Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -33%
Grosse promo sur le Xiaomi Mi Note 10 Lite 64 Go ...
Voir le deal
255 €

[Autre] Darkpocalypse [compilation]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Autre] Darkpocalypse [compilation] Empty [Autre] Darkpocalypse [compilation]

Message par Administration Dim 2 Déc 2012 - 5:34

Afin de facilité la lecture au membres du forum qui ne participent pas au jeu en lui même au jour le jour, voici une compilation des textes écrits depuis le début du jeu. Tant que ce dernier durera je posterai régulièrement d'autres compilations de l'histoire, au moins une fois par semaine.
Rolling Eyes


agila  aigle1  agila


[Autre] Darkpocalypse [compilation] 197939serraangel2

[Autre] Darkpocalypse [compilation] 168802Angeldroite- ---[ Darkpocalypse ]--- - [Autre] Darkpocalypse [compilation] 405994Angelgauche
[Autre] Darkpocalypse [compilation] 955860firesword700B

Rappel des messages...

+++++++++++++
++INTERCEPTION CŒUR ASTROPATHIQUE XKC667, OBERON SECUNDUS 652.023 M42++
++FRAGMENT DE MESSAGE D'ALERTE MAXIMALE PRIORITÉ OMÉGA PRIMUS++
++DESTINATION HAUTS SEIGNEURS DE TERRA PRIORITÉ ABSOLUE++
+++CONTACT AVEC NOUVELLE ESPÈCE XENO INCONNUE+++
+++TRANSCRIPTION+++
++... VAISSEAUX XENOS TOTALEMENT INCONNUS ... TAILLE HORS CATÉGORIE !+++
++ON DIRAIT UN ESSAIM ... LES XENOS ONT ARRÊTÉ LE TEMPS+++
++AUCUNE RÉPONSES ... NOUS ATTAQUENT SANS RAISON+++
++TOUT EST PERDU. PERTES ESTIMÉES A 100%+++
+++L'EMPEREUR NOUS PROTÈGE DU CIEL+++
+++ILS SONT INDESTRUCTIBLES+++
++RÉPONDEZ+++
+++++++++++++

10 ans plus tard...

++++++++++++++
++MESSAGE CŒUR ASTROPATHIQUE NEC700, NECROMUNDA 220.033 M42++
++FRAGMENT DE MESSAGE D'ALERTE MAXIMALE++
++DESTINATION HAUTS SEIGNEURS DE TERRA PRIORITÉ CODE ROUGE++
+++TRANSCRIPTION+++
++ARRIVÉE XENOS ID-X12666B EN ORBITE ... VAISSEAU ESSAIM++
+++FRAPPES ORBITALES FORTS DE DEFENSE ANÉANTIS+++
++GIGANTESQUE MONOLITHE NOIR POSE A PROXIMITÉ RUCHE MAJORIS+++
+++UN RAYONNEMENT DORE RECOUVRE LA PLANETE+++
++LES MORTS SE RÉVEILLENT ILS RESSUSCITENT !+++
+++LES MORTS ATTAQUENT LES VIVANTS !+++
++LA FOLIE NOIRE SE RÉPAND SUR NECROMUNDA LES MORTS MARCHENT+++
++++L'EMPEREUR NOUS PROTÈGE++++
+++RÉPONDEZ+++
++++++++++++++

agila  aigle1  agila

++++++++++++++
++MESSAGE CŒUR ASTROPATHIQUE NOS0654, NOSTROMO III 312.033 M42 M42++
++TRANSMISSION DE MESSAGE D'ALERTE MAXIMALE++
++DESTINATION HAUTS SEIGNEURS DE TERRA PRIORITÉ CODE EPSILON NOIR++
++CATASTROPHES DANS SECTEUR GAIDEN++
+++TRANSCRIPTION+++
++FLOTTE-RUCHE MOLOCH SEMBLE AVOIR ÉTÉ ANÉANTIE TOTALEMENT++
+++PAR FLOTTE VAISSEAUX ESSAIMS XENOS ID-X12666B+++
++SUBISSONS A NOTRE TOUR ATTAQUE ENNEMI INCONNU++
+++DES TOURS GEANTES SURGISSENT EN SURFACE DE NOTRE MONDE+++
++CITES-RUCHES ATTAQUÉES PAS DES NUAGES D’ÊTRES OMBRES LUMIERES++
+++POPULATIONS VOLATILISÉES ASPIRÉES PAR VAISSEAUX MOISSONNEUSES+++
++TOUS NOUS ALLONS ... ... ...++
+++FIN DE TRANSMISSION+++
++++L'EMPEREUR NOUS PROTÈGE++++
+++RÉPONDEZ+++
++++++++++++++

agila  aigle1  agila

++++++++++++++
++MESSAGE CŒUR ASTROPATHIQUE VW012, MACCRAGE 367.033 M42++
++FRAGMENT DE MESSAGE D'ALERTE MAXIMALE++
++DESTINATION HAUTS SEIGNEURS DE TERRA PRIORITÉ OMÉGA PLUS++
+++TRANSCRIPTION+++
++ARRIVÉE XENOS ID-X12666B EN ORBITE ... EMPIRE ULTRAMAR MENACE++
+++FORTERESSES ORBITALES ANÉANTIES ... ONDE DE CHOC PSIONIQUE+++
++TOUS LES PSYKERS ÉVAPORES DÉSINTÉGRÉS+++
++COLOSSAL MONOLITHE NOIR POSE A PROXIMITÉ FORTERESSE HERA+++
+++UN RAYONNEMENT DORE RECOUVRE LA PLANÈTE+++
++LES MORTS SE RÉVEILLENT RESSUSCITENT !+++
+++ROBOUTE GUILLIMAN VIVANT !+++
++JE RÉPÈTE ROBOUTE GUILLIMAN EST VIVANT !+++
++++L'EMPEREUR NOUS PROTÈGE++++
+++RÉPONDEZ+++
++++++++++++++

agila  aigle1  agila

++++++++++++++
++MESSAGE CŒUR ASTROPATHIQUE TTU715, TALLARN 410.033 M42++
++FRAGMENT DE MESSAGE D'ALERTE MAXIMALE++
++DESTINATION HAUTS SEIGNEURS DE TERRA PRIORITÉ CODE OMÉGA++
++TRANSMISSION EN CLAIR MESSAGE XENOS ID-X12666B EN ORBITE++
+++TRANSCRIPTION+++
+++NOUS SOMMES LA VIE+++
++NOUS SOMMES LA MORT+++
+++NOUS SOMMES LE CHÂTIMENT+++
++NOUS SOMMES LES LÉGIONS CÉLESTES+++
+++NOUS SOMMES VENUS POUR VOUS ANÉANTIR+++
++AU NOM DE METATRON ET DE LA SOURCE+++
+++FIN DE TRANSCRIPTION+++
++++L'EMPEREUR NOUS PROTÈGE++++
+++RÉPONDEZ+++
++++++++++++++

agila  aigle1  agila

++++++++++++++
++MESSAGE CŒUR ASTROPATHIQUE MAR213, MARS 479.033 M42++
++TRANSMISSION DE MESSAGE D'ALERTE MAXIMALE++
++DESTINATION HAUTS SEIGNEURS DE TERRA PRIORITÉ CODE OMÉGA++
++ANALYSES DE L’ESPÈCE DES XENOS ID-X12666B++
+++TRANSCRIPTION+++
+++ORIGINE : INCONNUE+++
++PÉRIMÈTRE OPÉRATIONNEL : LA GALAXIE ENTIÈRE++
++ESTIMATION DES FORCES XENOS : INCONNUE+++
+++NIVEAU TECHNOLOGIQUE : SUPÉRIEUR PLUS PLUS+++
+++NIVEAU PSYCHIQUE ÉVALUÉ : INCONNU+++
+++NIVEAU DE PÉRIL : MAXIMAL+++
++APPARITIONS ALÉATOIRES CONSTATÉES ET NON CONCERTÉES+++
++PRÉVISIONS : ATTAQUES MASSIVES EN AUGMENTATION CONSTANTE++
+++LES ID-X12666B ATTAQUENT AUSSI BIEN L'IMPERIUM+++
++QUE LES AUTRES RACES XENOS CONNUES+++
+++FIN DE TRANSCRIPTION+++
++++L'EMPEREUR NOUS PROTÈGE++++
+++RÉPONDEZ+++
++++++++++++++


agila  aigle1  agila

++++++++++++++
++MESSAGE CŒUR ASTROPATHIQUE IST0654, ISTVAAN V 565.033 M42++
++TRANSMISSION DE MESSAGE D'ALERTE MAXIMALE++
++DESTINATION HAUTS SEIGNEURS DE TERRA PRIORITÉ CODE OMÉGA PRIMUS++
++CATASTROPHES DANS SECTEUR ISTVAAN++
+++TRANSCRIPTION+++
+++RÉSURRECTION MASSIVE DE LÉGIONNAIRES +++
++DES XII°, XVIII° ET XIX° LÉGIONS SPACE MARINES++
++PRIMARQUES FERRUS MANUS ET VULKAN SONT RESSUSCITÉS !+++
+++RÉSURRECTION DE SPACE MARINES DU CHAOS+++
+++LA BATAILLE D'ISTVAAN V A REPRIS EN FAVEUR DES LOYALISTES+++
+++PRIMARQUES DEMANDENT INSTRUCTIONS A ROGAL DORN+++
++VAISSEAUX ESSAIMS XENOS PRÊTS A EMBARQUER LES LÉGIONS+++
+++LES ID-X12666B TRANSMETTENT EN CLAIR+++
++LE TEMPS DU JUGEMENT EST VENU+++
+++LES PREMIERS SERONT LES DERNIERS+++
+++FIN DE TRANSMISSION+++
++++L'EMPEREUR NOUS PROTÈGE++++
+++RÉPONDEZ+++
++++++++++++++

agila  aigle1  agila

++++++++++++++
++MESSAGE CŒUR ASTROPATHIQUE CAD036, CADIA 601.033 M42++
++TRANSMISSION DE MESSAGE D'ALERTE MAXIMALE++
++DESTINATION HAUTS SEIGNEURS DE TERRA PRIORITÉ CODE EPSILON NOIR++
++ANOMALIES DANS L’ŒIL LA TERREUR++
+++TRANSCRIPTION+++
++FLOTTE VAISSEAUX ESSAIMS XENOS ID-X12666B DÉTECTÉES++
+++PÉRIPHÉRIE ET MARCHES OCULARIS TERRIBUS+++
++MONDES DÉMONS ATTAQUÉS - EXODE MASSIF HÉRÉTIQUES++
+++PORTE CADIENNE SUBMERGÉE PAR FORTERESSE NOIRE ABADDON LE FLÉAU+++
++VAISSEAU-MONDE ELDAR ULTHWEE ANÉANTI PAR XENOS ID-X12666B++
+++FLOTTES OBSCURAE ET GOTHIQUE EN DÉROUTE+++
++FORCES DU CHAOS RÉFUGIÉES SUR CADIA - CADIA ASSIÉGÉE PERDUE++
++INTERVENTION ASTARTES FLOTTE IMPERIALE SOUHAITÉE URGENT++
+++IMPORTANTES PERTURBATIONS WARP DANS L’ŒIL DE TERREUR+++
++APÔTRE NOIR DU CHAOS EREBUS DEMANDE ASSISTANCE IMPERIUM !++
+++JE RÉPÉTÉ FORCES DU CHAOS DEMANDE ALLIANCE !!!+++
++LES ID-X12666B TRANSMETTENT EN CLAIR++
++NULLE N’ÉCHAPPERA AU JUGEMENT+++
+++LES DERNIERS SERONT LES PREMIERS+++
+++FIN DE TRANSMISSION+++
++++L'EMPEREUR NOUS PROTÈGE++++
+++RÉPONDEZ+++
++++++++++++++


[Autre] Darkpocalypse [compilation] 869427DarkpocalypseG4

agila  aigle1  agila

[Autre] Darkpocalypse [compilation] 336632Darkpointroangel2


- CHAPITRE ZÉRO-1 : AU CŒUR DES TÉNÈBRES

Nous sommes au zénith de l'année 033.M42, quelque part dans le Détroit de Quinrox, Secteur Gothique, Segmentum Obscurus.

Trois décennies auparavant, dans les secteurs voisins, ceux jouxtant l'Ocularis Terribus, se déroula ce qui allait être connu par la suite sous l’appellation terrible de Treizième Croisade Noire du traître Abaddon. Cette terrifiante guerre impacta une grande partie du Segmentum Obscurus, mais un sursaut ultime des forces coalisées de l'Imperium et d'alliés xenos inattendus parvint à contenir le Fléau au prix de très lourdes pertes et de nombreuses planètes anéanties. Et les ennemis de l'humanité furent repoussés dans l’œil de la Terreur. Une paix sur le fil du rasoir s'instaura alors dans les secteurs qui servir de théâtre des opérations, les innombrables troupes encore présentes restant plus que jamais sur leurs gardes. Mais le calme était revenu, et un semblant de vie avait pu reprendre, avec ses activités industrieuses et  ses échanges commerciaux.

Le vaisseau marchand Casus Belisar XXIII, appartenant à la Maison Navigator de Belisarius de Terra, émergea du Warp dans le système stellaire de Barbarossa après plusieurs mois de plongée dans l'Immaterium, en provenance directe du cœur de l'Imperium de l'Humanité.
A bord du vaisseau plus de deux milles hommes, femmes, serviteurs et esclaves s'activaient à leurs tâches quotidiennes et rassurantes, s'assurant du bon fonctionnement de l'appareil. Bien sûr la grande majorité d'entre eux n'était pas indispensable, et si l'un des postes clés venait à défaillir cela pouvait compromettre l'intégrité de l'astronef impérial. Mais dans l'ensemble tout allait bien, chacun s'investissant avec zèle du rôle qu'il devait tenir.
Au cœur du système de contrôle du vaisseau, assis sur son trône de commandement, le capitaine Nemo Solana, surveillait ses membres d'équipage d'un œil expert. Les opérateurs de consoles opéraient consciencieusement. La multitude d'écrans formant un cercle parfait tout autour du siège de l'officier supérieur affichaient des myriades de lignes de code et de schémas, de pix et de données, mais dans l'immédiat le capitaine n'était intéressé que par les informations précises concernant leur arrivée dans le système stellaire de Barbarossa et leur approche de la troisième planète, objectif final de la mission qu'il avait été chargé d'accompagner jusque là.
A ses côté, debout sur la plateforme centrale supportant le trône de commandement, se tenait un groupe d'hommes très différents mais qui avaient été réunis pour cette mission, mandatés par le Departmento Munitorum et le Mechanicum de Mars dans une opération d'intérêt commun.
Au centre de l'attention de tous se trouvait le Magos mechanicus Razal Valentinius, vénérable adepte de la Cité-Forge Olympus, accompagné du technoprêtre Cletus Ragus qui lui servait à la fois de scribe et d’interprète. A leur droite se tenait Aleksander Krom, ex-commissaire impérial du 95ème Fusiliers Cadiens de la Garde Impériale, en semi-retraite, et détachée sur cette mission en tant que consultant chargé de la sécurité. A leur gauche il y avait deux agents technocratiques du Departmento Munitorum que rien ne distinguait vraiment et qui n'étaient là qu'à titre d'observateurs.
Derrière le trône de commandement, engoncé dans une armure grise d'Astartes, se tenait un géant à la crinière rousse en queue de cheval, au regard pénétrant mais à l'expression d'une absolue neutralité. Son nom était Gregor Grimlock, chasseur gris de l'escouade des Wolfblades, la garde d'honneur d'élite de la Maison Navigator de Belisarius. Il avait été lui aussi détaché sur cette mission afin d'en assurer la sécurité.
Tous étaient silencieux et observaient avec attention le déroulement de la manœuvre d'approche de leur planète de destination.

- CHAPITRE ZÉRO-2 : AU CŒUR DES TÉNÈBRES

Le vaisseau Casus Belisar XXIII glissait en toute quiétude sur les courants de l'espace le menant tout droit en direction de la planète Barbarossa III. A bord, son équipage et ses membres les plus éminents étaient restés dans l'ignorance des événements inquiétants qui secouaient de façon aléatoire différents mondes éparpillés aux quatre coins de l'Imperium de l'Humanité. Le cœur astropathique de bord avait bien reçu quelques messages, pendant sa longue odyssée dans le Warp, mais il n'y avait rien de significatif. Jusqu'à que l'astronef des francs-marchands sorte enfin de l'Immaterium et qu'un communiqué crypté au niveau d'accréditation très élevé et émis depuis Terra soit intercepté et décodé. En effet les gens de la Maison Belisarius disposaient depuis longtemps des codes de décryptage des messages diffusés par les Hauts Seigneurs de Terra. Le message fut transféré immédiatement à la console du trône de commandement du capitaine Nemo Solana. Ce dernier en pris connaissance mais ne laissa rien transparaître de ses émotions.

++++++++++++++
++MESSAGE CŒUR ASTROPATHIQUE TER001, TERRA 666.033 M42++
++TRANSMISSION DE MESSAGE D'ALERTE MAXIMALE++
++DESTINATION GOUVERNEURS MONDES IMPERIUM PRIORITÉ CODE OMEGA OMEGA++
++DÉCLENCHEMENT RÉSOLUTION ULTIMA++
+++TRANSCRIPTION+++
++INTRUSION FLOTTE VAISSEAUX ESSAIMS XENOS ID-X12666B++
++ASTRONOMICAN HORS SERVICE POUR TEMPS INDÉTERMINÉ++
+++SITUATION CRITIQUES DÉFENSES TERRA TOMBÉES+++
++DÉBARQUEMENT MASSIF CRÉATURES OMBRES LUMIÈRES++
+++COMBATS AU SOL PALAIS IMPÉRIAL ASSIÉGÉ+++
++LEGIO CUSTODES ANÉANTIE GARDE IMPÉRIALE EN DÉROUTE++
+++HAUTS SEIGNEURS DE TERRA EN FUITE DESTINATION INCONNUE+++
++POPULATIONS RUCHES TERRA SOUS EMPRISE FRÉNÉSIE MEURTRIÈRE++
+++TRÔNE D'OR DÉBRANCHÉ ... L'EMPEREUR A DISPARU+++
++++PRIMARQUES DORN ET SANGUINIUS RESSUSCITÉS++++
++MILLIERS SPACE MARINES MORTS PENDANT SIÈGE DE TERRA REVIENNENT A LA VIE++
++COMBATS VIOLENTS AUTOUR PALAIS IMPÉRIAL PORTE D’ÉTERNITÉ++
+++SAINTE TERRA EST PERDUE+++
++JE RÉPÈTE SAINTE TERRA EST PERDUE++
++++L'EMPEREUR PROTÈGE MAIS QUI PROTÈGE L'EMPEREUR ?++++
+++RÉPONDEZ+++
++++++++++++++

Solana transféra discrètement le message sur une tablette pix et la tandis en direction du space wolf impavide qui se tenait derrière lui, s'assurant d'un sourcil dressé qu'il fallait garder l'absolue discrétion sur la teneur de cette missive hautement inquiétante. Gregor Grimlock lu rapidement le texte retranscrit mais ne laissa rien transparaître lui aussi de ce qu'il pouvait en penser. Il acquiesça d'un bref mouvement de la tête et quitta le pont de commandement de façon naturelle.
Le Wolfblade n'était pas particulièrement de nature anxieuse. Âgé d'au moins 150 ans, c'était un guerrier expérimenté et réfléchi, capable d'initiatives quand c'était nécessaire. Présentement il avait été détaché depuis 5 ans au service de la Maison des Navigators, et respectait son engagement au pied de la lettre.
Il se rendit d'un pas déterminé jusqu'au Cœur astropathique du vaisseau, commençant à prendre mentalement des notes concernant un message qu'il avait l'intention d'envoyer vers Fenris afin de prendre des directives du Loup Suprême en personne. Mais il comptait bien pour le moment faire ceci de la façon la plus discrète possible, respectant en cela la consigne non-dite du capitaine Nemo Salona.

- CHAPITRE ZÉRO-3 : AU CŒUR DES TÉNÈBRES

Le vaisseau n'arriverait en orbite autour de Barbarossa III que dans une vingtaine d'heures, aussi le capitaine Nemo Solana se décida à convoquer les responsables de la mission à un entretien privé dans ses appartements. C'est ainsi que le Magos mechanicus Razal Valentinius, l'adepte Cletus Ragus, l'ex-commiassaire Aleksander Krom et les deux agents du Departmento Munitorum se retrouvèrent pour un conciliabule secret au cours du quel l'officier commandant du Casus Belisar XXIII leur révéla la teneur du dernier message reçu en provenance de Terra.
Le capitaine révéla ensuite le contenu d'autres messages tout aussi inquiétants ayant été interceptés par les astropathes du vaisseau. La Galaxie et l'Imperium étaient en train de subir de mystérieuses attaques de la part d'une espèce de xenos jusque là inconnue. Et que même à proximité de là où ils se trouvaient, dans le secteur de la Porte Cadienne, une situation des plus inextricables s'était tissée dans une confusion apparemment totale.
La première stupéfactions passée, le membres du petit groupes d'hommes s'observèrent avec inquiétude, sauf pour le vénérable Magos du Mechanicum qui donnait l'impression de rester serein. Ce dernier s'exprima alors de sa voix vocodée à la limite de l'audible.
- Nous poursuivons notre mission car elle est liée aux événements qui se déroulent ailleurs en ce moment même.
- Que savez-vous de la situation actuelle ? Demanda un peu brusquement le capitaine Nemo Solana. Oubliant en cela le protocole et le respect qu'il devait au sage adepte de Mars.
Razal Valentinius fixa sans émotions aucunes, de ses lentilles occulaires augmentiques, l'officier de la Navis Nobilite. Il finit par répondre, dans un volume sonore encore plus bas et plus grésillant :
- Depuis longtemps le Mechanicum sait pour ces choses, mais le secret le plus absolu a été gardé jusque là. Nous savons très peu de choses en vérité. Nous ne savions pas quand ils allaient se manifester à nouveau car ils sont plus anciens que tout. Mais des signes perturbants ont été révélés l'année dernière, d'où la raison un peu précipitée de cette mission dans ce système stellaire qui rien de distingue des autres. J'espère juste que nous trouverons des réponses et un moyen de les empêcher de nous nuire. Mais j'ai bien peur que ce ne soit trop tard.
- Trop tard en quoi ? S'exclama Aleksander Krom. La Galaxie est en train de s'effondrer ou vous nous dites qu'il y aurait peut-être une solution pour empêcher tout cela ?
- Non commissaire, pas une solution, des réponses...
- Des réponses ? Mais pour quoi faire ?
- Afin de comprendre pourquoi ils sont revenus et ce qu'ils veulent faire dans notre galaxie. Car ils n'obéissent pas aux mêmes impératifs éphémères que nous. Ils sont plus anciens que le temps, plus anciens que l'univers lui-même. Et pour eux le cosmos tout entier et ses milliards de galaxies ne sont que des vues de l'esprit. Il est très difficile de les appréhender et pourtant cela fait des milliers d'années que nos chercheurs spéculent sur leur existence grâce au peux d'éléments que nous avons découvert jusque là. Sachez que pour eux nous ne valons pas mieux que des bactéries grouillant à la surface d'une flaque d'eau croupie et que même nos grands ennemis, les dieux sombres, ne sont pour eux que des enfantillages. Alors la grande question est de savoir pourquoi ils sont là, oui, pourquoi...
Un silence lourd s'instaura dans la cabine du capitaine Nemo Solana, chacun méditant à sa façon les révélations pour le moins mystérieuses du Magos du Mechanicum. L'officier commandant finit alors par donné congé à tous et donna des ordres pour qu'on ne le dérange pas dans les heures qui viennent, jusqu'à l'arrivée en orbite du vaisseau des libres-marchands.
Les deux adeptes mechanicus regagnèrent d'un pas nonchalant leurs propres cabines de bord tandis que l'ex-commissaire Aleksander Krom retournait sur le pont de commandement, afin sans doute d'éviter de penser à tout ce qu'il venait d'entendre.
L'ancien officier de la Garde Impériale de Cadia arriva sur le pont en même temps que le space wolf Gregor Grimlock. Ce dernier été accompagné d'une jeune femme que Krom avait déjà rencontré quelques jours auparavant, une certaine Amandara Esteban, à la fois astropathe de bord du Casus Belisarius XIII et psyker aux talents inconnus détachée sur la mission transportée sur le vaisseau. L'homme et l'astartes se toisèrent de façon neutre, mais le regard pénétrant de la psyker se fixa dans celui de l'ex-commissaire. Manifestement elle aussi était au courant des événements relatés dans les messages interceptés par le cœur astropathique de l'astronef. Ainsi que le Wolfblade.
Aleksander Krom se demanda alors ce qui les attendait sur cette planète déclarée morte depuis des millénaires. Et dans quel état il retrouverai la galaxie après la fin de la mission d'exploration des mystères dissimulés sous la surface et dans les ruines xenos de ce monde désertique. Mais il y a une chose dont il ne se doutait pas pour le moment, c'était que son destin allait bientôt prendre une toute autre dimension. Le sien et celui de quelques uns des compagnons qui se trouvaient pour l'heure à bord du vaisseau. Un destin qui le mènerait à faire face au plus grand péril que n'ait jamais rencontré de toute son histoire l'Humanité .
Oui, un périlleux destin.

Spoiler:

[Autre] Darkpocalypse [compilation] 583986DarkpocalypseG8


Dernière édition par Horus Lupercal le Dim 2 Déc 2012 - 5:42, édité 2 fois
Administration

Administration
Admin
Admin

Messages : 6892

Revenir en haut Aller en bas

[Autre] Darkpocalypse [compilation] Empty Re: [Autre] Darkpocalypse [compilation]

Message par Administration Dim 2 Déc 2012 - 5:36

[Autre] Darkpocalypse [compilation] 913473CasusBelisarXXIIIDarkpocalypse

agila aigle1 agila

CHAPITRE UN : ORBITE

Le Casus Belisar XXIII arriva enfin en périphérie autour de la planète Barbarossa III et manœuvra de façon à se positionner en orbite géostationnaire au-dessus de la zone cible d'atterrissage prédéfinie depuis longtemps. Le capitaine Nemo Solana donna ensuite l'autorisation de débuter la mission. Pour sa part son travail s'arrêtait là dans l'immédiat.
Sur le pont d'envol de la vaste soute aménagée pour le transport des petits astronefs, d'innombrables serviteurs, esclaves et adeptes du mechanicus s'activaient autour de deux appareils trappus et massifs, aux formes angulaires et aux ailes courtes : des Thunderhawk réformés de la Garde Impériale à usage civil. Ils appartenaient à la Maison Navigator de Belisarius depuis des lustres et servaient depuis longtemps de navettes de débarquement en surface.
Chaque engin pouvaient transporter à son bord une vingtaine de passagers et du matériel, et pour l'heure les membres de la mission dirigée par le Magos Razal Valentinius s’apprêtaient à embarquer. Le vénérable adepte du Mechanicus, des serviteurs, des xénologues et les deux agents du Departmento Munitorum montèrent dans le premier vaisseau. De leur côté, l'adepte Cletus Ragus, l'ex-commaissaire Aleksander Krom, le space wolf Gregor Grimlock, et l'astropathe Amandara Esteban embarquèrent dans le second engin, accompagné d'une équipe d'archéologues .
Quelques minutes après les pilotes des deux Transporter débutaient les protocoles de décollage, pendant que le pont d'envol était évacué par les techniciens et serviteurs. C'est alors que...

CHAPITRE DEUX : DESCENTE

Parallèlement aux préparatifs de départ pour la surface de la planète Barbarossa III, le Cœur astropathique du bord interceptait un nouveau message diffusé depuis un monde proche, et était rapidement décrypté.

++MESSAGE CŒUR ASTROPATHIQUE FEN008, FENRIS 669.033 M42++
++TRANSMISSION DE MESSAGE D'ALERTE MAXIMALE++
++DESTINATION HAUTS SEIGNEURS DE TERRA PRIORITÉ CODE OMEGA RED++
+++FLOTTE DU LOUP SUPRÊME PARTIE POUR TERRA POUR PORTER SECOURS+++
++INTRUSION VAISSEAUX ESSAIMS XENOS ID-X12666B PROXIMITE DE FENRIS++
++APPARITION MONOLITHE NOIR SUR CONTINENT ASAHEIM+++
++RÉSURRECTIONS MASSIVES TROUPES ENNEMIES ET THOUSAND SONS++
+++LE VLAKA FENRYKA VAINCRA+++
++LE PÈRE DE TOUS PROTÈGE++
+++FIN DE TRANSMISSION+++
++L'AETT ASSIÉGÉ NOUVELLE BATAILLE DU CROC++

Le Capitaine Nemo Solana en pris connaissance et fit relayer ensuite le message par radio aux deux Thunderhawks transporteurs qui s'éloignaient alors du Casus Belisar XXIII. A bord du deuxième appareil Gregor Grimlock garda le silence mais ses compagnons perçurent un changement dans son attitude, passée de la concentration à la tension la plus extrême.
L'astropathe Amandara Esteban en fut légèrement perturbée :
- L'ennemi se rapproche. Après tout nous ne sommes à moins de 60 parsecs de Fenris.
- Je ne crois pas qu'il faut s'en inquiéter dans l'immédiat, répondit l'adepte du Mechanicum Cletus Ragus, dans une tentative de rassurer tout le monde. J'ai analysé les messages reçus depuis notre sortie du Warp et j'en ai déduit que les xenos ne frappaient pas au hasard. Ils suivent un plan et s'attaquent en premier aux systèmes d'importance stratégique. Je ne sais pas comment ils font mais ils ont un plan. Ils savent. Et ici ne nous sommes pas exposés.
Un lourd silence s'installa entre les membres de la mission tandis que les deux petits vaisseaux spatiaux effectuaient leur plongeon dans l'atmosphère raréfiée du monde mort.
Une vingtaine de minutes plus tard, alors que les deux Thunderhawks se trouvaient à moins de mille pieds de la surface, le premier engin fut soudainement frappé par des tirs de canons lasers et partit soudainement en vrille. Dans la cabine de pilotage du second appareil le copilote repéra la présence d'un chasseur Lightning d'aspect très vétustes qui les avaient pris en chasse. Le Thunderhawk numéro deux était faiblement armé, et trop lourd à la manœuvre pour échapper à son prédateur, mais il réussit à esquiver des tirs le visant, qui touchèrent toutefois l'aileron droit, provoquant une embardée violente de l'appareil. Le pilote et son copilote furent sonnés, et l'alarme résonna de toute sa puissance dans la carlingue du petit vaisseau.

CHAPITRE TROIS : ATTERRISSAGE

Dans une autre vie Aleksander Krom avait été un officier impitoyable mais juste au sein d'un régiment des Fusiliers Cadiens, et il avait eu l'occasion de piloter des aéronefs de transports de troupes dans le cadre de manœuvres importantes, et toujours dans des situations d'urgences. C'est donc avec une certaine expérience qu'il se précipita dans la cabine de pilotage, bouscula au sol le corps inanimé du pilote, et s'installa dans le fauteuil de commandes. Le tableau de bord du Thunderhawk n'était guère différent de celui des appareils qu'il avait déjà pu piloter. Il attrapa alors le manche de direction d'une main, la manette des gaz de l'autre, et tenta de reprendre le contrôle du petit vaisseau avec un certain succès.
Derrière lui le space wolf Gregor Grimlock s'emparait des manettes permettant d'utiliser les deux uniques tourelles laser de défense du Thunderhawk, qui avait été pour le reste démilitarisé car destiné à un usage civil. L'Astartes se familiarisa rapidement avec le système d'arme, fixant son regard dans l’oculaire de visée, et chercha à localiser l'appareil ennemi qui les avait pris en chasse. Alors que ce dernier faisait demi tour au-dessus d'eux il tira à plusieurs reprises, faisant démonstration de ses talents de guerrier d'élite de l'Empereur. Le chasseur Lightning fut toucher à deux reprises et finit à son tour par décrocher en vrille en direction du sol, dévoré par les flammes.
Quelques minutes plus tard l’atterrissage s'effectuait avec une relative brutalité, mais l'appareil ne s'écrasa pas avec violence, à la différence du premier Thunderhawks transportant le Magos Razal Valentinius qui avait percuté le sol dans une grande explosion retentissante.
Légèrement choqués, les passager évacuèrent rapidement le petit vaisseau et découvrirent qu'ils avaient atterri dans un petit vallon désertique, niché entre des collines de moindre importance. La végétation environnante était très pauvre et rabougrie. Le sol était recouvert de cailloux disparates gris-verts, de sable et de terre craquelée et sèche.
Aleksander Krom soutenait l'adepte Cletus Ragus, un peu sonné, tandis que Gregor Grimlock portait l'astropathe Amandara Estaban sur une épaule, tenant d'une main son pistolet bolter afin de répondre à une éventuelle attaque surprise. Derrière eux une poignée d'archéologues et de serviteurs les suivaient, pas rassurés du tout.
Le Thunderhawk n'explosa pas tout de suite et le petit incendie qui ravageait son flanc droit finit par s'étendre et dévorer le reste de la carcasse de l'appareil. Et au final une explosion assez violente finit par détruire ce qu'il restait de l'engin.
Installés à l’abri derrière un petit escarpement rocheux les survivants de l’atterrissage se regardèrent en silence un long moment, mais l'ex-commissaire de la Garde Impériale fut le premier à s'exprimer :
- Je croyais que cette foutue planète était déserte ! Et pourquoi nous avons été attaqué par un chasseur impérial ? Je n'y comprends plus rien.
- Il y a des gens à proximité, des humains, dans cette direction, répondit la psyker en désignant le nord-est de leur position. Je ne comprends pas ce qu'ils pensent mais je ressens leur présence. Ils sont pas très nombreux, une centaine tout au plus. Je ne perçois rien d'autre à part ça sur une très large étendue tout autour de nous.
- Les ruines que nous devons explorer se trouvent à l'opposée, nous devons poursuivre la mission, s'exprima l'adepte du Mechanicus, d'un ton sans appel.
Le space wolf observa un instant Cletus Ragus puis fixa son regard sur l'ex-commissaire de la Garde Impériale, avant de dire :
- Le chef de la mission et ses serviteurs sont morts dans le crash du premier Thunderhawk. La mission s'arrête là, nous devons contacter Solana pour qu'il nous rapatrie à bord du Casus Belisar.
- Non, non et non, gémit l'adepte de Mars, nous devons continuer, avec ou sans le Magos. Ce dernier étant disparu je prends la tête de la mission. Les secours arriveront bien assez tôt.
- Du n'importe quoi, cracha Aleksander Krom, et de toute façon le capitaine va nous envoyer un autre Thunderkhawk. En attendant je veux en savoir plus sur nos agresseurs, allons voir à quoi ils ressemblent.
L'Astartes acquiesça tout en fixant l'astropathe d'un regard inquisiteur, mais cette dernière restait silencieuse. Puis :
- Nous devrions rester ici afin que les secours nous retrouvent plus facilement, c'est mon avis, dit-elle d'une voix cassée.

CHAPITRE QUATRE : COMMUNAUTÉ

La décision d'aller à la rencontre de la petite communauté humaine repérée par l'astropathe finit par l'emporter, mais les archéologues décidèrent d'un commun accord de rester en arrière, préférant attendre les secours en provenance du vaisseau en orbite. C'est ainsi que l'ex-commissaire de la Garde Impériale, l'adepte du Mechanicum et la psyker se retrouvèrent à marcher en direction du Nord-Est, progressant à l’abri des regards dans les vallonnements peux profonds du paysage environnant.
Parti en éclaireur loin devant eux, le space wolf se déplaçait avec une célérité inhumaine, cherchant à localiser avec précision la position du camp indigène, de connaître leurs effectifs et de déterminer leurs modes de défense. Ce dernier finit pas trouver ce qu'il cherchait dans une petite ravine à une heure de marche du point de crash. Des casemates branlantes et des conteneurs rouillés étaient éparpillés le long des flancs de l'épave d'un vaisseau cargo de l'Imperium, échoué et couché sur le côté . D'après ce qu'il put observer l'appareil avait dû se poser en catastrophe il y a pas mal de temps, après avoir glisser sur plusieurs centaines de mètres, la longue tranchée laissée derrière lui témoignant de la catastrophe passée.
Gregor Grimlock observa pendant un long moment l'activité de ce camp de fortune et compta une bonne centaine d'hommes et de femmes, certains armés de fusils ou d'armes de poing, d'autres concentrés sur des tâches plus terre à terre. D'après leurs vêtements et les marquages de l'astronef le Wolfblade put déterminer qu'il s'agissait d'un vaisseau pénitencier, et qu'une partie de sa cargaison de criminels avait survécu au naufrage, car il ne repéra qu'aucun des survivants présents portaient une tenue de garde ou de membre d'équipage, ou en avait les attitudes.
Retournant sur ses pas l'Astartes retrouva rapidement ses compagnons et leur fit part de sa découverte.
- C'est bien notre chance ! S'exclama Aleksander Krom, d'un ton sévère. On s'échoue au milieu de nulle part et on tombe sur une bande d'assassins et de voleurs.
- Ce naufrage doit être récent car je n'ai nulle trace d'un tel événement sur ce monde dans mes bases de données. Répondit Cletus Ragus. Notre dernier scan de cette planète remonte à moins de dix ans.
- D'après l'état du campement et du vaisseau pénitencier je dirai 5 à 6 ans, confirma le space wolf. Ils ne m'ont pas l'air très dangereux, justes désœuvrés, mais il faut s'en méfier quand même.
- Qu'est-ce qu'on fait alors ? Interrogea l'ex-commissaire cadien. On leur rentre dans le lard ou on prend la direction des ruines xenos ?
- Je crois qu'il est trop tard ! S'exclama alors l'astropathe, tout en fixant son regard au sommet de la colline la plus proche. Ils sont là !
Une vingtaine d'hommes venait d'apparaître au-dessus d'eux. Certains portaient des armes. Mais ils ne donnaient pas l'impression de vouloir les attaquer dans l'immédiat. A leur tête se détachait un homme grand et corpulent, brandissant un bâton en forme de crosse, et engoncé dans des vêtements d'un prêcheur de l'Adeptus Ministorum. Il leva la main en signe de paix.

CHAPITRE CINQ : PARIAS

Les quatre aventuriers montèrent prudemment à la rencontre des nouveaux venus, restant toutefois sur leurs gardes, l'Astartes légèrement en arrière, ayant décidé de couvrir ses compagnons en cas d'échauffourée surprise.
Le prêcheur était un peu plus grand et corpulent que l'ex-commissaire de la Garde Impériale. Il avait les cheveux grisonnants, portait la barbe et avait un regard bleu acier. Il devait avoir dans la cinquantaine et affichait une attitude calme et posée. Il semblait bien être le chef du groupe d'hommes venus à leur rencontre.
En retrait à sa droite se tenait un homme plus jeune, aussi grand que lui, portant un justaucorps gris noir, mince mais d'apparence athlétique. Ce dernier avait la peau très pâle, était chauve et portait des oculaires augmentiques de soudeur qui lui dévoraient le haut du visage. L'homme n'était pas armé.
Le porteur de crosse parla en premier :
- Je suis Karl Undis, le patriarche de cette communauté, nous attendons de savoir qui vous êtes.
- Vous avez fait abattre nos appareil de descente et vous avez le culot de nous demander qui nous sommes ? S'exclama Aleksander Krom, légèrement énervé.
- Nous avons cru qui vous étiez de l'Adeptus Arbites, venus nous chercher après tant d'années d'abandon à la surface de ce monde mort, mais vous n'en êtes pas à ce que je vois.
- Et comment une bande de criminels et de hors la loi comme vous ont fait pour survivre aussi longtemps sur cette planète déserte ? Demanda le space wolf, une main posée en évidence sur la crosse de son pistolet bolter.
- Nous vivons sur les réserves alimentaires de notre vaisseau. Nous ne sommes pas des criminels mais des parias et des bannis. Nous avons été rejetés par les instances de l'Imperium du secteur Gothique. Parmi nous se trouvent des soldats condamnés injustement, des libres penseurs et des laissés pour compte. Notre destination était le secteur cadien quand notre vaisseau a été victime d'une lourde avarie. Le chasseur que vous avez abattu était notre seul arme de défense contre les intrus venus du ciel.
- Vous semblez être ce que vous dites, enchaîna l'astropathe Amandara Esteban, placée derrière l'ex-commissaire des Fusiliers Cadiens. Pouvez-vous nous aider ? Nous sommes venus explorer les ruines xenos qui se trouvent au Sud ?
- Il n'est pas bon de déranger les morts... Murmura le prêcheur dans sa barbe grisonnante et hirsute.
L'homme aux oculaires de soudeur posa une main sur l'épaule du leader du groupe et s'exprima d'une voix grave et profonde :
- Ces ruines sont hantées par des fantômes xenos, notre groupe a perdu plusieurs compagnon dans cet endroit maudit, mais je peux peut-être vous aider.
- Et qui êtes vous ? L'interrogea l'adepte du Mechanicum, qui donnait l'impression de s'ennuyer ferme.
- Mon nom est Jared Kane, mais vous pouvez m'appeler Jarek, je suis un peu comme la mutante qui vous accompagne, j'ai un petit talent un peu spécial, répondit-il tout en fixant la psyker mal à l'aise et qui l'observait à la dérobée depuis le début de leur rencontre.
- Est-ce vrai ? Demande Aleksander Krom, sur la défensive.
Amandara Esteban acquiesça de la tête avant de répondre :
- Oui. Je ne sais pas d'où vient cet homme mais il a un pouvoir étrange que je n'arrive pas à définir. Il porte la marque des rabatteurs des vaisseaux noirs. Mais il a réussi à échapper à leurs griffes implacables.
Le dénommé Jarek esquissa un sourire en coin avant d'enchaîner :
- Oui, je ne manque pas de ressources.
Soudaine un bruit sourd se manifesta, puis surgit au-dessus d'eux un Thunderhawk portant le blason de la Maison Belisarius. Il manœuvra quelques instants avant d'aller se poser sur une surface plane à proximité du sommet de la colline. Les parias et les explorateurs s'observèrent un moment à la dérobée, se retrouvant dans l’expectative de faire un choix.

CHAPITRE SIX : RUINES

- Vous êtes le bienvenu parmi nous Jarek, mais les heures passent et le temps est venu de reprendre notre mission, dit l'adepte du Mechanicum, d'un ton sans appel. Le temps presse, et vous savez pourquoi. Que la mort du Magos ne soit pas inutile, et nous réglerons le cas de sa disparition un peu brutale plus tard.
Aleksander Krom et Gregor Grimlock acquiescèrent d'un bref mouvement de tête, tandis que l'astropathe observait son homologue psyker à la dérobée.
Le dénommé Jarek murmura quelques mots à l’oreille du patriarche des parias puis rejoignit le groupe d'aventuriers. Ces derniers prirent la direction du Thunderhawk et embarquèrent rapidement à son bord. Un bref message du capitaine Solana leur fut communiqué, confirmant la poursuite des opérations. Le petit vaisseau décolla alors et manœuvra en direction du Sud-Ouest. Son pilote mit les gaz et l'engin fonça en direction de la position cible des ruines qui avait été définie depuis le début.
Une demi-heure plus tard l'appareil arrivait en vue d'un immense amoncellement de monolithes sombres et de pierres gigantesques assemblées selon des angles étranges, le tout formant une zone circulaire de plusieurs kilomètres de diamètres. La hauteur moyenne n'était guère élevée, au maximum une dizaine de mètres. L'ensemble donnait la troublante impression d'être à la fois une cité abandonnée et un temple voué à une divinité inconnue, mais une partie des ruines xenos était ensevelie par le sable du désert, envahie de ci de là par la maigre végétation indigène. Aucun symbole reconnaissable comme tel n'était visible. Les couleurs dominantes étaient le gris et le beige.
Cletus Ragus communiqua quelques instructions au pilote qui entama alors un atterrissage sur ce qui ressemblait à une plate-forme solide en pierres de dimensions colossales. A proximité directe s'élevait un bâtiment bas et trapu, taillé en forme de pyramide tronquée, et dans l'un des flancs duquel s'ouvrait une ouverture étroite et haute en forme de larme.
- D'après les archives xénoarchéologiques du Mechanicum dont je dispose cette entrée est la seule existante nous permettant d’accéder à la partie souterraine de ces ruines. Rien n'a bougé depuis des millénaires, c'est resté à l'identique.
- Si vous cherchez les fantômes sachez qu'ils ne se manifestent que la nuit, leur signala Jarek de sa voix grave et posée.
Circonspect, l'ex-commissaire de la Garde Impériale et l'Astartes descendirent en premier de l'appareil. Mais les lieux étaient totalement déserts. L'adepte, l'astropathe et le psyker les rejoignirent ensuite, ainsi que les archéologues et leurs équipements, qui avaient été récupérés par le Thunderhawk avant que celui-ci ne retrouve le groupe d'aventuriers.
Les membres de la mission s’avancèrent alors vers l'ouverture dans la pyramide tronquée et s'engagèrent dans un tunnel descendant en pente douce. La luminosité baissa rapidement et ils allumèrent des torches afin de voir où ils marchaient. Au bout d'une dizaine de minutes ils parvinrent dans une grande salle circulaire, au plafond bas, et dans les parois de laquelle s'ouvraient une demi-douzaine d'autres ouvertures en forme de larme. Et à la différence de la surface, ici, les murs étaient recouverts de symboles et de gravures étranges mais non figuratives. Au centre de la salle s'ouvrait un puits apparemment sans fond et sans lumière aucune.
- Nous devons descendre encore plus bas, dit alors Cletus Ragus, en désignant l'un des seuils béants situés à l'opposée de là d'où ils venaient d'arriver.
- Que cherchons nous exactement ? Interrogea Aleksander Krom.
- Des machines. De très anciennes machines xenos qui se trouvent sous nos pieds, répondit l'adepte, à la limite de l'audible.
Amandara Esteban fut soudain pris d'un malaise et Jarek la rattrapa de justesse alors qu'elle s'effondrait au sol. Plongée dans une sorte de transe elle susurra d'une voix plaintive :
- Ils arrivent...
Un puissant bourdonnement résonna dans la salle et trois petites sphères métalliques armées de bras articulés surgirent soudainement du puits central de la salle. Particulièrement véloces, elles étaient équipées à leur base d'un petit cône projetant une sorte de rayon de lumière bleue qui s'avérait incapacitant quand il paralysa un archéologue malchanceux qui se trouvait sur une trajectoire de tir. L'ex-commissaire et l'Astartes dégainèrent leurs armes immédiatement afin de riposter tandis que Jarek portait l'astropathe en direction de l'une des ouverture afin de la mettre à l’abri. De son côté Celtus Ragus se coucha instinctivement afin d'échapper à la fusillade qui venait d'éclater.


A suivre...


La suite immédiate par ICI d) Le Jeu Darkpocalypse !
Administration

Administration
Admin
Admin

Messages : 6892

Revenir en haut Aller en bas

[Autre] Darkpocalypse [compilation] Empty Re: [Autre] Darkpocalypse [compilation]

Message par Administration Mer 5 Déc 2012 - 6:42

[Autre] Darkpocalypse [compilation] 644294angelusofwar3

CHAPITRE SEPT : COMBAT

Aleksander Krom était un soldat expérimenté, mais il restait un humain. Il tenta bien de tirer sur les petites sphères métalliques mais elles s'avéraient bien trop rapides. Pour Gregor Grimlock c'était un peu plus facile, ses capacités surhumaines de guerrier space wolf lui permirent d'esquiver sans difficultés les rayons bleus paralysants et de tenter une contre attaque. Il rengaina son bolter afin d'éviter un accident et dégaina son épée, une arme qu'il jugea plus appropriée dans ces circonstances. Et c'est ainsi qu'armé de sa lame de givre il tenta de toucher les petits robots agresseurs qui virevoltaient avec vélocité autour du puits béant au centre de la salle.
Après avoir mis l'astropathe à l'abri le dénommé Jarek réapparut et observa quelques instants la situation au travers de ses oculaires augmentiques de soudeur. Il se baissa et sortit de ses bottines deux tubes argentés desquels surgirent instantanément des lames monofilamentaires d'un mètre de long. S'escrimant toujours avec les petites sphères armés de bras articulés le Wolfblade jeta un œil en direction du psyker. Ce dernier disparut soudainement, comme effacé de la réalité, et réapparut quelques mètres plus loin. Puis redisparut à nouveau, et se rematérialisa une seconde à proximité de l'un des robots qu'il trancha en deux avec l'une de ses lames, le tout dans un mouvement d'un fluidité et d'une rapidité incroyable.
Jarek s'évapora ensuite une nouvelle fois et réapparut dans l'ombre de l'Astartes en difficulté. Une deuxième sphère fut détruite. Gregor Grimlock, malgré ses sens aiguisés, aux moins vingt fois supérieurs à ceux d'un humain normal, avait le plus grand mal à suivre le psyker dans sa série d'apparitions et de disparitions éclairs. Quoiqu'il en soit le résultat était d'une efficacité redoutable et le troisième et dernier robot fut à son tour anéanti et l'affrontement cessa aussi rapidement qu'il avait commencé.
Jarek cessa d'apparaître et de disparaître, rengaina ses lames monofilamentaires et alla aider l'adepte du Mechanicum couché au sol et qui l'avait observé lui aussi avec attention.
- Vous êtes un homme de l'Officio Assassinorum, un mutant precog relativiste, un homme effectivement plein de ressources, d'une espèce très rare, dit Cletus Ragus à nouveau debout.
Le psyker ne répondit pas, n'affichant aucune expression sur son faciès, et alla chercher l'astropathe qui se trouvait dans l'une des entrées en forme de larme de la grande salle circulaire.
L'ex-commissaire de la Garde Impériale rejoignit le space wolf et tous deux observèrent d'un regard circonspect leur sauveur inespéré qui revenait avec Amandara Esteban, revenue à elle.
- Je n'ai aucune confiance dans les assassins de l'Imperium murmura Aleksander Krom, à l'attention du Wolfblade. Ce dernier rengaina sa lame de givre et tous deux se rapprochèrent de l'adepte de Mars. Parmi les archéologues les accompagnant la moitié avaient été touchés par les rayons paralysants. Cletus Ragus analysa sur l'un d'eux qu'ils se trouvaient plonger dans une profonde catalepsie mais qu'ils semblaient quand même vivants.
- Ils s'en remettront. En attendant nous devons poursuivre, dit-il finalement en se redressant. Il y a encore du chemin à faire. Suivez moi.
Tous acquiescèrent en silence et suivirent d'un seul mouvement leur guide du Mechanicum qui se dirigea sans aucune hésitation en direction de l'une des ouvertures de la vaste salle. Ils s'engagèrent alors dans un long tunnel en pente douce qui descendait en spirale et marchèrent plusieurs dizaines de minutes, toujours sur leurs gardes.
D'après les senseurs de l'adepte ils s'enfoncèrent de plus de deux-cents mètres sous la surface et tous ensemble ils surgirent dans une salle souterraine encore plus vaste, de la taille d'une cathédrale, et au centre de laquelle trônait un vaste assemblage de machines très étranges, haute de plus de cinquante mètres, et dégageant une douce lumière dorée.
A première vue il n'y avait pas de gardiens ou d'autres petits robots. Un silence lourd et sépulcral régnait sur les lieux. Ils se rapprochèrent des machineries et purent observer qu'un grand nombre d'entre elles étaient composées de cristaux et de matériaux inconnus aux lueurs pulsantes, et que d'autres émettaient des projections holographiques et des faisceaux de lumière apparemment inoffensifs.

CHAPITRE HUIT : GALAXIE

L'adepte du Mechanicum donna l'impression pendant un long moment de chercher quelque chose puis il se dirigea d'un pas déterminé vers une sorte de console hérissée de petits cylindres cristallins marqués de symboles. Il commença alors à enfoncer certains nombre d'entre eux dans un ordre prédéterminé.
- Mais que faites vous ? S'exclama Aleksander Krom plus étonné qu'inquiet. Derrière lui le space wolf, l'astropathe et le psyker observaient la scène avec curiosité.
- Je rentre une séquence de symboles, vous le voyez bien, non ? Marmonna Cletus Ragus, d'un ton légérement agacé. Les xénocryptographes de Mars étudient cette forme d'écriture depuis plusieurs siècles, et grâce à des recoupements avec d'autres découvertes faites sur d'autres mondes abandonnés loin d'ici, cela leur a permis d'établir une traduction plus ou moins fiable des symboles xenos utilisés.
- Et vous savez ce que vous faites ? Interrogea l'ex-commissaire de la Garde Impériale.
- Pas vraiment, mais je suis les instructions laissées par le Magos.
Soudainement, derrière le groupe d'aventuriers, au-dessus d'une petite plateforme basse et sombre, faite d'un matériaux inconnu, apparut une sorte d'hologramme représentant une forme circulaire composée de dizaines de milliers de points lumineux, et disposés en plusieurs bras en spirales tournant tous dans la même direction. Au centre une forme plus massive, dense et sphérique servait d'axe à l'ensemble. La projection multicolore faisait bien dans les quatre mètres de diamètre et flottait à un mètre et demi du sol.
L'adepte se retourna et lui et ses compagnons se disposèrent autour de l'apparition lumineuse.
- C'est une galaxie, mais laquelle ? S'exclama Amandara Esteban, fascinée par la projection.
- Notre galaxie, répondit l'adepte du Mechanicum. Ma base comparative de cartographie interstellaire est catégorique. C'est la Voie Lactée telle qu'elle est maintenant. C'est fantastique une telle précision ! Sachant que l'origine de ces machines remontent à la nuit des temps, bien avant l'apparition des Eldars et des Nécrons.
- Vraiment ? Répondit en écho Gregor Grimlock, qui tripotait nerveusement la crosse de son bolter accroché à son ceinturon. Et ces ruines n'ont pas connu d'autres visiteurs depuis si longtemps ?
- Heureusement pour nous, non. Répondit Cletus Ragus. La galaxie compte plus de 200 milliards d'étoiles et de systèmes, et innombrables sont encore ceux qui n'ont jamais été explorés par qui que ce soit, les xenos ou l'humanité. Même pour nos ancêtres d'avant la Longue Nuit, qui maîtrisèrent une astronautique impensable de nos jours et oubliée depuis longtemps, il leur aurait fallu des centaines de milliers d'années pour tous les explorer. Cette planète a été découverte par accident, comme toutes les grandes découvertes d'ailleurs. Et cela se trouve il y a des dizaines d'autres planètes encore inconnues possédant des ruines comme celles-ci et que nous n'avons pas encore découvertes.
Sous la projection de la galaxie des séries de symboles ésotériques clignotaient ou défilaient dans des séquences non euclidiennes. Et en différents endroits éparpillés dans la projection des marqueurs lumineux triangulaires se mouvaient ou restaient fixes.
- Ce sont eux, murmura l'adepte, avec un respect marqué d'une grande excitation. Ceci est une carte d'état-major qui projette en temps réel l'emplacement et les mouvements des vaisseaux xenos qui sont en train de nous attaquer. Je suis très impressionné, cette technologie dépasse l’entendement.
- Pourquoi les xenos ne sont ils pas ici en train d'utiliser ce dispositif pour leurs manœuvres ? Demanda Aleksander Krom, lui aussi fort inquiet. Je serai à leur place je serai bien bête de ne pas utiliser un tel outil.
- Vous n'êtes pas à leur place justement, vous ne savez pas comment ils pensent ou ils fonctionnent, ce sont des xenos, lâcha de sa voix de basse Jarek qui se tenait un peu à l'écart de la projection, surveillant les alentours d'un regard inquisiteur derrière ses oculaires augmentiques de soudeur.

*******

Alors que le groupe d'aventuriers faisait son étonnante découverte, deux cent mètre sous les ruines xenos, en orbite haute et géostationnaire l'alarme résonna soudainement sur les ponts et dans les nombreuses salles et cabines du Casus Bellisar XXIII. Sur la passerelle de commandement régnait une grande agitation. Plusieurs serviteurs des consoles de surveillance et de communication étaient tombés morts foudroyés, victime d'arcs électriques ayant surgit sans prévenir de leurs appareils. Des étincelles tombaient du plafond haut de la salle dans un grésillement infernal et un début d'incendie avait commencé, que des membres d'équipage tentaient de maîtriser.
Assis dans son trône de commandement, le capitaine Nemo Solana avait le regard fixé avec une certaine fascination sur la projection holithique émise par la console du radar de détection longue distance. Bien que l'image soit instable et parcourue de parasites il distinguait très bien l'imposant objet, ou plutôt l'immense essaim de points lumineux disposaient en cylindre, qui signalait le surgissement soudain de quelque chose d'énorme et de gigantesque dans le système stellaire de Barbarossa, à quelques millions de kilomètres à peine de la position du vaisseau de l'Imperium.
L'officier en second du vaisseau, qui zigzaguait dans la confusion générale qui régnait sur le pont passerelle, se rapprocha de son supérieur et lui demanda ce qu'ils comptaient faire maintenant.
- Nous devons nous éloigner au plus vite et prendre la direction du point de saut dans le Warp, hurla Solana, reprenant ses esprits.
L'officier en second acquiesça de la tête et lui demanda ce qu'il fallait faire à propos des membres de la mission d'exploration qui se trouvait à la surface.

CHAPITRE NEUF : ESSAIM

Le poids d'une importante décision fit s'enfoncer un peu plus le capitaine Nemo Solana dans son trône de commandement. Il finit par hausser les épaules, de façon réflexe, et ordonna à son second que le vaisseau entame immédiatement des manœuvres afin de se désengager de ce guêpier. Il avait parfaitement conscience que le Casus Belisar n'était pas en mesure d'affronter une telle menace, son armement de vaisseau des Libres Marchands n'était pas celui d'un vaisseau de guerre de l'Imperium, et les données physiques et techniques affichées par l'hololithe concernant les xenos n'avaient rien de rassurantes.
- Nous reviendrons les chercher si c'est possible, en attendant il nous faut sauver ce qui peut être sauvé dans l'immédiat, hurla-t-il, alors que la confusion régnait toujours sur le passerelle du Casus Belisar XIII et que d'autres serviteurs des consoles tombaient victimes d'une nouvelle série d'arcs électriques faisant le tour du pont circulaire de commandement et provoquaient des dégâts irréparables.
Les informations affichées par les détecteurs longues portées avaient de quoi inquiéter le plus courageux des officiers impériaux : le vaisseau essaim des xenos présentait une forme cylindrique de 2600 km de long sur 400 km de diamètre, et était composé d'une myriade d'appareils plus petits mais dont les plus imposants avaient quand même les dimensions d'une barge de bataille space marine. L'ensemble se mouvait de façon cohérente et solide, comme si chaque engin été relié aux autres par une force extrêmement solide. Le capitaine Solana n'imaginait même pas la technologie qu'il fallait employer pour réaliser une telle prouesse technique.
Lentement mais sûrement le Casus Belisar XIII se désengagea de l'orbite géostationnaire et prit le large à l'opposée des menaçants xenos. Un message d'alerte fut quand même envoyé en surface de Barbarossa III, à l'attention des explorateurs des ruines mystérieuses.

************

Pendant ce temps, loin sous la surface de la planète morte, le groupe d'aventuriers s'interrogeait sur les usages possibles et stratégiques de la représentation de la galaxie projetée devant eux.
L'adepte du Mechanicum revint en direction de la console aux cristaux portant des symboles ésotériques et entreprit une nouvelle série de manipulations. Dans son sillage l'ex-commissaire de la Garde Impériale lui demanda :
- Et maintenant qu'est-ce que vous faites ? Cela ne suffit pas d'avoir réussi à faire apparaître ce truc ?
- Ce n'est qu'une première étape, lui répondit Cletus Ragus, de sa voix métallique. D'après les interprétations de nos spécialistes des langues xenos nous avons la possibilité d'envoyer une sorte de message d'alerte au-delà de la galaxie, un genre de S.O.S. Il faut savoir que nous nous trouvons dans une base des antiques adversaires de nos ennemis inconnus qui viennent de lancer leur offensive.
- Cela expliquerait pourquoi la projection de la galaxie affiche les positions ennemies avec autant de détails... ça vous ne l'aviez pas encore dit.
- Vous ne l'aviez pas demandé, lâcha l'adepte d'un ton légèrement agacé.
- Et il ne vous est pas venu à l'esprit que les ennemis de nos ennemis pouvaient être encore plus étranges, voire encore plus dangereux que les xenos qui nous ont attaqué ? Grogna Aleksander Krom avec un cynisme consommé.
- C'est un risque à prendre, murmura pour lui-même le serviteur de l'Omnimessie, concentré sur sa tâche.
Soudain derrière eux, autour de la projection holographique de la galaxie, l'astropathe vacilla et se rattrapa au bras du space wolf, tandis que Jarek affichait une nervosité nouvelle, scrutant les alentours avec une attention soutenue. Gregor Grimlock, suivant son instinct de guerrier d'élite de l'Empereur, dégaina son bolter au même moment où Amandara Esteban criait sur un ton paniqué :
- Des esprits hostiles arrivent, ils viennent d'apparaître soudainement au-dessus de nous, ils sont puissants, je les ressens avec force.
- Nous devons trouver rapidement un moyen de quitter cette salle, enchaîna ensuite l'ancien tueur de l'Officio Assassinorum, ils vont descendre rapidement à notre niveau et nous trouver !
A proximité de la console extraterrestre l'adepte du Mechanicum s'activait avec une précision toute mécanique tandis que l'ex-commissaire se balançait nerveusement dans ses bottes.
- Dépêchez-vous de faire ce que vous avez à faire, nous avons plus trop le temps, finit-il par dire tout en dégainant à son tour son arme.


A suivre...


Suite directe par ICI d) http://black-librarium.forumgratuit.org/t1994p160-le-jeu-darkpocalypse#88310

Administration

Administration
Admin
Admin

Messages : 6892

Revenir en haut Aller en bas

[Autre] Darkpocalypse [compilation] Empty Re: [Autre] Darkpocalypse [compilation]

Message par Administration Sam 8 Déc 2012 - 6:24

CHAPITRE DIX : ROBOTS

- La situation est grave mais pas désespérée, marmonna l'adepte du Mechanicum pour lui même. Voilà qui devrait les ralentir un peu.
Il abandonna un instant sa tâche et enfonça un cristal pourpre qui si situait en hauteur à gauche de la console, puis repris ses manipulations comme si rien n'était. Le résultat fut immédiat, au-dessus des machines de la vaste salle une lueur rouge s'alluma et pulsa en rythme asynchrone, accompagnée d'un sifflement lancinant à peine audible pour des oreilles humaines, mais que le space wolf à l'ouïe très améliorée trouva fort désagréable. Tout le long des parois murales de la salle se matérialisèrent des ouvertures, là même où quelques secondes auparavant rien n'aurait laissé penser que quelque chose s'y trouvait. Puis surgirent de curieux robots cylindriques hauts de deux mètres cinquante, d'aspect cristallin, équipés de six bras articulés se terminant par des sortes canons courts et massifs, flottant sur des champs antigravifiques, et à la tête en forme de cône inversé.
- Ne tirez pas et ne bougez pas ! Cria Cletus Ragus, se retournant en bref instant après avoir jeté un œil fugace aux étonnantes machines. Si nous ne bougons pas ils ne nous feront rien.
Aleksander Krom et Gregor Grimlock n'étaient pas pour autant rassurés, pointant leurs armes en directions des soudaines apparitions. Mais l'absence de réactions des robots à leur présence fit qu'ils restèrent immobiles et dans l'expectative. Le psyker et l'astropathe restèrent eux aussi figés, gardant le silence.
- Qu'est-ce que c'est que ça ? Interrogea l'ex-commissaire de la Garde Impérial.
- Le système de sécurité de cette base, je présume, répondit l'adepte Mechanicus, tout en restant concentré sur ses manipulations de la console extraterrestre. C'est du moins ce qu'en ont déduit ceux qui ont longuement étudié les symboles et les commandes de cette machine. Je me réfèrent à ma base de données.
Une centaine de robots se regroupa à l'autre extrémité de la salle, face à l'entrée, puis certains d'entre eux commencèrent à s'engager dans le tunnel, dans l'intention manifeste de monter à l'étage supérieur.
Jarek s'éloigna du Wolfblade et de l'astropathe afin d'étudier d'un peu plus prêts les machines de combat.
- Voilà j'ai terminé, finit par lâcher Cletus Ragus, à l'attention de ses compagnons, tout en les rejoignant à proximité de la projection holographique de la galaxie. J'espère que le message sera intercepté par les bâtisseurs de ces installations.
- Et comment on sort de ce guêpier ? Grogna Aleksander Krom, qui se balançait nerveusement d'un pied sur l'autre.
- Les robots et les xenos sont en train de se battre, murmura Amadara Esteban, qui captait sans problème les émanations psychiques étrangères qui provenaient d'au-dessus d''eux. Je perçois une grande agitation.
Et pour accompagner son affirmation des bruits sourds de détonations et d'explosions leur parvinrent de l'entrée de la salle.
Alors que le psyker de l'Officio Assassinorum revenait vers eux l'Adepte du Mechanicum indiqua une direction de l'autre côté des imposantes machines qui trônaient dans l'immense salle souterraine.
- Par là se trouve un tunnel qui remonte vers la surface, à un autre endroit que notre point d'arrivée dans les ruines. On suppose qu'il s'agit d'un puits d'aération. Je crois bien que nous pouvons l'utiliser pour nous échapper. Suivez-moi.
Le groupe d'aventuriers contourna les installations et se présenta face à une ouverture grillagée et discrète qu'ils n'avaient pas remarqué jusque là, située à deux mètres du sol. Étant le plus grand de tous, le space wolf étudia quelques instants le dispositif puis dégaina sa lame de givre et entrepris de faire sauter les fixations de la grille, qu'il dégagea rapidement. Ensuite il aida ses compagnons à monter dans l'ouverture du conduit, qui avait l'aspect d'un long tunnel cylindrique d'un mètre quatre-vingt de diamètre. Enfin il grimpa à son tour. De part son gabarit imposant de space marine Gregor Grimlock se retrouvait un peu à l'étroit dans cet espace, certains éléments de son armures énergétique frottant contre les parois, aussi se tint-il courbé et de profil, et suivit avec célérité les autres membres du groupe qui avait commencé à avancer.


CHAPITRE ONZE : XENOS

Alors que le groupe d'aventuriers progressait dans le tunnel qui remontait à la surface, il fut soudainement enveloppé d'une lueur dorée et d'une nuée de particules de lumière blanche et pure. Puis le groupe disparut totalement....
...pour se rematérialiser dans un environnement à la fois familier et étrange : le pont de commandement d'un vaisseau de l'Imperium. Une faible lumière bleuté tombait du plafond et des volutes de brumes flottaient au raz du sol. La salle était déserte, et les consoles disposées le long de la cloison circulaires toute éteintes.
- Nous avons été téléportés à bord du Casus Belisar ? Demanda Aleksander Krom tout étonné, mais brandissant son arme dans une main, craignant qu'ils soient tombés dans un nouveau piège.
- Je ne sais pas, murmura l'astropathe, qui s'était collée contre le space wolf de façon instinctive. Je ne perçois aucun esprit alentour, si nous sommes à bord du vaisseau il est mort maintenant, du moins tout son équipage.
- Nous ne sommes pas à bord du vaisseau des Libres Marchand, répondit en écho Cletus Ragus, qui s'était rapproché du trône de commandement inerte. Mes capteurs internes me disent que tout cela sonne faux, que c'est une illusion.
Le psyker aux oculaires augmentiques en forme de lunettes de soudeur tourna lentement autour de ses compagnons, donnant l'impression de chercher quelque chose, ou du moins de ressentir l'ambiance, les odeurs et les bruits environnants. Puis de sa voix de basse profonde Jarek dit, tout en tournant instinctivement la tête en direction de la porte de la salle :
- Nous ne sommes pas seuls.
Les deux ventaux débouchant sur le pont du vaisseau s'ouvrirent latéralement en chuintant, révélant une puissante lumière blanche et spectrale qui se rependit devant l'entrée. Une silhouette haute et massive se dessina en ombre chinoise, celle d'un humanoïde aussi haut que large, à la tête plate et allongée, dotée de deux pairs de bras épais. Dans l'une de ses mains la créature tenait une sorte de lance droite dont la pointe se terminait en forme de petite orbe dentelée.
Par réflexe Gregor Grimlock dégaina son bolter et le pointa en direction du nouveau venu, prête à tirer, tout en écartant à l'abri derrière lui Amandara Esteban.
- Qui est-ce vous ? Où sommes nous ? Cria-t-il d'un ton qui exigeait à la fois une réponse rapide et franche.
Un bref silence succéda aux questions du Wolfblade, puis une voix puissante et saturée, entre le sifflement d'un serpent et le feulement d'un gros félin, résonna dans la salle, en bas gothique :
- Rangez votre jouet soldat, il ne vous sera d'aucune utilité par ici. Vous autres mortels êtes bien plus malins que nous le supposions, mais vous passez votre temps à vous exposer inutilement aux dangers, c'est une seconde nature chez vous car nous vous connaissons un peu. Je suis celui qui vous a extrait de la station de contrôle avant que les Célestes ne vous découvrent et vous capturent.
- Sommes nous à bord de notre vaisseau ? Demanda l'ex-commissaire avec une certaine agressivité.
- Non bien sûr. Ce que vous percevait dans l'immédiat n'est qu'une projection matérielle de votre esprit, un environnement rassurant. Vous n'êtes pas à bord d'un vaisseau d'ailleurs, vous êtes ailleurs.
- Êtes-vous vivant ? Questionna l'astropathe, intriguée par leur visiteur. Je ne perçois aucune émanation psychique de votre personne.
- Nous masquons cela avec savoir faire, nos ennemis ne peuvent pas ainsi nous détecter.
- Qu'allez-vous faire de nous maintenant ? Interrogea à son tour Jarek qui s'était positionné derrière le trône de commandement factice, affichant une attitude prête à combattre dans la seconde suivante.
- Si vous voulez le savoir il va falloir me suivre, vous en apprendrez un peu plus sur ce qu'il se passe.


CHAPITRE DOUZE : RÉVÉLATIONS

- Nous vous suivons bien malgré nous, mais c'est afin de comprendre ce qu'il se passe, acquiesça l'adepte du Mechanicum.
Le Space Wolf et l'ex-commissaire rengainèrent leurs armes et le groupe d'aventuriers s'engagea à la suite de l'énigmatique personnage, quittant la salle simulacre. A la lumière blanche tombant du plafond du corridor qu'ils suivirent ils purent remarquer que le xeno portait une sorte de justaucorps bleu nuit, sobre et sans fioritures, et des sortes de bottines en cuir noir. Sa peau était recouverte de petites écailles de lézard et avait la couleur marron-vert. Ses yeux étaient ceux d'un reptile, avec la pupille fendue.
Quelques minutes plus tard ils arrivèrent dans une autre salle faiblement éclairée par une lumière orangée. Deux projections holographiques, une familière représentant la galaxie, et une autre affichant le système stellaire de Barbarossa, se situaient en son centre. Trois autres créatures humanoïdes, installées dans des fauteuils adaptés à leur morphologie, étudiaient les cartes ou avaient le regard fixé sur des sortes d'écrans muraux scintillants sur lesquels défilaient des lignes de codes extraterrestres et de symboles étranges.
De sa voix résonnante et enveloppante, le xeno commença à parler :
- Sachez d'abord mon nom. Il est imprononçable pour vous autres donc vous m’appellerez simplement Zyk. Ensuite sachez que les Célestes sont plus anciens que ceux que vous appelez les Anciens, les Edlars ou les Necrontyrs que nous connaissons bien. Les Célestes sillonnaient déjà les galaxies alors que ces espèces n'étaient encore que des micro-organismes au fond des océans primaires. Et nous autres les Arpenteurs existions bien avant elles aussi. Eux et nous nous nous affrontons depuis des temps immémoriaux pour le contrôle d'amas galactiques entiers, mais dans des buts bien différents. Nous nous rependons la vie et l'intelligence au profit d'un principe que nous nommons la Source. Eux ils ne font que semer la mort au nom d'une entité mystérieuse qui se fait appeler le Démiurge et qui se nourrit des émanations psychique des espèces ainsi anéanties.
- Comment se fait-il que nous n'avions jamais entendu parler de vous jusque là ? Questionna Cletus Ragus, intrigué par ses révélations plus qu'étonnantes.
- Les Célestes parcourent l'univers en tout sens et pour eux le temps ne compte pas. Tout comme nous ils sont immortels. Il peut s'écouler des périodes très longues entre deux passages dans une même galaxie, des millions de vos années même. Pour ma part, mes congénères et moi étions en stase, avec des cycles de réveils périodiques afin d'étudier un peu comment évoluaient les races intelligentes par ici. C'est le retour soudain, il y a quelques cycles, des Célestes qui nous à tirer de notre long sommeil, car pour vous et les autres espèces de la galaxie le temps de la moisson est venu et que vous courrez un grand péril. Et enfin vous avez envoyé un signal d'alerte depuis notre station à la surface de cette planète, c'est pour cela que nous vous avons exfiltré avant que les Célestes ne vous capturent.
- Toute la galaxie est menacée par cette attaque aussi soudaine que massive ? Demanda Aleksander Krom, interloqué.
- Oui, j'en ai peur. Les Célestes sont des êtres méticuleux et impitoyables.
- Et le message envoyé ? A-t-il une change d'atteindre son but ? De prévenir quelqu'un de nous porter secours ? Intervint l'astropathe, que la situation mettait grandement mal à l'aise.
- Peut-être que oui, mais peut-être que non. L'univers est vaste et les pontifex des Arpenteurs pourraient décider qu'une intervention ne serait pas justifiée car d'autres tâches plus importantes accaparent leur attention ailleurs.
- Nous sommes perdus, alors... Grommela de dépit l'ex-commissaire de la Garde Impériale. Mais que pouvons nous faire dans l'immédiat ?
Le dénommé Zyk ne répondit pas tout de suite, laissant s'écouler un long silence. Derrière lui un de ses congénères, immobile jusque là telle une statue de pierre, s'agita et s'adressa d'une voix sifflante et incompréhensible à ses autres collègues installés devant les consoles et les écrans scintillants.
Soudain une sourde explosion résonna et le sol de la salle trembla. L'Arpenteur s'adressa aux compagnons d'infortune, sur un ton plus rapide et moins professoral :
- Nos ennemis ont trouvé notre base, nous devons nous enfuir immédiatement, sachez que nous sommes au cœur d'un petit planétoïde en orbite autour de la planète et que nous pouvons nous téléporter à sa surface, dans un autre abris. Suivez-moi !


A suivre...


Suite directe par ICI d) http://black-librarium.forumgratuit.org/t1994p200-le-jeu-darkpocalypse#88651
Administration

Administration
Admin
Admin

Messages : 6892

Revenir en haut Aller en bas

[Autre] Darkpocalypse [compilation] Empty Re: [Autre] Darkpocalypse [compilation]

Message par Administration Mer 12 Déc 2012 - 5:17

CHAPITRE TREIZE : REFUGE

Le groupe d'aventuriers quitte la salle de contrôle à la suite de Zyk, suivit par les autres Arpenteurs qui ferment la marche. Ensemble ils reviennent dans la toute première salle, mais le simulacre de pont de vaisseau de l'Imperium a disparu, laissant place à une grande plateforme circulaire recouverte de dalles lumineuses et blanches, sur laquelle ils s'engagent.
Une nouvelle explosion lointaine provoque de légères secousses sismiques, mais sans gravité.
S'adressant à Amadara Esteban, l'adepte du Mechanicum demande :
- Percevez-vous les Célestes à proximité ?
- Très faiblement, répond l'astropathe. Je pense qu'ils tirent depuis leurs vaisseaux sur le planétoïde dans lequel nous nous trouvons.
Le chef des Arpenteurs consulte alors une sorte de bracelet électronique qu'il porte à l'un de ses poignets et tapote avec dextérité une séquence de symbole. Une lueur dorée parsemée des points de lumière blanche enveloppe les humains et les xenos et ils disparaissent tous en moins d'une seconde.
Pour réapparaître dans une vaste salle similaire à celle qu'il viennent de quitter.
- Nous voilà sous la surface de la planète, dans une autre de nos stations secrètes, dit Zyk de sa voix à la fois sifflante et puissante. D'après nos senseurs sidéraux le vaisseau que vous nommez Casus Belisar a quitté le système en passant par ce que vous appelez une ouverture dans le Warp. Quel moyen primitif de vous déplacer entre les étoiles...
- Nous ne connaissons que ce moyen de voyager dans l'espace, et nous l’utilisons depuis des millénaires, répondit avec un léger agacement Cletus Ragus. Vous en connaissez un autre moins périlleux ?
- Il existe bien d'autres moyens de voyager dans et entre les galaxies, mais c'est la faute à votre science et de votre technologie, qui ont dévié en chemin dans une impasse. Ce que vous nommez l'Immaterium est un plan psychique, un océan des esprits. A chaque fois que vous plongez dedans vous provoquez des perturbations et ouvrez des brèches aux forces malignes qui s'y cachent. Cela nous étonne pas que vous ayez engendré des entités malfaisantes comme vos fameux dieux sombres du Chaos. Ces forces n'auraient jamais dû pouvoir se cristalliser et se manifester ainsi à travers vos instincts les plus viles. Mais je tiens à vous rassurer, vous n'êtes pas les seuls dans ce cas, des milliers d'autres civilisations dans l'univers ont fait la même erreur. La faute à la faciliter... Et au manque d'imagination.
Le groupe quitta alors la salle de téléportation et après avoir parcouru de longs corridors labyrinthiques, il parvint dans une nouvelle pièce assez similaire à celle qui se trouvait dans le planétoïde en orbite.
Les Arpenteurs s'empressèrent d'activer les consoles et de faire apparaître des projections holographiques de la galaxie et du système stellaire de Barbarossa III puis s'installèrent à leurs poste de contrôles.
Zyk se tourna alors en direction des impériaux et leur dit :
- Nous ne pouvons vous aider plus, vous allez regagner la surface et tenter de trouver en moyen de quitter ce monde par vos propres moyens afin d'échapper aux Célestes. Nous avons à faire et nous ne pouvons nous permettre de vous avoir dans nos jambes. Je vais vous conduire à la surface. Je sais qu'un groupe d'humains comme vous se trouve à proximité, des naufragés je crois savoir. Et je vais vous indiquez où trouver un petit vaisseau de votre impérium, dissimulé depuis très longtemps par des représentants de votre espèce. Il se trouve là depuis 10 000 de vos années au moins, datant de la grande guerre civile qui a ravagé votre Imperium.
- Datant de l'Hérésie d'Horus ? Interrogea l'ex-commissaire de la Garde Impérial, fort intrigué.
- Oui, c'est le nom que vous donnez à ce conflit qui a enflammé votre galaxie.
L'Arpenteur leur indiqua la sortie et ils s'engagèrent ensuite dans une nouvelle série de couloirs et d'escaliers aux marches très larges qui montaient vers la surface. Au bout d'une trentaine de minutes ils parvinrent dans une grotte faiblement illuminée, s'ouvrant dans le flanc d'une masse rocheuse imposante et monolithique se dressant dans une étendue désertique de Barbarossa III. Zyk s'exprima une dernière fois, tout en leur tendant une sorte de tablette pixécran qui affichait une représentation géographique des environs :
- Voici une carte qui vous permettra de trouver ce que vous cherchez. Son usage est simplifié. Je ne vous dis pas adieux car le destin est imprévisible, mais je vous dis bonne chance, même si c'est là une facteur bien trop aléatoire à appréhender.
L'adepte du Mechanicum prit l'objet des mains de l'Arpenteur et le détailla avec attention, se familiarisant avec son utilisation. Puis le xeno s'éloigna vers le fond de la caverne et disparut derrière une paroi qui se referma derrière lui, de façon hermétique.
Les impériaux s'observèrent un instant, dans l'expectative, réfléchissant à la décision à prendre pour la suite des opérations.


CHAPITRE QUATORZE : MARCHE

Cletus Ragus était notablement émerveillé par la simplicité d'usage de la tablette extraterrestre donnée par l'Arpenteur. Son utilisation était enfantine et très instructive. Et après quelques minutes de concentration il se tourna vers ses compagnons pour leur dire :
- D'après cet appareil le petit vaisseau impérial se situerait à trois ou quatre heures de marche d'ici. Qu'en pensez-vous ?
- Ne nous attardons pas ici alors, partons, s'exclama Aleksander Krom avec une certaine impatience. Cette planète est infestée de xenos, qu'ils soit amis ou ennemis.
Le Space Wolf acquiesça en silence d'un signe de tête, ainsi que l'astropathe qui souffrait de notables migraines car elles percevait avec force la présence des Célestes au loin. De son côté Jarek avait pris position vers la sortie de la caverne et scrutait les environs avec attention. D'après la position du soleil dans le ciel ce n'était que le début de l'après-midi. Pour sa part il n'était pas trop d'accord pour s'aventurer en plein jour en plein désert barbarossan, et il l'avait fait savoir un peu auparavant.
Gregor Grimlock rejoignit le psyker et détailla à son tour avec attention le paysage alentour.
- Je me demande ce qu'il peut bien se passer sur Fenris. D'après le dernier message que nous avons reçu les miens subissaient une nouvelle attaque de nos pires ennemis, les sorciers du Roi écarlate. Auront-il le temps et les moyens de nous envoyer un vaisseau de secours ? Grommela le Wolfblade, un peu pour lui même, mais suffisamment fort pour que son compagnon l'entende.
- L'histoire est un éternel recommencement, et ceux qui oublient leur passé sont destinés à refaire les mêmes erreurs. Si vos frères envoient un appareil pour nous secourir j'ai bien peur qu'ils ne tombent dans un piège, vous savez bien que les xenos tiennent ce système avec de gros moyens. Répondit Jarek, de sa voix de basse profonde.
- Peu importe alors, car nous nous battrons contre ces monstres, grogna le Space Wolf. Et puis le Loup Suprême est en route pour Terra à la tête de notre flotte. Il trouvera une solution pour libérer l'Empereur.
- Le psyker haussa les épaules en silence, ne sachant pas trop quoi répondre au space marine.
Amandara Esteban, l'adepte du Mechanicum et l'ex-commissaire de la Garde Impériale arrivèrent à leur hauteur et tous ensemble ils entreprirent de descendre le long des pentes escarpées de la masse rocheuse dans laquelle était nichée la grotte. Ils mirent plus de temps que prévu, mais arrivèrent en entier aux pieds de la petite montagne, puis ils prirent la direction du Nord, en file indienne, et progressèrent d'un bon pas, le Wolfblade en tête, tous ses sens de guerrier génétiquement amélioré aux aguets.
- D'après cette tablette notre objectif se trouve droit devant nous, dans les collines que nous apercevons au loin. L'épave des parias naufragés se situe à l'Ouest, à une trentaine de kilomètres à peine. C'est vraiment une coïncidence étrange. Dit Cletus Ragus afin de meubler un peu le silence inquiet qui s'était installé dans le groupe d'aventuriers.
- Et les ruines et les xenos ? Ils se trouvent où ? Interrogea Aleksander Krom, légèrement agacé.
- Vers le Sud de notre position, à une centaine de kilomètres... Répondit l'adepte du Mechanicum.
Le yeux de l'astropathe luisaient d'inquiétude car sa migraine augmentait au fil des minutes qui passaient. Elle finit par trébucher au sol, mais fut rattrapée à temps par Jarek qui fermait la marche.
- Je les sens, ils arrivent dans notre direction, plusieurs Célestes dans une sorte de patrouilleur. Ils vont nous repérer. Dit-elle, très essoufflée.
- Nous sommes encore loin des collines, il faut qu'on trouve un refuge dans le secteur, il y a pas mal de rocaille et d'abris sommaires dans le coin, affirma le Space Wolf tout en scrutant les environs avec attention. Par là ! S'exclama-t-il alors en désignant une aire très accidentée supportant des gros rochers alignés comme des pierres tombales dans un cimetière vandalisé.
Le petit groupe se précipita alors dans la direction indiquée et ils trouvèrent à se dissimuler sous les blocs de pierres massives, dans des interstices plus ou moins envahies par le sable.
Quelques minutes plus tard un bourdonnement résonna. Le bruit ressemblait à celui du vol d'un gros insecte, accompagné du sifflement caractéristique d'ailerons glissant dans l'air raréfié de l'atmosphère de Barbarossa III. L'appareil des xenos manœuvra un instant au-dessus d'eux.


CHAPITRE QUINZE : HOMMES DORES

L'appareil des Célestes avait les dimensions d'un Thundehawk de l'Imperium mais son apparence était tout autre : un long cylindre central en forme d’œuf allongé et supporté par trois pairs d'ailes qui battaient l'air a une rythme soutenu. Le tout avait des couleurs blanches et dorées scintillantes. L'engin se posa à proximité et une dizaine d'humanoïdes, tous identiques, en sortit. Ils brandissaient des lances se terminant par une lame courte en forme de faux, et portaient une sorte de combinaison armure pourpre et or. Leurs yeux sans pupilles étaient d'un blanc insoutenable et soulignaient la couleur dorée de leur peau.
Les hommes dorés se déployèrent en silence autour de la masse rocheuse sous laquelle étaient abrités les impériaux. Ils se déplaçaient avec des mouvements d'une fluidité incroyable. A leur tête se trouvait une étonnante créature humanoïde de deux mètres de haut, engoncée dans une armure de combat d'aspect étrange aux tons bleutés, portant un casque équipé de deux ailettes sur les côtés, et dotée d'une pair d'ailes blanches et brillantes, soulignées par des liserets d'or, qui se dressaient au-dessus de ses épaules d'un air menaçant. Il tenait dans une main une longue épée de feu aux flammes irréelles.
L'attaque restant la meilleure défense, le space Wolf surgit de son abris comme un diable furieux, et tira sur les intrus à plusieurs reprises avec son pistolet bolter. Les projectiles explosifs touchèrent d'abord deux hommes dorés, qui s'évaporèrent dans une pluie scintillante de diamants, mais les autres activèrent avec zèle des sortes de champs de force individuels qui le protégèrent sans difficulté de la pluie de bolts qui leur arrivait dessus. Dans le sillage du Wolfblade l'ex-commissaire de la Garde Impériale avait lui aussi tiré sur les Célestes, mais il se rendit vite compte que cela ne servait à rien, aussi se jeta-t-il à nouveau à l’abri. De son côté Jarek s'était dressé derrière Gregor Grimlock et avait dégainé ses lames mono-filaments, prêt à en découvre au corps à corps avec les hommes dorés. Le space wolf rangea son bolter et sorti sa lame de givre, plus approprié pour affronter les soldats xenos, et il en engagea deux proche de lui qui esquivèrent ses attaques avec une vélocité inhumaine. Le combat semblait inégal mais les réflexes surhumaines du space marine mettaient quand même en difficulté les hommes dorés.
C'est alors qu'une violente explosion retentit soudain, réduisant la patrouilleur des Célestes en une épave enflammée. Le chef des hommes dorés se replia vers son appareil en ruine, supporté par ses ailes battant l'air avec vigueur, afin de constater les dégâts.
Puis le bruit caractéristique des tuyères d'un Warhawk impérial se fit entendre, en provenance du Sud. Le petit vaisseau de combat, d'aspect très ancien, et portant les couleurs vétustes de LA Raven Guard, survola les belligérants d'un vol menaçant puis se posa lourdement à quelques dizaines de mètres du massif rocheux. Et c'est avec surprise que les membres du groupe d'aventuriers aperçurent le chef des parias Karl Undis, se tenant debout dans l'une des portes latérales sur les flancs du Warhawk, et leur faisant signe d'embarquer immédiatement.
Les hommes dorés ne bougèrent pas, attendant sans doute des ordres de leur chef derrière eux, ce dernier, posé à proximité du patrouilleur xeno détruit, donnait l'impression de communiquer avec ses supérieurs via une sorte de boitier incrusté dans un de ses gantelets d'or.
Profitant de l'effet de surprise et du flottement dont faisait preuve les Célestes, l’adepte du Mechanicum, l'astropathe et l'ex-commissaire se précipitèrent à toutes jambes vers le Warhawk dont les propulseurs ronflaient de plus bel. Le Wolblade et le psyker de l'Officio Assassinorum se trouvaient dans leur sillage. Tous montèrent à bord très rapidement et l'appareil impérial décolla à pleine puissance et fonça en direction des collines qui étaient l'objectif originel de nos héros.

A suivre...


Suite directe par ICI d) http://black-librarium.forumgratuit.org/t1994p240-le-jeu-darkpocalypse#89014
Administration

Administration
Admin
Admin

Messages : 6892

Revenir en haut Aller en bas

[Autre] Darkpocalypse [compilation] Empty Re: [Autre] Darkpocalypse [compilation]

Message par Administration Mer 19 Déc 2012 - 5:37

[Autre] Darkpocalypse [compilation] 611096sraphinB


CHAPITRE SEIZE : MESSAGE

Alors que les compagnons d'aventure s'installaient tant bien que mal parmi les naufragés qui s'entassaient dans la partie du Warhawk réservée aux transport de troupes, Cletus Ragus et le psyker se glissèrent dans la cabine de pilotage, derrière le chef des parias qui trouva à s'assoir sur le siège inoccupé et dévoué à l'opérateur radio.
- D'où sort cet appareil datant de l'Hérésie et appartement à première vue à la Légion des Raven Guards ? Demanda l'adepte du Mechanicum, curieux.
- Jarek ne vous l'a pas dit ? Nous avons découvert il y a quelques années un croiseur de bataille abandonné mais en bon état des space marines, là-bas dans les collines, répondit Karl Undis.
- Non, je ne leur ai rien dit, dit le psyker de sa profonde voix de basse, mais une espèce de xeno que nous venons de rencontrer leur a révélé son existence il y a quelques heures. Nous étions en route pour le rejoindre.
Le leader des naufragés haussa les sourcils, intrigué, puis poursuivit :
- Les membres d'équipage et les Raven Guards de ce vaisseau sont morts depuis très longtemps, nous n'avons retrouvé que leurs vêtements et leurs armures vides, et quelques squelettes ayant résisté au passage du temps. Il n'y avait rien dans le journal de bord du capitaine. Mais comme nous n'avions personne d'expérimenté dans le pilotage d'un vaisseau de guerre, nous n'avons pas pu nous enfuir avec, il est resté là où il est. Par contre nous utilisons ce Warhawk encore fonctionnel pour nous déplacer à la surface de Barbarossa. C'est une heureuse coïncidence que nous soyons tombés sur vous car nous venions de quitter notre camp, dans l'intention de fuir les xenos qui ont envahi le système et cette planète.
- Les Célestes sont très nombreux et puissamment armés, nous allons avoir du mal à leur échapper, même à bord d'un croiseur de bataille aussi ancien, répondit Cletus Ragus, plongé dans ses réflexions.
C'est alors que l'antique appareil radio de la cabine de pilotage s'alluma soudainement, s'étant mis en mode de réception automatique. Les trois hommes se regardèrent avec étonnement, surtout le chef des parias qui se releva subrepticement et déclama :
- Ce truc n'avait jamais fonctionné jusque là, qu'est-ce que ça veut dire ?
Une longue série de parasites ponctuée de bips sonores sortirent du haut parleur du communicateur. L'adepte du Mechanicum se pencha sur la console de réglages et manipula brièvement quelques boutons et molettes, semblant s'y connaître un peu dans le domaine, puis une voix vocodée presque inaudible finit pas se faire entendre :
- "Ici le Pacificus Fidelis, nous arrivons... Si quelqu'un entend ce message veuillez répondre ! Nous allons engager les xenos afin de vous porter secours ... Ici le..."
- Ils vont se faire balayer d'une pichenette ces fous ! Grommela Cletus Ragus pour lui-même, Le vaisseau essaim des Célestes ne les laissera pas passer. Ils vont leur tomber dessus comme la misère sur un monde démon.
- Qui sont-il ? Demande Karl Undis, les yeux écarquillés par la surprise.
- C'est un cuirassé de classe Emperor de la troisième Flotte Gothique, je me demande bien ce qu'ils font là ! Répondit l'ex-commissaire de la Garde Impérial qui avait entendu le message radio et s'était glissé à son tour dans la cabine de pilotage. Peut-être qu'ils ont répondu à un message du Casus Belisar XXIII. Avec un peu de chance il y a le reste de la flotte qui arrive derrière.
Installé face aux manettes de commandes du Warhawk le pilote s'adressa alors au chef des parias naufragés :
- Nous arrivons en vu du vaisseau échoué, monsieur, que faisons- nous ?
- On se pose mon ami, on se pose, répondit Karl Undis, que la situation intriguait au plus haut point.


CHAPITRE DIX-SEPT : DÉCOLLAGE

Quand le Warkhawk arriva en vue du vaisseau ses passagers ne purent rien voir de distinct car ce dernier avait été recouvert, en dix mille années écoulées, d'une épaisse couche de sable amené par les vents, et de quelques buissons épars de la végétation rabougrie de Barbarossa III. L'astronef n'était pas bien grand, à peine 150 mètres d'envergure, et été posé à flanc d'une colline escarpée et recouverte de gros bloc de rochers. Toutefois, quand l'engin de transport se posa à proximité, dans le creux du petit vallon qui sillonnait l'endroit, nos aventuriers, à leur descente de l'appareil, purent apercevoir l'ouverture béante de la soute ventrale du petit vaisseau posé sur de puissants étançons d'atterrissage, ouverte et laissant s'échapper une rampe qui permettait d'accéder à l'intérieur. Ils montèrent à bord de l'appareil, suivant en cela le groupe des parias naufragés, qui était mené par un Karl Undis volontaire.
Aleksander Krom demanda alors :
- Effectivement, il n'est pas grand cet engin. C'est quoi exactement ?
- Sans doute un éclaireur furtif de classe Blackbird, d'après ma base de données, répondit l'adepte du Mechanicum, alors qu'ils pénétraient tous dans la soute faiblement éclairée. La moitié du vaisseau est réservée à la propulsion Warp et aux générateurs du bouclier ombre, une technologie longtemps tenue secrète par les Raven Guards. Cet appareil pouvait naviguer en toute discrétion entre les étoiles et dans les système, sans jamais se faire repérer. Et il ne doit pas rester beaucoup de place pour les membres d'équipages, à la vue de la taille de cette soute qui devait abriter le Warhawk.
- Cherchons le pont de commandement, s'il y en a un, grommela le space wolf, qui s'attendait à tout instant à une attaque surprise des xenos, car il se doutait bien qu'ils ne les laisseraient pas tranquille, les sachant en vie à la surface de cette planète.
Le fameux pont se réduisait à une vaste cabine située dans le nez du vaisseau, équipée d'une demi douzaine de sièges et de consoles un peu archaïques et recouvertes de poussière. Le chef des parias les accompagna dans leur exploration de l'endroit.
- Nous n'avons rien toucher par ici, dit Karl Undis, s'adressant à la fois à Cletus Ragus et au Wolfblade. L'un d'entre vous saurait utiliser les commandes de cet astronef ?
Alors que Jarek, Amandara Esteban et l'ex-commissaire de la Garde Impériale restaient en retrait, Gregor Grimlock acquiesça de la tête tout en fixant l'adepte du Mechanicum.
- Je devrai pouvoir, j'ai déjà piloté des vaisseaux similaires équipés d'un poste de pilotage aussi rustique que fiable. En dix mille ans la technologie et les méthodes n'ont guère changé à ce que je vois, répondit le space wolf alors qu'il s'installait dans le siège du pilote, parfaitement adapté à la morphologie Astartes. Il poursuivit ensuite :
- Il me faudrait un assistant pour vérifier les niveaux et les jauges d'énergie.
Cletus Ragus s'installa alors dans le siège du copilote, dépoussiéra d'un geste la console face à lui puis activa une série de manettes mécaniques et appuya sur des boutons. Le résultat ne se fit pas attendre, des centaines de diodes témoins et des rampes de lumières s'allumèrent. La cabine de pilotage revenait à la vie.
- Vos amis sont bien installés et calés ? Demanda Gregor Grimlock en s'adressant au chef des parias. Et vous autres, installez vous derrière nous et attachez vos ceintures, je vais faire une tentative de décollage.
Karl Undis les quitta précipitamment afin de donner des instructions à ces congénères tandis que le reste des membres du groupe d'aventuriers prenaient place dans les sièges vacants. Le space wolf tira d'abord une poignée qui fit remonter la rampe ventrale du petit vaisseau, puis ils s'activa sur une série de commandes. Dans l'instant le sourd bruit des propulseurs et des générateurs se fit entendre, montant en puissance progressivement. De brèves secousses parcoururent l'ensemble de la structure de l'appareil, de longues vibrations pulsèrent dans toute la longueur du vaisseau, et enfin ce dernier, puissamment poussé par des rétrofusées latérales, décolla. Les tonnes de sables et de végétation qui recouvraient l'éclaireur furtif de la Raven Guard se détachèrent de la coque et s'abattirent au sol dans un nuage de poussière. Le vaisseau monta d'abord de quelques mètres, puis gagna en hauteur, au-dessus des collines. Face à Gregor Grimlock et à Cletus Ragus, et à travers la vaste baie vitrée de verre blindé du cockpit, s'étendait le paysage monotone et désertique de Barbarossa III. Aucun appareil ennemi n'était en vue.
La pressurisation atmosphérique s'enclencha automatiquement à l’intérieur du vaisseau, ce qui permit à l'adepte du Mechanicum de vérifier qu'il n'y avait aucune fuite dans la coque extérieure de l'astronef. Le space wolf poussa alors le vaisseau à grimper toujours plus haut, et à une vitesse toujours plus rapide, jusqu'à atteindre celle de libération.
Soudain, dans la cabine et à bord du vaisseau, la lumière d'ambiance jaunâtre vira au rouge orangée.
- Je viens d'enclencher le bouclier de furtivité, déclama Cletus Ragus à la cantonade, j'espère juste que les Célestes n'ont aucuns moyens de le percer, sinon nous sommes perdus.
- Bien, bien, grogna Gregor Grimlock, concentré sur le pilotage. Que faisons-nous maintenant ?


CHAPITRE DIX-HUIT : CAPTURE

Au cœur du vaisseau Pacificus Fidelis, installé dans son trône de commandement, l'amiral Tiberius Kont, commandeur en chef de la troisième Flotte Gothique, avait le regard fixé sur la projection holithique d'une carte d'état-major du système stellaire de Barbarossa. Il observait avec attention le déploiement des cuirassés, frégates et croiseurs de bataille dont il avait la charge. Et il scrutait aussi avec une certaine perplexité les manœuvres du vaisseau essaim des xenos et de ses composants individuels. Les Célestes avaient détaché, à première vue, une flotte de puissants vaisseaux qui naviguaient dans leur direction, sans entamé l'intégrité apparente du colossal agglomérat cylindrique d'appareils de toutes dimensions qui composaient le vaisseau mère. D'un autre côté des engins xenos avaient pris position ou s'étaient posés en surface de la planète cible, sans s'inquiétait outre mesure de l'arrivée de l'armada de l'Imperium. L'amiral Tiberius Kont était quelque peu sidéré par la confiance affichée dans leur supériorité et par l'arrogance manifeste dont faisaient preuve les xenos. Mais c'était sans doute justifié.
Plus troublant encore, le commandeur se demandait bien pourquoi l'état-major interarmées en exil des Hauts Seigneurs de Terra, à la demande du Mechanicum de Mars et du Departmento Munitorum, lui avait donné mission à lui et à la troisième Flotte Gothique de faire route vers un sous secteur semi-désertique du Segmentum Obscurus afin de porter secours à une poignée de leurs agents égarés sur une planète considérée jusque là comme morte et sans intérêt, alors qu'ailleurs une guerre d'un nouveau genre, avec un ennemi jusque là inconnu, faisait rage. Il y avait des décisions qui échappaient de loin à l'amiral, mais son devoir était d'obéir aux ordres de la hiérarchie. Il n'avait pas trop le choix, il avait bien l'intention de respecter ses engagements avant de pouvoir repartir sur la ligne de front très aléatoires que leur imposait les xenos.
Et puis la présence par ici justement d'un vaisseau essaim des Célestes n'était peut-être pas sans raison. Il allait pouvoir faire démonstration de ses talents de stratèges et engager sa flotte épargnée jusque là contre cet ennemi jugé très redoutable par ses pairs.

************

A bord du petit croiseur de la Raven Guard, alors que le space wolf manoeuvrait l'appareil afin de prendre la direction de la flotte de secours de l'Imperium, l'adepte du Mechanicum surveillait ce qui semblait être la console radar du bord, et affichait une forme d'inquiétude que ses compagnons d'aventure ressentirent. Il finit par dire alors :
- Je crois bien que le bouclier ombre de ce vaisseau est totalement inefficace, un appareil ennemi nous a pris en chasse, et il devrait nous aborder d'ici une dizaine de minutes si mes calculs sont justes.
- Coupez alors se machin, grogna Gregor Grimlock, concentré sur le pilotage, nous allons gagner en vitesse, peut-être que nous pourrons les distancer.
Cletus Ragus acquiesça et désactiva le dispositif de furtivité. La lumière d'ambiance redevint immédiatement jaune orangée, et le petit vaisseau donna l'impression de s'éloigner beaucoup plus vite de Barbarossa III.
- La poisse, se plaignit derrière eux Aleksander Krom, toujours attaché à son siège passager dans la cabine de pilotage. Nous n'avons aucun moyen de leur échapper ? Aurons nous le temps de rejoindre la troisième Flotte Gothique ?
- Non, répondit l'adepte du Mechanicum. L'armada impériale est bien trop loin par rapport à nous. Et d'après ce calculateur radar le vaisseau des xenos qui nous poursuit serait énorme, vingt fois plus gros que nous.
C'est alors qu'une violence secousse se répercuta à travers toute la structure de l'appareil et que ses passager furent piégés par une augmentation très importante de la gravité de bord, qui semblait avoir été multipliée par cinq en quelques millième de secondes.
Le space wolf, qui ne semblait pas du tout gêner par la situation, de part sa constitution physiologique augmentée, finit par comprendre ce qu'il se passait :
- Nous sommes pris dans le faisceau d'un rayon de traction gravitique, il va falloir que je coupe la propulsion sinon le vaisseau va exploser, tiraillé entre les deux forces. Nous sommes pris au piège.
Au même moment où il disait cela il coupait les moteurs et le ronflement sourd du bloc propulseur diminua jusqu'à devenir inaudible.
- Le xenos se rapprochent très vite de nous, déclama ensuite l'astropathe, en sueur. Je les perçois avec force. Certains d'entre eux semblent même être excités par notre capture.
Le vaisseau des Célestes qui les avait pris en chasse mesurait bien dans les deux kilomètres et demi de long. Il avait l'apparence d'une larme effilée et aplatie, doté de deux grandes ailes comme celles d'une raie manta, et avait les couleurs chatoyantes d'un arc-en-ciel. Une apparence quelque peu inattendue pour un croiseur de bataille. Il se rapprocha effectivement très vite, maintenant que le petit vaisseau se retrouvait presque à l'arrêt, et finit par le survoler d'une certaine façon, dans le vide de l'espace interstellaire. Une vaste trappe ventrale s'ouvrit sous le géant de l'espace et le rayon gravitique invisible tracta l'appareil à l'intérieur, pour le déposer avec délicatesse dans une soute brillamment illuminée, aux étais en forme de piliers cristallins, parsemées de nuées iridescentes mais aussi tapissée de systèmes d'armes en tout genre.
A travers le verre blindé du cockpit les aventuriers purent voir alors qu'un important comité d'accueil les attendait, composé d'hommes dorés en armes et d'humanoïdes portants des ailes dans le dos, mais engoncés dans des armures exotiques et étranges. Les xenos dégageaient une impression de confiance absolue dans leur supériorité. Parmi ces derniers, à leur grand surprise, ils aperçurent un humain d'apparence tout à fait normal, qui les accompagnait de son plein grès apparemment, habillé comme un officier de vaisseau Franc Marchand de l'Imperium. Ce dernier porta à sa bouche une sorte de sphère nacrée et une voix un peu bourrue mais parfaitement audible résonna dans l'ensemble du petit vaisseau, s'exprimant dans un bas gothique parfait :
- Ici le capitaine Osgur Venturi, vous êtes expressément invités à quitter votre appareil rapidement, il ne vous sera fait aucun mal. Les Célestes désirent vous parler et vous serez traités comme des prisonniers de marque.


A suivre...


Suite directe par ICI d) http://black-librarium.forumgratuit.org/t1994p280-le-jeu-darkpocalypse#89612
Administration

Administration
Admin
Admin

Messages : 6892

Revenir en haut Aller en bas

[Autre] Darkpocalypse [compilation] Empty Re: [Autre] Darkpocalypse [compilation]

Message par Administration Lun 24 Déc 2012 - 5:20

CHAPITRE DIX-NEUF : RENCONTRE

Dans la cabine de pilotage les compagnons d'aventures se regardèrent un instant, laissant s'instaurer un silence lourd d'incertitudes. Il fut rompu en premier par l'ex-commissaire de la Garde Impériale :
- Je crois bien que nous ne sommes pas en position de négocier, ces foutus xenos peuvent nous réduire en poussière en quelques millisecondes si ça leur chante. Mais il nous reste la possibilité de discuter avec ce type qui semble collaborer avec eux pour je ne sais quelle raison, pour pourrions ainsi en apprendre un peu plus et découvrir à quelque sauce nous allons être mangés.
L'astropathe ne répondit pas, donnant juste l'impression de souffrir de nouvelles migraines. Le psyker restait immobile et silencieux, son regard fixé à travers le verre blindé du cockpit, à détailler à travers ses oculaires de lunettes de soudeur la vaste soute illuminée. Gregor Grimlock acquiesça de la tête et Cletus Ragus soupesa en son fort intérieur les pour et les contres de cette suggestion. Puis, il daigna répondre :
- C'est une solution envisageable, vous êtes tous d'accord ?
Devant le silence de ses compagnons, qu'il jugea comme une acceptation collégiale, l'adepte du Mechanicum se retourna face à la console et appuya sur un interrupteur activant un haut parleur se situant à l'extérieur du petit vaisseau.
- Monsieur Venturi, nous aimerions vous rencontrer en tête à tête avant de nous rendre aux Célestes. Je vous invite à monter à bord pour discuter de vive voix de notre reddition.
Dehors il y eu comme un léger flottement. L'officiel impérial sembla discuter quelques minutes avec l'une des grandes créatures ailées qui se tenaient à proximité de lui. Puis il donna sa réponse :
- D'accord, je monte à bord de votre engin, ouvrez la soute, on me garantit qu'aucun assaut ne sera donné avant que j'en redescende.
Le space wolf appuya alors sur la manette qui déclencha l'ouverture de la passerelle ventrale, et Osgur Venturi se glissa sous le petit vaisseau de la Raven Guard afin de les rejoindre. Tout autour de l'appareil posé sur ses étançons, la grosse centaine de xenos restèrent immobile, en faction. Jarek, qui les détaillait avec attention, avait remarqué que parmi les hommes dorés et les extraterrestres angéliques se trouvait une troisième espèce de xenos jusque là inconnue : d'autres humanoïdes en combinaisons argentées, portant sans doute des masques ou des casques hermétiques de la même couleur car ils n'avaient pas de visages, et qui scintillaient entre la réalité et le néant toutes les demi-secondes de façon très étrange. Du moins c'était l'impression qu'il s'en dégageait. Comme s'ils oscillaient entre deux plans de réalité.
Après s'être fait un chemin en silence parmi les parias naufragés installés dans la soute de transport, le capitaine franc marchand pénétra dans la cabine de pilotage, suivi de Karl Undis sur les talons. Aleksander Krom se leva pour l'accueillir, mais il resta la bras croisés, dans une attitude de défense clairement affichée.
- Comment se fait-il qu'un humain puisse dialoguer avec ces xenos qui n'aspirent qu'à une chose, anéantir toutes les formes de vies intelligentes dans notre galaxie ? Demanda-t-il posément.
- C'est une longue histoire, sachez juste que je suis mort et que j'ai été ressuscité afin de devenir un de leurs interprètes. Mon navire a été pulvérisé il y a plusieurs mois, dans un système du Segmentum Ultima. Je ne sais pas comment ils ont fait mais depuis je suis un autre homme. D'ailleurs je ne sais pas moi-même si j'en suis encore un car je n'ai ni faim ni sommeil. Je ne fais que vivre l'instant présent, sans perspective d'avenir.
- Et pourquoi ils ne nous désintègrent pas comme si de rien n'était ? Quelle valeur avons nous à leurs yeux pour nous avoir capturé ? Poursuivit l'ex-commissaire de la Garde Impériale.
- Vous ne le savez pas mais ceux-là en bas ils ne pensent pas, ils ne font qu'exécuter. Ceux qui pensent sont bien au-dessus, et ils ne sont pas très nombreux à ce que j'ai compris, enfin c'est une façon de parler car les Célestes sont des millions. Des milliards de milliards même. Je sais juste que vous les intéressez parce que vous avez mis les pieds dans une station des Arpenteurs, bien que je ne sache pas trop ce que sont les Arpenteurs. Ils veulent sans doute savoir ce que vous savez, et si vous en avez rencontré.
- Une situation intéressante, répondit en écho l'adepte du Mechanicum derrière eux. Et peuvent-ils communiquer avec nous ?
- Directement ? Poursuivit Osgur Venturi. Non, je ne crois pas, pour eux vous n'êtes que des ombres projetées à travers une vitre fumée et en contre-jour. Il faut mourir avant, afin d'atteindre un niveau de conscience et de perception qu'eux seuls peuvent comprendre et interpréter, et bien sûr être ramener à la vie. Ils ne sont pas réels à ce que j'ai compris, du moins dans le sens où nous l'entendons nous autres créatures matérielles. Nous n'apercevons qu'un reflet scintillant d'eux-même dans notre réalité car ils se situent et vivent dans d'autres plans d'existence en même temps, d'autres dimensions bien différentes des nôtres. Bien sûr ces reflets peuvent être cohérents pendant un certains temps, mais ils usent de beaucoup d'énergie pour interférer concrètement dans le plan matériel. Ils appellent ça l'oscillation interplanaire. Je sais c'est compliqué, et moi-même j'ai pas encore tout compris sur eux. Faut dire qu'ils sont pas très bavards. Mais quand vous êtes morts et ressuscités par eux vous pouvez enfin les voir sous leur vraie apparence. Ce sont des êtres de lumière, de pure énergie. Ils sont magnifiques. Mais incroyablement dangereux.
- Et vous savez pourquoi ils sont revenus après avoir été absents aussi longtemps ? Demanda Gregor Grimlock, qui avait des difficulté à comprendre les explications du capitaine franc marchand.
- Vous devez savoir qu'ils s'adressent à moi comme à un enfant légèrement débile. Ils ne sont jamais clairs dans ce qu'ils peuvent exprimer. Je sais juste qu'ils sont là pour ce qu'ils nomment la récolte, la moisson je crois bien. Pour eux le temps n'existe pas, ils existent dans l'instant présent éternel et ne font qu'obéir eux-mêmes à des directives venant de tout en haut de leur hiérarchie qui me semble très complexe quand même. Pour eux les êtres vivants et intelligents n'ont pas plus de signification que des plantes pour nous mêmes, des herbacées qui poussent aux quatre coins de l'univers qu'ils récolteraient régulièrement pour alimenter leurs générateurs d'énergie. Oui c'est ça, nous sommes du combustible, du moins nos émanations psychiques.
- C'est grotesque, grommela le space wolf dans sa barbe. C'est absurde.
- Pourtant les Arpenteurs semblent bien réels, eux. Je me demande bien comment ils peuvent affronter les Célestes depuis si longtemps. Répondit en écho Cletus Ragus que ces explications troublaient plus qu'autre chose, lui l'adorateur de l'esprit de la machine. Peut-être qu'ils ont eux-mêmes atteint un niveau de conscience qui leur permet de les combattre, ou du moins de s'opposer à leurs machinations.
- Et comment on le tue si c'est possible ? Sont-ils mortels ? Aboya Gregor Grimlock, de plus en plus sur la défensive.
- Oui et non, répondit Osgur Venturi. Ils peuvent être dispersés et dissous. Les hommes dorés et argentés, qui ne sont que des serviteurs peuvent être éliminés de façon ordinaire et classiques, mais les ailés doivent être dissipés si vous voulez les vaincre, avec des armes pas ordinaires.

************

La troisième Flotte Gothique commandée par l'amiral Tiberius Kont engagea les premiers vaisseaux ennemis dès que ceux-ci furent à moins de dix milles kilomètres du Pacificus Fidelis. Le puissant tir de barrage ainsi produit ne sembla pas trop impressionné les xenos, les monstrueux rayons d'énergie et le feu nourri de projectiles solides s'écrasant mollement sur les boucliers répulseurs de ce qui s'apparentait à des croiseurs et des cuirassés.
Les bâtiments de guerre de la flotte des Célestes n'étaient guère imposants, sous leurs apparences de larmes multicolores et de pierres précieuses sorties d'un coffret de bijoutier, pourtant ils se mouvaient d'un seul homme, comme un banc de poissons, avec des manœuvres d'une fluidité irréelle. Le plus grand des vaisseaux xenos était même plus petit que le vaisseau amiral des impériaux. Mais quand ils ripostèrent, ils émirent comme un arc-en-ciel de rayons de lumière concrets d'une blancheur insoutenable qui ignorèrent l'existence même des boucliers d'énergie des vaisseaux de l'Imperium et les transpercèrent dans des gerbes d'explosions, comme dans un feu d'artifice.
Touché à deux reprises, le Pacificus Fidelis conserva son intégrité, ne souffrant que d'incendies au niveau des soutes et des ponts de maintenance. Les navires de la Flotte Gothique encore en état de se défendre poursuivirent leurs tirs, tout en se dispersant afin d'éviter les arcs du feu ennemi qui arrivaient en vagues continues. Mais la situation devenait rapidement critique.
C'est alors qu'une nuée de petits appareils scintillants s’échappa des flancs des vaisseaux xenos et qu'ils prirent en chasse les bâtiments de la flotte de secours. L'amiral Tiberius Kont ordonna la riposte immédiate, afin que les chasseurs sidéraux de l'Imperium prennent le relais dans la bataille spatiale qui se déroulait.


CHAPITRE VINGT : RENAISSANCE

L'affrontement entre les forces de l'Imperium et celles des xenos tournait de plus en plus au désavantage des premières. Le commandeur de la troisième Flotte Gothique était plongé dans un abime de perplexité. L'écart technologique était si important qu'il avait l'impression d'être à la tête d'une tribu de primitifs armés de sagaie, à bord de frêles esquifs en bois, en train d'affronter une flottille de puissants destroyers des temps modernes. Aucun de leurs tirs n'avaient touché quoi que ce soit, alors que déjà trop nombreux étaient ses propres bâtiments qui dérivaient dans l'espace interstellaires, en proie aux flammes ou ayant explosé dans des gerbes incendiaires.
L'amiral Tiberius Kont donna des ordres afin de dégager les navires encore en état de naviguer et de se replier rapidement, mais il savait que les lourds vaisseaux impériaux n'étaient pas aussi faciles à manœuvrer que ceux des Célestes. Toutefois un tiers des appareils de la flotte réussie à se replier et à prendre la fuite, mais le lourd et puissant Pacificus Fidelis se retrouva cerner et piéger par les vaisseaux ennemis les plus imposants, pris dans les mailles d'un étonnant filet d'énergie qui paralysa tous ses systèmes de contrôles et de manœuvrabilité. Le vaisseau amiral se retrouva ainsi immobiliser, tandis que des centaines de petites sphères nacrées se collaient contre sa coque, y perçaient des ouvertures dans ses épaisses cloisons métalliques comme si c'était simplement du beurre, et que s'en déversait des contingents d'hommes dorés et argentés, armés d'étranges bâtons lanceurs de rayons et d'armes toutes aussi exotiques. La prise d'assaut dura bien trente longues minutes et les xenos ne rencontrèrent pas de résistance notable. Quand ces derniers investirent le pont de commandement, ils avaient à leur tête un humanoïde géant portant une armure arc-en-ciel et une paire d'ailes d'une blancheur éblouissante. Il était accompagné d'un humain engoncé dans une combinaison spatiale, qui s'exprima dans un bas gothique parfaitement compréhensible :
- Amiral ! Le dorsarkar Aragar'Aziel, commandant de la mille cent douzième phalange de la Troisième Légion Célestes tient à vous faire savoir que vous avez perdu cette bataille et que vous et les membres de votre équipage allaient être transférés à bord du vaisseau essaim Ragnarök.

************

La neige tombait à la surface de Terra. Une neige épaisse, collante et cendreuse. L'hiver du monde était arrivé. Et l'horizon tout entier autour du Palais Impérial était en flammes, d'innombrables ruches d'habitations, des casernements et des manufactorum s'étant transformés en des brasiers intenses. Une nouvelle bataille se déroulait aux pieds des murs de l'enceinte monumentale du Palais. Une conflagration entre des fantômes d'un passé lointain qui se battaient avec la rage désespérée de combattants de la fin des temps, mais qui ne pouvaient pas mourir à nouveau parce qu'ils étaient déjà tous mort une première fois.
Dans le ciel obscurci de la planète mère sillonnaient d'incroyables vaisseaux de lumière qui avaient paradoxalement plongé la Terre dans les plus noires ténèbres. Il se disait que le Jugement Dernier avait été prononcé, et que les hommes se devaient d'abord de mourir pour mieux renaître ensuite.
Au cœur du saint des saints de l'Imperium, dans la monumentale salle du Trône d'Or, les primarques Rogal Dorn et Sanguinius contemplaient avec effroi ce qu'était devenu le rêve utopique de leur cher père tant vénéré : l'Empereur de l'Humanité. Le corps sans vie de ce dernier gisait inerte dans l'incroyable machinerie qui l'avait maintenu dans un semblant de vie pendant les dix mille dernières années. Tout était fini. Eux même étaient morts et avaient été ressuscités. Mais ils n'en comprenaient pas la signification. Ils se souvenaient des temps héroïques de la Grande Croisade, et de cette foi immense qui les transportèrent tous, eux et leurs frères, à la conquête de la galaxie. Mais tout cela n'était plus que l'ombre d'un lointain passé. Tout cela avait disparu avec le temps dans les eaux noires de la routine bureaucratique et des ambitions personnelles de petits chefs avides de toujours plus de pouvoir. L'Imperium n'était plus que l'ombre de lui même. Un songe creux et perdu à jamais.
Les deux primarques pleuraient en silence, géants magnifiques parmi les hommes qui les accompagnaient, légionnaires Astartes d'un autre temps, ... Blood Angels, Imperial Fists, custodiens fossilisés dans leur rôle de gardiens de la relique sacrée, adeptes du Mechanicum chargés de la surveillance de la machine, serviteurs et esclaves maintenant désœuvrés.
Tous pleuraient la perte de leur raison de vivre. De leur raison d'être. De leur raison tout court.
Mais en eux montait aussi un sentiment de colère. Une colère sourde envers l'injustice de ce monde. Envers la guerre et les xenos qui avaient conquis la planète mère de l'humanité en quelques heures à peine. Une colère ...
Soudain, surgissant du néant, apparu un être de lumière pure, un géant aux traits d'enfant, engoncé dans une armure d'or brillante de mille feux, portant dans le dos trois pairs d'ailes angéliques déployées à leur maximum. Un silence pesant s'abattit dans la salle. Les deux primarques et la multitude qui les entourait se mirent à genou devant l'apparition qu'ils reconnurent avec une émotion soudaine et enivrante. Puis une voix de tonnerre raisonna dans leur tête à tous, puissante, autoritaire et paternelle :
- MES FILS, MES ENFANTS ! LE TEMPS DE LA REVANCHE EST VENU ! LE TEMPS DE RENAITRE EST ARRIVE ! LES LÉGIONS CÉLESTES NE SONT QUE LES MESSAGÈRES D'UN NOUVEL AGE ! CEUX QUI ME SUIVRONT SERONT BÉNIS ! CEUX QUI ME CRAINDRONT SERONT PUNIS ! TOUS AVEC MOI !

************

Après leur long entretien avec le capitaine Osgur Venturi, ce dernier se retira et quitta le petit vaisseau. Les membres du groupe d'aventuriers s'observèrent en silence, restant dans l'expectative. L'Adepte du Mechanicum fut le premier à parler :
- Je crois bien que nous devrions descendre avant que nos "amis" xenos ne perdent patience et lance un assaut.


CHAPITRE VINGT-ET-UN : STARCHILD

- Père, quelle est cette magie ? Quelle est cette nouvelle apparence ? Demanda Sanguinius alors qu'il marchait à la droite de l'être de lumière aux ailes d'une blancheur insoutenable. A l'opposée son frère Rogal Dorn avançait en silence, son visage exprimant à la fois la joie intense et l'extase vengeresse. Les deux primarques étaient grands, mais ils suivaient le géant à l'armure d'or en direction de la porte d’Éternité tel deux enfants accompagnant un parent, à la tête de plusieurs milliers de space marines ressuscités et de Custodiens armés de leurs lances gardiennes.
De sa voix de tonnerre s'imprimant dans les esprits, l’interpellé répondit et tous autour de lui purent se pénétrer de la divine réponse :
- MON FILS J'AI TROP LONGTEMPS ATTENDU SANS POUVOIR AGIR, PUIS JE SUIS MORT ET JE SUIS REVENU, J'AI EU LA RÉVÉLATION DE LA VÉRITÉ CACHÉE DANS LES REPLIS DU TEMPS, QUE TOUT N’ÉTAIT PAS PERDU, L'EMPEREUR QUI TU AS CONNU N'EST PLUS, JE SUIS UN NOUVEL ÊTRE, JE SUIS L'ENFANT DES ÉTOILES, JE SUIS L'EMPEREUR DU CIEL REVENU PARMI LES SIENS AFIN DE RÉTABLIR L'EMPIRE DES HOMMES. LES CÉLESTES NE SONT QUE LES MESSAGERS. LA NOUVELLE HUMANITÉ SERA ENCORE PLUS FORTE, PLUS SAGE ET PLUS PARFAITE. UNE NOUVELLE GRANDE CROISADE NOUS ATTEND. MAIS CETTE FOIS C'EST L'UNIVERS QUI SERA NOTRE OBJECTIF.
- Et comment allons nous pouvoir entreprendre cela mon père ? Où sont nos autres frères ? Où sont les autres légions ?
La créature séraphique se retourna soudainement en s'adressant à la fois à ses fils primarques et à ses legiones astartes et custodes :
- MES ENFANTS, JE ET NOUS PRÉPARONS CE RETOUR DEPUIS TRÈS LONGTEMPS, MES AUTRES LOYAUX FILS SONT EN ROUTE POUR TERRA, REVENUS A LA VIE TOUT COMME VOUS, JE ET NOUS ALLONS REFONDER LES LÉGIONS D'OR ET ELLE MARCHERONT ENSUITE SUR LES GALAXIES. MAIS AVANT NOUS ALLONS PURGER LA VOIE LACTÉE DU MAL QUI LA RONGE DEPUIS TROP LONGTEMPS. SOYEZ AVEC MOI ET NOUS CONQUERRONT L'UNIVERS. SOYEZ AVEC MOI ET NOUS... ET NOUS SERONT INVINCIBLES.
L'immense troupe reprit sa progression et quand le fantastique être de lumière fit son apparition au sommet de la porte d’Éternité les combats prirent fin d'eux même, et des dizaines de milliers de space marines qui ne pouvaient plus mourir, qu'ils soient loyaux ou renégats, mirent genou à terre et baissèrent la tête et leurs armes, en signe de dévouement. Les infâmes créatures du Chaos n'avaient pas été conviées à la résurrection de masse. Et les legiones astartes qui avaient en leur temps juré fidélité à Horus n'affichaient plus les stigmates de la corruption chaotique qui les avait alors contaminé il y a dix mille ans. Seuls manquaient à l'appel les primarques renégats, mais ces derniers étaient devenus depuis longtemps les immortels champions des dieux sombres, et n'avaient donc pas pu être ressuscités car ils n'avaient pas disparu.
L'Empereur du Ciel contempla de son regard de braise l'immense armée qui s’étendait à ses pieds, face aux remparts imposants du Palais Impérial. Et il étendit alors ses ailes et ses bras et s'exprima à nouveau de sa voix de tonnerre qui pénétrait les âmes jusqu'au plus profond d'elles mêmes :
- MES ENFANTS ! LE TEMPS DU JUGEMENT EST VENU, LE TEMPS DE LA REVANCHE ET DE LA JUSTICE ! VOUS AVEZ SOUFFERT DE MON ABSENCE PENDANT TROP LONGTEMPS, ET VOYEZ CE QU'EST DEVENU NOTRE IMPERIUM : UN PUITS SANS FOND DE VANITÉS AU SEIN DUQUEL IL N'Y A QUE LA PEUR COMME SENTIMENT. NOUS ALLONS RENDRE JUSTICE. NOUS ALLONS RENDRE SA DIGNITÉ A L’HUMANITÉ. NOUS ALLONS MARCHER VERS UN DESTIN ENCORE PLUS GRAND. PLUS JAMAIS VOUS NE SEREZ FRÈRES ENNEMIS. PLUS JAMAIS VOUS NE SEREZ DIVISES. VOUS ALLEZ DEVENIR MES NOUVELLES LÉGIONS D'OR. ET ENSEMBLE NOUS ALLONS SOUMETTRE LES GALAXIES ET L'UNIVERS A NOTRE VOLONTÉ BIENVEILLANTE.
Une clameur d'une intensité inégalée monta dans le ciel cendreux et sombre de Terra, portée par un nouvel espoir et un nouveau destin. Alors d'incroyables vaisseaux xenos luminescents et arc-en-ciel, en forme de larmes supportées par d'immense ailes de raie manta, surgirent au-dessus de la gigantesque citadelle fortifiée. Ils se posèrent avec lenteur et majesté à proximité de l'immense attroupement de guerriers génomodifiés captifs du discours de leur Empereur ressuscité. Puis de leurs soutes de transport volumineuses se déversèrent de nouveaux contingents de legiones astartes, des dizaines et des dizaines de milliers de space marines aux couleurs diverses et variés, conduits par des géants qui avaient disparu de la scène galactique depuis trop longtemps. Il y avait là Roboutte Guilliman, Leman Russ, Corvus Corax, Lion El'Jonson, Ferrus Manus, Vulkan et Jagathaï Khan. Tous les fils restés loyaux de l'Empereur étaient réunis là et vinrent se mettre en ligne face à la porte d’Éternité, fixant leurs regards pénétrants en direction de l'être séraphique qui rayonnait de tant de lumière haut au-dessus d'eux.
Une nouvelle et puissante clameur monta de l'attroupement ayant doublé d'importance. Portée par la joie intense de ses retrouvailles que personne n'attendait. Puis des mots résonnèrent en cadence, audibles et distincts, répétés en boucle, encore et encore, scandés avec force et conviction comme le grondement long et lancinant d'un roulement de tonnerre qui n'en finirait jamais :
- POUR L'EMPEREUR ! POUR L'IMPERIUM ! POUR L'EMPEREUR ! POUR L'IMPERIUM ! POUR L'EMPEREUR ! POUR L'IMPERIUM ! ...


A suivre...


Suite directe par ICI d) http://black-librarium.forumgratuit.org/t1994p300-le-jeu-darkpocalypse#90068
Administration

Administration
Admin
Admin

Messages : 6892

Revenir en haut Aller en bas

[Autre] Darkpocalypse [compilation] Empty Re: [Autre] Darkpocalypse [compilation]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum