Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% GARNIER Ma routine ultra doux avocat karité
8.99 € 15.09 €
Voir le deal

Pénitente de Dan Abnett

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

VOTRE APPRÉCIATION GLOBALE DU ROMAN:

Pénitente de Dan Abnett I_vote_lcap33%Pénitente de Dan Abnett I_vote_rcap 33% 
[ 1 ]
Pénitente de Dan Abnett I_vote_lcap67%Pénitente de Dan Abnett I_vote_rcap 67% 
[ 2 ]
Pénitente de Dan Abnett I_vote_lcap0%Pénitente de Dan Abnett I_vote_rcap 0% 
[ 0 ]
Pénitente de Dan Abnett I_vote_lcap0%Pénitente de Dan Abnett I_vote_rcap 0% 
[ 0 ]
Pénitente de Dan Abnett I_vote_lcap0%Pénitente de Dan Abnett I_vote_rcap 0% 
[ 0 ]
Pénitente de Dan Abnett I_vote_lcap0%Pénitente de Dan Abnett I_vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 3
 

Pénitente de Dan Abnett Empty Pénitente de Dan Abnett

Message par Nico. Mar 16 Mar 2021 - 15:53

Deuxième tome de la trilogie Bequin, suite des aventures d'Eisenhorn et Ravenor.

Présentation:




==> Pénitente Semi Poche

Dans la mystérieuse cité de Reine-Mab, les forces de la lumière et des ténèbres se disputent âprement la vérité. Les agents dévoués de la Sainte Inquisition affrontent leurs obscurs antagonistes, les infâmes Cognitae, pour percer le secret de l'identité du tout-puissant Roi en Jaune. La paria Alizebeth Bequin se retrouve prise entre deux feux. Va-t-elle prendre fait et cause pour l'Inquisition, ou pour les Cognitae qui l'ont élevée? Et si elle choisit l'Inquisition, se joindra-t-elle au sage mais implacable Ravenor, ou à son rival Eisenhorn, déclaré hérétique? Bequin doit soutenir l'assaut des anges comme des démons, et même des monstrueux guerriers des Légions Renégates, pour décrypter la plus grande énigme de sa vie.


Les personnages immensément appréciés que sont Eisenhorn et Ravenor reviennent, en tant qu'adversaires implacables, dans un roman tout en mystères ésotériques, intrigue macabre et action débridé, où la révélation d'une identité véritable implique des morts… voire de faire trembler l'Imperium sur ses bases.

350 pages • Mars 2021 • ISBN 9781780306452 • Illustration de ?


Pénitente de Dan Abnett Blpro161


Critiques du topic VO par Crabouyator et Nebulion:

Crabouyator:
La conjonction des étoiles a permis de rassembler du temps pour rédiger cette review (ce que je n'avais plus depuis des mois) et l'envie.
Je viens de terminer le livre, je rédige donc l'avis à chaud

- Scénario et mise en scène : 4/5

Bequin choisit de travailler avec Eisenhorn, tout en regrettant que les factions impériales ne soient pas unies. L'enquête pour rassembler des éléments sur le roi en jaune continue avec une exploration des lieux de plus en plus variée d'un grand immeuble à l'abandon type Blade Runner jusqu'aux catacombes remplies de cannibales.

On assiste encore ici à une multiplication des factions en présence suivant la dynamique du premier tome, même si certaines commencent à s'allier. Je reste perplexe sur la manière dont Abnett va gérer tout ça sur le troisième tome et réussir à régler le sort de tous ses personnages.
Liste des factions:
Pas de nouvelles des prêtres qui étaient alliés aux WB ni de la dernière rejeton des Glaw qui est allié à un EC.
La Cognitae est présente dans ce tome (du moins ses restes) et agit.
Eisenhorn et Ravenor ont la part belle de l'action.
Mais les nouveaux sont: le Collège invisible une alliance de 6 Archivistes (DA, IH, IW, TS, RG et NL) forgée dans "les cendres d'Itsvan" décidés à arrêter le roi en jaune.
Les eldars, venus à la base sur l'insistance de Ravenor, qui en voyant ce qui se trame rassemblent des forces pour tout venir cramer (6 vaisseaux mondes quant même !)

L'histoire est très entrainante et on a du mal à lâcher le livre.
Mais si je n'ai mis que 4/5 c'est qu'il y a des moments où on y croit moins
Points m'ayant gênés:

Ravenor prend trop de décisions connes.
1 Pas d'appel de renfort impériaux, quelque chose de majeur se prépare, il peine à obtenir de l'aide des autorités locales (ce qui est aussi une aberration) et il n'appelle aucun renfort ? A si les elders, mais pas sa hiérarchie
2 Recruter un ancien ennemi parmi ses hommes, j'ai relu 3 fois ses explications, ça m'a toujours paru aussi idiot, il a la mémoire bloqué OK, faisons en un homme de main. S'il est à ce point dans la dèche qu'il engage des malledictus

Le BA m'a laissé très circonspect. Déjà le voir avec ailes me semble étrange, et surtout qu'est ce qu'il fait là ? J'attends des réponses de pied ferme dans le T3.

De même, je n'ai pas compris l'utilité de l'Inquisiteur alcoolique

Bequin qui mène le boulot d'enquête en 2 jours que Ravenor et Eisenhorn n'arrivaient pas à faire depuis plusieurs années ... J'en connais 2 qui commencent à gagatiser .

Un mot sur Gregor et Gideon qui sont mis au jour sous l'oeil de Bequin comme pas si différents et ayant chacun une mentalité d'hommes prêts à tout pour accomplir leurs devoirs.

- Style et écriture : 4/5

ça se lit très facilement et c'est très prenant.
J'ai beaucoup aimé un passage montrant le raisonnement de type presque chaotico ésotérique, qui en s'appuyant sur la numérologie, le symbolisme et des élucubrations en sautant su coq à l'ane parvient à sa conclusion sur le nom du roi. Et en lisant ce passage abscont, avec un peu de connaissance du fluff on a tous les indices pour trouver ce nom
Une fin en cliffhanger à la Abnett

- Intérêt fluff : 4/5

Ici, on est servi. Beaucoup de fluff sur la planète et la ville dont on voit encore de nombreuses facettes (des bars jusqu'aux catacombes), la planète fait tout à fait penser à un cadre jdr.
Les révélations sont au rendez-vous dans ce tome, que ce soit la dynamique des alliances en place ou des détails sur l'organisation de la Cognitae.
Mais bien entendu, le centre majeur de l'histoire est la recherche d'informations sur l'adversaire de toutes les factions: le roi en jaune, dont le nom est révélé. Cela augure donc un potentiel bouleversement du statut quo due 40K si ce nom est exact (ce dont personnellement je doute)
Le nom du roi en jaune:
D'après les recherches exotériques d'un dément clairvoyant, qui a dans un premier temps suspecté un primarque disparu, le nom du roi en jaune est Constantin Valdor. Là où je pensais qu'on allait continuer sur une dynamique Cthulu avec la pièce de théâtre le roi en jaune, Abnett a réussi à brouiller les pistes suffisamment longtemps pour pas que nous ne comprenions qu'il s'agit d'un roi doré

- Appréciation personnelle : 4/5

J'ai beaucoup aimé et me suis facilement laissé prendre au jeu du livre malgré les points de réserve ci dessus. Ce tome-ci augmente les enchères et donne une tache quasi impossible au dernier tome de conclure cette saga inquisitoriale sans accrocs. Les péripéties s'enchainent de façon logique et l'identification au personnage de Beta Bequin pour le lecteur est facile. Comme elle nous déboulons dans ce jeu de dupes et de faux semblants où rien n'est ce qu'il parait être.

Du très bon 40K, mais à lire de préférence après Eisenhorn et Ravenor (et aussi Magos)

Nebulion:
Bonjour à toutes et à tous,
Je ne poste pour ainsi dire jamais de retours, mais cette fois-ci je pense que ça en vaut la peine. D'abord parce que j'ai attendu ce bouquin pendant 8 ans (ayant lu Pariah en 2013) et que seul Crabouyator nous a fait part de ses impressions jusqu'à présent - je souscris d'ailleurs en grande partie à ce que tu as décrit.

Pour faire court, j'ai trouvé cette suite satisfaisante, mais pas bluffante, et même décevante à deux ou trois moments. J'avais certes de très hautes attentes, mais certains passages/personnages m'ont vraiment paru maladroits et/ou superflus.

Je commence avec les points positifs : c'est du Abnett. C'est bien écrit (en anglais du moins), la lecture est agréable, fluide, et on se représente bien les décors et l'action (même si parfois mon attention est retombée à cause d'un excès de descriptions) ; les personnages sont originaux, sans trop se démarquer des spécificités de War40K (quoique, vous allez voir...) ; le point de vue de Beta Bequin - qui narre à la première personne - est bien pensé (le lecteur découvre ainsi la trame avec elle sans qu'il y ait besoin de résumer tous les épisodes précédents) et permet de considérer Eisenhorn, Ravenor et leurs acolytes sous un nouveau jour ; et côté révélations, on est servi.

Cependant, la plus grande qualité d'Abnett est, à mon avis, sa capacité à créer une tension, installer un vrai suspense, et nous prendre de court à l'apothéose. Ici, j'ai notamment adoré deux passages écrits de main de maître
Spoiler:
(la descente dans les catacombes et la rencontre avec Comus, puis la première apparition du Immaterial College)
et j'ai trouvé que la conclusion (les deux derniers chapitres) était de qualité, alors que nombre d'auteurs se plantent à cet endroit crucial.

Passons aux défauts : c'est du Abnett... Autant il est doué pour poser un décor, installer une intrigue, créer des personnages vivants et hauts en couleur, autant il ne brille pas pour les scènes de combat (et il y a quand même pas mal). Mais surtout, je suis convaincu qu'il s'agit de l'auteur à qui GW laisse le plus de marge de manœuvre pour faire avancer le lore ; quand il s'agit de lâcher des révélations à même de bousculer le statu quo (comme l'a très bien dit Crabouyator), c'est leur fer de lance. Or, c'est pour le meilleur... comme pour le pire !

Je m'explique : à mon humble avis, Abnett ne veut surtout pas se contenter de faire du fan-service en reprenant les poncifs de l'univers, en rejouant les partitions jouées dans cent autres bouquins et en mettant à l'honneur les Space Marines et les dernières figurines sorties... Ce qui est certes tout à fait louable, MAIS en l'occurrence, je trouve qu'il en fait un peu trop : soit il va trop loin dans la surenchère (ennemis de plus en plus puissants, au détriment de la cohérence), soit il nous chauffe avec de nouveaux antagonistes classe et mystérieux... qui finalement s'avèrent très banals :

Spoiler:
La nature du Immaterial College ! Après la superbe scène que j'évoquais plus haut, quelle déception de voir que ce ne sont que des SM... Et le fait que loyalistes et renégats s'y côtoient depuis Isstvan n'est qu'un cache-misère à mes yeux. J'avais ressenti exactement la même déception dans Pariah, quand les alliés ténébreux de l'Ecclésiarchie s'étaient révélés être... des Word Bearers. Pfff !
D'ailleurs, la bataille contre les power rangers graels multicolores m'a totalement déplu. C'est bête, le concept introduit dans Pariah était prometteur !

Dans le même ordre d'idée, et j'abonde ici dans le sens de Crabouyator, côté personnages/factions, c'est un festival ! Il y en avait déjà beaucoup dans Pariah, mais là c'est vraiment exagéré. Alors ok, il y a une justification relativement cohérente (la puissance du Roi en jaune est telle qu'elle suscite moult intérêt), mais en terme de narration, ça ne passe pas (selon moi) : à quoi bon introduire tel(s) personnage(s) voilé(s) de mystère s'il n'y aura de toute façon pas la place pour le développer, même dans le troisième tome ?! Oui, je suis plutôt pessimiste à ce sujet...

Bref. Ça reste un très bon livre (c'est du Abnett Very Happy), que je noterais très bon (mais pas excellent) et que je recommande à toutes celles et ceux qui ont aimé Eisenhorn et Ravenor (à lire impérativement avant, sinon vous n'allez absolument pas apprécier). Pour les autres, si vous aimez le suspense et que vous cherchez un peu d'originalité (au risque de parfois s'éloigner un chouïa de l'ambiance War40k), allez-y. En revanche, si vous êtes un puriste ou que vous cherchez une histoire bien confinée dans les schémas traditionnels, évitez... ou préparez-vous à un choc !



logo2


Pénitente de Dan Abnett 846747844195bannirenicoor4GRAND
Nico.

Nico.
Admin
Admin

Messages : 9924
Age : 31
Localisation : Perugia

Revenir en haut Aller en bas

Pénitente de Dan Abnett Empty Re: Pénitente de Dan Abnett

Message par Piruxe Jeu 8 Avr 2021 - 22:00

Le livre a été absorbé par mon esprit comme un c'tan absorbe l'énergie d'une étoile.
Malgré quelques incohérences, j'ai énormément apprécié le fruit du travail de Abnett, le défaut majeur étant que comme toujours avec cet auteur qu'on va attendre des plombes pour la suite.

Encore une fois, l'Abnett nous présente un roman avec des scènes incroyable, une ambiance de fou furieux (tellement que, dans certains cas comme l'a dit Nebulion, ça "casse" des révélations) mais bon, ça arrive très très très rarement, les seuls moments où j'ai été en PLS étant les incohérences avec l'univers 40k qui peuvent s'expliquer, mais qui restes obscènes.

Spoiler Moyen:

- Ravenor qui reconnaît l'accent de Tizca... A qu'elle moment il est parti faire du tourisme sur Prospero ???
- Un citoyen qui est censé connaître que des mythes de sa propre planète (c'est surligner par l'auteur.) qui est au courant qu'y'a 20 primarques, que 2, on été effacé, et que c'est la fête ???

Celui-là étant le plus WTF sachant que dans certains romans, des inquisiteurs de l'ordo Hereticus de Terra ne sont pas au courant...

Juste avant de passer à la note, je précise que si vous n'avez pas relu le tome 1, ce n'est pas grave, l'auteur fait pleins de rappels.

Notation :

- Style et écriture : 5/5

Comme dit dessus, c'est un roman qui se mange ! C'est bien simple : je n'ai jamais lu de roman 40k aussi vite, et j'en ai lu ! C'est pour ça que je lui met 5/5, après, ça reste Abnett, c'est du très haut niveau, note spéciale la description du ressenti de Beta sur certaines scènes.
Spoiler Mineur:

Le personnage est parfois tellement perdu qu'elle se fait des descriptions métaphorico-abstraite de la réalité avec un zeste de mysticisme qui correspond exactement à l'ambiance du roman
(ex : première rencontre avec "l'ange")

- Intérêt fluff : 6/5

Normalement, je ne lis pas un roman d'Abnett pour le fluff, parce qu'on sait qu'il part parfois loin. Mais là y a eu un complot. Une sombre manigance avec la Black Library pour nous BAISER, si vous achetez ce roman, vous êtes obligé de lire la suite. Le problème étant qu'elle n'est pas disponible et pour cela, je maudis trois fois Abnett d'avoir mis autant de lore (parfois un peu incomplet).

Il nous fait des liens avec l'hérésie d'horus, puis il nous met sur des fausses pistes en mode "essaye de deviner" et là boom, il te relit ça avec plein de factions... Au début, on ne voit pas, et pourtant, il le dit :
Il se passe un truc qui impactera la galaxie, et même si on ne sait pas quoi exactement encore, vu tout ce qui se passe, on ne peut pas dire le contraire.

Petite théorie spoilante:
Je pense que les plans du Roi seront stoppés, non pas par nos héros, mais par l'ouverture de la cicatrice maledictum




Piruxe
Scout
Scout

Messages : 10

Revenir en haut Aller en bas

Pénitente de Dan Abnett Empty Re: Pénitente de Dan Abnett

Message par - Ghost of Arkio - Dim 11 Avr 2021 - 14:38

+1 pour la review courte et concise, et sans spoiler majeur ! Very Happy (vu que je n'hésite jamais à me spoiler un bouquin de 40k)

Et oui, vraiment dommage ces bugs du cerveau pour une ponte comme Abnett
Encore plus pour LE spécialiste des romans de l'inquisition... et dire que Gouldingue les relit avant publication..

Mais si le reste le vaut, c'est vraiment chouette que le genre Ravenor / Enforcer fasse son retour
- Ghost of Arkio -

- Ghost of Arkio -
Modérateur
Modérateur

Messages : 11070

http://wh40k-fr.lexicanum.com/wiki/Accueil

Revenir en haut Aller en bas

Pénitente de Dan Abnett Empty Re: Pénitente de Dan Abnett

Message par Anton Narvaez Jeu 15 Avr 2021 - 4:04

+1 pour la review de ce roman qui ne laissera pas indifférent et qui ne fera certainement pas l'unanimité comme paria en son temps.

Juste un petit rappel fluff avant les théories les plus farfelues, Eisenhorn et Ravenor ne sont pas contemporains de la M41.99999
Leurs aventures (comme les croisades de Sabbat) sont dans le passé, M41.400 pour Ravenor (et donc bien avant la 13eme croisade noire).
Anton Narvaez

Anton Narvaez
Sergent Space Marine
Sergent Space Marine

Messages : 658
Age : 31
Localisation : Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Pénitente de Dan Abnett Empty Re: Pénitente de Dan Abnett

Message par Emperor Sam 30 Oct 2021 - 17:15


Eh ben on peut dire qu’on l’aura attendu celui-là ! Énorme plaisir de retrouver Abnett dans l’un des trucs qu’il fait le mieux : l’Inquisition.

Et encore une fois, il nous sort là un truc pas piqué des hannetons Surprised, même si j’ai un peu moins apprécié cette suite, pour plusieurs raisons que je détaillerai plus bas.

Quoi qu’il en soit, le niveau d’écriture d’Abnett reste exceptionnel pour du 40K, on est assez loin des standards de la BL. Narrativement c’est un régal, une vraie petite pépite à lire.


Mais j’avais quand même préféré Paria. L’effet de nouveauté déjà, j’imagine. Bequin se découvrait, et le lecteur la découvrait en même temps, ses atermoiements étaient donc compréhensibles et nécessaires. Sauf qu’ici j’ai trouvé qu’on perdait pas mal de temps à continuer dans ce registre. On enchaîne les séquences intimistes sur les états d’âme de Bequin (cocasse pour un paria), alors que les sujets majeurs à traiter sont légion, j’y reviendrai.

Que ce soit en temps d’apparition dans les pages ou en termes de fonction dans le scénario, Abnett nous rabâche peut-être un peu trop que c’est l’héroïne (exclusive ?) de la trilogie, ce qui se fait au détriment de nos fameux Inquisiteurs ++ aussi badass que compétents qu’elle est amenée à fréquenter.

Autant dans le premier c’était logique, elle les rencontraient au fur et à mesure, ballotée qu’elle était d’une péripétie à une autre, et ils allaient même jusqu’à l’instruire et à lui sauver la peau, quand bien même ça ne se faisait que via quelques apparitions. Mais autant ici tout s'est inversé, on les voit davantage et pourtant Beta a une emprise quasi totale sur le scénario et hors rares exceptions elle semble mener tout ce beau monde à la baguette (suites inquisitoriales incluses).

Beta fait un peu passer Eisenhorn et Ravenor pour des cloches, et ces derniers sont tout simplement relégués au second plan voire carrément mis au placard dans chacune des péripéties les plus importantes du livre, de celles qui font avancer l’histoire. J’ai trouvé ça un peu fort de café, on parle d’inquisiteurs pluricentenaires humiliés par ce qui n’est au final qu’un clone d’une ancienne acolyte de l’Inquisition (formée par la Cognitae).

Un autre problème, et qui a été soulevé par la plupart des lecteurs ayant fait un retour sur ce livre, c’est le trop-plein de factions d’importance. Elles étaient nombreuses à la fin du premier tome et c’était déjà plus que satisfaisant, mais là Abnett continue d’en introduire à tour de bras…

Le livre déborde littéralement de persos tous plus classes ou intrigants les uns que les autres, réunis autour d’une même intrigue. Alors ok c’est cool mais c’est un peu le bordel quand même, en plus ça dilue trop le scénario à mon goût. Et si c’est pour nous bâcler le grand final, et je ne vois vraiment pas comment il va pouvoir donner une fin satisfaisante à toutes ces factions, ça va juste créer un max de déception.

Tout ça ressemble un peu trop à l’espèce de salmigondis qu’ils ont fait avec les teams de perpétuels dans le siège de Terra, aux trop nombreux agents et enjeux cachés.

Autre aspect négatif, Abnett manie le fluff de façon un peu cavalière parfois :
Spoiler:
Des gaziers de l’Inquisition connaissent l’existence des deux primarques rayés des listes, w’okay.

Faudrait savoir : les parias, invisibles ou non aux yeux de tous ? Du coup, Krole dans Saturnine c’était quoi monsieur Abnett ?

Le périmètre de la bulle non-Warp du paria, qui fluctue jusqu’à la démesure selon les cas de figure.

Le blood angels ailé (?), atteint d’une curieuse soif de sang nullifiée par la bulle anti-Warp de Bequin, qui rapplique (à oilpé) dans la seconde à la moindre goutte de sang versé par Beta ?? En plus, son esprit embrumé et ses remarques quant à la jeunesse d’une cité pourtant millénaire nous font dire qu’il nous vient tout droit de l’Hérésie. Étrange. scratch


Voilà les quelques points qui m’empêchent de le noter Excellent. Mais sinon c’est du tout bon.

Le travail d’Abnett est tout à fait original et le rythme est très bon, savant mélange de séquences tranquilles et de rebondissements multiples. Les premiers nous permettent de découvrir de nouveaux quartiers de la cité, d’en apprécier toute la déliquescence sans s’ennuyer, avec des descriptions parfois un peu encombrantes mais en tout cas sacrément immersives. Les seconds sont salvateurs pour nous faire prendre la mesure réelle des enjeux colossaux qu’il y a derrière tout ça. De plus, ils arrivent au bon moment pour dynamiter avec brio ce qui sans ça ne serait qu’un assemblage entre une bien belle enquête routinière et un solide traité d’approfondissement fluff sur une capitale impériale (et ses habitants !) ayant connue son heure de gloire mais qui se morfond désormais dans la déchéance.


Enfin vient l'exceptionnelle révélation de toute fin. Littéralement puisque ce sont les tous derniers mots du bouquin… Abnett abuse ^^ Les cliffhangers de ce genre ne devraient pas être autorisés.

Lorsqu’elle est sur le point de survenir, Abnett s'amuse à faire traîner les choses... tout le monde retient son souffle, lecteur compris.
Et d’autant plus que juste avant, on nous suggérait que le Roi jaune était :
Spoiler:
l’un des deux primarques inconnus.

C’est encore bien plus majeur que ça à mes yeux, même si l’annonce est quelque peu amoindrie du fait qu’on ne voit pas les réactions des personnages lorsqu'ils l'apprennent.
Tellement hâte de les voir tirer une gueule de six pieds de long aha, en espérant qu’on ne se paye pas une ellipse à la con.

Et donc /alert SPOILER MAXIMUS/
Spoiler:
Le Roi jaune serait Constantin Valdor larmes
CONSTANTIN VALDOR, merde.
Tout ça impose de fait une tétrachiée de questions.

Valdou aurait-il tourné au Chaos ? M’étonnerais quand même, s’il y a bien un gars incorruptible, c’est lui. En plus on voit que sa cité extime est bien clean, sans corruption apparente, les vaisseaux sont dorés, ça parle de Custodiens… Il a également manipulé la Cognitae pour leur voler tout leur savoir (clonage, enuncia…) avant de les traquer puisque leurs buts finaux ne concordent pas, la Cognitae voulant mettre à bas l’Imperium.
Bien sûr on n’est pas à l’abri d’une énième entourloupe à la Abnett mais bon.

Mais si Valdor est loyal, pourquoi l’Inquisition et les eldars veulent-ils le stopper ?

Et si Valdor est chaotisé, pourquoi tous les représentants du Chaos intervenants ici (EC, WB, TS…) veulent-ils le stopper ?

Pourquoi Valdor veut-il connaître le nom de l’Empereur ? Est-ce un plan plurimillénaire destiné à Le libérer du Trône d’Or ou à le reset ? Qui sait ce qu'ils ont connus lui et l'Empereur des millénaires durant avant l'Hérésie. Valdor agit dans le temps long, comme son maître, et si ça se trouve il se contente d'appliquer tranquillou son plan pour dépatouiller l'Empereur de sa situation. ange

Le pendant Warp de Reine-Mab  est une cité fortifiée cyclopéenne tenue par des armées de parias clonés et des nuées de space marines ailés vraisemblablement clonés à partir d’un unique Blood Angels. La cité semble en guerre contre le Warp lui-même, elle est assiégée par ce qui m’est apparu comme la Cicatrix Maledictum avant qu’elle n’éclose dans la réalité. On est plusieurs centaines d’années avant la chute de Cadia.

Quel est le lien avec le fluff actuel ? Valdor a-t-il contribué à contenir la Cicatrix dans la dimension du Warp pendant tout ce temps ? On voit qu’il a réussi à imposer les lois de la réalité dans sa cité, alors même qu’elle est située dans le Warp !



Noté Bon. Abnett a réalisé ici un travail véritablement singulier. C’est un plaisir de voir l’éditeur lui laisser autant les coudées franches pour faire avancer le fluff (c’te révélation bordel), même si au passage il réalise quelques menues transgressions en la matière.

La manière quasi littérale avec laquelle il manie cette symbolique duale de la confrontation entre démons et anges me plaît pas mal en tout cas. L’adaptation des enfers à la sauce Warpesque 40K me botte bien et certaines scènes du livre m’ont même furieusement rappelé Diablo Smile

Cela dit c’est quand même un peu frustrant de le voir autant prendre son temps. Il développe vraiment en profondeur sa création (Reine-Mab, concept d’espace extime, Cognitae…), et c’est honorable, mais je trouve qu’il se perd un peu ce faisant. Les allers-retours géographiques et convictionnels de l’héroïne n’aident pas non plus. Dans le fond l’intrigue n’avance pas des masses, et pour moi c’est pas en bourrant son histoire à ras la gueule de persos emblématiques qu’il va réussir à accoucher de son truc en trois tomes xD

Parfois il semble s’en rendre compte et tente de rattraper un peu le truc en usant d’artifices et de ressorts scénaritiques un peu faciles pour accélérer les choses. Il y a par exemple beaucoup trop de monde qui pop sur demande dans ce bouquin ; on peut pas dire que je sois fan de ce genre de jokers.

Aussi, je n’ai pas été entièrement satisfait du traitement d’Eisenhorn et de Ravenor dans ce livre, de même que celui de leurs crews respectifs. Le pire étant Harlon je pense, humilié sur tous les plans… Ils paraissent tous ici un peu effacés par la présence ultra dominante de Beta. Décevant.

Mais bon tout ça est au final éclipsé par le point d’orgue maximus de ce livre. C’est une vraie satisfaction pour moi de voir ce personnage aussi central, mais pourtant horriblement sous-coté et sous-développé, revenir sur le devant de la scène  Cool

Maintenant j’ai juste plein de questions, comme à la fin de Paria en fait. Et d’énormes attentes pour Pandaemonium, un poil tempérées toutefois par le petit doute qui m’habite quant à la capacité d’Abnett à nous sortir un dénouement correct au vu du nombre faramineux de factions de premier rang impliquées.

Heureusement, cette suite (et fin) devrait arriver beaucoup plus rapidement cette fois. Je rappelle qu’Abnett s’était barré de la Black Library pendant plusieurs années, ce pourquoi les Gaunt et Bequin & cie ont été mis en stand-by tout ce temps. Mais là il est bien en place. Smile

PS : quelqu’un a une explication sur le fait qu’ils parlent de daemon au lieu du nom commun démon dans la traduction maintenant ? J’espère que ce n’est pas une histoire à la con de propriété intellectuelle. En tout cas ça manque encore une fois de cohérence car même dans la réédition de Paria ça parle de démon. Rolling Eyes



Pénitente de Dan Abnett 439568inquisitor3
Emperor

Emperor
Maître de Guerre
Maître de Guerre

Messages : 4636

Revenir en haut Aller en bas

Pénitente de Dan Abnett Empty Re: Pénitente de Dan Abnett

Message par BlooDrunk Sam 30 Oct 2021 - 18:01

Emperor a écrit:
PS : quelqu’un a une explication sur le fait qu’ils parlent de daemon au lieu du nom commun démon dans la traduction maintenant ? J’espère que ce n’est pas une histoire à la con de propriété intellectuelle. En tout cas ça manque encore une fois de cohérence car même dans la réédition de Paria ça parle de démon. Rolling Eyes

Le Franglais à la GW, ça fait un moment qu'il ne traduisent pas certains mots spécifiques à des factions de l'univers, alors que d'autres fois oui (et ça à parfois changé ses dernières années, sans raison apparente), codex ou romans va comprendre, aucune logique j'ai l'impression...

Cool ta critique, +1, j'ai pas tout lu pour pas me spoiler^^

Question : il y à donc encore un tome à paraitre pour clore cette série non ?
j'ai tendance à oublier les titres, après je me mélange... Mad (vu que je lis seulement quand une trilogie est entièrement dispo et pas avant)


Pénitente de Dan Abnett 30k-le10
BlooDrunk

BlooDrunk
Modérateur
Modérateur

Messages : 8866
Age : 39
Localisation : Sarum 57

Revenir en haut Aller en bas

Pénitente de Dan Abnett Empty Re: Pénitente de Dan Abnett

Message par Emperor Dim 7 Nov 2021 - 1:58


Question : il y à donc encore un tome à paraitre pour clore cette série non ?

Yep, c'est une trilogie.
Paria (2013)
Penitent (2021)
Pandaemonium (?)


Cool ta critique, +1, j'ai pas tout lu pour pas me spoiler^^

Oui évite, surtout vu la gueule du spoiler principal ^^
Et gaffe à pas te faire spoiler ailleurs entre temps, vu l'importance du truc ça doit pas mal jacter un peu partout j'imagine.
Moi je serais toi je lirai le truc maintenant, le dernier ne devrait pas être trop long à sortir de toute façon. Wink



Pénitente de Dan Abnett 439568inquisitor3
Emperor

Emperor
Maître de Guerre
Maître de Guerre

Messages : 4636

Revenir en haut Aller en bas

Pénitente de Dan Abnett Empty Re: Pénitente de Dan Abnett

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum