Guerre
Maître de Guerre

Messages : 4504

Revenir en haut Aller en bas

Vous lisez quoi en ce moment ? - Page 42 Empty Re: Vous lisez quoi en ce moment ?

Message par - Ghost of Arkio - le Mar 13 Oct 2020 - 16:55

Ha, Amin Malouf... j'avais dévoré La croisade vue par les arabes il y a 20ans et si son style te plait,
je te conseille son Léon l'africain et Samarcande, qui sont aussi des ponts entre orient et occident tels que l'ont été les croisades.

À voir aussi l'excellente série de Herodot'com sur les croisades
https://www.youtube.com/playlist?list=PLKZgJ2XooL3D02v8xS7-9Zz1N-jvuJPRZ

surtout la 1ere, bourrée d'anecdotes et de filsdep**tries dignes d'un GoT ^^
https://www.youtube.com/watch?v=Mm9E-IpIl4w&list=PLKZgJ2XooL3D02v8xS7-9Zz1N-jvuJPRZ&index=26
- Ghost of Arkio -

- Ghost of Arkio -
Modérateur
Modérateur

Messages : 10898

http://wh40k-fr.lexicanum.com/wiki/Accueil

Revenir en haut Aller en bas

Vous lisez quoi en ce moment ? - Page 42 Empty Re: Vous lisez quoi en ce moment ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 42 sur 42 Précédent  1 ... 22 ... 40, 41, 42

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum