Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

[Lettres de Sang 15] Le début de la Croisade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Lettres de Sang 15] Le début de la Croisade Empty [Lettres de Sang 15] Le début de la Croisade

Message par Jago Sevatarion Lun 21 Nov 2016 - 0:31

La porte s’ouvrit avec un gémissement, révélant un étroit couloir qui disparaissait dans les ténèbres.
Ils entendirent des bruits de pas résonner entre les murs décrépis et sans âges, puis un cri, étrange, inquiétant.
Ils se regardèrent. Ainsi les autres disaient vrai. Ils empoignèrent leurs armes avec plus de vigueur, puis s’engouffrèrent à l’intérieur.

Habituellement d’un calme de cimetière, ces niveaux semblaient en proie à une agitation soudaine de ses occupants... leur nature laissait présager le pire si cela devait tourner à l’émeute.
Les autres escouades rapportaient des troubles similaires à ceux enregistrés ici, mais ce n’était pas les éléments les plus instables et les plus dangereux qui occupaient l’essentiel des cellules de ce vaisseaux.

Il n’osait s’imaginer les dégâts que pourrait causer un seul de ces êtres en liberté et animé d’une ire vengeresse décuplé par ses pouvoirs hors de toutes entraves psychiques...
Non, le sergent Paskhal ne devait pas se laisser porter plus loin dans ses pensées en ce moment crucial et dans les conditions qui au dehors du champs de Geller, pourraient être fatales à l’opération.
Ils arrivèrent jusqu’à la porte menant au sas d’accès aux cellules, les grattements incessants et aux cris provenant de toutes les directions se firent plus intenses, mais aucun d’eux ne céda jusqu’à présent.

Paskhal entra sur la console les code d’autorisations fournis par l’inquisiteur en personne et elle se déverrouilla dans un grincement strident.

-A partir d’ici, chacun d’entre vous connait sa mission, s’adressa t’il aux membres de son escouade de vétérans, on se disperse et on vérifie l’intégrité des cellules. Autorisation de recourir à la force létale en cas d’évasion, sauf sur l’occupant de la Xflr-6 en particulier. Ordre direct de l’inquisiteur.
-Permission de parler, voxa un des hommes.
-Accordée, autorisa le sergent.
-Connait-on contre quoi on devra lutter à l’intérieur ? Ils n’apparaissent pas sur la liste des nouveaux arrivants ni dans les archives du vaisseau...

Lushan visait juste, personne ne savait rien des occupants amenés au niveau vermillion par l’inquisiteur Malgarion.

Même si les missions des vaisseaux noirs n’étaient jamais sans risques, il était rare que ceux-ci ouvrent leurs cellules d’un niveau aussi élevé et sans la présence d’une escouade de Célestes en cas d’imprévus.

L’étrangeté de la situation n’était pas choses inconnues lorsque l’on servait un inquisiteur, en particulier comme Malgarion et sans remettre en question ses motivations, ainsi que les périls réels à une telle entreprise, il n’était pas habilité à contester ses ordres, simplement les exécutés.

Le secret et la discrétion faisaient partie intégrante de ses opérations, il n’était alors pas rare de devoir franchir les limites de la légalité pour les menées à bien.
Le plus troublant était que cette fois, ses hommes, la suite de l’inquisiteur et lui-même ne savait quoi que ce soit à propos des mystérieux prisonniers.

La tempête Warp qui s’agitait violemment au dehors n’arrangeait alors rien à la dangerosité de leur mission.

-C’est un fait, nous devrons faire surement face à des psykers d’une très haute instabilité et comme vous le savez...les remous que nous traversons augmenteront leurs pouvoirs en cas d’évasion.

Il reprit son souffle et poursuivi.

-Ne pensez pas au pire...vous connaissez les dangers insidieux en cas de traversée du Warp et leurs effets. Vous y êtes préparés et savez réagir...L’Empereur Nous Garde.
Des cliquetis d’acquiescement suivirent son exhortation et chacun adressa une prière silencieuse au Maître de l’Humanité.

Lentement le sas s’ouvrit et chacun serra un peu plus fort son arme devant lui, paré à faire feu...
D’un geste il les dispersa et chacun se mit à la vérification de la cellule qui lui avait échoué.
Pour la cellule du prisonnier le plus dangereux parmi ceux enfermés ici-bas, il prit Lushan avec lui.

Deux précautions valent mieux qu’une se dit-il à lui-même.
Nerveusement, Paskhal suivit de Lushan se mirent en direction de la cellule XFLR-6 avec une certaine appréhension.

Les cris et les grattements se firent de plus en plus intenses, comme si une présence monstrueuse enflait et voulait entrer dans l’espace réel...

Il frissonna à l’idée de la voir se matérialiser devant eux...

Arrivés devant la cellule, il s’attendit à la voir se désintégrer et déchiqueté par son occupant.

Son subalterne semblait lui aussi troublé mais garda son sang-froid.

Ils vérifièrent avec prudence l’intégralité de la porte et constatèrent non sans un soulagement que celle-ci était parfaitement close.

Le moniteur de la cellule indiquait bien la présence d’un prisonnier et n’affichait pas de perturbation dans ses constantes vitales, ni un signe de perturbation psychique notoire.

Ses hommes émirent un signal retour positif quant à leur vérification et il fit signe à Lushan de lui emboîter le pas en direction du sas de sortie quand le vaisseau trembla dangereusement en percutant un roulis violent.

Ce dernier s’écrasa alors contre la porte et lui contre le mur, ce qui le fit sombrer dans l’inconscience.

Le vétéran se senti comme attiré contre elle et sans emprise de son corps.

C’est alors qu’une voix s’insinua dans son esprit et lui dit ces mots d’une voix décharnée :
+Revaaaanche...trahiiiis...abandonnééééés.....CAAAAALT..ARRGH+
Et il retomba inerte sur le sol, assommé également.
.......................................................................................................................................................
Après avoir inconscient durant un temps qu’il n’aurait pu mesurer, il se réveilla lentement dans ce qui lui sembla être un lit de fortune de l’infirmerie du vaisseau.

Encore groggy, il réagit à la lumière pointée vers son iris par un serviteur médical et il reprit ses esprits non sans émettre un certain grognement de douleur.

Il constata qu’il n’était pas seul, deux silhouettes se dressaient devant lui à son chevet et semblaient impatiente de le voir éveillé.

D'abord flou, leurs contours se fit plus précis et il vit alors qu’il s’agissait de l’inquisiteur flanqué de son mystérieux acolyte.
Il fit mine de se redresser mais constata qu’il était attaché au lit par des chaînes et qu’il ne pouvait se mouvoir.

-Monseigneur, balbutia-t-il, que...
-L’avez-vous entendu ? le coupa sèchement l’intéressé, Vous a t’il parlé ou s’est-il introduit dans votre esprit ?
-Qui je ne comp...
L’acolyte dégaina son pistolet et le pointa droit vers son crâne.
-Vite nous devons savoir...que s’est-il passer en bas sergent ?
-Mais de qui voulez-vous parler ?
-Monseigneur ? Compromis ?

Suant suite au stress mais non à la peur, Paskhal fixa l’Inquisiteur en retrait qui le scrutait comme tentant de déceler une éventuelle menace dans son esprit ou un geste trahissant une emprise extérieure dans son regard.

Après quelques secondes, il fit signe à son acolyte de baisser son arme et se pencha vers le sergent entravé.

-Je ne vois rien qui fait montre d’une quelconque corruption de votre part sergent, mais vous devez me dire ce qu’il s’est passé et si cela concorde avec le témoignage du soldat Lushan.
Reprenant lentement son calme, Paskhal déglutit et se mit alors à raconter ce qu’il s’était passer dans les quartiers d’internement.
Suspicieux, ils ne le coupèrent pas, même quand il eut permit à son subalterne d’interroger son chef d’escouade quant à la nature des occupants, mais remarqua que cela les fit réagir.

-Vous affirmez n’avoir rien vu de ce qui est arrivé à Lushan ?
-Pas le moindre, monseigneur. Comment se porte il ?
L’inquisiteur afficha une moue de déplaisir et dit avec morgue :
-Pour le bien de notre mission il ne devait pas être autorisé à vivre. Cela relève de la bonne marche de cette...périlleuse mission et son terme valait sa vie...

Paskhal se senti attristé par la mort de son camarade, mais se reprit. Tel était le lot des soldats de l’inquisition et des menaces auxquelles ils étaient exposés.

-Cependant je sais me montrer reconnaissant envers ceux qui me servent loyalement sergent, poursuivit-il...
-Monseigneur non ! objecta l’acolyte, la mission relève d’une importance cruciale et nous ne pouvons-nous permettre de...
-Suffit Lofasy, tiens ta langue veux-tu. Tu n’es pas encore inquisiteur et même si Quixos te portes un intérêt certain, je suis encore celui qui décide si oui ou non il doit savoir la vérité...
-La tempête...
-C’est un brave et fiable soldat que tu as devant toi, qui me servait bien avant ton intronisation. Il a parcouru l’enfer à mes côtés en ne montrant aucun signe de faiblesse...

L’acolyte prit un air sombre suite à la remontrance de son maître, mais celui-ci n’avait pas terminé.
-…mais au moindre signe de corruption ou de possession, tu as ma permission de le tuer dit-il en fixant le sergent dans les yeux d’un air qui ne laisser aucun doute quant à ses propos.
Suite à cela, il entreprit de défaire les entraves son fidèle serviteur.
Celui-ci se massa les poignets et se remit sur pieds.
-Vos ordres monseigneur ?
-Vous allez retourner parmi vos hommes, mais vous tairez les informations que je m’apprête à partager avec vous ? Est-ce bien clair ?
Lofasy fit mine de vouloir protester, mais il fut stoppé par un geste de la main.

Paskhal acquiesçât et attendit les révélations de Malgarion.

-Les individus que nous transportons sont possédés par des entités diaboliques, ça vous vous en doutiez je présume ?
-Vous présumez bien monseigneur.
-Nous aurions pu tout aussi bien suivre le protocole habituel pour de tel êtres et même recevoir un détachement de Chevaliers Gris pour nous escorter...ce afin de les détruire...

Il pesait ses mots, mais Paskhal se doutait que la suite.

-Mais nous avons alors d’autres desseins pour ces...choses abjectes...nous leurs avons trouvé une autre utilité quant à leur emploi autre que celle que l’on peut attendre de démons aussi dangereux.
Beaucoup répugnent et condamnent à ce genre de pratiques, mais dans notre lutte éternelle contre le chaos, nous devons parfois nous salir les mains encore plus en profondeur que la lie qui nous souille aux coudes...

Il continuait de fixer Paskhal qui prenait la mesure de ses paroles.

-Nombreuses sont les prophéties qui pullulent au sein de notre galaxie, certaines ne sont que des sornettes vendues à des imbéciles...d’autres prennent racines plus profondément et se révèlent exactes d’une façon très déplaisante... Celle qui concerne ces ordures du Warp est née bien avant notre ère, mais se révélera être un péril si elle n’est pas empêchée...
Aussi « grâce » au consort d’une cabale d’hérétiques aiguillée par « mes soins », j’ai pu invoquer nos chers « invités » et réussi à les capturer...non sans pertes...

-Et c’est pourquoi que nous n’avons rien su d’eux et qu’aucun détachement lourd de l’Inquisition ne nous accompagne ?
-Il comprend vite ironisa Lofias et Paskhal lui lança un regard noir.
-C’est en effet pour cela que nous agissons encore une fois dans le secret. L’ennemi ayant des agents partout et...nous ne pouvions prendre de risque de faire déplacer des moyens aussi importants...
Nos « invités » intéressent d’autres personnes qui veulent en faire un mauvais usage contre l’Imperium et des informations qu’ils détiennent...dont nous devons bien évidemment les en privés...quelque chose de terrible se prépare...

Paskhal remarqua au ton de son maître une menace bien plus importante qu’il avait estimée et eut un frisson en se demandant qui pouvait inquiéter l’inquisiteur Malgarion.

Qu’un tel homme, qui dès son intronisation au rang d’inquisiteur, avait agi en marge et toujours de plus en plus loin les limites et n’avait jamais paru craindre pour sa vie trembla à la mention de simples possédés laissait vraiment craindre au pire.

-Vous resterez encore quelques temps à l’infirmerie afin de vous remettre de ses evenements...nous serons arrivés à destination et vous ne serez pas de trop, lui annonça l’inquisiteur d’un ton plus assuré.
-Monseigneur salua Paskhal, je voudrais vous dir...
-Nous reviendrons pas sur le sujet avant le moment voulu, le coupa Malgarion sèchement et je vous serai gréer de n’en parler à personne...est ce clair ?
-Bien compris monsieur. L’Empereur nous garde.

Lofasy se signa de l’Aquila et sorti.

Malgarion regarda en l’air d’un air inquiet pendant quelques instants et se tourna vers lui avant de prendre congé à son tour.

-Que l’Empereur-Dieu nous protèges...ou Son Empire se noiera dans le sang...

Et il sortit.

Paskhal s’affaissa dans son lit et les serviteurs-médicaux se mirent à le préparer pour le repos.

Il sourit au contact de l’anesthésiant et sombra dans un sommeil profond.
***************************************************************************************
C’est en sueur qu’il se réveilla.

Il se sentait engourdi et compressé à la fois, sa vue étant encore embrumé suite à la dissipation de l’anesthésiant.

Pourtant il était sur ses genoux et ne pouvait absolument pas se mouvoir...

Il essaya de prononcer un mot mais il était bâillonné…mais par qui ?

Le retour de sa vue lui révéla alors une horreur à laquelle il n’était pas préparer.

Le dominant de toute leurs auteurs, des formes massives l’entourait...comme des gardiens...

Mais ceux-là n’en n’étaient pas...eux apportaient la désolation.

Ils étaient tous immobiles et ne réagirent pas à son réveil à l’exception d’un portant une armure portant des écritures de feu et qui portait une masse noire portant la marque des hérétiques.

Il souleva Paskhal comme s’il n’était pas plus qu’un simple fétu de paille et le tourna vers une source lumineuse...

Paskhal reconnu avec effroi la porte de la cellule contenant le plus dangereux psyker que transportait le vaisseau.

Il regarda brièvement autour de lui pour voir que les autres cellules avaient été vidées et leurs occupants baignant dans leur sang.

Il vit aussi des corps qui lui étaient plus familiers...
Le capitaine du vaisseaux, l’astrophate ainsi que l’inquisiteur, dont les membres avaient étés arrachés avec sauvagerie.

Le géant parla et cela le fit sursauté.
Il ne s’adressa pas à lui mais à la porte...ou la chose qui devait se tenir derrière.
-Par le sacrifice du geôlier et dernier offenseur, je te demande de m’être fidèle et de me servir.

Au nom de Lorgar, héraut et fils favori du Panthéon à huit branches, par les Quatre et leurs infinie bonté et leurs humbles servants, je t’ordonne de m’obéir.

Celui qui fût trahit, le fils qui a porté la Parole et Champion de l’Octed...pourra de nouveau servir son Père au nom des Dieux.

Hol Beloth, la bête de Calth et doublement béni, je t’offre cette âme et ce corps afin que tu marches à nouveau avec nous dans la croisade qui s’annonce.

Après quelques instants, un sifflement parvint de derrière la porte et une voix distordue se fit entendre
-Ton maître...notre père c’est lui qui t’envoie ?

Le géant sourit et fit signe à ses hommes d’avancer.

Ceux-ci étaient encore plus massif que lui et traînaient ce qui semblait être un de leurs.
Ils se mirent à la hauteur du space marine qui le tenait et Paskhal vit la tête contusionnée de celui qui était captif pendre mollement , mais il semblait respirer.

-Notre père m’a charger effectivement de quérir ton aide...mais les humains devaient te trouver avant nous...

Mais j’agis pour Erebus cependant...et pour la croisade qui s’annonce, nous nous portons de nouveau aux côtés du Maître de guerre afin d’abattre l’Imperium de l’usurpateur.

La voix feula et gronda comme perturbée par ce qu’elle venait d’entendre.
- « De nouveau aux côtés du Maître de guerre » ? Que s’est il passé ? Où en est la guerre ?
L’Astartes semblaient s’impatienter et lui rétorqua :

-Chaque choses en son temps...et d’ailleurs il nous est compté je vous en prie commandant.
-Mais le « trompeur » m’appartient je veux sa tête et...

Le regard du marine s’assombrit

-Chaque chose en son temps je vous le répète...
Après quelques instants la voix répondit :

-J’accepte, scelle le pacte dans le sang et je marcherai à nouveau dans le royaume des mortels.
Satisfait, le Word Bearer tourna la tête vers ses imposant acolytes :
-Soulevez le

Et ils amenèrent sa tête à portée de celle de leur maître malgré l’effort pesant que cela représentait.
Le prisonnier se réveilla et s’époumona.
-Pénitent...tu seras puni pour ton acte...Erebus...il saura et...
L’intéressé sourit et pointa son couteau en dessous de la glotte.
-Brûlez tous les deux, notre père ne t’apprécie pas et je pense que moi non plus...Erebus peut bien penser que c’est l’élu...il ne rira pas bien longtemps après cette guerre crois moi.
-Tu te fourvoies...tu...

Mais il ne put finir sa phrase qu’il était déjà en train de se noyer dans son propre sang...
Ensuite, Paskhal senti la lame se ficher sous sa gorge et il regarda au-dessus de lui, sachant sa fin arriver.

Le géant le fixa durement et lui dit les derniers mots qu’il entendrait de son existence.
-Pars en paix mon fils, ton sacrifice m’attriste mais il est nécessaire...tu verras que La prétendue
divinité de l’Empereur n’est qu’une farce amère...

Et la lame glissa sur la peau, ouvrant un sillon sanglante long de sa gorge...

Tandis que la vie le quittait...il vit l’immense silhouette commencer à remuer et qui tentait de se relever.

Ils mirent tous genou à terre quand le guerrier défunt encastré dans une armure cataphractii
qui se releva péniblement et se dressa au-dessus d’eux.

L’apôtre noir fût le premier à se relever et soutint le regard du commandant Hol Beloth ressuscité.
-Ravi de vous revoir commandant...nous auront besoin de vous durant la guerre qui s’annonce, celle qui nous libérera tous de notre bannissement.

Le ressuscité testa ses articulations, tournait les yeux en inspectant la pièce et répondit d’une voix hachée.
-Notre destination ?

L’apôtre afficha un rictus.
-Cela attendra, j’ai encore beaucoup à vous raconter.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
2877 mots


Avec mes excuses, j'avais fini l'écriture en début de soirée et je n'avais pas vu l'heure tourner suite à ma facheuse assuidité à Walking Dead :/

Je n'avais pas corriger et je demande, avec mes axcuses, si l'écrit peut être accépter encore à cette heure-ci? =)

Si cela n'est pas possible je comprendrai et le retirerai

Jago =)



alphalegion
Hydra Dominatus
[Lettres de Sang 15] Le début de la Croisade 591166ALNL
Ave Dominus Nox
nightlords
Jago Sevatarion

Jago Sevatarion
Space Marine
Space Marine

Messages : 400
Age : 30
Localisation : Nostramo

Revenir en haut Aller en bas

[Lettres de Sang 15] Le début de la Croisade Empty Re: [Lettres de Sang 15] Le début de la Croisade

Message par Zekka Lun 21 Nov 2016 - 14:14

Et bien, à croire que cette LdS faisait penser à un Vaisseau Noir ^^
Texte ,ma foi, sympathique, avec une ambiance plutôt bien gérée
Et une fin en lien avec l'Heresie d'Horus, que demander de plus ? ^^
Zekka

Zekka
Premier Capitaine
Premier Capitaine

Messages : 1250
Age : 28
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

[Lettres de Sang 15] Le début de la Croisade Empty Re: [Lettres de Sang 15] Le début de la Croisade

Message par - Ghost of Arkio - Mer 14 Déc 2016 - 0:01

Oui, c'est typique que la 1ère fournée des participants ont fabriqué des donjons avec l'intro et les autres des vaisseaux Smile

Mais jago,  se sent qu'il t'a manqué de temps pour te relire: des fautes d'orthographe encore trop visibles et des expressions mal maîtrisées:
Spoiler:
la cellule qui lui avait échoué =échu, mais plutôt assigné ici.

Connait-on contre quoi on devra lutter = Sait-on

il n’était pas habilité à contester ses ordres = une habilitation est une autorisation formelle (administrative, juridique)

Après avoir inconscient durant un temps = il manque des mots

Celui-ci se massa les poignets et se remit sur pieds. se remit sur ses pieds mais se remettre sur pieds c'est se soigner.
qui brouille parfois la ligne rouge du scénario qui change souvent de personnages principaux (soldats, puis inquisiteur, puis renégats). Je n'ai du coup pas compris le titre ni réellement qui a trahi qui.

Quixos est un bon souvenir d'Eisenhorn! décidément il nous manque (et Abnett et un roman d'inquisition).

J'espère que tu pourras t'y prendre plus tôt la prochaine fois car c'est dommage!
- Ghost of Arkio -

- Ghost of Arkio -
Modérateur
Modérateur

Messages : 10969

http://wh40k-fr.lexicanum.com/wiki/Accueil

Revenir en haut Aller en bas

[Lettres de Sang 15] Le début de la Croisade Empty Re: [Lettres de Sang 15] Le début de la Croisade

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum