Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
SAMSUNG S21FE 128Go 5G Graph
Voir le deal
474 €

Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

VOTRE APPRÉCIATION GLOBALE DU ROMAN:

Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight I_vote_lcap38%Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight I_vote_rcap 38% 
[ 3 ]
Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight I_vote_lcap50%Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight I_vote_rcap 50% 
[ 4 ]
Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight I_vote_lcap12%Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight I_vote_rcap 12% 
[ 1 ]
Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight I_vote_lcap0%Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight I_vote_rcap 0% 
[ 0 ]
Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight I_vote_lcap0%Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight I_vote_rcap 0% 
[ 0 ]
Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight I_vote_lcap0%Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight I_vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 8
 
 

Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight Empty Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight

Message par Nico. Mer 27 Oct 2021 - 11:47

Présentation:






==> Le Faucon Premium

Les murs intérieurs sont percés.

L'avant garde des traitres s'élance vers le cœur du Palais, pressentant la victoire. Des stratagèmes désespérés sont tentés : un saint réticent est libéré dans les ruines, ainsi qu'un pécheur enthousiaste. Une épée noire se lève, forgée par dépit, prête à créer une légende. Mais au milieu du massacre, Jaghatai Khan, Warhawk de Chogoris, se prépare à lancer la frappe la plus audacieuse du conflit. Son objectif n'est rien de moins que la libération du port spatial de Lion's Gate. Coupé de toute aide, il mise tout sur une contre-offensive désespérée, lancée contre un vieil ennemi devenu bien plus puissant qu'il ne l'a jamais été. Alors que les White Scars affrontent les nouveaux seigneurs de la vie et de la mort, ils savent que leur défaite condamnerait non seulement la Légion, mais Terra elle-même.

400 pages • Novembre 2021 • ISBN 9781800261556 • Illustration de Neil Roberts


Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight Bloggi84

Artwork complet:

Spoiler:

Dramatis Personae:

Spoiler:

Ma critique de la VO:

Spoiler:

logo2


Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight 846747844195bannirenicoor4GRAND
Nico.

Nico.
Admin
Admin

Messages : 10141
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight Empty Re: Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight

Message par Variel Lun 20 Déc 2021 - 10:18

J'ai entamé le livre, un peu déçu de certains détails sur la forme, rien de bien grave ou qui entache la qualité du livre (plutôt cool pour l'instant ^^), mais j'étais un peu deg parce que ça fait bizarre de pas voir certaines choses qui étaient présentes dans tous les romans du SoT et l'essentiel des romans de l'HH :

- pourquoi les "Première partie", "Deuxième partie" sont écrits en petit, comme le texte ? Genre c'est vraiment pas grave mais ça fait vraiment bizarre de voir ça comme ça

- c'est la 1ère fois que je ne vois pas de citation au début du livre, et ça m'a un peu déçu ; à chaque fois je m'amuse à essayer de les comprendre, de les mettre en lien avec le contenu du livre, et puis ça permet des petits clins d'œil à notre époque, donc un peu deg

- les lieux sont plus indiqués au début des grands paragraphes,  on y perd un peu en lisibilité je trouve :/

Donc voilà, je partage surtout mon incompréhension à l'idée du fait qu'ils aient changé ces repères là, même si fondamentalement c'est pas très grave ^^


- Si Variel réchappe vivant de cette folie, il viendra chercher l'enfant une de ces nuits, où que tu te caches.
- Il ne nous trouvera peut-être pas.
L'hilarité de Talos finit par se calmer, mais il continua à sourire.
- Prie pour qu'il ne le fasse pas.

nightlords

Venez voir :
- 19e Grande Compagnie des Iron Warriors (figurines)
- Les Demi-dieux Brisés : Chroniques de la 19e Grande Compagnie
Variel

Variel
Premier Capitaine
Premier Capitaine

Messages : 1192
Age : 21
Localisation : Echo of Damnation

Revenir en haut Aller en bas

Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight Empty Re: Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight

Message par Variel Mer 22 Déc 2021 - 11:50

Lu en 3 jours, fini hier (au lieu des révisions de partiels), j’ai décidé d’en faire une review assez rapidement, parce que je sais avoir des choses à dire, et je n’ai pas envie de les oublier. Je suis donc le premier à faire une critique de ce livre en français, pour une fois ^^


Scénario et mise en scène : 4.0/5


On retrouve l’histoire où elle en était restée dans Mortis, en tous points de vue. La transition se fait facilement, et rapidement (le tome 5 était effectivement sur divers points une sorte de livre de transition vers la fin du Siège), c’était déjà une bonne chose de pas être perdu. Je trouve toute cette deuxième partie du Siège (les tomes 4, 5 et 6 du coup) beaucoup mieux ficelée, c’est beaucoup plus agréable à lire, on se perd moins dans les méandres des intrigues inutiles


On comprend vite que c’est vraiment compliqué pour les loyalistes. Ce qui devait arriver est en train d’arriver ; les renégats resserrent l’étau autour du palais de l’Empereur. Les forces loyalistes sont excessivement diminués, ils tiennent de moins en moins de points, il n’a jamais été autant question de ralentir les traîtres. Pourtant, l’espoir continue à s’étioler, symbolisé par le fait que Guilliman n’est toujours par arrivé, et que les forces Dark Angels, dérisoires, on eu un impact qui l’est en définitive presque autant. Dans ce contexte, l’Armée Impériale est dessoudée, mis à part aux points importants encore tenus par les loyalistes, et l’affluence de la Death Guard fait peser une pression importante jusqu’au Bastion de Bhab, même ressentie par Dorn qui commence petit à petit à se laisser gagner par la fatigue et le désespoir.

De leur côté, les forces renégates ont perdu énormément aussi : Perturabo est parti avec sa légion, Magnus n’a pas l’air trop présent non plus (mais je n’en sais rien, j’ai toujours pas lu la Novella sur lui ^^), Fulgrim et Angron n’en font qu’à leur tête, bref, l’alliance forgée par Horus n’a plus vraiment de sens, prenant de plus en plus la forme d’une multitude de bandes de guerres alliées de façon très circonstancielle contre un ennemi commun. Le Mournival est d’ailleurs annihilé, et même les Sons of Horus commencent à se désunir, sous le poids de l’absence de leur père génétique. Seuls au milieu des bandes de World Eaters, de Night Lords, de Word Bearers (je savais même pas qu’ils étaient là, eux, je croyais que Layak était le seul), d’Iron Warriors (ceux qui restent) et de Sons of Horus, la Death Guard demeure unie, retranchée au spatioport de La Porte du Lion, la seule légion qui oppose un vrai bloc uni, et qui fait peser sous le poids de ses mutations ladite pression sur les forces loyalistes.

C’est donc dans ce contexte que Jaghataï Khan, qui a en réalité cette idée depuis Mortis il me semble, va tenter de réunir tout ce qu’il peut dans le but de leur reprendre le spatioport de La Porte du Lion. L’intérêt est double ; d’une part, il espère saigner la Death Guard et vaincre son ennemi Mortarion, et de l’autre, il veut leur reprendre le spatioport dans l’éventualité où Guilliman finirait malgré tout par arriver.

On va donc suivre une multitude de personnages : Jaghataï Khan et Mortarion, bien sûr, mais aussi plusieurs de leurs guerriers (environ 3 pour chacuns, et un peu plus pour les White Scars), et des membres de l’Armée Impériale mobilisés pour aider la Vème légion.
Côté intrigues secondaires, on va avoir un focus sur les nouveaux officiers des Sons of Horus, qui n’ont plus rien de la grandeur de leurs prédécesseurs et qui le savent, sur Sigismund, à qui Dorn donne la fameuse Épée Noire et la mission de faire un maximum de bordel dans les lignes ennemies en tuant les commandants renégats, sur Basilio Fo et sur Euphrati Keeler, qui suivent chacun de leur côté l’intrigue qui est la leure, sur Erebus qui vient trouver Erda, et sur John, Oll, Actaea et tous leurs comparses qui vont poursuivre leur mission.


Pour être honnête, j’avais un peu peur que ce livre ″oublie″ le Siège pour ne se concentrer que sur l’intrigue principale White Scars/Death Guard, mais force est de constater que ça n’est pas le cas. Bien sûr, cette partie occupe la majeure partie du livre (et c’est assez logique, la plupart des champs de bataille n’ont plus vraiment d’importance, et c’est LA manœuvre tactique qui peut avoir un impact sur la suite/fin du Siège), mais on reste sur la lignée des deux tomes précédents, et toutes les intrigues avancent (même si plus ou moins, ça dépend lesquelles). Tout est bien rythmé, tout s’enchaîne de manière assez fluide, il y a une cohérence dans la manière dont s’enchaînent les sous-chapitres, participant à l’idée que tout avance plutôt bien. À ce stade du Siège, alors que la fin se profile, c’est vraiment une bonne chose.


La mise en scène des choses insiste bien sur le côté dramatique du côté des défenseurs de Terra. L’ambiance a énormément changé, de manière cohérente, depuis le début de Siège. Les assiégés sont fatigués, même les Space Marines ressentent une forme de désespoir, Dorn coordonne le Siège depuis maintenant 3 mois, et puis il y a la nuit qui obscurcit tout, tout le temps, les forces armées qui n’ont plus rien de leur taille, les gens qui se résignent même à mourir de leur gré
Spoiler:
Je parlerai aussi un peu de ça dans la rubrique suivante, tout aussi adaptée.


L’inconvénient, c’est que dès lors que la violence du conflit se réduit à ce point (et on sent, enfin j’ai senti en tous cas, une sacrée chute du niveau de violence entre Saturnine/Mortis et Le Faucon, ce qui logique, parce que tout le monde est mort), c’est que ne plus traiter certains personnages important laisse un peu un trou dans l’histoire. Où est Garro, où est Thane ? Et Corswain, Raldoron ? Abaddon et même Argonis ? Sindermann ?
Faut être honnête, le Dramatis Personae a pris une sacrée claque. Ça n’est pas négatif en soi, il est d’ailleurs bien insisté sur le fait que la majorité des héros de la Grande Croisade sont morts, et c’est logique, mais parfois, ça laisse un peu une impression de vide (le passage de 550 pour les 2 tomes précédents à 450 pour celui-là change aussi beaucoup de choses)

En fait, le livre me donne dans l’ensemble moins l’impression d’être une ″histoire complète″ à côté des deux mastodontes précédents. Je n’ai rien pour étayer cette pensée, c’est plus un ressenti, mais parfois ça m’a semblé plus vide, à côté de tout ce qui se passe partout dans Saturnine et Mortis.


Le dernier chapitre, servant en fait de conclusion générale, est plutôt le bienvenu, s’inscrivant dans une logique de rendre tout efficace et compréhensif. Il apporte ainsi une vraie conclusion à cet ″arc″, ce qui rendra probablement plus facile le démarrage du tome suivant. J’ai trouvé que globalement, Le Faucon n’était pas trop frustrant : il n’apporte certes pas la conclusion à beaucoup d’intrigues (surtout celles démarrées auparavant, et auxquelles il était logique qu’il n’allait pas les terminer), mais remplit bien – à mon sens – ce qu’on pouvait attendre de lui : il traite bien le conflit principal, du début à la fin, offre les clés de transition pour certains personnages, et fait progresser les autres intrigues, si bien qu’au final, je n’ai pas eu une impression d’inaccomplissement, et j’ai en règle générale été satisfait par tout ce que j’ai pu attendre.


La raison pour laquelle je ne mets pas une meilleure note (quand bien même celle que je mets est vraiment bonne) est le fait que je trouve que Le Faucon traite bien tout ce qu’il doit traiter, mais qu’il n’en fait pas vraiment plus. Il y a une vraie intelligence dans la mise en scène, mais la progression – somme toute assez linéaire, ce qui n’est pas rédhibitoire en soi – de l’histoire ne laisse pas la place à une plue value qui permettrait de la savourer plus ″profondément″ que ce qu’elle présente en surface.

C’est ce que Nico disait, et je le rejoins un petit peu là-dessus : les intrigues qui par le passé (sous-entendu, dans les 2 tomes précédents) avaient ou bien livré des informations inédites, ou bien apporté un vrai plus vis-à-vis de l’immersion ou des questionnements un peu plus philosophiques, sont assez banales dans ce livre. Exemple : les scènes d’Erda, particulièrement riches et intéressantes dans Saturnine, sont ici beaucoup plus plates, le seul intérêt réel réside presque dans ce qu’on sait déjà (j’abuse un peu mais à peine, j’en reparle dans la partie spoiler qui suit) ! Pareil pour la quête d’Oll, de John et de leurs potes : c’est globalement bien mené, mais il manque un petit quelque chose à nous mettre sous la dent. Ce n’est pas pauvre, mais ça méritait un petit plus je pense.


Après réflexion, et celle-ci est liée aux 2 paragraphes précédents, je trouve que ce roman est beaucoup plus terre-à-terre. Même les jamais-nés sont montrés de manière plus "réaliste", bien qu'on sente l'intention de Wraight d'en faire des créatures de cauchemar (le pire, c'est que ça marche très bien d'une façon générale !). Mais voilà, on est loin de ce côté presque "mythologique" par exemple présent dans Mortis, même au niveau de la manifestation du combat Horus/L'Empereur. Pour le coup, ce n'est ni vraiment une bonne, ni vraiment une mauvaise chose. Ça a ses avantages et ses inconvénients, car ça permet malgré tout une meilleure lisibilité des choses, moins onirique/spirituelle (alors moi j'adore quand c'est onirique/spirituel, le problème c'est qu'il faut que ça soit vraiment bien écrit pour que ça marche, et que c'est pas toujours le cas).


Commentaires subjectifs en vrac:


Style et écriture : 4.0/5


De vraies qualités à mon sens, je pense que Le Faucon est le deuxième livre du SoT le mieux écrit derrière Saturnine, et c’est le premier (honte à moi) livre de Chris Wraight que je lis, du coup je sais pas s’il a été particulièrement en forme ou s’il est dans son niveau moyen, mais j’ai bien aimé ce que je lis sur le plan strict de l’écriture.


La vision d’ensemble du conflit est assez bien rendue, sans que Wraight en fasse trop. L’idée globale du Siège est efficace, les petites intrigues le sont aussi, et pour ce qui est d’entre les deux, un peu moins. En fait, on a surtout les mouvements et les flux guerriers qui sont beaucoup plus clairs et fluides, ce qui manquait un peu à la plupart des autres livres. On sait à peu près où on en est tout le temps. Et pour reprendre ce que je disais, l’ambiance générale est également bien rendue. Bien plus sombre, bien plus empreinte de désespoir, Wraight donne beaucoup de détails, et l’essentiel d’entre eux fait mouche. Je me suis à divers moments senti projeté dans le Siège, à certains moments c’était même un peu perturbant.
Spoiler:
J’arrive à la conclusion que Wraight a un réel talent pour jouer sur les ambiances, je ne sais pas si c’est quelque chose qui frappe dans ses autres contributions à l’HH, voire tout court.


Il faut toutefois être honnête, si le champ de bataille demeure toujours aussi imposant, le nombre d’engagements majeurs, valant la peine d’être relatés, ont clairement diminués. Les héros d’antan ont pour la plupart disparus, il n’y a plus autant besoin de se focaliser sur l’histoire de chacun d’entre eux. Ça n’enlève rien au mérite de Wraight bien sûr, mais je me plais à penser que même Thorpe aurait pu gérer cette partie-ci.


Les descriptions sont vraiment plus efficaces, compréhensibles, et moins lourdes que celles de French ou Haley. Pas 3 pages pour raconter un détail à peine important en forçant sur les expressions à la forme tentaculaire et sur les adjectifs pompeux, non. Ici, on est dans quelque chose de fluide, d’efficace, et malgré tout avec une certaine élégance, qui se lit vite, se comprend bien mais qui est quand même plaisant à lire. À part pour Saturnine, je sais que j’avais lu certains passages en diagonale parce que j’étais saoulé de devoir me taper des lignes et des lignes difficilement compréhensibles et souvent pas aussi utiles que l’idée que ça en donnait, et ici, j’ai vraiment savouré chaque page, chaque mot presque sans chercher à me dépêcher.


Je trouve que Wraight brille vraiment dans les dialogues. Pas à la manière d’un Abnett ou d’un ADB (même si je ne ferai pas de comparaison sur ce point), mais il parvient à insuffler une vraie âme aux personnages qu’il dépeint, si bien que tous sont intéressants à leur manière. L’auteur ne caricature pas ni ne force le trait pour caractériser les personnages, et les dialogues (et même les pensées desdits personnages) m’ont paru assez authentique. Il redore notamment le blason d’un Dorn bien malmené par certains auteurs, ce qui est vraiment une bonne chose.

(Bon, sa manière de décrire la transhumanité a quand même quelques limites, on sent la différence entre les humains et les Space Marines, et entre ceux-ci et les Primarques, mais ce n’est pas non plus le plus gros point fort de son écriture. Disons que globalement, ses descriptions assez imagées permettent de se représenter la puissance des Space Marines assez bien, mais surtout du point de vue des humains (là-dessus, on a plein d’exemples vraiment cool, on visualise bien à quel point un seul Space Marine est une menace terrible). Pour ce qui est des Primarques, ils sont un peu présentés comme des Space Marines plus puissants et plus charismatiques, mais dans certaines scènes, il leur manque quand même cette étincelle qui les place bien au-dessus du commun des mortels.


Je ne mets ″que″ 4/5 et non plus car il y a à mon sens des défauts, ou tout au moins des choses un peu moins bien faites. Comme je le disais, certains détails dans la visualisation des scènes qui font un peu tâche au milieu d’un tableau d’ensemble bien clair. Cet argument s’inscrit dans un autre : celui de dire que Wraight n’a pas cette capacité à rendre les scènes cinématographiques. Il manque un petit quelque chose d’épique dans les combats traités directement, malgré une forme assez propre, et sans aller jusqu’à dire que ça porte préjudice à l’œuvre, c’est un peu dommage.
Spoiler:
Sur la fin, on a aussi quelques longueurs, quelques éléments moins clairs dans la narration, soit autant de choses qui impliquent que la note finale sur ce critère est inférieure à celle de Saturnine.



Intérêt Fluffique : 3.0/5


Ce n’est pas la section que j’aborderai le plus en détail, je sais déjà que Ghost fera quelque chose de plus complet que moi, alors j’aborderai juste les choses d’un angle assez global :


On a pas mal d’infos croustillantes sur les White Scars, notamment sur leurs traditions, on sent que l’auteur s’est donné pour faire d’eux une faction très cohérente avec leur source d’inspirations, et j’ai beaucoup aimé avoir toutes ces infos croustillantes sur eux. Pour moi qui ne les apprécie initialement pas plus que ça, j’ai trouvé un vrai intérêt pour le coup, je me serais peut-être beaucoup plus ennuyé sans.


Quelques infos sur la Death Guard, sur leur déchéance, et sur Mortarion, personnage qui m’a fasciné sur divers points. Je ne sais pas si c’est exclusif à ce roman, vu que je n’ai pas lu tout ce qui concerne la Death Guard, mais le personnage est vraiment intéressant, il n’est pas le Primarque faible et stupide qui se fait berner comme un imbécile par Typhon comme je le pensais, la vérité est bien plus complexe que ça.


Des choses intéressantes sur Sigismund, un petit peu en tous cas. Sur Erda, sur Erebus :
Spoiler:


Je le mentionne aussi, parce que c’est l’une des choses pour lesquelles j’avais le plus d’intérêt :
Actaea / Alpharius:


Et pas grand-chose d’autre, à vrai dire. Encore une fois, il devient logiquement de plus en plus difficile d’ajouter de vrais éléments nouveaux, et le dernier paragraphe de la première section reproche aussi un peu ça : Abnett a bien réussi à nous mettre plein d’infos croustillantes sous la dent dans Saturnine, et French en a fait de même avec Mortis, et ça ajoutait un vrai plus au roman. Si Wraight en avait fait autant, cette section et la première aurait probablement eu de meilleures notes.


Mais comme je le disais, je n’aborderai pas tout ce qui a été avancé dans ce livre (de toute façon, j’ai aussi indiqué quelques trucs dans la grosse balise spoiler à la fin de la première section). Je garde juste le fait que pour moi, c’était loin d’être mauvais à ce niveau là, mais qu’au vu du niveau des deux tomes précédents, j’estimais être en droit d’en attendre plus.


Appréciation Personnelle : 3.5/5


J’ai aimé Le Faucon, parce que :
- On ressent bien la détresse dans laquelle sont plongés les défenseurs, et le decrescendo brutal de l’espoir, malgré les poches qui y croient encore & l’assaut des White Scars au spatioport. Ce n’est pas seulement ce livre, c’est une progression, mais à ce niveau là, il réussit très bien à nous faire comprendre ce qu’il faut comprendre.
- Les intrigues sont globalement bien dosées, fluides et efficaces. Tout s’enchaîne bien, c’est assez plaisant à suivre.
- De vraies qualités d’écriture, dans l’écriture des personnages, dans les descriptions efficaces sans pour autant que le style en pâtisse, et surtout dans la manière dont sont rendues les ambiances.
- Des infos croustillantes sur les deux principales ″armées″ en présence, les White Scars et la Death Guard, et sur leur Primarque. Wraight n’a pas fait les choses à moitié, c’est vivant & intéressant (et efficace).
- En fait, je dirais qu’efficace est un peu le maître mot de ce livre, en plutôt positif. Ça change un peu des machins à rallonge (remplacez ″machins″ par ce que vous voulez : tout était un peu à rallonge dans l’ensemble des tomes précédents)


J’ai moins aimé Le Faucon, parce que :
- Le livre donne parfois une impression de ″vide″ par rapport aux précédents, dans le Dramatis Personae, dans la quantité de champs de bataille évoqués, parfois au-delà de ce à quoi il serait – je trouve – logique de s’attendre
- Il manque un petit quelque chose de profondeur pour le rendre aussi bon que les 2 tomes précédents (pour moi, en tous cas). L’efficacité se fait quelquefois au détriment de la profondeur du récit, maintenu au strict minimum une partie du livre.
- Ce point est également source de détriment d’un point de vue Intérêt Fluff, parce que je pense qu’on était en droit de s’attendre à un peu plus.

Je n’aborderai pas les points mineurs qui m’ont plu/déplu, voilà seulement ce que je dégage du gros de ce que je pense du livre. Et dans l'ensemble, je n'ai pas tout abordé non plus, il est probable que certaines choses m'aient échappées. Si je les retrouve, j'éditerai de toute façon.


En vérité, j’ai vraiment bien aimé Le Faucon, je trouve qu’il a de vraies qualités et qu’il s’inscrit dignement dans la lignée des romans du Siège, faisant que je ne suis plus vraiment d’accord avec l’existence d’une si grande irrégularité qualitative.


Vis-à-vis de ce que j’en attendais, ce livre remplit assez bien mes attentes, étant parfois au-dessus (je ne pensais pas me prendre autant de sympathie pour les 2 légions majoritairement abordées) et parfois en-dessous (je reste sur ma faim concernant Alpharius, et sur l’absence de certaines choses/personnages que j’aurais voulu voir). C’est un bon roman, noté comme tel, et il me donne très envie de poursuivre.


Total : 14.5/20 = BON


- Si Variel réchappe vivant de cette folie, il viendra chercher l'enfant une de ces nuits, où que tu te caches.
- Il ne nous trouvera peut-être pas.
L'hilarité de Talos finit par se calmer, mais il continua à sourire.
- Prie pour qu'il ne le fasse pas.

nightlords

Venez voir :
- 19e Grande Compagnie des Iron Warriors (figurines)
- Les Demi-dieux Brisés : Chroniques de la 19e Grande Compagnie
Variel

Variel
Premier Capitaine
Premier Capitaine

Messages : 1192
Age : 21
Localisation : Echo of Damnation

Revenir en haut Aller en bas

Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight Empty Re: Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight

Message par Nebulion Mer 22 Déc 2021 - 15:50

Bonjour tout le monde,

Je l'ai terminé il y a trois jours, voici mon retour, un peu désorganisé car relativement spontané, désolé. Je n'ai pas lu la critique de Variel (mea culpa), donc je vous prie d'excuser les éventuelles répétitions.

En deux mots, j'ai beaucoup apprécié le récit que propose Chris Wraight et la traduction qu'en a faite Julien Drouet.

D'abord au niveau du style : peu voire pas de lourdeurs, suffisamment de variété dans les tournures et le vocabulaire en général (sauf peut-être au niveau des combats, mais j'y reviendrai), quelques très bonnes métaphores/comparaisons qui font mouche... Certes, on n'échappe pas à une ou deux maladresses de temps à autre, mais on les oublie vite.

Ensuite au niveau de la structure : les combats n'adviennent pour de bon que dans le dernier (gros) tiers du bouquin et la première moitié se concentre davantage sur les personnages, ce qui m'a beaucoup plu. Les scènes que j'ai préférées sont en fait certains dialogues - parfois même très courts - entre quelques personnages (Typhus qui rend visite à Crosius au début, Skarr-hei qui retrouve Khârn vers la fin, toutes les péripéties de l'équipage du char Aika 73...).

C'est d'autant plus appréciable que Chris Wraight a dû jongler avec une dizaine d'arcs narratifs : Jaghataï et la Ve, bien sûr, mais aussi Mortarion et la Death Guard, Sigismund, Valdor, Erda, etc. Franchement, ça n'était pas une mince affaire et je trouve qu'il s'en est très bien sorti. Pour tout vous dire, j'ai eu le sentiment que Chris Wraight était à son plus haut niveau (aidé par la très bonne traduction de Julien Drouet) : c'est à mes yeux son meilleur roman.

Petit aparté : pour la première fois, le nombre élevé d'intrigues entrecroisées m'a vraiment donné l'impression de regarder une série, et non un film à part entière. Alors certes, c'est une série, mais je n'avais pas eu ce ressenti avec La Guerre Solaire, et encore moins avec Saturnine, qui dans mon souvenir se concentrait plus sur un épisode crucial du siège. J'aimerais bien avoir votre avis sur ce point ?

Comme le disait Nico dans sa critique de la VO, l'ambiance est aussi très bien rendue : l'abattement et le désespoir côté loyalistes s'opposent parfaitement à l'hébétude et l'insouciance de la Death Guard, qui est dépeinte avec brio. J'insiste d'ailleurs sur ce dernier point : j'ai trouvé que les passages sur la XIVe étaient extrêmement justes. On assiste en fait à travers les yeux de l'écuyer du primarque (notamment) aux conséquences de leur damnation, qui est tout à fait "nurglienne" : tragique et insidieuse, mais perçue avec détachement - et même bonhomie ! - par ses victimes. J'ai adoré.

Mais quid de Jaghataï et des White Scars, me direz-vous ? Eh bien... J'ai trouvé ça correct, mais sans plus, hélas. Ni le Khagan ni Shiban Khan ne m'ont touché/fasciné, par exemple. C'est dommage, car j'ai pourtant bien aimé les interventions des prophètes des tempêtes (not. Naranbaatar), par comparaison. La façon dont est traité Jaghataï m'a laissé sur ma faim : je m'attendais à plus de profondeur dans le personnage, et plus d'epicness dans ses actes, surtout lors du combat final contre Mortarion, qui m'a plutôt déçu, dans la forme comme dans le fond.

Les scènes de bataille sont d'ailleurs celles qui m'ont plu le moins. Notamment celles au sein du spatioport, dont l'éloignement et les dimensions gargantuesques décrédibilisent l'aspect "fulgurant" de l'assaut. J'ai eu l'impression que Chris Wraight voulait dépeindre une attaque éclair, qui ne dure que quelques heures - une douzaine à tout casser (une fois à l'intérieur du spatioport), mais à en croire la taille du machin, le conflit ne peut que s'étaler sur des jours, voire des semaines ! Dommage qu'il n'ait pas réussi à éviter cette grosse incohérence (pas facile, en même temps).

Au final, je le recommande à toutes celles et ceux qui s'intéressent un tant soit peu aux sorts respectifs de la Ve et de la XIVe. Si ça ne vous intéresse pas du tout, vous pouvez passer votre chemin, car le bouquin ne regorge pas de révélations côté fluff et les arcs narratifs secondaires ne sont au fond que des transitions : X et Y se rendent de là à là, Machin retrouve Truc, etc. Les passages en question ne sont pas mauvais pour autant mais ils ne vous rassasieront pas.

Noté excellent, même si dans ma tête c'est "juste" très bon. Smile
Nebulion

Nebulion
Scout
Scout

Messages : 10
Age : 32
Localisation : Secteur Calixis

Revenir en haut Aller en bas

Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight Empty Re: Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight

Message par PetitPierre Mer 22 Déc 2021 - 20:45

Merci les gars pour vos retours, ca donne envie en tout cas.
hate de commencer à lire le siége Smile


_______________________________________________
Le progrès technique est comme une hache qu'on aurait mis dans les mains d'un psychopathe.
- Albert Einstein -

- Je suis Coutelier Forgeron venez voir :  MON ACTU sur FB
- sur le web Pierre Forge Tranquille
- Envie de forger vous même ??? :  FAITES UN STAGE
PetitPierre

PetitPierre
Maitre de chapitre
Maitre de chapitre

Messages : 2724
Age : 38
Localisation : Angers

https://www.facebook.com/laforgetranquille/photos/?tab=albums

Revenir en haut Aller en bas

Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight Empty Re: Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight

Message par Emperor Dim 16 Jan 2022 - 17:48


Je suis assez partagé sur ce livre je dois dire.
J’aime le traitement carré et particulièrement terre-à-terre du Siège que nous propose ici Wraight, ça change du précédent tome en tout cas et rien qu’en ça c’est une très bonne nouvelle.

Le problème c’est que ça aurait pu être mieux fait ^^, et surtout on sent que l’auteur a dû composer avec tout un tas de trucs, parfois bancals.

D’une part, les trop nombreux arcs narratifs de cette fin de série et dont il a fallu assurer la continuité dans le contexte du siège. Et d’autre part, bien sûr, les impondérables fixés par un fluff originel qui était quand même assez sommaire et tout plein d’énormes raccourcis scénaristiques.

Une équation bien difficile à résoudre, logique donc que tout ne soit pas satisfaisant ici.

Le premier défaut qui me chagrine ici c’est le rythme du bouquin, qui pâtit d’un certain éclatement de l’action du fait qu’il faille poursuivre cet éventail d’intrigues pseudo intimistes dans ce gros bordel généralisé qu’est cette fin de siège. L’articulation de l’ensemble ne m’a pas du tout captivée.

Ensuite, hé bien, du point de vue de la cohérence globale j’ai trouvé que ça tenait surtout avec des bouts de scotch et des bonnes idées (comme le coup de la plaque orbitale, excellent).

Wraight a essayé de combler comme il a pu les trous dans la raquette, c’est louable, globalement il s’est plutôt bien démerdé avec ce colis piégé qu’est ce tome 6, mais tout ça reste évidemment imparfait :


Comme une impression qu’ici tout baigne dans un gigantesque flou artistique, en particulier suite à la percée des fortifications. D’ailleurs on ne voit même pas les défenseurs essayer de tenir la brèche, quelle misère.

La guerre apparaît vraiment brouillonne et en dehors de quelques grosses concentrations, le décor paraît beaucoup trop vide ; les navettes loyalistes esseulées passent sans trop de problème au-dessus du gros des troupes ennemies, lol.

Aussi, je n’ai jamais bien saisi les effectifs et les distances impliqués. C’est vraiment pas harmonieux, le peu de données descriptives qu’il y a se contredisent sans cesse.

Tantôt ça parle de millions de défenseurs et d’assaillants qui sont encore à plusieurs jours de marche forcée du sanctum, et tantôt on dirait qu’il ne reste plus que quelques milliers de péquins retranchés dans un pauvre pâté de maisons.

J’aurais aimé avoir de vraies données chiffrées qui nous aident à bien estimer le bordel. Genre un "malheureusement il ne nous reste plus que 2 400 régiments de la garde pour tenir le Sanctum.", qu’on se rende définitivement compte de la démesure du truc quoi.

Pareil pour la Death Guard, a priori menacée d’être épurée par les White Scars, mais au final non elle en ressort presque intacte, sans que l'auteur ne se risque à des estimations chiffrées pour autant.


Comme chez Thorpe, la prise du spatioport ne colle pas, mais alors pas du tout avec la temporalité du récit au vu des dimensions extravagantes du bordel.

L’aspect psychique est également beaucoup trop déterminant, même si dans la forme il est relégué en toile de fond d’une bataille que Wraight traite de manière plutôt conventionnelle, à mon plus grand plaisir.

Mais bon, Mortarion est beaucoup trop pété psychiquement. Sa bubulle d’influence émise passivement et sans même le voir suer réussi à emmerder tous les assiégés malgré la protection de l’Empereur (qu’est-ce que ça serait sans), et jusqu’à Dorn himself. Faut arrêter un peu.

Spoiler:


Par contre là où j’en veux un peu à l’auteur, c’est sur ses appesantissements sur des trucs secondaires au détriment du tableau d’ensemble.

Au vu des énormes trous qu’il y a ici en termes de protagonistes (rien sur Sindermann, la sélénite ou la fille de la police secrète, pas d’Angron, pas de Blood Angels ni d’Imperial Fists à part les quelques templiers, rien sur les Dark Angels…), je m’attendais à ce que ça laisse de la place pour assurer convenablement le suivi du siège, au sens macro.

Hé bien non, on s’attarde sur de l’équipage de char random, cliché et maintes fois déjà vu et on poursuit loooonguement les bisbilles internes à la Death Guard dans des scènes à rallonge qui n’apportent pas grand chose de plus par rapport au dernier tome de l’Hérésie qui était déjà centré sur eux.

Et puis j’ai comme l’impression qu’ils veulent boucler thématiquement le siège : là on a eu Death Guard vs White Scars, ensuite Blood Angels vs World Eaters dans le prochain puis Imperial vs Fists vs Sons of Horus dans le dernier ?
Si c’est ça c’est désolant. C'est pas une ligue Pokémon le bordel.



Sinon, j’ai trouvé le début plutôt cool, notamment la fabrication express d’un White Scars à partir d’un mec qui n’est ni terran ni chogorien ! On avait déjà eu la même chose dans un précédent livre avec un IF produit à la va-vite, newbie, mais qui est amené lui aussi à devenir un héros lors du siège. J’aime bien l’idée.

Côté White Scars, c’est du tout bon, comme ses précédents livres sur la légion. Wraight a déjà prouvé qu’il sait très bien gérer, et surtout retranscrire, leurs particularités. On sent vraiment à la lecture que l’auteur est aux petits soins avec eux (si seulement on pouvait avoir la même chose pour les Fists) sans pour autant en faire trop, sans les mettre sur un piédestal scénaristique. Ça fait plaisir.


J’en viens aux persos :

Dorn en pleine surcharge mentale ++, lessivé par son rôle de back-office ingrat (et très peu satisfaisant pour le fan que je suis :p).
On touche ici du doigt le début de fragilisation d’un primarque qui préfigure peut-être ce qui sera son état d’esprit post Hérésie.
Hâte de le voir aller au turbin quand même.

En tout cas je retiens cette superbe petite scène où il absout son fils prodigue, lui accorde sa reconnaissance ainsi qu’un blanc-seing pour aller défourailler l’assaillant. Enfin ! larmes


Sigismund donc, incroyable débridage ! Le truc on dirait Rocky 2, le changement qui s’opère chez Balboa quand il reçoit enfin le feu vert d’Adrianne pour son combat. Razz

L’auteur taunt d’ailleurs un peu ses prédécesseurs (ce n’est pas la seule fois ici), qui nonobstant son CV l’ont fait perdre contre Khârn et ne lui ont même pas permis de terminer Aximand. En fait il était juste pas dans son assiette, bloqué moralement par la désapprobation de Dorn Smile

Mais là... là il est juste monstrueux. Shocked
Il démonte les capitaines SM renégats à la chaîne, genre par dizaines, et devient un énorme appeau pour tout le monde : les défenseurs veulent le soutenir et voir LE héros en actions tandis qu'à peu près tout ce qui est supérieur au grade de sergent en face veut se le faire ^^
Tous convergent vers lui, ce qui détourne pendant un temps les hérétiques du Sanctum.

Dorn relâchant Sigismund sur les traîtres :
Spoiler:

Bon au final il ne tue que des Jean-Jacques, c’est un peu décevant. Surprised
Même Loken a tué + de beau linge que lui pour le moment.

A ce sujet j’ai bien aimé le trait d’esprit de l’auteur, qui fait dire aux capitaines SoH qu’ils se considèrent eux-mêmes comme des seconds couteaux par rapport à ceux qu’ils remplacent ^^
J’apprécie l’honnêteté, alors que généralement les auteurs s’efforcent de broder un historique pseudo badass pour les arrivistes, en essayant de nous faire croire qu’ils font partie des meubles et sont incontournables.

Ah si, le templier fout une bonne branlée à Khârn quand même, c’est plutôt cool.
Spoiler:

Bien aimé aussi ce Khârn en mode berserk qui au cours de son combat contre le champion de l’Empereur trouve assez de lucidité en lui pour entrevoir dans le visage fermé et l’attitude sans concession de son adversaire ce que va devenir l’Imperium dans le futur, un empire au fanatisme écrasant et totalitaire. Et il en prend peur Cool
Qu'est-ce que nous avons créé là ?  bravo

Tant qu’on reste sur Sigismund, un petit peu de fluff bienvenu. C’est l’envoyé du Sigilitte qui lui remet la fameuse épée noire, forgée par l’Empereur il y a longtemps et conservée dans les réserves de Malcy depuis. Ça mange pas de pain mais voilà.


Valdor. Il n’a vraiment rien d’autre à faire que de biberonner le petit perpétuel ?
Et puis je suis pas du tout fan de l’idée de la lance magique (précédemment introduite dans une autre nouvelle de Wraight non parue en VF) qui fragilise sa psychée normalement indéboulonnable. Peut-être un début de lien avec :
Spoiler:

Diocletian présent dans la Dramatis Personae alors qu’on ne le voit que sur une unique page dans le dernier chapitre, belle arnaque.

Euphrati qui… ramasse des crânes, euh ok. Le gros cliché de la création du logo de l’Ecclésiarchie, et du symbole de l’Imperium en devenir. C’est grossier et un peu inepte. Genre il y a des crânes lustrés dispo un peu partout, les fourmilières doivent pas chômer...

Katsuhiro qui… monte au front avec son nourrisson dans les bras. Je me demande toujours à quoi sert ce perso, il semble ne plus rien en avoir à foutre de l’infiltrateur de l’Alpha Legion. Next.

Loken en bodyguard (ou futur bourreau ?) de la sainte. Pas grand chose à se mettre sous la dent à part cette réunionnite aigüe pour nostalgiques, à suivre.

Y’a des trucs qui paraissent bien forcés quand même. J’ai la furieuse impression, par moments, que tout ça nous préfigure un peu les têtes d’organigrammes des futurs adeptus…

Malcador, qui ne glandouille toujours pas grand chose. Allez le grand maître de l’Officio Assassinorum là, bordel !
Ceci dit j’ai bien aimé :
Spoiler:

Les perpétuels. On a enfin un (petit) peu de concret, ça avance ! D’ailleurs j’aime bien comment Wraight se moque du précédent livre en faisant dire plusieurs fois à ses personnages des trucs du genre : "Bon cette réunion improbable de spécimens aussi divers est bien sympa mais on fait quoi concrètement ? Quel est le plan ?". Là où French essayait juste de faire diversion dans tous les sens pour ne pas avoir à se confronter à cette logique de questionnement humain la plus élémentaire.
Par contre :
Spoiler:

Erda : on perd tout le mysticisme savoureux qu’Abnett avait introduit avec ce perso pour un bête combat de fantasy Godzilla tout à fait ridicule…
C’est donc à ça que pourrait ressembler un Empereur déchaîné ? -_-

Erebus. Méprisable et généreusement servi par le scénario, as usual. Bon on sait qu’il ne va pas crever mais quand même, j’aimerais tellement qu’il se prenne un énorme tampon avant la fin, juste pour la forme.
Je ne savais pas qu’il avait été sur la comète par contre oO

Abaddon, déjà de retour apparemment… Moi qui le croyait out de la partie après la raclée qu’il s’est pris. *soupir





Autrement, je confirme que la mise en page était dégueulasse sur l’ebook aussi. Les titres des chapitres sont petits et collés au texte. Il n’y a aucun saut de page ou même d’espacement entre deux chapitres, tout est collé.


Noté Moyen.

Bon là en théorie le plus dur est passé.
J'espère bien boire du petit-lait avec les deux derniers. Smile



Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight 439568inquisitor3
Emperor

Emperor
Maître de Guerre
Maître de Guerre

Messages : 4655

Revenir en haut Aller en bas

Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight Empty Re: Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight

Message par PetitPierre Lun 17 Jan 2022 - 9:29

Boudiou que ca à l'air brouillon tout cela...
J'ai lu avec attention les résumés de tous les tomes et honnêtement, j'ai presque envi de ne lire que les 2 derniers.
Je m'attendais à une bataille dantesque apocalyptique et pas a des tas d'intrigue inutile.
Apres lecture de tous les avis ca ne donne pas envi jusque la. Surtout avec toutes les incohérences scénaristiques que vous soulevez. "Comment ont il pu se planter a ce point".
C'est dommage, même si on sait que Wraight est un besogneux et qu'il a du faire son max pour recoller les morceaux. J'aime beaucoup cet hauteur qui ne part pas dans des délire mystique et qui reste assez pragmatique et qui gère bien ses persos.

Merci pour tes retours.



_______________________________________________
Le progrès technique est comme une hache qu'on aurait mis dans les mains d'un psychopathe.
- Albert Einstein -

- Je suis Coutelier Forgeron venez voir :  MON ACTU sur FB
- sur le web Pierre Forge Tranquille
- Envie de forger vous même ??? :  FAITES UN STAGE
PetitPierre

PetitPierre
Maitre de chapitre
Maitre de chapitre

Messages : 2724
Age : 38
Localisation : Angers

https://www.facebook.com/laforgetranquille/photos/?tab=albums

Revenir en haut Aller en bas

Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight Empty Re: Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight

Message par Emperor Jeu 20 Jan 2022 - 12:36


Non mais après je sais que je suis chiant et que j'ai des exigences assez spéciales, et d'autant plus pour ce qui est censé être le pinacle de la série (et du fluff). Je ne suis pas bon public et je pinaille sur des détails qui ont peu de chances de déranger la majorité des lecteurs. D'avoir été trop biberonné aux Tom Clancy, ça n'aide pas ^^

Fondamentalement le livre n'est pas mauvais, et la série non plus même si j'aurais bien sûr aimé qu'ils mettent la barre un peu plus haut en nous pondant un truc + qualitatif et travaillé.
Il n'y a que le précédent et le tome de Thorpe que j'ai trouvés plutôt nazes (2 sur 7 du coup, y'a pire). Les autres ont au moins la moyenne à mes yeux.

Et en vrai dans mes critiques le négatif apparaît peut-être un peu surreprésenté je l'admets, probablement que je me sens moins légitime à tailler des croupières qu'à encenser un truc, donc j'essaye toujours d'étayer un peu plus dans ce cas.



Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight 439568inquisitor3
Emperor

Emperor
Maître de Guerre
Maître de Guerre

Messages : 4655

Revenir en haut Aller en bas

Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight Empty Re: Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight

Message par PetitPierre Jeu 20 Jan 2022 - 14:58

Ouai mais tu as raison, et tes analyses son souvent très pertinentes. C'est pénibles les incohérences scénaristiques, les clichés ou les ficelles trop easy.
2 ou 3 point negatif peuvent vraiment gacher une lecture. Et la surenchère d'histoire annexes et de perso secondaires, on en parle meme pas.
Car comme tu dis, pour cette série, on attendant le top.


_______________________________________________
Le progrès technique est comme une hache qu'on aurait mis dans les mains d'un psychopathe.
- Albert Einstein -

- Je suis Coutelier Forgeron venez voir :  MON ACTU sur FB
- sur le web Pierre Forge Tranquille
- Envie de forger vous même ??? :  FAITES UN STAGE
PetitPierre

PetitPierre
Maitre de chapitre
Maitre de chapitre

Messages : 2724
Age : 38
Localisation : Angers

https://www.facebook.com/laforgetranquille/photos/?tab=albums

Revenir en haut Aller en bas

Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight Empty Re: Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight

Message par Jcpatiti Jeu 10 Fév 2022 - 21:03

Fini hier soir et noté Bon. Je n'ai ni le temps ni l'énergie de faire une critique en bonne et due forme, mais globalement j'ai aimé. Cela met un point final satisfaisant à l'arc des WS écrit par Wraight qui maîtrise toujours son sujet.
On sent que le dernier round est entamé et que les protagonistes sont aux abois, j'ai trouvé l'ambiance qui se dégage de la lecture bien retranscrite à ce niveau là. C'est sûr qu'on n'a pas de chiffres ou de choses très carrée, mais les personnages sont bien décrits et mis en action. Paradoxalement, c'est presque un roman "à taille humaine" dans ce conflit industriel qu'est le Siège.
En tout cas c'est loin d'être le moins bon de la série (difficile de faire pire après Le premier rempart ou Mortis) et le décor est planté pour le grand final...


J'étais là, le jour où Horus a tué l'Empereur...
Jcpatiti

Jcpatiti
Space Marine
Space Marine

Messages : 179

Revenir en haut Aller en bas

Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight Empty Re: Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight

Message par - Ghost of Arkio - Sam 12 Fév 2022 - 12:15

Fini hier.
Encore un tome inégal, souvent très verbeux (peu de dialogues), parfois éruption de fan service assurant le climax, mais décevant globalement pour l'auteur de "White Scar" qui a créé plus d'attentes qu'un Gav ou un Swallow pour cette Ve legio orpheline mais justement, où la liberté d'écriture était la + importante parmi les 20.  

À croire que les auteurs ont un "malus covid" depuis quelques temps tant on sent qu'ils ont du mal à garder une cohérence de campagne ForgeWorld sur ce siège gargantuesque et dont la succession de scènes évoque souvent des tas d'autres licences plutôt que les tomes précédents, pour un résultat où les effets de style ne cachent pas les raccords en scenarium entre des trames et des persos un peu perdus , ... comme le lecteur?

Je compte y revenir en détail, y a quelques points fluff qui méritent débat, mais je dois faire qq recherches.
- Ghost of Arkio -

- Ghost of Arkio -
Modérateur
Modérateur

Messages : 11124

http://wh40k-fr.lexicanum.com/wiki/Accueil

Revenir en haut Aller en bas

Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight Empty Re: Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight

Message par - Ghost of Arkio - Ven 18 Fév 2022 - 17:41

allez, bientôt la fin ;
Que retenir de ce tome ?

Cover: Une cover de plus qui ne correspond à aucune scène du roman. NI le lieu, NI les SM près des 2 primarques, NI le le Khan sans casque, NI la manière dont ils se rencontrent pour le duel. Éditorialement paresseux.

Titre: VO "Warhawk" traduction = "Épervier" ou aigle/rapace de guerre. VF? Faucon. On perd un peu le sens d'origine. Dommage de ne pas avoir trouvé un concept pour envelopper ce moment du siège comme dans les titres précédents car contrairement à Haley, Abnett ou French, le tome est ici centré sur un primarque, un peu comme dans la série Primarchs.
Bref, : Warhawk décrit combien les Scars incarnent le "Faucon de chasse" de l'Empereur, une arme de mouvement et non de durée, un chasseur plutôt qu'un général. (À noter que l'art de la fauconnerie est très important dans la culture mongole, réf. des WS)


- Scénario et mise en scène = 3/5
3 trames parallèles sans liens entre elles. (+ le sort de Fo)
1 --> DG/WS - Jagathai / Mortarion
1er but du tome = la prise du spatioport de la porte des lions par les White Scars.
Wraight met bien en scène par leur fluff et les perso des 2 légions combien Scars et DG sont à l'opposé. Lenteur VS vitesse, survie à tout prix VS témérité, ambition perso VS principes et sens du sacrifice.
Le démarrage est un peu long. Peu de dialogue, beaucoup de persos finalement peu développés mais avec beaucoup d'états d'âme, le dernier 1/3 nous récompense avec des scènes d'anthologie :
Spoiler:

Wraight prend la suite directe de Mortis, et fait le SAV du tome de Swallow
Spoiler:

2 --> Perpertuels
Wraight "transporte" à son tour la ptit' troupe d'Abnett (sans révélation notable) à travers son roman jusqu'à l'endroit où ADB prendra la suite (ou pas), avec clairement moins de contenu que dans le tome de French à l'exception d'une étape importante :
Spoiler:

3 --> L'Église de Keeler.
La trame de la Sainte part clairement en sucette, là ;
comme un Loken qui ne sait plus quoi faire de lui-même (Wraight non plus, mais apparemment obligation de conserver les 2 mascottes de la série jusqu'au bout ; Abnett seul sait pourquoi... ).
Spoiler:


- Style et écriture = 4/5
Comme dit plus haut, je me suis un peu ennuyé dans la 1ère partie. Les préparatifs WS et la DG en mode campeur ralentissent le rythme du SoT... alors que les murs et les fronts craquent de partout et que la panique ait censé régner dans des ruines surpeuplées de millions de civils. Les persos secondaires DG sont trop sympas et sans charisme, et ceux des autres auteurs sont surtout là pour la bagarre (Shiban) ou de la figuration (Katsuhiro). Dorn est tout mou, et Szu est décidément trop "Maman-bobo", infantilisant le lore des WS et du Khan.
Les scènes de duel sont heureusement inspirées, et les combats ne sont jamais redondants.
Peu de dialogue mais je préfère son Jagathai taiseux et laconique au Jagathai lunatique et balek ("je m'en fout") d'Abnett.

Wraight maitrise ses trames parallèles mais pas comme un Abnett, Haley ou French ; cad = qu'il a du mal à entretenir la tension narrative/créer de la surprise.
... et cette géographie du siège et du temps écoulé tellement bordélique (distances Spatioport-Sanctum, Marmax-Gorgone traitées tantôt en chapitres, tantôt en un paragraphe, tantôt le ciel est rempli d’ennemis, tantôt un seul Thunderhawk fait l'aller-retour Gorgones-Spatioport -sanctum en 1 frame, et tous ces milliers de tanks qui se déplacent d'1 bout à l'autre de l'Anterior.. pratique les tunnels hein! ..  Rolling Eyes ). Après l'explosion des générateurs plasma au mur Mercure p51 on perd un peu cette impression d'urgence et de catastrophe des tomes précédents et les troupes renégates SoH comme WE se promènent plus qu'ils ne livrent la guerre.

Mais.. ses biais scénaristiques, ça vous rappelle rien ?  
Spoiler:


- Intérêt fluff = 4/5
Beaucoup, mais peu/pas de révélations.

Wraight a-t-il respecté le fluff d'origine sur la prise du Spatioport?
Le passage de William King :
Spoiler:

Cool qu'il ait respecté les grandes lignes ET étoffé la cohérence :  
Spoiler:


Le Siège vu par Wraight :
Carte
Spoiler:

Les Perpetuels et la communauté de l'anneau
Spoiler:

Erda la chieuse, "ni de droite, ni de gauche"
Spoiler:

Loken et Keeler dans un terrain vague, Katsuhiro
Spoiler:

Sigismund le Nécron
Spoiler:

Valdor, FO, et le pesticide anti Primarques
Spoiler:

Sanguinius
Spoiler:

Dorn
Spoiler:

Mortarion
Spoiler:

Jagathai
Spoiler:

Morarg, Crosius et Typhon
Spoiler:

Kharn et les WE
Spoiler:

Fluff White Scars
Spoiler:

Aika 73 et World of Tanks
Spoiler:


- Appréciation personnelle = 3/5
Étape secondaire du siège de Terra d'origine, Wraight le récupère à son compte pour en faire 2 beaux duels de primarques et champions avec une DG qui malheureusement peine toujours à faire rêver.

Un roman de transition donc pour les histoires principales de Oll, Dorn, et Typhus, qui seront traités véritablement dans les tomes suivant.

- Note globale = 14/20 (BON)
- Ghost of Arkio -

- Ghost of Arkio -
Modérateur
Modérateur

Messages : 11124

http://wh40k-fr.lexicanum.com/wiki/Accueil

Revenir en haut Aller en bas

Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight Empty Re: Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight

Message par Zekka Lun 2 Mai 2022 - 17:34

Et beh, ce tome a fait parler de lui ^^
Perso, je ne débattrais pas sur quel auteur a la plus grosse ou est le meilleur interprète du lore (on rapelle qu'Abnett rend les Parias littéralement invisibles ? Voilà voilà)
Mais j'ai bien aimé ce tome, les changements récurrents de point de vue garantissait un minimum de vision d'ensemble de cette partie de la guerre
Par contre, un petit point "problématique":
Kharn:

Hormis ce "soucis" ,j'ai apprécié ce tome ^^ un petit 15/20 je dirais ^^
Zekka

Zekka
Premier Capitaine
Premier Capitaine

Messages : 1342
Age : 30
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight Empty Re: Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight

Message par - Ghost of Arkio - Mar 3 Mai 2022 - 13:07

Zekka a écrit:Et beh, ce tome a fait parler de lui ^^
Perso, je ne débattrais pas sur quel auteur a la plus grosse ou est le meilleur interprète du lore (on rapelle qu'Abnett rend les Parias littéralement invisibles ? Voilà voilà)
Mais j'ai bien aimé ce tome, les changements récurrents de point de vue garantissait un minimum de vision d'ensemble de cette partie de la guerre
Par contre, un petit point "problématique":
Kharn:

Hormis ce "soucis" ,j'ai apprécié ce tome ^^ un petit 15/20 je dirais ^^

On a p.e. tous encore en tête cette belle sentence de Abnett durant un BL Event qui traitait les défenseurs de la cohérence dans le lore de "gros nazis" ;

Les parias te petent le crâne avant que tu les voient ou sont invisibles inodores comme une femme dans un CA d'Activision, il est pas d'accord avec lui-même, le Abneto-sama.

Je pense qu'à chaque tome, on aura toujours cette cascade mal contrôlée entre ceux qui veulent faire un roman pour mettre en avant le lore, et ceux qui le déchirent juste pour des scènes "trop styyyylléees! " (de leur point de vue)
- Ghost of Arkio -

- Ghost of Arkio -
Modérateur
Modérateur

Messages : 11124

http://wh40k-fr.lexicanum.com/wiki/Accueil

Revenir en haut Aller en bas

Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight Empty Re: Le Siège de Terra : La Faucon de Chris Wraight

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum