Fabius Bile: Le Seigneurs des Clones de Josh Reynolds

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre appréciation globale du roman

100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

Fabius Bile: Le Seigneurs des Clones de Josh Reynolds

Message par Nico. le Sam 29 Sep 2018 - 14:44

Présentation:



==> Fabius Bile: Clonelord Semi Poche

Jadis fils loyal des Emperor's Chilgren, Fabius Bile déteste maintenant ceux qu'il appelait autrefois ses frères. Mais quand un ancien camarade demande son aide pour une mission qu'il ne peut pas refuser, Bile est une fois de plus entraîné dans les sinistres machinations de son ancienne légion. Maintenant, accompagné de nouveaux alliés et de vieux ennemis, Fabius Bile doit voyager profondément dans les faubourgs de la Frange orientale, à la recherche d'un monde qui ne ressemble à aucun autre. Un monde qui pourrait détenir la clé de sa survie même. Un monde appelé Solemnace ...

384 pages • Octobre 2018 • ISBN 9781780304076 • Illustration de ?



Mon retour de la sortie VO:

Spoiler:
Terminé aujourd'hui, je ne vais pas en faire une longue critique comme le précédent parce que globalement je dirai les mêmes remarques. Ce qu'il faut retenir c'est ce que livre est très agréable à lire, il est bon, voir très bon. Je reste surpris par le travail de Josh Reynolds, à l'annonce du premier tome cela m'avait laissé complètement indifférent parce que ce personnage ne m'intéressait pas du tout et je n'aime pas les Emperor's Children, et pourtant cette série est cool, Fabius est un personnage très très intéressant. C'est le chaoteux qui n'aime pas le chaos et passe son existence à essayer de réussir ce que l'Empereur à échoué, c'est à dire donner l'univers aux humains, mais à des humains améliorés qui ne se feront pas dominer par de Space Marines. Il a déjà placé plusieurs de ces "nouveaux humains" dans la galaxie, infiltrés dans l'Imperium et attendant le moment de prendre le pouvoir.

Le scénario se déroule il me semble un siècle ou plusieurs siècles après le premier tome, Bile continue ses travaux et ses sous fifres continuent de comploter derrière lui. Comme d'habitude dans l'Oeil, la trahison n'est jamais loin, mais la loi du plus fort freine les ardeurs de certains. On va aussi visiter Harmony, et la Canticle City des Emperor's Children (détruite par Abaddon dans Talon of Horus), retrouver un certain Eidolon désormais Commandeur Primus des EC et apprendre que Fulgrim dort quelque part pour le moment. Mais aussi...

Spoiler:
... Fabius avait fait des clones de tous les Primarques, les 20, détruits par Abaddon sauf un.... celui de Fulgrim. Fabius va le cacher, le surveiller, l'entraîner, pour voir s'il arriverait à en faire un Primarque pour une nouvelle Légion sans tare et avant que le vrai Fulgrim ne soit perverti par le chaos. On va donc suivre la croissance de ce nouveau Primarque. Je ne vous dirai pas son sort, faudra lire le livre. Mais cela reste intriguant tout du long.

Fabius est finalement envoyé par Eidolon chercher les gene seed perdus lors de l'Hérésie, quand l'Empereur avait fait demander un échantillon de chaque Légion pour les conserver sur Terra et que celle des EC avait mystérieusement disparue. Il y a pas mal de péripéties je ne dévoilerai pas trop, disons que ça oscille entre les plans de trahisons, et la place des créations de Fabius vis à vis de Marines. Mais le seul point négatif du livre, qui n'est pas vraiment de la faute de l'auteur:

Spoiler:
C'est que sur le couverture on nous montre Fabius chez les Nécrons, que le synopsis nous parle de la planète de Solemnace (celle de Trazyn). Mais, en fait, Fabius et le lecteur ne prennent connaissance de cet élément (la présence d'un monde Nécron) que 70 pages avant la fin du livre. Le nom de la planète n'est même jamais cité ! C'est un peu gênant, je m'attendais à un livre EC vs Nécrons et en fait non. Y'a une petite escarmouche puis un gros dialogue entre Trazyn et Fabius (très intéressant d'ailleurs).


Sinon, en ce moment la BL aime bien autoriser les auteurs à placer des petits éléments fluff sur les Lost Legions, voici un passage du livre:

Spoiler:
Cela se situe dans bordure extérieure de l'Imperium, lieu très peu exploré, les personnages rencontres des choses bizarres et il est fait mention d'une expédition particulière:

Fulgrim made mention of it, once. Apparently one of the two Forgotten Ones was said to have led an expedition to its black heart, on the early centuries of the Great Crusade. Though, why he was out this far, and what he might've found was never recorded.

Intriguant non ? Razz


Bref, je recommande la lecture de ce livre, j'ai vraiment apprécié, c'est de la même lignée que le premier. Fabius est un personnage atypique vraiment sympathique à suivre (il n'est pas foncièrement méchant), et la déchéance des EC est bien illustrée. Cela annonce du bon pour la suite.

logo2


avatar

Nico.
Admin
Admin

Messages : 8492
Age : 28
Localisation : Perugia

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fabius Bile: Le Seigneurs des Clones de Josh Reynolds

Message par - Talos - le Mar 2 Oct 2018 - 16:27

Merci Nico pour ton retour Smile +1

Du coup je me tâte, à voir ta critique du premier tome puis de celui-ci, j'hésite à cracher les sous et m'offrir les deux d'un coup Razz Ce ne serait pas très sérieux, d'autant que je ne suis pas un grand fan de la IIIème légion, mais si la magie est au rendez-vous comme elle semble l'avoir été pour toi... Rolling Eyes


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Mon récit en cours sur la VIIIème Légion : Leviathan
Mes reportages et maquettes historiques, c'est par là : Voile Noire



"Mourrez comme vous avez vécu, fils de la VIIIème Légion. Drapés de nuit." Konrad Curze.
"Vous êtes une race de proies, rien de plus, rien de moins." Asdrubael Vect.


     
avatar

- Talos -
Premier Capitaine
Premier Capitaine

Messages : 1938
Age : 29
Localisation : Covenant of Blood

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fabius Bile: Le Seigneurs des Clones de Josh Reynolds

Message par Argel Tal le Dim 18 Nov 2018 - 17:52

Bonjour à tous, je me lance aujourd'hui dans la critique d'un livre de Josh Reynolds, Fabius Bile : le seigneur des Clones ; suite direct du précédent ouvrage de la série du même nom et du même auteur, Fabius Bile : Primogenitor. Autant le dire d'entrée de jeu, ce livre est excellent, assurément l'un des meilleurs que j'ai pu lire cette année si ce n'est le meilleur. Comme à mon habitude, je vais (légèrement) spoiler dans cette critique, afin de faciliter mon propos. J'espère que cette critique vous plaira.

Scénario et mise en scène : 4/5

Nous suivons ainsi les pérégrinations de l'ancien lieutenant - commandeur des Emperor's Childrens Fabius Bile. Après avoir pillé le vaisseau - monde en ruine Lugganath au côté de son ancien coreligionnaire Kasperos Telmar et  sa bande de guerre, Fabius a choisi de se tenir tranquille quelques temps, de se cacher dans un recoin de l'Oeil de la Terreur et de continuer à mener ses expérimentations auxquelles il tient tant de manière bien plus poussées. En effet, Fabius a de grands projets, qui lui tiennent particulièrement à cœur ; des projets si important à ses yeux et menés sur une période si longue qu'ils écrasent par leurs immensités l'exploit déjà quasi - surnaturelle d'avoir réussi à ramener le Premier Maître de Guerre à la vie sur la planète Harmonie, le bien nommé Horus Ressuscité.

À l'époque de la Guerre des Légions, après la défaite de Terra et la fuite dans l'Oeil, Fabius avait eu l'ambition de réunifier sous une même bannière une nouvelle version les Légions dispersés. Ambition qui lui avait value la colère vengeresse d'Abaddon et la destruction quasi - totale de la planète Harmonie, refuge de la Troisième Légion brisé depuis la destruction de Chemos et la disparition du Prince - Démon Fulgrim, prisonnier du jardin des plaisirs du Prince Noir. Fabius poursuit désormais d'autres visions, et ces dernières vont être contrariés quand les ombres de ses anciens camarades vont réapparaître, au moment le moins opportun. En effet, Fabius se trouve par un concours de circonstance à la merci du Commandeur - Primus Eidolon, chef spirituel de la Légion et membre le plus important du Conclave du Phénix, la dernière loge dirigeante d'importance au sein des Emperor's Childrens.

Le conclave voudrait infliger un millier de souffrance au Maitre - Apothicaires pour s'être attiré les foudres d'Abbadon et avoir d'une certaine manière condamné la Troisième Légion à une lente agonie. Le Commandeur - Primus Eidolon, le Ressuscité, mû par une ambition dévorante a quant à lui un unique objectif, celui de recréer la Glorieuse Troisième Légion d'antan, de la sortir de l'abîme. Pour cela, il dispose d'une information essentiel : une dîme de Glandes Progenoïdes que tous pensaient perdus durant les prémices de la Grande Croisade vient de réapparaître à l'autre bout de la Galaxie, près du Maëlstrom. Fabius, à la croisée des chemins entre avidité, espérance et crainte du châtiment de ses anciens camarades, n'a d'autre choix que de satisfaire Eidolon et de se lancer à corps perdu dans la recherche du trésor disparu des Fils du Phénicien.

Fin du récit (Spoiler) :

Fabius Bile, en compagnie de son équipage d'Emperor's Childrens, d'esclaves - mutants, de ses fidèles Traques - Gènes et sous l'étroite surveillance de Flavius Alkenex, bras droit d'Eidolon, navigue ainsi jusque dans l'espace réel, au cœur de l'Ultima Segmentum. Le but de leur voyage est un planetoïde sans nom, au sein duquel serait entreposé la fameuse cargaison disparu. Fabius est sur le point de réussir là où il échoué auparavant : sauver la Légion. D'autant que l'ambition du maître - Apothicaire n'a d'égal que celle d'Eidolon.

En effet, Fabius est sur le point d'arriver au bout de son parcours, de son chemin de croix, ses sacrifices et la souffrance qu'ils ont engendrés vont payer car son œuvre final va prochainement se dévoiler : sa Nouvelle Humanité. Fabius à créer de toute pièce des humains amélioré, plus fort, plus résistant, à la croisé des chemins entre différentes mutations bonificatrices. Bile souhaite faire table rase du passé, de l'intégralité du passé, balayer l'Imperium, l'Empereur, la Grande Croisade, les anciennes Légions et le cortège d'abominations qui les entourent. De Nouveaux Humains et pour les protéger, une Nouvelle Légion bâti sur les bases purifiés de l'ancienne.

Le destin va d'ailleurs dans le sens de Fabius car dans les ruines de ses laboratoires abandonnés sur Harmonie, Fabius fait face à un miracle : l'un des Clones de Primarque sur lequel il travaillait avant la frappe orbital dévastatrice d'Abbadon a résisté au passage du temps. Dans un module de stase, a demi - conscient, un nouveau Fulgrim respire. Fabius le recueille, l'éduque et voit déjà ses projets se concrétiser : une nouvelle Humanité, une nouvelle Légion et un Primarque exempt de toute corruption pour les guider.

Au bout d'un périple périlleux, le Vesalius et son équipage trouve le planetoïde. Ils y débarquent et les Emperor's Childrens ont la mauvaise surprise d'être attaqués par des Nécrons. Il ne s'agit pas d'une planète, mais d'un immense vaisseau, dont le propriétaire n'est autre que Trazyn l'Infini. Après de violents combats, Fabius se retrouve seul avec le seigneur Nécron et lui propose un marché : en échange du stock de glandes Progenoïdes, le maître - Apothicaire accepte de lui livrer le Primarque Fulgrim et le commandant Alkenex.

En effet, Fabius a pris peur, peur de sa création qui échappe désormais à son contrôle, les erreurs du passé se répétent, rien ne pouvant empêcher la corruption du Chaos de s'immiscer partout, même dans les forteresses les plus sécurisés. Le remords chevillé au cœur, le marché est conclu, Fabius préférant mettre en sécurité son plus grand projet, le pinacle de son existence plutôt que de suivre son nouveau seigneur en quête de gloires nouvelles et déjà sur le chemin de la damnation.

Style et écriture : 4/5

De ce côté là il n'y a rien a redire, Josh Reynolds connait son affaire et s'y jette corps et âmes. Chaque page se lit avec plus d'avidité que la précédente, les descriptions sont claires, minutieuses et pourtant si agréable à l'oeil. Tout se déroule sans accroc, on ne bouge pas sur les mots et cela fait du bien. La grand talent de Reynolds est de nous faire apprécier ses personnages, et je mets un point d'honneur à ajouter l'ensemble de ses personnages. Tous sont bien développés, ont leur motivations clairs : plaisir de la souffrance, soif de savoir, volonté de survie, résignation, folie...

L'apothicaire Fabius est bien sûr le personnage central mais il n'est pas seul, il a de véritables interactions avec les autres personnages, il éprouve de l'admiration pour certains, de respect pour d'autres, du dégoût et du mépris pour la plupart et de l'amour pour de rares élus. L'auteur nous offre une véritable introspection dans son personnage, ses doutes, ses espérances, ses croyances ou plutôt son absence de croyance. Bile méprise les Dieux et ces derniers le lui rendent bien, plaçant sur sa route les plus vils, les plus abjects de ses anciens compagnons.

On est ici bien loin de la vision de Fabius Bile en savant fou reclus dans son laboratoire durant la Grande Croisade, désormais ses cellules se meurent rapidement, il est malade et est obligé de changer de corps régulièrement, sa vie ne tient qu'à un fil mais il persiste, sa grande œuvre doit survenir. Au regard de ses éléments, nous comprenons que Fabius Bile est un artiste en souffrance, un esprit torturé à l'idée que l'on oublie qui il était, quel génie se trouvait parmi les hommes. C'est un passionné par son art, aussi monstrueux soit il et le livre nous le retranscrit parfaitement.

D'une manière générale, les personnages de Reynolds sont atypiques, corrompus, brutaux, dénués de sens moraux, guidés par l'avidité, fous, dégénérés, résignés et encore une dizaine de qualificatifs différents mais surtout, ils sont attachants et nuancés, une donnée rare pour les individus lié au Chaos.

Intérêt Fluffique : 5/5

Je suis obligé de mettre la note maximale dans le cas présent tellement ce livre regorge de pépite de fluff. Bien sûr, le premier élément important est la vie que mène Fabius Bile, comment il perfectionne par petites doses successives sa Nouvelle Humanité, sa grande œuvre. C'est vraiment intéressant à suivre car il y une vraie démarche scientifique au fil de la lecture. Bile est un Apothicaire des Légions Astartes, il compile, compare, étudie et décrypte la moindre donnée.

Dès qu'une défaillance apparaît, qu'un doute vient s'immiscer, il corrige ce problème, en sachant pertinemment que d'autres viendront s'ajouter par la suite. Fabius veut créer en quelques centaines d'années ce que l'Humanité à accompli en millénaires d'évolution. De plus, Fabius veut rendre sa Nouvelle Humanité suffisamment forte pour être capable de résister sur un pied d'égalité aux Astartes de sa génération, ce qui rajoute encore un niveau de difficulté, et pas des moindres : comment se confronter à des guerriers dont le seul but est de combattre, entraînés dès l'adolescence et endurcis par des dons des puissances de la Ruine ?

Cest un constat particulièrement hypnotisant : Fabius veut créer une Nouvelle Humanité, pure et qui prendra la place de l'Imperium en temps voulu. Il prévoit aussi que cette nouvelle Humanité éradique les forces du Chaos, que cette nouvelle Humanité soit le véritable Phénix, non pas comme ce que ces anciens frères espèrent. J'ai trouvé l'idée de cette Nouvelle Humanité vraiment bonne car j'ai directement pensé aux expériences millénaires de Belisarus Cawl. En effet, on peut penser que les évènements sont proches dans le temps, qu'est ce qu'un millénaire quand on vit depuis l'époque de l'Empereur marchant parmi les hommes ?

On a ici les deux faces d'une même médaille, de Nouveaux Humains d'un côté et de Nouveaux Astartes de l'autre, chacun étant le palier supérieur de l'évolution ; comme si le rêve éternel de l'Empereur lui - même s'offrait à nous, celui d'une Humanité pure et libérée de ces chaînes. C'est du génie car on s'attend à une confrontation entre ses deux visions si éloignés et pourtant si proches, chacune luttant pour un camp et un idéal diamétralement opposé.

Un autre très bon point est le regard que porte Fabius sur ces anciens frères. Il les déteste, il haï tout ce qu'ils représentent, leurs recherches de la perfection, leurs caractères lunatiques, omnibulés par leurs plaisirs personnels, leur recherche de gloire et la volonté suprême d'être récompensés par le Prince Noir. Les dialogues sont à ce propos particulièrement bien écrit mais aussi traduit dans le livre. On ressent une véritable tension tout au long de l'intrigue, quand Fabius est sur le fil du rasoir, toujours à la merci d'Eidolon ou d'Alkenex. Les alliances se font et se défont, le fort devient le faible et jusqu'au dernier instant, on ne peut pas savoir qui sortira vivant de cette aventure. On prend vraiment plaisir a voir les personnages se lancer des piques, chercher le moindre avantage, préparer des coups tordus et planter des couteaux dans le dos, au sens propre comme au sens figuré.

On constate ainsi que même diminué, les Emperor's Childrens restent une menace, pour eux-mêmes et pour tout ceux qui croisent leurs routes. Leur recherche de perfection n'a pas fait que les damner, elle les a aussi rendu plus fort, à fait d'eux des guerriers hors - pairs et des stratèges ingénieux. On explore par le fait même tout un pan de l'histoire de la Troisième Légion qui n'avait jamais été abordé ou très peu, le ressentiment après la bataille de Terra, le désespoir après la destruction d'harmonie, l'espérance avec la nouvelle d'une possible réssurection.

Tous se mêlent ainsi dans ce pacte Faustien, à la recherche d'un nouvel idéal à atteindre : Emperor's Childrens, mutants, démons, xenos, loyalistes, hérétiques... Chacun recherche son intérêt au dépend des autres, tous se savent à la limite de leurs existences, dans un moment de vérité primordial, où chaque acte, aussi insignifiant soit -il, décidera de leur bonne fortune ou de leur trépas.

Appréciation personnelle : 4/5

Je crois que vous l'avez compris, ce livre est un must - have. Tout est bon a l'intérieur, les personnages, le récit, les enjeux, le déroulement, les retournements de situation. On est tenu en haleine jusqu'à la dernière page, la dernière ligne et cette dernière ne manque pas d'une riche promesse pour l'avenir de cette série. Le premier livre m'avait vraiment plu mais celui là bat toute mes espérances ; Josh Reynolds a, je pense, du énormément apprécier travailler sur le sujet pour un tel résultat. On va de rebondissements en rebondissements, quand on pense qu'il ne peut pas faire mieux, il se dépasse et nous surprend de plus belle.

Je ne suis peut être pas très objectif vu que j'aime beaucoup la Troisième Légion, le roman Fulgrim a été une énorme mais extrêmement réjouissante claque pour moi et je retrouve ici tout ce que j'avais pu apprécier chez McNeill, des dialogues savoureux, des scènes de combats épiques, des enjeux importants, des codes moraux qui s'évaporent peu à peu, des questionnements sur le but de l'existence même, la raison d'être et le fait de laisser une marque indélébile dans l'espace et le temps, celle de son ambition personnelle qui aura réussi à surpasser celle des autres.
Je ne peux, comme Nico, que vous conseiller ce roman, c'est d'ors et déjà, selon moi, une valeur sûre.

Noté Excellent
Note finale : 17/20
avatar

Argel Tal
Space Marine
Space Marine

Messages : 254
Age : 19
Localisation : Paris / Terra

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fabius Bile: Le Seigneurs des Clones de Josh Reynolds

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum