Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
Zooplus : Frais de livraison offerts dès 9 euros
Voir le deal

Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

VOTRE APPRÉCIATION GLOBALE DU recueil:

Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits I_vote_lcap50%Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits I_vote_rcap 50% 
[ 1 ]
Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits I_vote_lcap50%Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits I_vote_rcap 50% 
[ 1 ]
Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits I_vote_lcap0%Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits I_vote_rcap 0% 
[ 0 ]
Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits I_vote_lcap0%Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits I_vote_rcap 0% 
[ 0 ]
Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits I_vote_lcap0%Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits I_vote_rcap 0% 
[ 0 ]
Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits I_vote_lcap0%Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits I_vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2
 

Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits Empty Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits

Message par Nico. Mer 28 Oct 2020 - 18:54

Livre contenant la novella Nexus et des histoires courtes.

Voici la présentation de la novella inédite:




==> Nexus Paperback

Dans une galaxie en proie à la guerre, où les Adeptus Astartes sont tout ce qui s'oppose à l'anéantissement, les Ultramarines sont exemplaires - nobles, honorables et attachés à la protection de l'humanité. Là où les prédations du xenos, du sortciereee et de l'hérétique menacent l'Imperium, les Anges de la Mort se battent pour s'y opposer.


Le frère-sergent Allectius mène une guerre d'usure brutale contre un ennemi xenos apparemment sans fin. Mais quand les vils nécrons lâchent un mystérieux voile sur lui et les gens qu'il protège, Allectius doit mener son combat au-delà des murs… pour plus que juste la victoire, maintenant leur survie même est en jeu.

480 pages • Novembre 2020 • ISBN 9781780305912 • Illustration de ?


Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits B13

Et voici les histoires courtes ajoutées:

Kraken by Chris Wraight
Redeemer by Guy Haley
The Test of Faith by Thomas Parrott
The Darkling Hours by Rachel Harrison
Lightning Run by Peter McLean
Missing in Action by Dan Abnett
The Crystal Cathedral by Danie Ware
To Speak as One by Guy Haley
Where Dere's Da Warp Dere's a Way by Mike Brooks
Redemption on Dal'yth by Phil Kelly
Void Crossed by J C Stearns
Light of a Crystal Sun by Josh Reynolds
War in the Museum by Robert Rath
Headhunter by Steve Parker
Duty Unto Death by Marc Collins
logo2


Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits 846747844195bannirenicoor4GRAND
Nico.

Nico.
Admin
Admin

Messages : 9846
Age : 31
Localisation : Perugia

Revenir en haut Aller en bas

Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits Empty Re: Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits

Message par Anton Narvaez Mar 29 Déc 2020 - 2:09

Je viens de terminer mon troisième recueil de nouvelles en peu de temps. Et si j’avais été relativement content de malédiction, L’aigle et le Marteau m’avait laissé un gout amer en bouche                                                                     Cependant, l’absence des auteurs que j’aime le moins (je ne ferai pas la liste ici, de toute façon, elle est relativement commune à tout le monde) et la présence de nombreux auteurs qui me sont inconnus éveillait ma curiosité.
Bref petites revue sans divulagachages (ou presque)

Nexus de Thomas Parott
Cette nouvelle, la plus longue du recueil éponyme, est visiblement écrite pour faire la promotion de la Boite Indomitus. On a donc les Ultramarines vs Les Nécrons sur un monde frappé de plein fouet par le Nexus Pariah (D’où le titre les amis). On suit 2 personnages principaux prisonnier d’une forteresse assiegée par les Nécron, Un sergent promu Lieutenant qui s’interroge sur sa position et sa légitimité et un serf du Chapitre qui s’interroge sur son devoir. Et que dire, si ce n’est que je n’ai pas trop aimé. Les passages sur l’Ultramarine sont inintéressants et ressemblent surtout à une revue des nouvelles figurines V9. Je n’abois pas avec la meute de trolls qui se foutent de la gueule de ce qu’ils surnomment les Schtoumphs, mais là force est de constaté que niveau implication émotionnel et charisme on est proche du zéro Hanouna (C’est comme le zéro Absolu mais un poil en dessous). Le Serf au destin commun avec Phillippe Croizon est un peu plus intéressant, mais me semble quand même lisse. C’est d’ailleurs ce que je reproche au récit, un coté trop propre, trop lisse, qui ne m’a pas plongé dans l’univers de 40k que je connais (malgré les morts à la pelle). J’ai eu l’impression de lire un Warhammer Adventures pour être Honnête.                                                                                                                    Bref, un récit très moyen, lisible ce qui est déjà bien chez la BL, avec une fin sauvant un peu le tout mais pas dingo (ni Donald).
Kraken de Chris Wraight
Wraight se remet enfin au Viking de l’espace, outre son roman terminant son (excellente) trilogie, il nous a pondu ce petit récit très classique mais franchement efficace.  On suit un Space Wolf traquant une bête sur un agri-monde océan, intercoupé de flashback de sa vie, de l’adolescence à la fin du récit. Comme souvent avec Wraight, ça n’a aucun impact sur la Grande Histoire de Warhammer, mais c’est une lecture très plaisante, personnages biens définis, avec de bonnes caractérisations et des interactions crédibles. De plus Wraight à une solide plume, et il est en forme dans ce récit. Autre point fort, pas mal de pensées Meta intéressantes….                                                                                Moment analyse de texte digne d’une copie de 5ème : On a un protagoniste qui hallucine de la différence entre le Space Marine qu’il a devant lui (Un Viking de l’espace crasseux, odorant et acariâtre) et la propagande Impériale (Qui met en avant les Ultramarines) et je vois là un commentaire méta peu subtile sur Games Workshop et ses fans. On a aussi un passage qui fait fortement pensé à Moby Dick (et qui pour moi est un hommage volontaire) et je me demande même si Wraight ne fait pas un petit clin d’œil à Abnett et à son roman Frère du Serpent (Les vrais verront la référence).                                                                                                                                                                                                                    Bref, très sympa
Rédempteur Guy Haley
Déjà chroniqué dans l’Aigle et le Marteau. La BL publie donc deux fois la mêmes nouvelles dans deux recueil différent a même année. Bravo

L’épreuve de foi Thomas Parott
Alors, je n’avais pas aimé la première nouvelle de Parott, mais celle-ci est beaucoup mieux. On suit deux Chapelains Dark Angels, un First Born et un Primaris Taciturne qui mène une escouade de Primaris à l’assaut d’une plateforme pétrolière aux mains d’un culte Génovore (excellente traduction de Genestealer au passage). L’écriture est plus fluide, bien que toujours une peu candide, que dans Nexus. Tout l’intérêt du récit est cependant dans le twist final. Ca concerne les Dark Angels, donc je vous laisse deviner le Sujet de ce dernier (Indice : Ici la Voix)                                                                                                                        Bref, très sympa également, récit court mais accrocheur.                                                                                                                


Les Heures crépusculaire Rachel Harrisson
Je déteste Severina Raine, je n’ai pas lu cette nouvelle.

Attaque Eclair de Peter Mclean
Hasard du calendrier, j’ai lu cette nouvelle en même temps que le j’apprenais la réédition de Double Eagle. Et oui, vous l’aurez deviné, on parle ici d’Aeronautica Imperialis. On suit donc une pilote, fille d’un Héros de la Marine Impériale, qui se rêve d’avoir le même destin que son géniteur. L’histoire commence quand elle est chargée de transporter un général des Services Secrets à une base au-delà des lignes ennemies. Et ce récit va à fond la caisse, pas de temps mort, action, action et actions s’enchainent à la vitesse du son et Mc Lean nous pond un récit à l’image de l’Aeronautica rapide, dynamique et pleins d’imprévus. Mais si les ¾ du récit sont du pur actionner, la fin elle aussi mérite le coup d’œil. Une excellente mise en abyme de ce que c’est de réussir son Objectif et de ce qu’est être un Héros de l’Imperium.                                                                                                                                                                                               Bref, récit dynamique (presque trop tant les évènements s’enchainent sans transitions) mais avec un propos final (déjà vu, mais intéressant). SI Mc Lean sort un roman sur les aviateurs, j’achète direct.

Portés Disparu Dan Abnett
Déjà paru dans Magos et autre récits. C’est un peu Warhammer Crimes avant l’heure. Sympathique mais un peu alambiqué. Pas la meilleure aventure d’Eisenhorn.

La Cathédrale de Cristal de Dannie Ware
Sans doute le récit le moins intéressant du recueil. Des sœurs de batailles célèbrent un office à la mémoire d’une Sainte qui a purgé une planète d’un culte Genovore. Mais Patatra, au plein milieu de la cérémonie, un monstre les attaque. C’est franchement un récit nul de chez nul, c’est du BoltPorn même pas bien écrit ni intéressant. En plus c’est complètement antifluffique, car un Genestealer qui se réveille seul sur un monde humain n’irai pas attaquer des Sœurs de Bataille s’en aucune raison. Il aurait dû se cacher pour réimplanter un culte. C’est ça le Fluff Genestealer.

Parler d’une seule voix Guy Haley
On suit les nouveaux personnages fétiches de Haley, à savoir Primus et Qvo (point de Felix dans ce récit). Nos deux comparse aux ordres de Cawl vont gentiment réclamer à une station orbitale de l’Ordo Xenos de leur livrer leur prisonnier Xenos. Ce à quoi l’Inquisition réponds « Viendez le chercher pour voir » ce à quoi Qvo répond « tu vas voir ce que tu vas voir ». Et paf on obtient des chocap.. un récit sympathique, avec un twist final correct et une superbe trouvaille scénaristique. Je commence à accrocher au personnage de Primus (ce qui n’était pas gagner) et ce récit est un bon complément au Haleyverse.                                                                                                                                                                              Bref, encore un récit sympa à lire.

Tant qu’ya le Warp, Y’a Moyen de Mike Brooks
LA nouvelle que j’ai adorée. Je l’avais dans un coin depuis un moment, mais là, je vais être obligé de lire Ruze Brutale du même auteur. Les plus érudits se souviendront de Déluge de fer de Werner ( A ne pas confondre avec Déluge d’Acier de McNeill) ou l’on suivait un Ork qui attaquait un monde impérial japonisant qui était déjà bien fun… Mais là c’est du délire en barre, j’ai eu franchement des purs moments de poilade tellement l’humour est présent et tellement l’absurdité des Orks est bien mise en avant. C’est sûr que ce n’est pas l’humour cynique de Ciaphas Cain, mais ça fait vraiment plaisir à lire. L’Histoire ? On s’en fout, ce sont les aventures des Orks qui comptent, juste pour le passage ou ils essaient de passer un Kastellan du Mecanicus, ça vaut le coup d’être lu.                                                                          Bref, Waaaagh !!!!

Rédemptions sur Dal’yth de Phil Kelly
Kelly suit ses amours, à savoir les communistes, les Tau. Et ça tombe bien, il réussit le double exploit de ne réussir que ses récits sur les TAU et d’être le meilleur en ce qui les concerne. Bon après, ce n’est pas non plus folichon folichon, on est dans de la production classique de la BL, c’est-à-dire très moyenne. L’histoire présente une un groupe scolaire en visite d’un musée (oui oui) observent un Tau nommé Jeséplukoman’Sé et un Space Marine sont  figés depuis 100 ans dans un champ de stase et servent d’exposition au dit musée consacré à la victoire de Dalyth. Et je vous laisse deviné la suite (Oui c’est un scénario digne d’une mauvaise série B )                                                                                                                                    Bref, bien moyen

Astre contraires  de J.C STEARN
Encore un auteur que je ne connaissais pas. Il nous livre un récit solide sur le Destin croisé d’un Drukhari et d’une Asuryanni et me rappel que les Eldars peuvent être intéressants, si ce n’est pas Thorpe qui écrit leurs aventures.

L’éclat d’un soleil de Cristal de Josh Reynolds
Un Reynolds décevant qui nous sort un récit très moyen et qui a un gout de déjà-vu. J’aime bien sa série sur Bile, mais ça tourne un peu en rond quand même.  J’espère que son roman final sera mieux que ça. Je suis un peu dur, car ce n’est pas mal écrit, ni inintéressant, mais j’attends mieux de Reynolds qui est un auteur capable de pondre autre-chose que ça.

Guerre dans le musée de Robert Rath
Sans doute un prologue au roman du même auteur L’infini et le Devin (que je n’ai pas encore lu), je m’attendais à une daube sans nom (J’ai survolé la revue de Nico. sur le roman principal) et finalement, j’ai bien aimé. Sans doute que le peu d’attente que j’avais à jouer. D’ailleurs ça me fit penser que je ne partage pas souvent les opinions de l’admin en chef en terme de Lecture. Enfin, passons.Il vous faudra, pour apprécier le récit, un grande suspension d’incrédulité et d’ébrancher un peu le cerveau.  C’est, en effet, un peu léger niveau crédibilité et le scénario me rappelle étrangement celui de Rédemption sur Dalyth. On a donc Trazyn qui « accueille » une nouvelle créature Tyranide dans sa collection et la place dans un champ de stase en se disant que ça ne craint rien (vous voyez ou je veux en venir). Récit plaisant, sans grand intérêt en soi, si ce n’est que l’auteur parle d’éléments fluff peu évoqués généralement dans la BL comme Vandire ou la Flotte-ruche Kronos. Trazyn est le seul personnage Xenos qui m’intéresse un tant soit peu, donc je suis peut-être indulgent.                                                                                                                                                                                                                                      Bref, un récit PopCorn    
                                                                     
Chasseurs de têtes Steve Parker
J’avais adoré le premier roman Deathwatch de Parker, et il m’aura fallu attendre 6 ans pour revoir les aventures de la Kill team Serre. L’attente était donc grande. Et…Et…Et, j’ai trouvé la nouvelle cool sans être exceptionnelle. La force majeure du récit reste les personnages et leurs interactions (même si les personnages ont trop de noms, surnoms, dénominations et que parfois, on se perd un peu) même si certaines trouvailles de mise en scène valent la lecture.                                                                                                               Bref, une bonne lecture qui s’inscrit dans ce recueil décidemment d’un bon niveau.

Servir jusqu’à la mort de Marc Collins                                                                                                                                                                                   L’histoire d’une escouade de Custodes qui affronte des milliers de Tyranide pour protéger un sarcophage. Nouvelle relativement courte ( je me demande même si ce n’est pas une nouvelle Psychic Awakening ) qui ne marquera pas les esprits.

En conclusion. J’ai beaucoup aimé ce recueil, peut-être le meilleur depuis « Les mondes de Sabbat » Et vu son faible prix : 7 euros, son nombre de pages : 724, l’achat du livre est pour moi un très très bon investissement (mieux vaux mettre 7 euros là-dedans que dans un Kebab).

Je le noterai donc 16,5/20
Anton Narvaez

Anton Narvaez
Sergent Space Marine
Sergent Space Marine

Messages : 658
Age : 31
Localisation : Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits Empty Re: Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits

Message par Emperor Mar 17 Aoû 2021 - 17:41


NEXUS
Grosse nouvelle assez quelconque sur du Primaris, mais ça pourrait tout aussi bien être du SM standard tant leurs particularités ne sont jamais abordées (fournaise, etc.). Leur conflit avec les nécrons n’est pas très intéressant, si ce n’est lors de quelques scènes sympa comme ce moment où un serf de chapitre armé d’un pauvre 12 à pompe est traqué par des dépeceurs dans des couloirs obscurs. Surprised
Les chapitres sur les assiégés humains sont d’ailleurs ceux qui se lisent le mieux ; on y voit notamment l’effet catatonique du voile du nexus sur les humains de base, une techno nécron que je ne connaissais pas mais qui est quand même à elle seule une facilité scénaristique tout en un…
-1 pour le cryptek en mode gorille alpha qui provoque en duel le moindre péquin qui lui aurait jeté ne serait-ce qu’un caillou. Pas ouf donc.


KRAKEN
Texte épique sur l’unique survivant vieillissant d’une meute Space Wolf, en pénitence depuis un sacré moment et recherchant une mort grandiose afin de rejoindre comme il se doit feu ses camarades d’escouade.
La nouvelle, à forte teneur en salinité, tient autant du Vieil Homme et la Mer que de Moby Dick j’ai trouvé. Wink Dans le temps présent, on suit ce Space Wolf grisonnant qui s’obstine à combattre en solo un énorme monstre marin capable de défourailler les énormes plateformes maritimes de la planète en deux deux, et dans les flashbacks on est aux côtés de ce jeune homme fenrysien qui se plaît à harponner les plus grosses bêtes marines depuis un drakkar en compagnie de ses camarades.
Wraight fait bien le job et réalise ici un quasi sans faute, y compris dans les relations avec les persos secondaires, même si les combats aquatiques ne sont pas hyper bien menés. J’adore les textes où un unique SM vient régler à lui seul un problème de dimension planétaire et laisse tout ce bas monde éberlué héhé. Rien de tel pour montrer ce qu’est un space marine. Cool


RÉDEMPTEUR
Déjà lu et critiqué dans L'aigle et le Marteau. Nouvelle bof.


L’ÉPREUVE DE FOI
Des darkangeleries encore bien fumeuses… Et encore ça c’est pour les deux dernières pages. Tout le reste n’est qu’un bolt-porn ordinaire que relève à peine la morne relation entre ce chapelain primaris bizarre et son alter ego de souche chargé de le chapeauter. Suivant !


LES HEURES CRÉPUSCULAIRES
La commissaire Raine et son escouade d’éclaireurs fétiche font une chasse au psyker. L’entrée en matière est plutôt pas mal et nous présente de manière détaillée toute la difficulté qu’il y a à réaliser un saut en harnais gravitique à haute altitude, mais ensuite c’est d’un banal.
L’auteur nous refait le coup du sorcier arrogant et bavard, jouant sur les peurs des soldats, rendant fous les plus faibles et trompant les sens des plus forts, interpellant les protagonistes dans leur tête en se moquant d’eux, blabla. Mais heureusement le pouvoir de l’amour permettra à nos deux héros de vaincre leurs hallucinations respectives et de finalement disposer du maniaque… On se croirait dans un Disney.


ATTAQUE ÉCLAIR
Sympathique petite histoire à la morale mi-figue mi-raisin. On a là un classique du genre militaire :
Spoiler:
un gros bonnet, une mission capitale minutée, un avion abattu, le gros coup de démerde dans la pampa pour accomplir le job dans les temps, des sacrifices difficiles à faire, et la mise au placard qui va bien.
C’est efficace et bien adapté à la sauce 40K, c’est punchy, mais par contre c’est du vu et revu.
Mention spéciale pour les sensations de la pilote qui se voit forcée de détourner un chasseur corrompu par l’ennemi. Son installation dans l’habitacle souillé vaut à elle seule la lecture :p


PORTÉS DISPARUS
Déjà parue au moins deux fois avant ça. De la bonne enquête mineure à la sauce Eisenhorn. Bon ça lui a coûté une main quand même.


LA CATHÉDRALE DE CRISTAL
C’est toujours la même chose avec cet auteur. L’escouade de sœurs débarque, explore un peu puis tombe sur un ennemi random qui pop de manière incongrue, avant de le châtier sous une pluie de platitudes assénées en Haut Gothique.
Il n’y a absolument rien de développé ici, scénaristiquement on est proche du néant. Je n’arrive pas à comprendre comment la BL peut continuer de travailler avec un tel auteur, à moins que ce soit un pistonné.


PARLER D’UNE SEULE VOIX
Une bonne petite intrigue que voilà. Les puissants sbires de Cawl viennent réclamer au nom de Guilliman un prisonnier xeno d’importance à un Inquisiteur radical retranché avec ses gens dans une station spatiale secrète.
On observe ici une confrontation peu commune entre deux entités puissantes, même si perso j’aurais un peu plus stuffé la suite de l’Inquisiteur, qui souffre ici de la comparaison.
On retrouve aussi des persos vus dans les autres productions d’Haley, comme le prototype de Primaris dépressif. Toujours aussi chiant à lire celui-là d’ailleurs, on dirait Marvin de H2G2 mais sans l’humour qui va avec.
Dommage pour la fin assez ridicule avec cet Inqui un peu neuneu
Spoiler:
qui a l’air de fonctionner par pur esprit de contradiction en se barrant avec le prisonnier convoité par les autres mais en laissant tous les autres détenus de l’Ordo sur place xD Bravo pour le professionnalisme.
Intéressant aussi de noter que l’Inquisiteur s'estime toujours être le représentant direct de l’Empereur et ne se sent pas obligé d’obéir à Son fils le seigneur Guilliman, qu’il juge par ailleurs illégitime pour incarner/interpréter la volonté de l’Empereur.
De bonne idées aussi,
Spoiler:
comme ce "gentil" psy-parasite xeno que l’Inquisiteur a associé de force à un "méchant" hôte psyker humain.


TANT QUE YA L’WARP YA MOYEN
Lue juste avant le roman Ruze brutale, dont elle est le prologue. Excellente nouvelle sur les orks, très drôle.


RÉDEMPTION SUR DAL’YTH

Chouette nouvelle d’ambiance sur les Tau. On y suit une promotion de cadets de la caste du Feu en cours d’instruction culturelle par un précepteur d’âge vénérable. A un moment donné celui-ci leur montre une oeuvre d’art bien particulière datant de la Croisade de Damoclès, un champ de stase dans lequel est figé un héros Tau de jadis (le premier mentor de Farsight) aux prises avec le maître de chapitre Durian des Scar Lords, prédécesseur du boeuf de Kobe que l’on voit dans Farsight : Foi en Crise.
Le space marine allait se faire toucher à bout portant par le gros flingue de l’exo-armure Tau et a donc déclenché sa grenade de stase en ultime recours.
Je vous laisse deviner la suite et les ravages que peut commettre un maître de chapitre pas content sur une planète xeno tranquille et loin de toute ligne de front Very Happy
Un Phil Kelly toujours au poil avec son sujet de prédilection et qui a su jouer avec les ressorts propres à ce type de récit avec saut temporel, ce qui induit pas mal de surprise chez les protagonistes : en 250 ans la technologie a eu le temps d’évoluer, le vocabulaire tactique a changé et même certains héros ont sombré :p
Et en plus pour une fois il rend vraiment honneur à ce qu’est un space marine, c’est tout bon !


ASTRES CONTRAIRES
Une romance entre deux corsaires eldar qui tourne plus qu’à l’aigre lorsque suite à un petit coup de mou dans leur parcours de vie chacun prend une direction bien distincte : le gars s’en va rejoindre les Commorites et la fille s’intègre à un vaisseau-monde. Ils se retrouvent bien plus tard sur le champ de bataille, pétris de haine l’un pour l’autre. Ce genre de texte n’est pas ma tasse de thé habituellement mais j’ai quand même bien aimé. L’auteur n’en fait jamais trop et a bien su capter l’âme eldar. Sympa !


L’ÉCLAT D’UN SOLEIL DE CRISTAL
Cette nouvelle me conforte dans mon inintérêt pour les intrigues à base de savant fou. Fabius Bile et ses expériences m’ont toujours ennuyé, c’est souvent la même chose avec lui, et cette histoire ne dénote pas. Le voir interroger ici un cristal mémoriel de vaisseau-monde n’a rien de très sexy.


GUERRE DANS LE MUSÉE
J’aime bien le concept des dioramas géants de Trazyn et le voir utiliser certaines des œuvres sous son contrôle pour en contrer d’autres qui sont en roue libre dans ses galeries est plutôt sympa dans l’idée. Et même si ça pêche parfois un peu dans l’exécution, j’ai plutôt apprécié l’originalité de ce texte.
Il y a de la démesure, le mec a figé tout un champ de bataille Imperium vs Tyranides, soit des dizaines de milliers de bêtes et d’humains, et on ressent bien le détachement du gestionnaire inhumain qui résonne à une toute autre échelle.
Par contre, là où le bât blesse, c’est au niveau de la personnalité du personnage. Je n’adhère pas au nécron surhumanisé sur le plan caractériel, on a affaire ici à un excentrique comme Belisarius Cawl… C’est, au mieux, affligeant.


CHASSEURS DE TÊTES
Déjà parue dans Héros des Space marines notamment. Une solide nouvelle sur cette team de la Deathwatch désormais bien connue, même si elle n’égale pas la qualité des romans.


SERVIR JUSQU’À LA MORT
L’auteur nous refait une bataille des Thermopyles ++ avec 6 Custodiens qui après avoir fortifié un étroit défilé rocheux tiennent ici la dragée haute à toute une vrille de flotte-ruche tyranide. Ils défendent :
Spoiler:
un kit de production de Primaris à destination des chapitres résistants encore dans l’Imperium Nihilus.
Manque un peu de style et de panache mais la toute-puissance du Custodes est bien mise en avant ici. Ils défouraillent sans soucis des dizaines de milliers de tyranides, des couvains entiers et des escadrons de carnifex & cie à eux six.



Recueil noté Bon quand même car il y a ici quelques pépites qui font plus que compenser les nouvelles les moins emballantes. Autrement je l'aurais noté Moyen.



Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits 439568inquisitor3
Emperor

Emperor
Maître de Guerre
Maître de Guerre

Messages : 4627

Revenir en haut Aller en bas

Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits Empty Re: Nexus de Thomas Parrot + Autres Récits

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum