Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

[Lettres de Sang 9] - Homo Calculus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Lettres de Sang 9] - Homo Calculus Empty [Lettres de Sang 9] - Homo Calculus

Message par Emperor Jeu 3 Juil 2014 - 14:07



Homo Calculus




Des images tournoyaient en silence dans son sommeil lourd et chimique :
Celles d'un hall d'embarquement caverneux plongé dans les ténèbres, où des collisions et des explosions étouffées éclairaient furtivement un récif de débris de toutes tailles suspendus dans le vide. Baigné par la lumière rouge des éclairages d'urgence, son regard vide observait les cadavres de machines éventrées défiler devant lui, frôlant son habitacle dans un grondement de fonds marins...
Un bruit le réveilla, puis s'échappa aussitôt de sa mémoire.
Sa gorge poisseuse émit un croassement pour amener davantage d'oxygène dans ses poumons endoloris. Combien de temps était-il resté inconscient? Le monde avait cessé de bouger, et sa respiration devint plus régulière.
Essuyant la buée sur l'étroit hublot à quelques cm de son visage, il se contorsionna pour apercevoir son nouvel environnement. Ses yeux explorèrent lentement les recoins d'une salle mal éclairée, notèrent le souffle d'une prise d'air, puis revinrent sur ce qu'il avait pris tout d'abord pour une tâche carbonisée au sol.. même immobile, l'ombre d'une silhouette s'y découpait distinctement.
Sa main se referma prudemment sur la poignée d'ouverture...




___________________________________________________________________


La roue à manivelle crissa… mais ne ploya pas. Il força jusqu’à huit kilojoules, sans résultat probant. L’obscurité était quasi-totale.

Lançant son utilitaire de nyctalopie dans un grommellement analogique irrité, il porta une analyse plus approfondie sur l’écoutille récalcitrante, qui lui apparue alors plus nettement, en plusieurs nuances de vert.

L’homme, si tant est qu’on pouvait encore le qualifier ainsi, frisa le bogue itératif lorsque ses senseurs optroniques lui renvoyèrent, sur fond de pigments brun-rouge, les saints diagrammes analytiques qui, pour le coup, n’auguraient rien de bon.

Un léger vrombissement métallique résonna lorsque l’individu recalibra plusieurs dizaines de fois la focale de ses implants oculaires en un laps de temps équivalent à celui d’un battement de cœur, ce qui pouvait être considéré chez lui comme l’état le plus proche d’un ahurissement total.

Fe2O3•3H2O. Oxyde de fer.

Autrement dit, de la rouille.

Un torrent de booléens négatifs inonda ses processeurs logiques, lui signifiant mathématiquement l’illogisme de la chose.

« Impossible…» s’entendit-il murmurer, comme si les vingt-deux pourcents de matière organique qui le constituaient en partie avaient encore leur mot à dire.

La capsule ne datait que de 812M38, et avait subit des procédures de conservation exemplaires, comme en témoignaient les data archives d’entretien qu’il avait concurremment intrachargées.

Seconde variable additive : les matériaux ne présentaient qu’une dégradation moléculaire marginale de moins de 0.01 pourcent lors du processus de cyber-coffrage qui l’avait inactivé pour le voyage stellaire, et qui ne datait seulement que de quelques jours, comme le lui confirmait son horodateur interne.

Tout en zoomant sur la couche de rouille qui encroûtait l’écoutille, il émula une sous-routine de désappointement autour du concept de malchance : l’alliage de duracier qu’il avait en face de lui était assez oxydé pour que la roue à manivelle soit bloquée, mais pas assez corrodé pour affaiblir les mécanismes d’ouverture du sas.

Malgré cela, une réaction chimique aussi véloce n’aurait normalement jamais pu avoir lieu, en tout cas pas sur ce plan d’existence…

L’Immaterium…

Le Champ de Geller avait-il été compromis ?

Un vent de panique bien humain remonta des vestiges cérébraux enfouis sous sa carcasse métallique. Il lança de toute urgence un diagnostic général de son unité, puis attendit, ressentant pour la première fois en plus de deux-cent ans une réelle anxiété.

Le résultat lui parvint au bout d’une minute interminable. Loué soit l’Omnimessie ! Aucune anomalie n’avait été détectée dans son architecture cognitive, et aucun code corrompu ne venait souiller ses bases de données.

Le contrecoup d’un soulagement dont il n’avait plus l’habitude déclencha l’injection de multiples stabilisateurs endocriniens et autres fortifiants électrochimiques dans son organisme tout autant hydraulique que sanguin, l’apaisant physiquement et numériquement.


Sur son dos, logé entre deux évents d’évacuation thermique, un minuscule polype iridescent, semblable à un corail spongieux, se mit à sourire...



Durant tout le temps où il constatait l’impasse dans laquelle il se trouvait, il avait simultanément alloué une portion de son intellect augmenté à l’analyse de l’ombre entraperçue à travers le hublot.

Un hominidé à coup sûr, potentiellement un homininé, bien qu’incliné dans la position de veille ou de désactivation système propre à la plupart des mammifères.

Les probabilités excluaient tout génotype xenos dont il avait connaissance.

Les émanations calorifuges qu’il arrivait à percevoir d’ici lui apportèrent deux informations, qu’il compila de manière incrémentale : premièrement, c’était en vie, ou mort depuis très peu de temps. Deuxièmement, ça n’était pas comme lui. La forme de vie n’appartenait définitivement pas à la branche post-humaine.

Comment se plaisaient-ils à la désigner, déjà, ces si imaginatifs savants terran ?

Ah, oui. L’Homo Calculus.

Il décela soudainement comme une certaine légèreté dans son code source. Jadis, ce concept l'aurait fait sourire.



Tels les deux enveloppes d’une cosse se réunissant pour former un fruit entier, les deux cœurs logiques de son processeur, qui jusque là travaillaient en parallèle sur deux tâches spécifiques, fusionnèrent lorsqu’il en appela au saint script de synthèse, dans le but de résoudre ce facteur bloquant.

Un infime bourdonnement électronique se fit entendre dans la capsule de préservation tandis qu'il démodulait puis traitait les signaux transmis au travers de synapses en bioplastique. Même parmi l’immense agrégat de données qu’il avait recueillies depuis son réveil, ses cogitateurs ne mirent pas longtemps à tendre vers une même solution.

Faisant appel à la partie encore humaine de son être, l’adepte de Mars se prépara à une inévitable interaction socialisée.

« Individu. Non. Identifié. Veuillez. Enclencher. Une. Procédure. De. Désincarcération. A. Mon. Encontre. » transmit-il platement à travers le circuit d’émission externe de la capsule.

Ne constatant aucune réaction de la part de la silhouette allongée, il stimula par dépit ses boucles logiques, qui lui notifièrent que, une fois de plus, il avait encore omis d’intégrer la modulation caractérielle.

Qu'il était fastidieux de devoir formaliser en algorithmes toutes ces logiques éthiques...

S’il avait encore pu être sujet à l’agacement, nul doute qu’il l’aurait été en ce moment même. Au lieu de quoi, d’une passivité émotionnelle de machine, il indexa simplement la procédure dans sa mémoire cache, afin de ne pas rééditer ce dysfonctionnement à l’avenir.

Enrobant son émission vocale d’une palanquée d’intonations superflues, d’éléments de langage inutiles et d’onomatopées exclarrogatives parasitant l’information principale, il n’en réitéra pas moins son appel :

« Hé ! Vous là bas ! Venez donc m’aider à sortir de là ! Oh ! ... S’il-vous-plaît ? »

A travers le hublot crasseux et embué, il vit l’ombre au sol redresser soudainement la tête, avant de se relever et d’avancer d’un pas nonchalant vers sa position.

Nonobstant l’irrationalité d’une telle opération, il s’autorisa malgré tout un petit algorithme de victoire.




Le sol carrelé à damiers se replia selon un motif en fractale, révélant de petites cavités aussi profondes qu’obscures, qui très vite laissèrent entendre comme un bruit de monte-charge. Non, plusieurs monte-charges.

Des tourelleaux téléopérés émergèrent de ces alvéoles, tels de sinistres taupes noires qui seraient simultanément sorties de terre en dépliant cette dernière d’une façon algébrique.

Il pianota rapidement sur la tablette de contrôle portative et constata avec satisfaction que les petites tourelles armées se pointaient vers l'individu dans la capsule, ajustant avec minutie leur mire dans un déluge de micro-cliquetis des servomoteurs.

Il s’était encore endormi.

Il consulta son chronoscope d'un geste agacé. Hé bien, pas étonnant... On pouvait dire que ce foutu rayon tracteur - le dispositif chargé d'arrimer la capsule en perdition au vaisseau - avait pris son temps !

L’homme loucha vers les tourelleaux, activant d’une pression de l’index leur programme de détection de menace. Un éclat ambré apparu sur leur lentille de suivi, ce qui le rassura. Après tout, ils ne savaient pas à quoi ils avaient à faire.

Cependant, ça ne suffirait pas pour l’extraction.

Il voxa rapidement : « Service Action, ici Ilouchine. Besoin de vous pour une escorte VIP jusqu'à la passerelle. Coursive Tertiariis, sas 12. A vous.»




Ils l’encadraient. Les cinq bronzés, musculeux et tendus, avec leurs armes à concussion, et le pâlot, dégingandé, calot sur la tête. C'était ce dernier qu'il avait entraperçu à travers le hublot.

Alors que les six hommes le menaient au travers de coursives de plus en plus éclairées et de sas étanches de moins en moins présents, l'adepte les bombardait continuellement de questions, mais se heurtait à un silence borné systématique.

"Quel est ce vaisseau ? Où sommes-nous ?!" répéta-t il pour ce qu'il savait être la trente-deuxième fois, émulant chaque nouvel essai avec un degré de véhémence supplémentaire.

Plus que la séquestration physique de son unité, l'absence d'information était pour lui un véritable emprisonnement. Cela ne pouvait continuer.

Ils le surclassaient arithmétiquement, mais il décida quand même de tenter le coup. Il dérouta la majeure partie de son énergie dans ses servos et pistons.

Le pâlot soupira, ce qui le retint.

"Sérieusement ? Vous ne savez vraiment pas quel est ce navire ? Ni même qui je suis ?"

"Roboute Zhuang ?"

"Pardon ?"

"Roboute est le prénom impérial le plus commun, Zhuang le nom le plus usité dans l'Imperium. J'ai opéré une simple supputation mathématique."

L'un des fusiliers pouffa, hilare.

"Vous n'y êtes pas du tout. Et c'était sarcastique, bien sûr que vous ne le savez pas. Tenez-vous à carreau et peut-être aurez-vous vos réponses."

Il aurait bien répliqué, mais ne le pouvait plus. Pas plus qu'il ne put hocher la tête pour signifier son assentiment. Son corps suivit l'escouade de marins de sa propre volonté,  tel un automate.

Immédiatement, des vrilles de statistiques corrompues s'élancèrent du néant pour lui saturer l'esprit, défilant en des figures géométriques horriblement parfaites, des spirales entropiques aux proportions plus sublimes que n'importe quel motif bâti selon le nombre d'or, ce qui, il le savait, était impossible.

Il tenta de contrer l'infection en dédiant le peu d'énergie qui lui restait à ses protocoles Aegis, l'essentiel de ses réserves énergétiques restant inexplicablement bloqué dans ses terminaisons mécaniques auxquelles il n'avait plus accès.

Ces derniers lui firent gagner quelques millisecondes, juste assez pour qu'il puisse hurler intérieurement la toute dernière pensée affolée d'une longue existence :

SANCTUS DEUS MACHINA, MAIS QUE LUI ARRIVAIT-IL?!




L'enseigne Ilouchine était satisfait. L'étrange adepte volubile s'était enfin tu.

Son petit groupe se rapprochait de la passerelle du Lux Imperator, longeant des corridors brillamment éclairés et traversant des salles baignées d'une lumière coruscante.

Il croisait çà et là des membres d'équipage, tous bronzés à l'excès selon la norme en vigueur dans le navire.

Il se souvenait encore de son arrivée ici, et de l'étonnement qu'il avait éprouvé lorsqu'il vit pour la première fois tous ces hommes qui ne voyaient jamais la lumière du jour, et qui pourtant arboraient tous cet étrange teint cuivré.

La Flotte était réputée pour son personnel à la mine blafarde, mais celui du Lux Imperator semblait prendre à cœur le nom de son bâtiment.

Comme tout bon membre de l'Imperium qui se respecte, ils étaient les dépositaires de la lumière de l'Empereur, et leurs corps hâlés étaient la preuve matérielle de cet état de fait spirituel.

Mais la volonté de l'Empereur était capricieuse, et certains d'entre eux ressortaient des saints sarcophages de radiance avec d'hideux mélanomes, qui, en plus de grêler leurs visages, diffusaient leurs agents cancérigènes dans des organismes condamnés.

Ceux-là étaient jugés inaptes par l'Empereur-Dieu, et irrémédiablement voués aux plus basses castes des forçats.

Un autre souvenir vint à lui, fugacement. Celui de cette pauvre recrue de Valhalla qui n'avait pas tenu deux semaines d'un régime quotidien de séances d'ultraviolets.

L'homme, la peau à vif, avait simplement été balancé dans un sas puis éjecté dans l'espace. Sûrement avait-il commis d'ignobles crimes pour être ainsi rejeté par Son Illumination.

Avec son statut d'officier externe rattaché à la flotte, Ilouchine était exempté de ces séances de bronzage, normalement imposées à tout l'équipage.

Il était par conséquent le seul petit cul blanc à bord de ce bâtiment, et cela lui convenait à merveille.

Telle était sa pensée lorsqu'ils arrivèrent en vue de la passerelle de commandement, et que, fidèle à la Loi de Murphy, tout partit de travers.

Subitement, les robes rouges de l'adepte ondulèrent, puis tombèrent, révélant l'atroce forme pervertie qu'elles recélaient.

"Qu'est-ce qu...."



Les hommes du Service Action du Lux Imperator n'étaient pas des amateurs.

Rompus au combat d'abordage et considérablement entraînés, ils étaient l'égal spatial des troupes de choc.

Malgré cela, l'escouade était à peine en train de se déployer lorsque ses membres furent balayés par la rafale de pulsars corrompus qu'éructa l'abomination. Les faisceaux à neutrinos ravagèrent leur chair en un instant.

La monstruosité s'élança avec une célérité incroyable vers la passerelle et la silhouette exposée, retournée et ancrée à son siège du Capitaine.


D'aucuns auraient dit que c'est parce qu'ils prenaient le risque de mourir qu'ils avaient le droit de tuer. Tel n'était pas l'avis de l'enseigne Ilouchine.

Avec un haussement d'épaules, il activa d'une pression sur sa tablette la fermeture d'urgence de la lourde porte blindée qui isolait le pont.

Celle-ci s'écrasa brutalement sur la silhouette gangrenée de l'adepte, l'aplatissant intégralement au milieu de sa course.

"Abhorrez le mutant."  murmura- t'il à lui-même.


/2000 mots/


Dernière édition par Emperor le Lun 28 Juil 2014 - 9:07, édité 1 fois



[Lettres de Sang 9] - Homo Calculus 439568inquisitor3
Emperor

Emperor
Maître de Guerre
Maître de Guerre

Messages : 4588

Revenir en haut Aller en bas

[Lettres de Sang 9] - Homo Calculus Empty Re: [Lettres de Sang 9] - Homo Calculus

Message par - Ghost of Arkio - Jeu 3 Juil 2014 - 17:12

On dirait que tu t'es fais plaisir rire1 
entre un Magos bien senti à la Tegas et les matelots playboy élus des cabines UV, on s'ennuie pas ! (et bien écrit/relu/mis en page)

Pas mal aussi d'avoir centrer toute la 1er partie dans l'intro (dans le fait, donc, qu'il ne peut pas sortir tout seul) après, je suis resté sur ma fin : j'aurais voulu savoir le pourquoi du comment; si les bronzés étaient des renégats qui s'ignorent ou d'où provenait le magos.

Et c'est vrai que tout le Mechanicus est un ramassis de mutants! lol!
- Ghost of Arkio -

- Ghost of Arkio -
Modérateur
Modérateur

Messages : 10972

http://wh40k-fr.lexicanum.com/wiki/Accueil

Revenir en haut Aller en bas

[Lettres de Sang 9] - Homo Calculus Empty Re: [Lettres de Sang 9] - Homo Calculus

Message par Ludo Sahaal Jeu 3 Juil 2014 - 19:00

J'ai eu un peu de mal à bien comprendre, et je ne suis pas sûr d'avoir encore compris pourquoi l'écoutille était rouillée, ni pourquoi l'adepte était devenu chaotique (une sorte de virus du warp?). Je trouve aussi l'action d'Ilouchine un peu surréaliste: un simple haussement d'épaule en face d'un fou furieux, faut que le type ait des burnes en acier!
En termes d'écriture, c'est tout simplement génial, on est vraiment dans la tête d'un adepte du Mechanicum, c'est hallucinant de termes scientifiques/informatiques et de rationalité, félicitations Wink 
Vraiment un excellent texte je trouve!
Ludo Sahaal

Ludo Sahaal
Scout
Scout

Messages : 29
Localisation : Hazebrouck

Revenir en haut Aller en bas

[Lettres de Sang 9] - Homo Calculus Empty Re: [Lettres de Sang 9] - Homo Calculus

Message par Emperor Jeu 3 Juil 2014 - 21:16


Merci !

Effectivement c'était un sujet qui me tenait à cœur depuis euh... toujours ? ^^... et ce damné McNeil, avec son Prêtre de Mars, m'aura plus que jamais donné envie de passer à l'action !

Et c'est vrai, les manques que vous soulevez, j'en suis le premier contrarié.
Je voulais expliquer tout cela un peu mieux bien sûr (origine de l'adepte, étapes progressives de la corruption, la fin...) mais cela m'était impossible sans déborder ou sans sabrer la version actuelle et donc nuire à la profondeur du récit.
Je trouve très difficile de trouver le juste milieu entre informations du scénario et descriptions d'ambiance dans un format aussi court.

Autrement, pour la rouille, c'est dû à un caprice warp, dans lequel, comme vous le savez, les lois de la physique (ou même celles du temps) n'existent plus. L'adepte soupçonne, à raison, qu'il y a eu une défaillance du champ de Geller de son vaisseau originel. Sa capsule a été éjectée dans le warp, puis a réémergé en espace réel, d'où elle a été récupéré par le Lux Imperator.

L'adepte est bien corrompu par le warp cheaté, qui peut se présenter sous toutes les formes inimaginables (éthérées, numériques, physiques...).


Pour Ilouchine, là aussi la limite de mots se fait ressentir. Neutral  Mais en gros ce que je voulais faire ressentir, c'est que le mec n'en revient pas que ce soit aussi facile => le magos corrompu se rue bêtement, tel un décérébré, sous les énormes portes en adamantium alors que lui même a dans les mains la tablette cheatée qui en contrôle la fermeture. D'où le haussement d'épaules ^^



[Lettres de Sang 9] - Homo Calculus 439568inquisitor3
Emperor

Emperor
Maître de Guerre
Maître de Guerre

Messages : 4588

Revenir en haut Aller en bas

[Lettres de Sang 9] - Homo Calculus Empty Re: [Lettres de Sang 9] - Homo Calculus

Message par - Ghost of Arkio - Jeu 3 Juil 2014 - 22:46

En tout cas, ton adepte est très bien.  bravo 


Enrobant son émission vocale d’une palanquée d’intonations superflues, d’éléments de langage inutiles et d’onomatopées exclarrogatives parasitant l’information principale, il n’en réitéra pas moins son appel :

« Hé ! Vous là bas ! [...]

Et du moins j'avais compris que l'adepte avait un bogue, mais c'est que le simple contact du warp nous a davantage habitué à voir débarquer des démons plutôt que du code corrompu.

Pauv' Walhalla qui a mal bronzé !  rire1 
- Ghost of Arkio -

- Ghost of Arkio -
Modérateur
Modérateur

Messages : 10972

http://wh40k-fr.lexicanum.com/wiki/Accueil

Revenir en haut Aller en bas

[Lettres de Sang 9] - Homo Calculus Empty Re: [Lettres de Sang 9] - Homo Calculus

Message par Ludo Sahaal Ven 4 Juil 2014 - 11:40

Merci de ces précisions Emperor Smile 
Ludo Sahaal

Ludo Sahaal
Scout
Scout

Messages : 29
Localisation : Hazebrouck

Revenir en haut Aller en bas

[Lettres de Sang 9] - Homo Calculus Empty Re: [Lettres de Sang 9] - Homo Calculus

Message par Nero Lun 7 Juil 2014 - 15:14

Texte sympathique, bien écrit, avec des personnages prenants comme "les bronzés" et l'adepte corrompu. Mais j'ai eu du mal par moments suite au vocabulaire très mécanique selon moi; (je ne suis pas un grand adepte de Mars xD).


AVE DOMINUS NOX
Nero

Nero
Space Marine
Space Marine

Messages : 153
Localisation : Amas de Thramas

Revenir en haut Aller en bas

[Lettres de Sang 9] - Homo Calculus Empty Re: [Lettres de Sang 9] - Homo Calculus

Message par Corax Lun 7 Juil 2014 - 16:51

Histoire bien sympathique à lire, pas facile à comprendre donc à lire 2 fois avant d ebien se mettre dans l'histoire.


corax [Lettres de Sang 9] - Homo Calculus 25154110  ravenguards

d) Codex Raven Guard
Corax

Corax
Maître de Guerre
Maître de Guerre

Messages : 6764
Age : 42
Localisation : Délivrance / Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

[Lettres de Sang 9] - Homo Calculus Empty Re: [Lettres de Sang 9] - Homo Calculus

Message par BlooDrunk Lun 7 Juil 2014 - 17:52

Du très bon que voilà!

Alors ça foisonne de termes "mechanicumiens", parfois trop je trouve mais j'adore ton récit.
Très original et bien écrit.

- Ghost of Arkio - a écrit: je suis resté sur ma fin : j'aurais voulu savoir le pourquoi du comment; si les bronzés étaient des renégats qui s'ignorent ou d'où provenait le magos.
Idem, mais pour la défense de notre Emperor: en 2000 mots c'est juste pas possible.
Là il à juste eut la place de poser l'intrigue correctement et d'initier l'action, impossible de tout expliquer en respectant le format, et puis si ça se trouve il n'avait pas envie de tout expliquer... un choix que je peux parfaitement comprendre.
 Smile


[Lettres de Sang 9] - Homo Calculus 30k-le10
BlooDrunk

BlooDrunk
Modérateur
Modérateur

Messages : 8771
Age : 38
Localisation : Sarum 57

Revenir en haut Aller en bas

[Lettres de Sang 9] - Homo Calculus Empty Re: [Lettres de Sang 9] - Homo Calculus

Message par Emperor Lun 7 Juil 2014 - 18:15


Vraiment désolé pour le trop grand nombre de termes techniques, avec le recul je me rends compte avoir vraiment mis la dose...

Sumimasen ! Neutral 


et puis si ça se trouve il n'avait pas envie de tout expliquer... un choix que je peux parfaitement comprendre.

Bien vu ! J'ai effectivement voulu laissé une part de mystère. oui 



[Lettres de Sang 9] - Homo Calculus 439568inquisitor3
Emperor

Emperor
Maître de Guerre
Maître de Guerre

Messages : 4588

Revenir en haut Aller en bas

[Lettres de Sang 9] - Homo Calculus Empty Re: [Lettres de Sang 9] - Homo Calculus

Message par MysterJZ Mer 9 Juil 2014 - 13:02

Alors on est effectivement en face d'un très bon texte. Technique et précis. La recherche du vocabulaire est géniale. Les termes "Mechanicussiens" m'ont moins fait réfléchir que la description des protagonistes. J'étais un peu perdu à la 1ère lecture dans le "qui est qui".
On sent effectivement que 3000 ou 4000 mots n'auraient pas été du luxe.
Mais c'est bien écrit et original.
^^


La connaissance est en elle-même puissance.
thousandsons
MysterJZ

MysterJZ
Space Marine
Space Marine

Messages : 225
Age : 41
Localisation : Genève ou sur Prospero...

Revenir en haut Aller en bas

[Lettres de Sang 9] - Homo Calculus Empty Re: [Lettres de Sang 9] - Homo Calculus

Message par uther33 Mar 12 Aoû 2014 - 10:21

Ben voilà ... Emperor nous ressort un récit de la mort .... Très bien écrit comme d'habitude  okay 


Haut Connétable Uther - Pour les Black Librarians ! Pour le Forum !


[Lettres de Sang 9] - Homo Calculus Bannie10
Ce sont les vainqueurs qui écrivent l'histoire
uther33

uther33
Maître de Guerre
Maître de Guerre

Messages : 5674
Age : 50
Localisation : Guyenne

Revenir en haut Aller en bas

[Lettres de Sang 9] - Homo Calculus Empty Re: [Lettres de Sang 9] - Homo Calculus

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum