Honour Imperialis - Omnibus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Honour Imperialis - Omnibus

Message par Nico. le Sam 8 Fév 2014 - 14:37

En Avril 2014 sort Honour Imperialis un Omnibus sur la Garde Impériale comprenant des livres d'Aaron Dembski-Bowden, Rob Sanders et Steve Lyons.


Présentation:



==> Honour Imperialis Omnibus

The Imperial Guard: known with good reason as ‘the Hammer of the Emperor’, and possibly the single largest military force that the galaxy has ever seen. The tales of heroism and desperate futility surrounding the men and women of the Guard are many – this omnibus contains the exploits of the famous Cadian and ruthless Death Korp of Krieg regiments, as well as the fearsome storm troopers of the Redemption Corps.

La Garde Impériale: connue à juste titre comme "le Marteau de l'Empereur", est probablement la plus grande force militaire que la galaxie ait jamais vue. Les histoires d'héroïques tout aussi futiles que désespérées des hommes et femmes de la Garde son nombreuses - cet omnibus contient les exploits des fameux Cadiens, des impitoyables régiments de la Death Korps of Krieg, aussi bien que des effrayantes troupes de chocs du régiment Redemption Corps.

768 pages • Avril 2014 • ISBN 9781849706674



Cet Omnibus contient les trois romans suivants:

- Cadian Blood d'Aaron Dembski-Bowden - 2009

Lorsque le monde saint de Kathur est ruiné par le Chaos, les courageux Gardes de Cadia sont envoyés pour le récupérer. La peste de Nurgle est profondément ancrée sur la planète, forçant les Cadiens à se battre contre une innombrable armée d'infectés. Au milieu de la bataille, le capitaine Parmenion Thade est poussé à assumer un rôle de commandant plutôt délicat. Pourtant, il ne peut imaginer quels mensonges entourent Kathur, et combien il est important d'assurer la victoire ici...


- Redemption Corps de Rob Sanders - 2010

Mené par l'effrayant Major Mortensen, le Redemption Corps est un régiment de troupes de chocs ultra entrainées envoyé dans les zones de guerres les plus mortelles pour des missions destruction sans merci. Mais lorsque de dangereuses Soeurs de Batailles prêtent attention à Mortensen, il n'a plus seulement une invasion d'Orks à contenir mais aussi ces guerrières fanatiques et sans peur. Bloqué entre les xenos et la furie de l'Imperium, est-ce que le Redemption Corps réussira à remplir sa mission et survivre ?


- Dead Men Walking de Steve Lyons - 2010

Lorsque les Nécrons se réveillent, une planète minière tombe dans le chaudron de la guerre et des adversaires sans pitiés déciment les défenseurs humains. Le salut arrive par le biais d'une forme peu probable - la Death Korps of Krieg, une force aussi insensible que les Necrons eux mêmes. Comme ces deux forces entrent en guerre, les pertes humains sont élevées et l'ampleur de la destruction est inimaginable.


Mais aussi 4 histoires courtes:

- Regicide d'Aaron Dembski-Bowden - 2011

- Down Amongst the Dead Men de Steve Lyon - Death Korps - 2013

- Hunted de Braden Campbell - Catachans - 2011

- The Mouth of Chaos de Chris Dows - Elysian - 2012

logo2


Dernière édition par Nico. le Jeu 17 Avr 2014 - 18:37, édité 2 fois



Nico.
Admin
Admin

Messages : 6579
Age : 26
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Honour Imperialis - Omnibus

Message par Emperor le Dim 9 Fév 2014 - 12:57


Que voilà un omnibus gourmand croquant ! oui  

J'espère vraiment qu'on aura tout ça (omnibus ou à l'unité, osef) un de ces quatre en FR, à fortiori avec de tels sujets / auteurs. Smile





Emperor
Primarque
Primarque

Messages : 3699

Revenir en haut Aller en bas

Re: Honour Imperialis - Omnibus

Message par Nico. le Mar 11 Fév 2014 - 14:18

Surtout que Dead Men Walking est excellentissime... en particulier pour un fan de la Death Korps comme moi.

J'en ferai une review "de mémoire" quand j'aurai le temps et si ça intéresse du monde.

Cet Omnibus sera mien, je suis curieux de lire le premier ADB.

Smile



Nico.
Admin
Admin

Messages : 6579
Age : 26
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Honour Imperialis - Omnibus

Message par Konrad Curze le Mar 11 Fév 2014 - 17:13

Tiens cela a l'air intéressant , plus qu'a attendre un ou deux ans ( ou plus même )
J'adore la Death korps.
Rédemption corp est intriguant.



La mort hante les ténèbres, et elle connaît votre nom ! Je suis Night Haunter.
Non, ne t'envole pas, petit corbeau. Reste. Nous n'en avons pas terminé, toi et moi.( Konrad à Corax)
Vous êtes tellement plus que simplement abjects. (Konrad à Lorgar)

Konrad Curze
Vétéran Space Marine
Vétéran Space Marine

Messages : 647
Age : 28
Localisation : oeil de la terreur caché

Revenir en haut Aller en bas

Re: Honour Imperialis - Omnibus

Message par Illuminati le Lun 19 Mai 2014 - 14:18

Je n'ai lu, pour l'insant que Redemption Corps, mais les autres devraient suivre. Voici déjà mes impressions :

Sorti en 2010, ce roman revient donc dans le recueil HonourImperialis présenté plus haut.

Rob Sanders pour la petite histoire est aussi l’auteur de l’excellent Atlas Infernal mettant en scène l’inquisiteur Czevak.

Résumé:
Mené par le redoutable Major Mortensen, le Redemption Corps est un régiment de troupes de choc ultra entrainées. Leur quotidien est d’être envoyé vers les zones de guerre les plus hostiles pour des missions de destruction sans merci. Mais lorsque Mortensen attire à lui l’attention les terribles sœurs de bataille, il n’aura pas seulement à contrer une invasion ork mais devra aussi gérer ces guerrières fanatiques et sans merci. Pris entre les xenos et la fureur de l’Imperium, le Redemption Corps parviendra-t-il à remplir sa mission et à y survivre ?


Alors, sans spoiler, nous sommes là, dans un roman centré exclusivement sur une unité de la garde impériale. Plus précisément sur le Redemption Corps, une compagnie de troupes de choc composé de vétérans genre kasrkin mais venant tous de régiments divers. Ce sont des durs à cuire, des badass de première et l’histoire reste centré sur le Major Zane Mortensen et les quelques hommes et femmes qui composent son groupe de choc : le lieutenant Rosenkrantz, une pilote de Valkyrie, le capitaine Rask, les sergents Minghella et Conklin, Krieg un commissaire, Vedette une caporale Mordienne, Teague un elysien, Gorskii une Valhalla, etc…

Donc des personnages de vrais tueurs, menés par un major Mortensen survitaminé et totalement increvable. Il tient quasiment tout le livre à lui seul, avec le soutien de la pilote et du commissaire Krieg. Les autres sont tous des personnages qui auraient véritablement mérités d’avoir un meilleur traitement, d’être un peu plus étoffés et détaillés, Vedette, Rask et Conklin en premier, mais aussi Preed, un énorme écclésiaste.
Côté personnages de troisième plan : l’inquisition, une callidus, un Titan et son équipage, un technoprêtre, etc… donc du beau monde mais du coup, on a une impression de fourre-tout car beaucoup sont vite expédiés.
Les missions détaillées dans ce roman sont au nombre de 3. Une mutinerie à bord d’un vaisseau, réaliser l’exfiltration d’un officier du Munitorum sur un monde hostile et enfin l’évasion d’un pénitencier.
Alors, on est vraiment dans le genre de mission suicide « du dernier espoir », le genre aller simple sans retour garantie tellement nous sommes dans de pures missions suicide !

Intêret fluff : On est dans le ton et de plein pied dans l'univers, même si on n'apprend pas grand chose de nouveau : 3/5

Je citerais comme excellente anecdote, qui illustre parfaitement l’ambiance, le lieutenant Dekita Rosenkrantz, pilote de Valkyrie et issue des Indenturés de Jopall (un régiment de conscrits). Elle affirme avoir réussi bien plus de crashs que d’atterrissages et pour l’illustrer, elle a marqué sur son casque « aimant à bolts » tellement ça craint lorsqu’elle doit exfiltrer les gars de Mortensen.

Bref, on s’attend donc à du lourd, à de la Mission Impossible, et c’est vrai que la première mission du bouquin : aller mater une mutinerie à bord d’un croiseur, où ils se trouvent en transit, est juste énormissime. Les insurgés, tous des gardes impériaux d’un autre régiment, ont pris un commissaire en otage. Ils sont lourdement armés et retranchés dans une ancienne armurerie. Mortensen et ses gars, s’infiltrent via des gaines techniques pourries des sous-ponts, en treillis et t-shirt, trempés de sueur, juste armés de pistolets automatiques à silencieux… Et la vache ! ça défouraille sévère et ça fait pas dans le détail, comme si cinq Steven Seagal vitaminés vous tombaient dessus…

Personnages et intrigue : 3,5/5

Passé cette mise en bouche fort sympathique, on se trouve un petit peu perdu, je l’avoue car la troisième histoire (et fin du livre) vient s’entrecroiser avec le reste du roman, sans que l’on comprenne pourquoi ni que cela fasse du sens, alors qu’on n’en est qu’au premier tiers – du coup ça vous spoile la fin et là on est complètement largué. A tel point que je me suis dit qu’il fallait mieux lire tout le bouquin sans ces passages (écrits en italique) et ne les lire, eux, qu’à la fin. Ainsi, on a l’histoire dans l’ordre chronologique sans se faire spoiler.

Scénario & mise en scène : ducoup…2/5

Un autre point aussi qui m’a fait tiquer est comment Sanders a mis en scène l’autre protagoniste de l’histoire, la chanoinesse Diamanta Santhonax. Non pas qu’il ne sache pas nous dépeindre des sœurs de bataille – La petite garde du corps de Santhonax est hyper bien rendues d’ailleurs – mais comment il a détourné cette chanoinesse en une ultra radicale des plus dangereuses.

Spoiler:

En faire une istvaanienne folle à lier qui vous crashe un space hulk sur une ruche parce que ça manquait un peu de guerre dans le coin, qui envoie des genestealers ou des orks… humm, ça m’a fait un peu bizarre d’en voir une aussi opposée que cela aux thèses puritaines. Une recongrégatrice, à la limite, mais là…c’est même plus radical, c’est gravement hérétique !

Le thème du radicalisme employé comme « fin qui justifie les moyens » est certes, un sujet qui a sa place dans l’Imperium et même dans ce roman, mais je trouve que le personnage et les moyens sont là, véritablement en décalage. Et surtout ce qui manque : qui est derrière tout ça ? Une chanoinesse à elle seule, ne peut pas employer de tels moyens de destruction…. Bref, un peu de confusion qui me laisse sur ma faim malgré un roman qui reste tout de même plaisant.

Appréciation perso : 3,5/5
Ce qui nous fait un total de 12/20


Vil xenos omniscient

Illuminati
Space Marine
Space Marine

Messages : 273
Age : 43
Localisation : Quelque part dans la Bibliothèque Interdite

Revenir en haut Aller en bas

Re: Honour Imperialis - Omnibus

Message par Nico. le Lun 19 Mai 2014 - 15:52

Merci pour ce retour, je l'ai commencé, j'ai lu 40 pages... et j'ai arrêté. J'avais la flemme de lire un roman one-shot sur la GI.


Par contre je le redis: Dead Men Walking est génial si on aime la DKoK.

Smile



Nico.
Admin
Admin

Messages : 6579
Age : 26
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Honour Imperialis - Omnibus

Message par Illuminati le Mar 10 Juin 2014 - 12:02

Retour sur Cadian Blood :

Sorti initialement en 2009, puis réédité dans cet omnibus, Cadian Blood est aussi le premier roman d’Aaron Dembski-Bowden.

Le sujet :
Lorsque le monde saint de Kathur est ruiné par le Chaos, les courageux Gardes de Cadia sont envoyés pour le récupérer. La peste de Nurgle est profondément ancrée sur la planète, forçant les Cadiens à se battre contre une innombrable armée d'infectés. Au milieu de la bataille, le capitaine Parmenion Thade est poussé à assumer un rôle de commandant plutôt délicat. Pourtant, il ne peut imaginer quels mensonges entourent Kathur, et combien il est important d'assurer la victoire ici...


Bon, autant le dire tout de suite, c’est loin d’être le meilleur roman d’ADB.

L’histoire se déroule dans le Segmentum Obscurus, 3 ans après la début de la 13ème CN – donc en 002M42. La guerre s’enlise, Cadia est tombé, tout comme la plupart de ses mondes forteresses satellites, pourtant certaines planètes tiennent toujours tête aux forces d’Abaddon. Les cadiens, notamment, ne lâchent rien et les armées du Chaos ne progressent plus, bloquées par la contre-offensive. Le monde cardinal de Kathur vient de tomber quelques mois plus tôt, victime des pestes de Nurgle. Désormais sa population et ses troupes ont été presque toutes changées en zombies de la peste. Il reste encore des rescapés qui tentent de résister et de survivre.

Intérêt fluff : 4/5
On est encore en pleine 13ème Croisade Noire, avec un des régiments phares de Cadia, le 88ème ainsi qu’une poignée de marines loyalistes et renégats, ce qui ne gâche rien.

C’est là, que les hommes du 88ème Cadien vont être envoyés pour sauver ce qui peut encore l’être.
Au menu : troupes de choc, combat urbain, embuscades, hordes de zombies, Marines de la Peste de la Death Guard, coup de main de la Raven Guard… Bref, un lasporn avec quelques petits moments boltporn…

Les moments forts du roman : Les jeux de pouvoirs et de joutes politiques entres les officiers supérieurs. L’ajout inopiné d’un commissaire dans l’équipe et surtout… Typhus à bord de « son » Terminus Est.

Mise en scène : 2,5/5
Des moments forts. Comme au ciné : on parlerait là, d’un gros film d’action mais avec un scénario qui casse pas trois pattes à un grox.

Personnages et intrigues : 2,5/5
L’intrigue souffre un peu de cohérence – le coup de l’entité tapie depuis 10 000 ans sur le monde cardinal fait peu crédible. Par contre, les personnages sont très bien vu, bien qu’assez faiblement développés.

Les moments faibles du roman : Les troupes de choc du capitaine Thade envoyées dans toutes les missions suicides. En fait, ça fait tout le jus du bouquin, mais ça sent le thème déjà vu et revu sans être aussi prenant qu’une histoire sur les Fantômes.
Certains personnages, excellents auraient mérités d’être bien mieux développés – seul Thade, héros du roman y a droit. Les autres personnages, de second plans, ne sont qu’esquissés ou manquent d’accroche. C’est le cas du commissaire, du psyker et aussi de l’Inquisiteur de l’Ordo Sepulturum. L’inquisition est encore là pour enfler tout le monde, on le sent venir et on en attend plus, pourtant on reste totalement sur sa faim. L’accent reste mis sur l’action pure, au détriment donc de parties plus psychologiques.
Idem avec une fin, vite expédiée…

Donc, appréciation perso : 3/5
Et un total de 12/20

Bref, un roman qui est loin d’être mauvais, qui a quelques bons moments (L’attaque de la cathédrale au début, le combat naval contre le Terminus Est ou encore la rencontre entre le psyker et l’archiviste Raven Guard.) De bonnes scènes aussi entre certains personnages de commandement.

Une fin malheureusement un peu abrupte et pas mal de doses de lasporn, donc un résultat inégal et assez moyen selon moi.


Vil xenos omniscient

Illuminati
Space Marine
Space Marine

Messages : 273
Age : 43
Localisation : Quelque part dans la Bibliothèque Interdite

Revenir en haut Aller en bas

Re: Honour Imperialis - Omnibus

Message par Nico. le Mar 10 Juin 2014 - 12:29

Merci pour ta nouvelle review sur le 2ème livre de cet Omnibus (que je n'ai toujours pas continué, et vu les critiques je ne le ferai ptete pas).  plusun pour chacune


Deux livres à 12/20, attention si tu ne veux pas froisser le Modérateur le plus cool du forum (moi moi moi) tu as intérêt à bien noter Dead Men Walking... Razz


Je suis curieux de voir l'effet de ce roman sur la Death Korps lu par quelqu'un qui n'est pas ultra fan comme moi (ce qui a très certainement biaisé mon appréciation). Suivant la critique que tu fera, j'en ferai ptete une pour compléter (et avec ce qui m'est resté en mémoire 1 an après sa lecture).



Smile



Nico.
Admin
Admin

Messages : 6579
Age : 26
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Honour Imperialis - Omnibus

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:48


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum